• Belle journée à tous,

    Sacré Père-Noël !! j'attends encore sa lettre pour Ewenn ! C'est vrai, il a attrapé un gros rhume, mais quand même !!!J'espère qu'il sera prêt pour Noël.

    En attendant, tout le monde se prépare à l'accueillir...On décore les rues, les maisons...J'en connais même une, tout près d'ici qui nous emporte très très loin dans le rêve...

    l'histoire qui suit sort tout droit de ce lieu magique...un lieu qui existe bel et bien grâce à Florian (maison illuminée de Fay de Bretagne)

    Village illuminée

    Un village magique 

    Angie est une fillette toute mignonne avec une chevelure brune toute ébouriffée et une bouille ronde qui lui donne un petit air espiègle. Souvent seule, elle adore jouer dans la boue et se trainer par terre…Alors évidemment, ses vêtements ne sont pas toujours très propres et rapiécés de toutes parts. Un brin sauvage, elle n’est pas vraiment attirée par l’école, et la discipline n’est pas son fort. Il faut dire que sa maman n’a pas beaucoup de temps à lui consacrer, elle termine toujours très tard son travail dans un supermarché, et le manque d’argent ne lui permet pas toujours d’offrir à sa fille tout ce dont une enfant a besoin. Malgré tout, elles semblent heureuses toutes les deux, et Angie fait beaucoup d’efforts pour aider sa maman, préparer le repas du soir ou simplement lui offrir un bouquet de marguerites et de boutons d’or qu’elle cueille en revenant de l’école.

     Ce jour-là, il fait très froid et sa maman lui a mis sa plus jolie robe en lainage écru, des collants épais et ses petites bottines parce que le photographe vient à l’école. Elle a passé beaucoup de temps pour démêler ses cheveux et les tresser. Il faut qu’elle soit très jolie sur la photo.

    La petite fille s’applique toute la journée et fait très attention de ne pas tacher sa jolie tenue avec les crayons feutres ou la peinture. Elle mange proprement à la cantine...mais voilà… la nature reprend le dessus, et en sortant de l’école, Angie se met à courir à travers champs pour rejoindre la cité....et plaf ! Elle tombe dans une flaque d’eau. Courageuse, elle se relève, mais perd l’équilibre et s’étale à nouveau de tout son long ! Elle est dégoulinante, sa robe est maculée de boue et son collant tout déchiré. Elle enrage parce que cette fois-ci elle avait fait beaucoup d’efforts. Elle n’a pas peur de se faire gronder, non, non ! Mais elle ne veut pas  décevoir sa maman. Elle sait qu’après une longue journée de travail, elle sera fatiguée, un peu énervée, et donc fâchée de voir sa belle robe toute abîmée !  

    Alors, Angie retarde le moment de rentrer dans son appartement, elle traine et s’aventure plus loin que d’habitude...elle marche longtemps et s’aperçoit bientôt qu’elle s’est perdue au beau milieu de nulle part. Elle ne reconnait pas l’endroit où elle se trouve et la nuit commence à tomber.

    Elle aperçoit un petit groupe de maisons au loin, et décide d’aller frapper à une porte pour demander son chemin.

    C’est alors qu’elle arrive devant une immense demeure toute illuminée. Des milliers d’étincelles bleues et blanches clignotent de toutes parts, enveloppant d’un halo lumineux les arbres, les pierres et la toiture de la maison, ainsi que  le petit chalet dans lequel un homme jeune accueille les visiteurs. Elle stoppe net, les yeux écarquillés. Jamais elle n’avait rien vu de si merveilleux... Elle avance prudemment dans l’entrée, et passe sous une voûte de lumière semblable à un ciel étoilé éclatant de mille feux. Elle sait alors que cet endroit est féérique et que tout peut arriver. Une joie immense l’envahit aussitôt. Cette incroyable clarté et ce rayonnement inondent tout son être.

    Devant une telle splendeur, elle se sent soudain parfaitement bien, heureuse, et même très belle...elle constate alors que la magie opère sur elle comme dans un conte de fée. Sa robe déchirée a été remplacée par une magnifique toilette de princesse en soie bleue brodée d’étoiles argentées et elle porte sur les épaules une cape de taffetas blanche.

    Toujours attirée par la lumière, elle avance d’un pas léger vers un banc tout proche d’une cascade éclatante. Elle y rencontre un majestueux renne lumineux, qui, à son approche prend immédiatement vie. Angie lui tend le biscuit qu’elle a oublié de manger à son goûter tout en caressant la tête de l’animal qui va se désaltérer dans cette source pétillante. Il accepte le gâteau et la regarde avec bienveillance :

    -          - Merci petite Angie, tu es quelqu’un de bien...Fais deux vœux et ils se réaliseront sur le champ

    Angie se penche et parle doucement à l’oreille du renne. Elle se retrouve aussitôt chez elle, auprès de sa maman qui lui annonce une grande nouvelle : elle vient d’obtenir un emploi qui lui permettra d’être plus souvent auprès d’elle…Elle n’en demandait pas plus…

    Quant à son deuxième vœu : elle en fait cadeau au magicien qui lui a permis de rêver le temps d’une soirée…A lui de formuler le vœu qui lui tient le plus à cœur.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonjour ...

    Place aujourd'hui à l'histoire "étrange"... la suite de "dans la peau d'une autre" sera pour les jours prochains...Aujourd'hui, voici une histoire plus adaptée au moment : les achats de Noël..Quel cadeau faire pour telle ou telle personne???

    Écoutons simplement notre "petite voix intérieure" et tout se passera bien.

    Bisatousssssssssssss

    cadeau de Noël

    Le livre en 3D

    A la veille de Noël, je repense souvent à une petite « anecdote» qui m’a fait comprendre que l’on doit toujours écouter nos « petites voix intérieures ». Je la rapproche aussi des « transmissions de pensée » parce que les deux sont souvent liées

    Quelques jours avant Noël, j’avais l’habitude d’aller avec ma tante au centre ville pour acheter des cadeaux aux enfants …il s’agissait la plupart du temps d’un beau livre et nous courrions de librairie en librairie à la recherche de la « perle rare ».

    Nous nous donnions rendez-vous dès le matin du côté du marché de Noël,  et après avoir fait le tour des petits chalets qui sentaient bon les bougies parfumées, le pain d’épice, le sucre et le vin chaud à la cannelle, nous nous installions dans une crêperie pour déguster une galette et une pâtisserie. Après cela, on se sentait prêtes à affronter la foule dans les boutiques

    Cette année-là, je ne me faisais pas trop de soucis….Je trouverai sans problème un livre pour mon fils passionné de sports, et pour les filles, je savais déjà ce qui leur ferait plaisir…

    Trois librairies plus tard, j’étais en possession de trois albums magnifiques pour mes filles et je recherchais toujours un livre pour le fiston….

    La montagne, non : trop de textes et pas assez de photos…la mer : bof !!  Le foot ? Non, il n’est pas vraiment fan…non, décidément, je n’y arrive pas…

    Tiens ! Qu’est-ce-que c’est cet album ? Je l’ai déjà vu tout à l’heure…très coloré avec des tas de graphismes sur la couverture…bizarre ! Je l’ouvre…les pages intérieures sont à l’identique : des graphismes multicolores, des jeux de couleurs dans les bleu, rouge, orange, parfois avec un dessin simple. On dirait des modèles de papiers peints modernes…et ça s’appelle ? : « Magic Eye » ! Je veux bien, mais je ne trouve pas ça magique du tout.

    Ma tante s’impatiente un peu et me montre un recueil des exploits sportifs de l’année. Non, décidément, ça ne me dit rien. J’ai même une curieuse impression, étrange, j’ai la très vague sensation que je fais fausse route. Pourtant non, c’est bien de sport qu’il est accro mon fils.

    On change de librairie et je tombe encore sur ces drôles d’albums. D’accord, institutrice en maternelle, ces graphismes me parlent un peu, mais je ne suis pas venue dans l’idée d’acheter des livres pour ma classe…Je recherche un livre pour mon fils…et je ne trouve pas.

    Voilà qu’une espèce de nausée m’envahit, plus je fouille dans le rayon des sports, moins j’ai envie d’ouvrir les livres, au point que j’en viens à ne plus pouvoir les toucher du tout.

    Pour la première fois, je demande à ma tante d’arrêter là les recherches. Tant pis, j’irai seule un autre jour…je me sens particulièrement lasse, barbouillée, et je sais que je ne trouverai pas. Je n’arrive pas à avoir ce « petit coup de cœur » infaillible. D’ordinaire, je craque sur une quantité d’ouvrages, et le plus dur est de faire un choix. Là, j’ai carrément la nausée !!! …et même, un vague sentiment de culpabilité ! allez savoir pourquoi ?

    Nous terminons la journée par un petit thé et on se sépare à l’arrêt de bus.

    Je retourne à la maison très mécontente de moi.

    A l’instant même où j’ouvre la porte, j’entends mon fils m’appeler et s’écrier de la salle de séjour :

    -         -  « Regarde maman, c’est ça que je veux ! »

    J’entre dans la pièce et je regarde l’écran sur lequel mon fils a les yeux rivés. Stupéfaite,  je vois « le livre » ! Celui qui m’a interpellé toute la journée. Le présentateur parle de cet album avec enthousiasme, c’est « le livre de l’année », un livre en 3D, Il suffit de le fixer attentivement pour découvrir un dessin à l’intérieur même de chaque page !

     

    Mon instinct ne m’avait pas trompé ! (instinct ??)…Je comprenais à présent pourquoi je n’arrivais pas à lui acheter un livre…et pourquoi j’étais irrémédiablement « attirée » par ce livre « aux jolis graphismes » ! Jamais je n’aurais imaginé qu’il aurait eu un quelconque intérêt pour celui-là.

    Le plus drôle, c’est qu’à Noël et les jours suivants, le livre a suscité un engouement général. Il a fait le tour de la famille…chacun essayant tour à tour de découvrir les images cachées.

    Comment voir ces images cachées ? Grâce à une technique simple à comprendre, mais très dure à maîtriser. Elle vient avec beaucoup d’entraînement. Le principe est de fixer un point situé au loin, en ayant l’image devant nos yeux. Très très dur, mais le résultat vaut le détour…c’est drôlement beau !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou tout le monde,

    Le Père-Noël est vraiment très occupé en ce moment...les cadeaux à fabriquer...préparer son traineau...s'occuper de ses rennes etc etc...il n'a pas encore eu le temps de me donner la lettre qu'il destine à Ewenn...demain ou après-demain sans doute....

    Mais voilà qu'il s'enrhume !!! flute alors !

    Bisatousssssssssssssss

    Père Noël est enrhumé

    Le Père-Noël est enrhumé !

    -         - Ah ah atchoum! Atchoum!

    Depuis ce matin, le Père Noël n’arrête pas d’éternuer. Son nez a pris une jolie couleur rouge pourpre et doublé de volume. Les yeux larmoyants et un grand mouchoir de coton à la main, il annonce à la Mère Noël :

    -         Cette année, je ne peux pas sortir pour faire la distribution des jouets...je  suis trop enrhumé !! je reste dans mon lit ! Et, en disant ces mots, notre gros bonhomme en pyjama rayé rouge et blanc rabat sa couette jusqu’à ses yeux.

    -          - Ah non ! certainement pas ! gronde maman Noël en tirant vivement sur la couette. Lève-toi et prépare-toi...les enfants seront très malheureux  s’ils ne trouvent pas leurs cadeaux dans leurs souliers.

    -          - Ah atchoum ! Je vais leur envoyer un mail ou un sms et les prévenir que je passerai dès que je serai rétabli ! En janvier, ça ira mieux.

    -          - T’es sérieux là ? Mais tu délires complètement, mon pauvre homme. C’est hors de question ! Sors de ton lit, prend une bonne douche, une tisane chaude avec du miel et du thym, et monte sur ton traineau !

    Toujours charmante, maman Noël prépare également une potion de sa composition à base de plantes apaisantes et énergisante à son mari et lui conseille d’en prendre quelques gouttes s’il se  sent un peu stressé ou trop fatigué avec ce rhume qui ne passe pas !

    -         -  Cela va te détendre. Je te laisse le flacon, mais n’en prend pas trop, cela risquerait de t’énerver !

    Ce soir –là, le Père-Noël part donc comme d’habitude avec ses centaines de cadeaux sur son traineau. Heureusement, rennes et lutins connaissent le chemin par cœur. Arrivé chez Alexandre et Gabriel, il ouvre la porte avec son double de clés, entre sur la pointe des pieds et se dirige doucement jusqu’au sapin....mais, au moment même où il s’apprête à déposer les jouets dans les baskets des enfants, un énorme éternuement retentit dans la maison :

    -          - Ah ah atchoum !

    Réveillés dans leur sommeil, Alexandre et Gabriel descendent l’escalier en se tenant la main. Ils stoppent net au milieu de l’escalier

    -          - Oh ! le père-noël !

    -          - Chut ! ne dites à personne que vous m’avez vu...retournez  vous coucher !

    Évidemment, les enfants veulent rester avec lui, lui parler, voir les cadeaux, et tout et tout ...forcément ! Le père-noël est obligé d’utiliser sa poudre magique pour les endormir et va lui même les reconduire dans leur lit...il dépose les jouets, débouche le flacon que lui a donné  la Mère Noël et en avale quelques gouttes…c’est trop bon ! il en reprend un peu…pour être sûr d’aller mieux.

    Il continue sa tournée et arrive chez la gentille Jade qui a bien du mal à s’endormir cette nuit-là...Elle aimerait tellement le voir ...au moins une fois !

    Et voilà que notre Père-Noël arrive à grands fracas, ouvre la porte sans même s’assurer que tout le monde dort, se met à éternuer... et bien sûr il se trouve nez à nez avec Jade !

    -          - Chut ! lui dit-il, normalement tu ne devrais pas me voir...mais vois-tu, je suis si enrhumé que je me dépêche...j’ai hâte de retourner chez moi. Il se met à rire et dépose ses paquets, laissant Jade, les bras ballants devant le sapin. Lorsqu’il remonte sur son traineau, ses lutins ne se gênent pas pour dire ce qu’ils pensent de son attitude un peu…bizarre.

    -          - Il ne faut pas que les enfants te voient. Tu le sais pourtant, depuis le temps ! Tu n’as pas regardé par la fenêtre avant ? et puis, tu n’as pas été très gentil avec Jade !

    Le père-noël est un peu fâché, il n’aime pas trop les reproches, et puis, il sent la fatigue revenir, et ce maudit rhume qui l’embarrasse  terriblement ! Il attrape la fiole et avale encore deux ou trois gorgées de ce délicieux nectar.

    -          - Mais, qu’est-ce-que tu fais ?

    Pour toute réponse, le père-noël éclate d’un rire joyeux...

    -          - Ça y est ! ça va beaucoup mieux...j’ai une de ces pêche !!

    - Drôlement efficaces ces plantes de la mère noël ! allez en route les lutins !

    Et voilà notre gros bonhomme hilare, il n’arrête pas de se tordre de rire! Il continue ainsi sa tournée et n’arrête pas de faire des bêtises. Chez Lounis et Noah, il se cogne lourdement contre une table, puis contre la cheminée, et renverse le chocolat que les enfants lui avaient préparé près du sapin ; chez Ewenn, il se trompe dans les paquets, et dépose des poupées et un landau. Il arrive chez Justine et Lucile et saisit de gros paquets !

    -          - Elles vont être contentes...ce sont de gros cadeaux !

    Il n’a même pas pris le temps de regarder le nom sur l’étiquette, mais je crois qu’il s’agissait d’un grand train électrique destiné à un petit voisin... il continue ainsi toute la nuit. Heureusement que les lutins réparent ses sottises au fur et à mesure, sinon Matilde aurait eu un gros chien blanc dans ses souliers (un gros bouledogue qui n’aime pas les chats par-dessus le marché)

    Lorsque la tournée est enfin terminée, les pauvres lutins sont sur les genoux, les rennes n’arrêtent pas de se marrer, et la Mère Noël est très en colère :

    -          - Jamais plus je ne te confierai mes potions! un vrai gamin ! On ne prend pas n’importe quoi comme ça ! Tu as de la chance...ce n’est pas dangereux, mais je crois qu’à présent tu vas bien dormir avec tout ce que tu as avalé!!!

    Et effectivement, à peine installé sur son fauteuil, le Père Noël s’écroule littéralement et se met à ronfler bruyamment....Si vous tendez l’oreille, vous pourriez presque l’entendre.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belles journées à toutes et à tous

    Le hasard nous joue bien souvent des tours "bizarres"

    Voici donc la suite promise ....pas drôle du tout

    Et ce n'est pas fini....Bientôt la fin de cette histoire "étrange" et véridique

    Inédit

    Dans la peau ....2

    Dans la peau d’une autre

    II

        Enfant, j’ai toujours eu la certitude que je m’occuperai d’enfants lorsque mes études seraient terminées, et pourtant j’étais attirée par d’autres professions telles le journalisme ou la psychologie. J’ai eu la folle idée d’en parler en famille, provoquant immédiatement une réaction à laquelle je ne m’attendais pas de la part de mon père :

    -         - Tu n’y arriveras jamais ! Il faut travailler dur pour ça ! tu seras institutrice ! (comme sa sœur Hélène bien sûr !!)

    Ceci dit, pardon pour lui à toutes les instits ! il faut aussi travailler très dur pour ça !!! Même si à l’époque, le bac suffisait (pas facile non plus de l’obtenir en 70)

    Sans réfléchir, je me suis dirigée vers cette profession ! J’ai toujours aimé les enfants, alors pourquoi pas ! Ce métier est devenu une véritable passion, une vocation. J’ai travaillé sans relâche pour faire de mon mieux avec comme devise : « si les enfants sont heureux en classe, et bien j’ai fait la moitié de mon boulot ! »

    C’est dans le cadre de cette carrière que des événements « étranges » (en « relation » avec cette terreur enfantine) ont eu lieu à trois reprises.

    Durant mes  premières années, j’effectuai des remplacements allant de une journée à plusieurs d’affilés dans tout le département. Lorsqu’un remplacement se terminait, j’attendais ma nomination suivante qui arrivait le jour même (parfois le lendemain !) et c’était toujours la surprise...je devais être prête à me déplacer à Châteaubriant, Rezé ou Leger.

    Un beau jour de vacances, nous sommes dans la famille de mon mari. Mon beau-père lit le journal et je l’entends s’exclamer : «24 ans, ce n’est pas un âge pour mourir ! » je ne connais pas la raison du décès de cette jeune femme, mais je suis sous le choc. Elle a mon âge ! Je ne suis pourtant pas au bout de mes « surprises » ! Ma nomination arrive ...je dois me rendre dans une classe maternelle... où cette femme « partie trop tôt » enseignait !!

    Je remplace cette enseignante qui vient de perdre la vie suite à un accouchement.

    Une suite de « hasards » commence à cet instant : elle est décédée de la même façon que ma tante. Encore elle !  Sa sœur (mon autre tante) enseigne dans le même groupe scolaire (en primaire)

    Pourquoi moi ??? En plus, elle a mon âge et je suis également enceinte !

    Le cauchemar commence dès mon arrivée...je suis très mal accueillie. Ses collègues ne m’acceptent pas ...en effet, je ne peux pas prendre la place de cette amie qu’elles aimaient beaucoup...pire ! Enceinte comme elle...Bravo l’Académie ! J’arrive dans un endroit terriblement affecté par cette absence, dans la classe même où je ressens constamment sa présence. 

    Machinalement, j’ouvre le tiroir du bureau et je tombe sur le seul objet qui y traine : sa photo…Je reste scotchée, incapable de faire un geste...j’ai l’impression de me voir ! je lui ressemble tellement ! Mêmes cheveux longs, même regard et expressions sur le visage...je ressens une vague glaciale courir le long de mon corps...

    Heureusement, il y a les enfants ! Je suis aussi là pour les soutenir...un jour, l’un d’eux s’approche de moi et tristement me demande :

    -        -  Toi aussi, maîtresse, tu vas mourir ??

    Waouh ! Je ne vais tout de même pas lui répondre que j’y pense aussi !!!... ses collègues ne se sont pas privées pour me raconter les circonstances de son départ : Tout allait bien ! C’est une embolie qui l’a emportée dix jours après la naissance...sans aucune raison !

    Le coup de grâce m’est donné par la maman de l’un de mes petits élèves...Constatant que mon ventre s’arrondissait pas mal, elle ne trouve rien de mieux que d’engager la conversation sur le sujet qui fâche :

    -        -  Les enfants  l’aimaient beaucoup cette institutrice....C’est très triste, mais vous savez, ça arrive plus souvent qu’on ne le croit !!

    Non ! Sans blague ! Ça rassure !!

    A ce stade, je suis terrorisée bien sûr, mais je me pose plusieurs questions :

    1-    1- Quelle était la probabilité que je remplace une personne qui venait de mourir ? Bon admettons…

    2-     2- Quelle probabilité qu’elle soit jeune ? et  qu’elle ait le même âge que moi ?

    3-      3- Quelle probabilité que ce soit à la naissance d’un enfant alors que je suis également enceinte ? (quoi qu’en dise cette mère d’élève !)

    4-     4 - Quelle probabilité qu’elle me ressemble et que comme par hasard je tombe sur sa photo

    5-     5 - Et puis d’abord : Elle n’a pas eu de congés de maternité cette femme ? il n’y avait personne pour la remplacer avant ? (cette question, c’est aujourd’hui que je me la pose…j’étais tellement atterrée à l’époque que je n’y avais même pas songé !!!)

    6-     6 - Et cette école ? le groupe scolaire où enseigne également l’autre sœur de mon père !!! la sœur d’Hélène !

    Je ne sais pas si cet épisode de ma vie avait pour but de renforcer ou au contraire diminuer cette peur panique de la mort que j’avais déjà eu dans mon enfance…il m’a néanmoins obligée à la regarder en face…mais dans quelles circonstances !!! Le fantôme d’Hélène était bel et bien là !

    Reste que cette angoisse qui ne m’a pas lâchée jusqu’à la naissance de ma fille n’a pas été sans conséquences sur les premiers jours de bébé et sur mon état général, tant physique que moral.

    Après la naissance, je me suis mise à compter les jours...Dix jours après, j’ai enfin commencé à respirer...

    Et ce n'est pas fini !!!!

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Bon dimanche à tout le monde,

    Noël n'est pas loin...les enfants ont déjà les yeux qui pétillent en regardant les vitrines et les catalogues de Noël

    Voilà pour eux un nouveau conte de Noël...et bientôt une nouvelle "lettre du Père-Noël " pour un enfant contenant un conte inédit

    *Demain ou après-demain suite de l'histoire "dans la peau d'une autre"

    Etoile de Noël

    L’étoile de Noël

       Ah !  La féérie des sapins de Noël ! Tous plus beaux les uns que les autres et décorés avec tant d’amour par les enfants et leurs parents. Je les vois briller de mille feux avec ces ampoules clignotantes, ces guirlandes dorées, ces boules multicolores et cette magnifique étoile scintillante perchée au sommet.

    Noël sans eux perdrait sûrement une grande partie de son charme, n’est-ce-pas ? Mais savez-vous qu’ils ont aussi un pouvoir magique ? Non ? Alors, laissez-moi vous conter cette histoire :

      Il y a de cela de nombreuses années, une petite fille et son frère vivaient avec leur papa bucheron dans une maisonnette cachée au fin fond de la forêt. Afin que ses enfants puissent manger à leur faim, le père travaillait très dur toute la journée à  abattre, élaguer ou tailler les arbres pendant que les enfants allaient à l’école à l’autre bout de la forêt. Pour s’y rendre, Camille et Bernie longeaient un long sentier fort sombre. L’hiver, il y faisait si noir que les deux enfants se serraient l’un contre l’autre, une petite lampe à la main, pour ne pas s’aventurer en dehors du chemin, mais aussi pour se réchauffer. Il faut bien avouer qu’ils avaient un peu peur …et souvent très froid malgré leur grosse doudoune toute douce.

       Le soir, quand ils rentraient dans la chaumière, leur papa  leur préparait un grand bol de chocolat chaud qu’ils avalaient avec grand plaisir. C’était,  pour cette petite famille un grand moment de tendresse, celui ou chacun racontait sa journée aux deux autres. Depuis que leur maman était partie pour un très long voyage dans les nuages (c’est ce que Papa avait dit !), les enfants avaient pris l’habitude de discuter à l’heure du goûter et chacun évoquait ses chagrins, ses peurs et les petits bonheurs de la journée. Leur vie se déroulait ainsi, paisible et sans réelle surprise…ils n’étaient pas très riches, mais ils se contentaient de ce que la vie leur offrait…

    Il leur manquait bien quelque chose cependant…mais ça, Camille et Bernie le gardaient enfoui au fond de leur cœur et n’en disaient jamais rien à leur papa qui faisait tellement d’efforts pour les rendre aussi heureux que possible.

         Un beau jour de décembre, alors qu’ils revenaient de l’école en chantant à tue-tête, ils aperçurent une biche qui traversait un bosquet dans le sous-bois.

    -        Oh ! un Bambi lança Bernie en s’aventurant dans la forêt  pour le voir de plus près.

    -        Reviens ! lui cria alors sa sœur ainée…tu vas te perdre dans cette broussaille… mais, malgré elle, elle le suivit.

    C’est alors que, sous leurs yeux ébahis, la biche laissa place à un nuage d’étoiles dans lequel apparut une …une…mais oui, c’est bien ça ! une fée extraordinaire, gracieuse, aérienne, presque transparente, enveloppée d’un voile vert pâle et coiffée d’une sorte d’étoile lumineuse….les enfants immobiles retinrent leur souffle jusqu’à ce que la fée s’adresse à eux d’une voix très douce :

    -        Vous êtes Camille et Bernie n’est-ce-pas ? eh bien moi, je suis la fée de la forêt et  je m’appelle Aurore. Je suis ici pour conseiller les bucherons et les aider à couper les plus beaux sapins de cette sapinière. Chacun trouvera sa place dans une habitation pour y apporter l’esprit de Noël.

    Tandis qu’elle parlait, sa voix douce et chaleureuse enveloppa la forêt d’un voile imaginaire et fit place à un merveilleux chant qui s’éleva dans les airs. Des milliers de notes de musique s’échappèrent ensuite des sapins pour composer la plus ravissante des mélodies. 

    -        Ces sapins sont magiques, poursuivit la fée en soufflant délicatement dans la paume de sa main pour les recouvrir d’une fine couche de minuscules flocons blancs.

    -        Oh ! il neige ! s’exclama Bernie

    -        Oui, rentrez vite chez vous. Votre papa vous attend pour décorer le sapin qu’il est venu couper cet après-midi. Lorsque vous y accrocherez guirlandes et miniatures, ajoutez-y cette étoile que vous placerez au sommet.

    Aurore leur tendit alors une étoile d’argent si brillante qu’elle éclairait mille fois plus que leur petite lampe de poche.  Elle ajouta seulement :

    -        Confiez-lui le vœu que vous gardez bien au chaud dans votre coeur et je vous promets de le réaliser très vite.

    Aurore disparut aussitôt et les enfants reprirent le chemin de leur chaumière. Camille tenait précieusement le délicat présent dans le creux de ses mains et tous deux lui soufflèrent le vœu qu’ils avaient si longtemps tenu secret.

    Lorsqu’ils arrivèrent chez eux, tout en dégustant leur chocolat, ils racontèrent leur aventure à leur papa et leur demandèrent s’il connaissait la fée de la forêt

    -        Bien sûr que oui ! répondit-il tranquillement en ajoutant qu’il ne fallait pas perdre de temps pour décorer le sapin et déposer leurs petits souliers au pied.

    Jamais un sapin ne parut plus beau que celui de Camille et Bernie cette année-là ...il semblait si heureux avec ses fils d’or et d’argent, ses pommes de pin peintes avec amour par les enfants et cette incroyable étoile scintillante qui coiffait sa tête !

        Le lendemain, les enfants découvrirent au pied du sapin un sachet de friandises et deux si beaux traineaux de bois que Papa Noël avait dû les confectionner lui-même....ils projetaient déjà une longue glissade sur la neige lorsque l’on frappa à la porte.

    Les enfants se précipitèrent pour ouvrir et reconnurent la fée de la forêt.

    -        Je vous présente Aurore, déclara leur papa, un large sourire éclairant son visage. Elle travaille dans la forêt avec moi depuis quelques mois, et comme elle est seule, je l’ai invitée à passer Noël avec nous. Vous êtes d’accord ?

    Pour toute réponse, les enfants se lancèrent un regard complice et leur bonheur résonna dans toute la maison....et même au-delà.

    Leur souhait était enfin exaucé ! leur papa souriait ! il était enfin  heureux !!

        Mon histoire est terminée...Rappelez-vous simplement que les objets que l’on choisit pour notre sapin de Noël ont un pouvoir magique

    Pensez-y quand vous le décorerez, n’oubliez pas d’y accrocher vos rêves. Tous vos rêves !

      

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique