• Accueil

    Belle journée à tout le monde..

    Demain, nous saurons enfin si les enfants et les lutins ont réussi à délivrer le Père-Noël ...et si nous avons une petite chance de voir nos petits souliers pleins de cadeaux mardi....

    Aujourd'hui, voyageons un peu du côté d'une ile que j'aime beaucoup : la Réunion

    Le petit Cardinal....

     

    Le petit cardinal qui voulait voir la neige

    Tout le monde sait, bien sûr, que  l’Ile de la Réunion est l’une des plus belles Iles du monde. Entourée par un océan d’un bleu intense, elle est dotée de paysages absolument magnifiques avec son volcan continuellement en activité, ses trois cirques exceptionnels et sa végétation époustouflante. Elle a aussi un aspect étrange qui  lui apporte un côté un peu magique. Elle est si envoûtante que les plus beaux oiseaux du monde sont venus s’y abriter. Ainsi, on peut y rencontrer de très nombreuses variétés aux noms très amusants comme le paille-en-queue, le tuit-tuit, le ti-coq, le tec-tec, le papangue, la zirondelle, le bellier ou la caille patate...et bien d’autres encore.

    J’ai souvent eu l’immense privilège de m’envoler vers cette merveilleuse Ile et j’avoue que je suis carrément tombée sous son charme. Un jour, lors d’une excursion, j’ai rencontré un cardinal, ce curieux petit oiseau tout rouge au bec bleu. Je dis « curieux » parce que, venant de Madagascar, il a si bien investi son espace qu’il passe généralement son temps à chasser ses copains...il lui arrive même de donner des coups de bec dans les fenêtres des habitations ou dans les rétroviseurs des voitures en pensant que son reflet est un congénère.

    Ce petit cardinal semblait bien triste, perché sur la branche d’un arbuste envahi par les fougères. Lorsqu’il m’a vue passer, il n’a pas bronché, se contentant de me regarder fixement. Il a juste ouvert le bec pour chanter… enfin pour émettre son petit cri aigu si caractéristique. Pas farouche pour un sou, il s’est laissé prendre en photo sans bouger d’un pouce. J’ai alors cru qu’il était mal en point, malade ou simplement qu’il n’avait pas le moral...pourquoi les oiseaux n’auraient-ils pas leurs « humeurs » comme nous, après tout ?

    -          - Que t’arrive-t-il gentil oiseau ? tu ne peux plus voler ? ton aile est cassée ? ...tu as peux être trop chaud ?

    -          - Il ne va pas te répondre ! se mit à ricaner derrière moi une vieille femme qui remontait de Mafate...C’est un oiseau !

    Surprise et vexée, je me suis vivement retournée vers elle. Elle semblait bien bizarre cette dame. Sans attendre de réponse, elle a continué à se moquer de moi et a ajouté :

    -          - Il attend la neige !

    -          - La neige ? ici ? mais il fait trop chaud !

    -          - Oh non !...il ne fait pas si chaud que ça dans les hauts ! Vous avez bien pris une petite laine, non ? et vous verrez, la température va encore chuter ces jours-ci.

    -          - Oui, mais de là à neiger !

    -          - Vous n’étiez pas là vous, il y a quelques années lorsque la neige a recouvert le Piton des Neiges et tombait à gros flocons tout autour. C’était si beau que tous les animaux de la Réunion se sont rassemblés au Piton de la Fournaise pour voir le spectacle... ils se racontent tous cette histoire de génération en génération. Tout le monde sait cela. Depuis qu’il l’a entendue, ce petit cardinal vient chaque jour sur cette branche pour voir la neige.

    Quand elle s’est éloignée, j’ai compris que cette femme était la grand-mère Kalle, la sorcière de Mafate...Sûr ! Elle lui avait jeté un sort à ce petit animal sans défenses.

    -          - Tu veux bien que j’attende avec toi, ai-je demandé au gentil oiseau. Des flocons blancs à cet endroit, ça doit être simplement magique !

    Il m’a fait un léger signe de la tête, et chaque jour, je venais lui rendre visite à la même heure, et je restais avec lui un bon bout de temps…et nous avons attendu, attendu....longtemps ! La veille de mon départ, il faisait tellement froid que j’ai bien failli ne pas venir...mais je pensais à ce petit cardinal qui lui aussi devait avoir bien froid sur sa branche. Je me suis dit que je n’allais quand même pas partir sans le revoir et j’ai  quand même grimpé la grosse colline....lorsque je suis arrivée...quelques gros flocons commençaient à virevolter dans le ciel...Le petit cardinal s’est envolé tout joyeux !

    Il neigeait !

     

  • Bonjour tout le monde,

    L'histoire de Mimi le doudou est terminée...Voici à présent, pour ceux qui "lisent tout seuls" et les autres "l'automne dans le petit bois de Douceline", avec une fée, une vilaine sorcière, un lutin, des animaux très gentils etc...etc...

    Aujourd'hui, voici les chasseurs !!!

    Belle journée et surtout bonnes vacances à tous.

    L'automne...1- les chasseurs

     

    L’Automne dans le petit bois

     

    1-  Les chasseurs

     

         Sur les plus hautes branches d’un chêne centenaire et dans tous les recoins du petit bois de Douceline, mésanges, geais, bergeronnettes, pigeons et tourterelles semblent s’accorder pour faire un honneur magistral à l’automne qui vient de pointer le bout de son nez...

    Et bien non ! S’ils s’égosillent ainsi, c’est pour inviter tous les animaux de la forêt à se rassembler autour d’eux. Ils ont une terrible nouvelle à leur annoncer !  Dès qu’ils perçoivent leurs chants, sangliers, biches, renards, lapins, chouettes, hérissons, écureuils et blaireaux ne les font pas attendre et affluent de toutes parts. Ils s’installent dans une petite clairière au cœur même de la forêt pour écouter leur message.

    -          - Nous avons vu des chasseurs tout près de notre bois...Ils viennent de ressortir leurs équipements, leurs fusils et leurs gibecières et se dirigent vers notre refuge ...leurs chiens sont tout excités à l’idée de courir dans les allées de notre belle forêt et...

    -          - Des chasseurs !! Mais ce n’est pas possible ! s’exclame une maman biche en se rapprochant de son jeune faon de peur de le voir s’éloigner. Jamais ils ne s’aventurent dans ce petit bois magique ! Vous savez bien que nous sommes protégés par la fée Douceline !

    -          - Oh ! vous n’êtes pas au courant ? hulule une chouette en sortant la tête d’un tronc d’arbre, son ennemie, la sorcière du bois maudit rôde dans les parages depuis quelques jours...Elle s’est même installée dans une vieille masure non loin d’ici. C’est elle qui a invité les chasseurs pour se débarrasser de nous. Hier au soir, elle a enfermé notre gentille fée dans le donjon du château....

    L'automne...1- les chasseurs

    -          - Comment tu sais ça toi ? lance monsieur lapin qui commence à trembler tellement il a la trouille.

    -          - je l’ai vue tiens ! j’étais sur son épaule ! elle m’a prise pour Lili, sa « chouette personnelle »...et je sais même où elle a caché la clé du donjon, poursuit-elle en trainant sur chaque mot.

    -          - Où est cette fichue clé ! s’impatiente le lapin, il faut très vite aller délivrer Douceline.

    -          - Elle la glissé dans la poche du tablier qu’elle ne quitte jamais. Mais ne nous énervons pas et ne perdons pas notre temps à tergiverser….Vous entendez les chiens au loin ?

     Madame chouette, dont l’ouïe est particulièrement bien développée, n’attend pas une seconde de plus pour foncer vers la masure de la sorcière, suivie par une ribambelle de chauve-souris et par le plus agile des écureuils...sans se concerter, les animaux ont élaboré un plan infaillible.

    En un clin d’œil, notre chouette traverse la forêt dans un vol majestueux, passe par la fenêtre ouverte de la cabane de la sorcière et plonge dans sa poche pour en ressortir la clé.  Pendant ce temps, les chauves-souris s’entortillent dans ses cheveux pour faire diversion. Aussitôt, l’écureuil prend le relai avec la clé et saute de branche en branche à la vitesse de l’éclair pour rejoindre la tour du château. Il passe par une fente du mur pour atteindre le donjon et libérer Douceline.

    La jeune fée voit au loin les chasseurs se rapprocher de la clairière – ils ne sont plus qu’à quelques mètres, précédés par leurs chiens qui déjà, ont vu leurs proies à portée de crocs ! – Elle ne fait ni une ni deux et d’un coup de baguette magique transforme la forêt en un immense labyrinthe encerclant la clairière d’une barrière d’arbres infranchissable.

    Pendant des heures, et même des jours, les chasseurs et leurs chiens tourneront dans ce labyrinthe sans jamais apercevoir ne serait-ce que la queue d’un lièvre...évidemment, ils finissent par se lasser, et abandonner le petit bois....bredouilles !

    Les animaux enfin débarrassés des chasseurs et de leurs compagnons, reprennent enfin leur train de vie, protégés par leur gentille fée....

    Mais, n’oublions pas que la sorcière du bois maudit a élu domicile dans cette forêt ! Et l’automne réserve encore bien des surprises à tout ce petit monde !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Les vacances arrivent et je laisse un peu plus de place pour les enfants ces temps-ci...les sorcières sont bien envahissantes je sais;...mais voici néanmoins une histoire insolite (déjà publiée le 20 -6)...

    Bientôt des histoires inédites

    A bientôt

    Un rêve étrange

     

    Rêve étrange 

    Vous vous souvenez de cette visite rendue à mon frère par un homme qu’il ne connaissait pas ? Quand je dis « visite », il s’agissait plutôt d’une apparition. L’homme se tenait derrière lui et le regardait fixement tandis qu’il préparait ses cours du lendemain. Courte visite, mais qui l’a vraiment impressionné...eh bien, j’ai lu, il y a quelque temps le témoignage d’une femme qui me rappelle un peu cette histoire.

    Certains détails de cette anecdote sont sans doute un peu modifiés, mais le cœur de l’histoire est absolument authentique.

     Cette  jeune femme que j’appellerai « Monica » vient de mettre au monde un magnifique garçon, le plus beau bébé du monde bien évidemment. Son mari et elle sont fous de joie devant un tel bonheur. Il faut dire que jusqu’à présent la vie ne les a pas beaucoup épargnés et que ce cadeau vient enfin sécher leurs larmes. Pour couronner le tout, ils sont seuls dans cette ville où le travail les appelle. Ils ont dû laisser famille et amis derrière eux à leur plus grand regret (à cette époque pas de téléphone et encore moins d’internet pour communiquer). Bref, personne avec qui partager ce grand moment de joie.

    Le « travail » pour mettre au monde cet adorable bébé a été bien long et fatigant, Monica ferme les yeux et sombre dans un profond sommeil dès le départ de son mari. Elle dort depuis maintenant une bonne heure lorsqu’un rêve étrange et tout doux s’impose à elle.

    « Elle est allongée sur son lit avec son bébé tout contre elle. Une énorme bouffée d’amour s’empare d’elle. Toute à ses pensées, elle n’entend pas la porte de la chambre s’ouvrir. Une femme vêtue d’une magnifique robe fleurie s’approche tout doucement,  la prend dans ses bras et l’embrasse tendrement. Elle recule d’un pas pour mieux observer l’enfant, sourit et dit avec une voix que Monica connait bien : ton bébé est magnifique ! Je suis très fière de toi. Tu vas être très heureuse à présent. Et comme elle était venue, elle repart avec un dernier regard vers la maman et son fils, avant de refermer la porte »

    A son réveil, Monica se sent étrangement bien. Elle ne peut s’empêcher de raconter son rêve à l’infirmière qui entre dans la chambre :

    -           - J’ai rêvé que ma mère venait me voir et me félicitait pour ce magnifique bébé, dit-elle en jetant un regard attendri en direction de son fils.

    -           - Vous n’avez pas rêvé ! lui répond aussitôt l’infirmière. Vous avez bien eu de la visite pendant que vous dormiez. Une femme est venue vous embrasser, mais elle n’a pas eu le cœur de  vous réveiller.

    -           - La personne dont je vous parle est ma mère !

    -           - Oui, je sais, c’est la femme qui est en photo près de vous sur votre table de chevet...une femme brune, plutôt grande et très élégante. Elle portait une très jolie robe à fleurs. Elle boite légèrement  non ?

    -           - C’est cela...la femme dont vous parlez est bien ma mère. Elle a eu un accident dans sa jeunesse et elle n’a jamais cessé de boitiller par la suite....mais... ma mère n’est plus de ce monde ! Elle a été emportée par une terrible maladie il y a plus de trois ans !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Les sorcières sont partout et prêtes à faire leur méchants tours pour Halloween....Attention!

    Heureusement, vous allez pouvoir les reconnaître avec les portraits que je trace dans ces histoires...Voici aujourd’hui Grosepatate...pas gentille du tout!

    Bizatoussssssssssssssss

    dessin de Ewenn

    Grossepatate

    Grossepatate

     

    Vous vous souvenez de la dernière nuit de pleine lune avant Halloween, la nuit où les sorcières se sont  réunies au pied du vieux chêne creux, au beau milieu de la forêt de Brosse Landes ?

    Eh bien, parmi elles il y avait une sorcière très gourmande et très laide, et méchante aussi, Grossepatate, qui  a passé toute la soirée avec sa meilleure amie Tartalapraline...Elles étaient tellement heureuses de se revoir qu’elles ont mis au point ce soir-là  un plan diabolique dans leur intérêt à toutes les deux !!

    Adossé au vieil arbre séculaire, un peu caché par son ombre, elles n’arrêtaient pas de jacter d’une voix aigüe et mielleuse, déblatérer sur les copines et ricaner bêtement. Et tandis qu’elles jactaient, déblatéraient et ricanaient, Grossepatate en profitait pour dévaliser l’arbre rempli de bonbons aux couleurs vives que présentait sa copine à l’ensemble des sorcières. Elle engloutissait les friandises les unes après les autres. La reine des neiges en guimauve n’avait pas grâce à ses yeux. Yoda, Anakin et Luke en gélatine étaient également croqués et dévorés goulûment. Elle s’empiffrait en bavant, de réglisses, marshmallows, caramels et berlingots... sans s’arrêter.

    -          - Ah ah ah ! persiflait Tartalapraline... je suis absolument sûre maintenant que les enfants ne résisteront pas à toutes ces douceurs et sucreries

    -          - Pourquoi tu dis ça ???

    -          - Il n’y a plus rien dans l’arbre à bonbons !! tu viens de tout becqueter !!!

    -          - Oups ! Tu as raison...En plus, j’ai dû prendre un peu de poids ces temps-ci....je n’arrive plus à monter sur mon balai.

    Il faut dire que Grossepatate n’est pas menue-menue...Je veux dire par là qu’elle prend beaucoup de place ! C’est pour cette raison d’ailleurs que les autres horribles sorcières l’on affublée de cet affreux surnom. Elle n’est pas non plus jolie-jolie. Elle est plutôt moche, bizarre. Ses dents sont toutes noires à cause des caries, elle s’habille en jaune fluo pour se faire remarquer et elle est toujours accompagnée de son animal de compagnie, une citrouille. Ça change des chats noirs !

    -          - J’ai un plan pour redevenir belle, jeune et jolie. Je vais....

    -          - Pourquoi tu dis « redevenir » ? tu as déjà été belle ? la coupe froidement sa copine.

    -          - Oh arrête ! Ne te moque pas! Il faut que je capture un enfant pas trop petit, mais pas trop grand non plus. Il faut qu’il soit suffisamment mince et mignon pour que je puisse échanger ma vieille carcasse contre la sienne avec la mixture que je viens d’inventer.

    Grossepatate poursuit son explication à l’oreille de sa copine, d’une voix éraillée et rauque

    -          - C’est une boisson qui ressemble à tout ce que les enfants aiment : coca, jus de fruits ou simplement sirop de toutes les couleurs. Et puis, cela fera notre affaire à toutes les deux. Quand j’aurai mis mon plan à exécution, le gamin aura  mon embonpoint, juste ce qu’il faut pour que tu puisses le manger ! Et moi, je serai enfin toute mince...sans être obligée de faire un régime strict, pénible et astreignant.

    -          - Tu veux dire, un régime comme a fait Angélise ? Pourtant, elle n’a pas arrêté d’affirmer que c’était très facile...elle a retrouvé une silhouette magnifique en a peine dix jours parait-il !!

    -          - Taratata ! je ne veux pas de régime, et c’est quand même plus facile avec un môme !!

    -          - Alors il faut que tu trouves un enfant qui ne soit pas gourmand, et que je ne pourrai pas attraper moi-même avec mes bonbons

    -           - C’est ça ! et tu sais où je peux le dénicher ce gamin ?

    -           - Je ne sais pas moi !! voyons voyons ! dans les clubs de sports je pense,  c’est dans ces endroits que l’on trouve le plus d’athlètes !..tu peux aussi aller voir dans les collèges : les enfants n’aiment pas trop ce qu’on leur sert à la cantine !

    Quelle bonne idée !Grossepatate est aux anges !!! !bien sûr, ce n’est pas dans les salles de sports qu’elle se rend aujourd’hui (elle a bien trop peur que le professeur lui demande de faire des abdominaux, du step ou de porter des haltères), mais dans un collège...elle va certainement y rencontrer l’enfant de ses rêves ...mais aussi de quoi se rassasier ! Elle a très très faim !

    Déguisée en cuisinière, elle entre dans le réfectoire d’un collège après avoir grignoté dans tous les plats à la cuisine. Très vite, elle fait son choix. Ewenn correspond exactement à l’enfant qu’elle avait imaginé. Elle l’attend à la sortie dans la voiture de sa mamy qu’elle a « empruntée ». Ewenn est si content que sa mamy vienne le chercher qu’il monte sans regarder à l’intérieur de la voiture...Et le voilà prisonnier de l’abominable sorcière. Elle l’emmène de force dans sa maison – un vieux moulin tout délabré – et ferme la porte à clés.

    -          - A nous deux maintenant ! ricane-t-elle. Tu as soif ? Tiens voilà un verre de menthe à l’eau. C’est bien ta boisson préférée ?

     - Ewenn reste méfiant, il est très malin aussi. Il prend le verre mais il a deviné qu’il s’agit d’un piège.

    Évidemment, dans son verre, il n’y a rien d’autre que la potion magique qui doit échanger son apparence contre celle de la sorcière. Ewenn n’est pas dupe, le vert de la menthe est trop vert, l’odeur trop forte, et en plus, le verre est sale !

    -          - Merci madame, lui dit-il simplement.

    -          - Ben alors, tu bois ?

    -          - Je n’ai pas soif

    -          - Mais si, tu as soif !!

    -          - Bon d’accord...mais j’ai faim aussi, j’aimerais bien un petit goûter.

    La sorcière va dans la cuisine chercher une biscotte (il ne faut pas non plus quelque chose de trop gras !).

     Pendant ce temps, Ewenn fait mine de boire le contenu du verre parce qu’il a vu que la sorcière le regarde en douce...Il attend le bon moment...la sorcière se retourne une seconde. ..Et hop ! Il en profite pour vider discrètement son verre dans la gamelle de la citrouille domestique qui l’avale d’un trait. Elle se met alors à grossir, grossir, grossir et paf ! Elle explose littéralement.

    La sorcière qui vient d’entendre le bruit sourd revient avec la biscotte. Elle comprend ce qui vient de se passer, mais n’a pas le temps de jeter un sort à Ewenn...la potion a fait son effet, et elle commence à rétrécir, rétrécir, rétrécir ...elle est à présent toute ronde et pas plus haute qu’un ballon.

    Ewenn lance un grand coup de pied dedans. La sorcière valse dans les airs, passe par la fenêtre et tombe dans la rivière qui serpente au pied du moulin. Elle est si lourde qu’elle coule directement au fond.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonjour tout le monde,

    Mimi, le doudou Souris va-t-elle enfin sortir de son tiroir?

    Son cauchemar va-t-il prendre fin???

    Voici la fin de son aventure...

    Belle journée et à bientôt

    Le Nin-nin - fin

     

    Mirabelle

     

         Perdue dans ses pensées, Mimi n’entendit pas la porte de la chambre s’ouvrir et des pas avancer vers le meuble où elle était enfermée.

          Le tiroir s’ouvrit brusquement et Mimi surprit la maman de Jérémy qui sortait tous les sous-vêtements du tiroir pour les entasser dans une caisse. Elle se sentit ensuite soulevée dans les airs :

    -        Qu’est-ce que tu fais là toi ? dit-elle alors avant d’appeler Nicolas

    -        J’ai retrouvé ton doudou, mon chéri !!! Il était dans tes vieux vêtements.

    -        Je ne l’ai pas perdu…je n’en veux plus. Je suis grand maintenant, je n’en ai plus besoin… lança-t-il avant de tourner les talons en chantant sa comptine préférée « Une souris verte qui courait dans l’herbe… »

    Mimi sentit une énorme douleur au creux de sa poitrine. Elle qui n’avait jamais versé une larme auparavant, se sentit si malheureuse que deux grosses gouttes d’eau sortirent malgré tout de ses yeux sans que Nicolas ne s’en aperçoive.

         A présent reléguée avec les vieux chiffons dans la caisse, elle se dit que sa vie de doudou est bel et bien finie, qu’elle ne reverrait plus jamais Nicolas, ni ses nouveaux amis.

        C’était vraiment mal connaître Willy et Mirabelle et les miracles qu’engendrent bien souvent une véritable amitié.

    Eh oui !!!

       Ne voyant plus Mimi sur la plage, Willy était allé trouver la jolie mouette blanche pour lui demander de la chercher…ce qu’elle fit en survolant la maison pendant de longues journées…jusqu’à ce jour où une caisse ouverte dans l’allée attira son attention.

        Elle l’ouvrit avec son bec et regarda à l’intérieur. En tirant quelques vieux vêtements hors de leur habitacle, elle vit Mimi posée négligemment sous un tee-shirt rouge.

    Le Nin-nin - fin

        Elle se posa sur le bord de la boîte, regarda autour d’elle pour s’assurer que personne n’était dans les parages, et dans un grand éclat de rire, prit Mimi dans son bec, l’installa sur son dos et prit son envol.

         Mimi enfin libérée se laissa aller sur les ailes de Mirabelle, respira profondément comme elle n’avait pu le faire depuis bien longtemps, appréciant une fois de plus le plaisir de voler et de découvrir un paysage fabuleux.

        Arrivée sur la côte, la mouette s’envola au-dessus de l’océan et atterrit quelques minutes plus tard sur une petite île. Elle déposa Mimi dans un creux formé par les roches de la falaise et appela les autres mouettes qui lui firent une ovation. Jamais Mimi ne s’était sentie aussi émue.

    Willy arriva à son tour et s’adressa à elle :

    -        Tu es ici chez toi, lui dit-il, Mira et Bella, les deux bébés de Mirabelle t’attendent. Elles ont besoin de toi et de ta douceur, tu seras leur doudou maintenant.

    Mimi laissa à nouveau couler deux grosses larmes sur ses joues…des larmes de joie, cette fois-ci.

        Depuis, tous les jours, Mimi accompagne partout les deux petites mouettes, elle leur raconte son histoire, et parfois, elle les suit dans leurs essais pour voler. Combien de fois, s’est-elle retrouvée dans l’eau après un plongeon forcé, mais ça ne fait rien… ça l’amuse même, tellement elles sont rigolotes, surtout lorsqu’elles rient.

        Willy vient lui aussi discuter et jouer avec Mimi, et souvent, il leur arrive de nager ensemble entre les rochers pour découvrir les fonds marins.

       Un jour peut-être, elle ira jusqu’à la plage de galets roses avec Willy pour revoir Nicolas et ses cousins.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Dans la série des sorcières, voici Angélise, la plus gentille d'entre toutes....mais aussi la plus maladroite et la plus distraite...voyons, voyons....

    Belle journée et à très bientôt pour une toute nouvelle sorcière...pas si mignonne !!!

    Bizatoussssssssss

     

    Angélise

    Angélise

     

     
     

       Le grand rendez-vous des sorcières est enfin terminé. Il a duré trois jours et trois nuits. Les sorcières ont dû préparer des quantités faramineuses de potion magique pour tenir éveillées.

         Notre jolie brunette Angélise ne rigole plus du tout ! elle est si fatiguée, si abattue et surtout si dégoûtée ! Elle a écouté ses congénères parler de leurs affreux et sinistres projets pendant des heures et elle se sent soudain très découragée. Elle ne comprend pas ces sorcières sauvages et sans pitié.

    Elle en fait part à sa marraine Charlottonougat :

    -           - Comment pourrai-je déjouer les pièges de ces abominables chipies ! elles sont beaucoup trop malignes et féroces ...je n’y arriverai jamais

    -          - Mais si ma petite pupuce, tu y arriveras ! tu es tellement rusée ! Et voici le cadeau que je dois te remettre...tu es prête maintenant.

    Angélise saisit le grand livre de recettes magiques que lui tend sa marraine et n’a plus qu’une envie : tester une potion tout de suite.

    -          - Retourne chez toi à présent et tu pourras essayer tes nouveaux pouvoirs. Je crois que Pitchoune, Ti-Pouic et Ti-Mouss’ ont besoin de toi.

    Angélise reprend sa trottinette et file à fond la caisse dans sa maison...Où plutôt non ! Elle se rend tout droit chez Alexandre et Gabriel...Elle veut essayer avec eux quelques nouvelles potions amusantes.

    Elle ouvre la porte et entend un miaulement inhabituel...c’est la voix de Ti-pouic. Elle se précipite et le découvre, caché dans une armoire avec son jeune frère Ti-Mouss’. Ils se serrent l’un contre l’autre sur une pile de linge.

    Angélise

    -          - Que se passe-t-il ? demande-t-elle en les voyant tous les deux tremblants et complètement affolés

    -          - Il y a une horrible vieille mégère avec des cheveux filasses crasseux, une robe noire toute déchirée et un menton crochu qui est venue ici...lui répond Alexandre en sortant du placard à balai

    -          - Tu as eu peur ?

    -          - Oh non ! mais je voulais protéger mon frère, répond-il en laissant Gabriel sortir à son tour de sa cachette.

    -           - Que voulait-elle cette vilaine sorcière ?

    -          - Elle a essayé de transformer les chats en souris ! Elle les a poursuivis mais ils se sont cachés vite fait...Si tu avais vu sa tête ! horrible...et ses vêtements ! tout sales...et ses yeux ! on aurait dit des flammes...et ses mains ! pleine de verrues. En plus, elle sentait le poisson pourri...Beurk !

    -          - Allez, allez, je suis là maintenant...on va s’amuser un peu et on va oublier très vite cette vilaine femme...j’ai un super livre de magie...Voyons, voyons. Si on commençait par cette recette ?

    Alexandre regarde le titre qui s’étale en grosses lettres d’or sur une page du gros livre : « un peu de magie pour redonner du tonus aux poils des chats »

    -          - Oh oui, Tu as raison,  Pitchoune perd beaucoup ses poils en ce moment !

    Angélise et Alexandre préparent alors une grande gamelle de potion en mélangeant un peu de lait, des capucines oranges, un peu de ketchup, du caramel au beurre salé, trois ou quatre croquettes, de jolies feuilles dorées et rouges tout juste tombées du noisetier et une bobine de fil rose....Puis, il vont chercher Pitchoune toujours cachée dans son panier.

    Pendant ce temps, Ti-Mouss’ ne peut résister à l’odeur qui se dégage de la casserole. Il commence à goûter la potion. Il trouve cela si délicieux qu’il avale tout le bol.

    Quelques secondes plus tard, Gabriel et Alexandre, suivis de Pitchoune, blottie dans les bras d’Angélise,  se tordent de rire en apercevant Ti-Mouss’ tout couvert de poils roses, longs, lisses et brillants.

    Notre jeune sorcière se précipite alors sur son livre de magie. Après une heure de recherche, elle trouve enfin la recette qui va délivrer la grosse boule de poils tout roses.

    Très vite, la mixture est prête. Il faut dire qu’Alexandre et Gabriel ont beaucoup aidé et couru pour aller cueillir des fleurs dans le jardin ainsi que des pissenlits et des champignons dans les champs voisins.

    Le fumet qui se dégage de la marmite est irrésistible, si bien que Pitchoune s’élance pour engloutir le mélange. Elle se met alors à chanter à tue –tête des chansons idiotes avec une voix de casserole épouvantable...tout le monde se bouche les oreilles.

    -          - Mais qu’est-ce-que tu as mis comme champignons dans la marmite Gabriel ? A mon avis, tu t’es trompé ! ils n’étaient pas blancs !

    -          - Ben  non, j’ai choisi les plus beaux, des rouges et violets avec des petits points jaunes.

    -          - Je ne sais plus quoi faire ! tu as une idée Alexandre ?

    -        -  Pourquoi tu ne prends pas ta baguette magique tout simplement? ce serait plus facile !...mais tu sais, ils sont rigolos les chats comme ça...

    C’est à ce moment qu’ils voient Ti-Pouic arriver en chantant tout couvert de longs poils roses ...il a goulument terminé les deux préparations !

    Angélise attrape sa baguette magique et redonne aux chats leur apparence normale.

    Pour terminer la journée, elle fait apparaître une montagne de friandises, viennoiseries et pâtisseries que tout ce petit monde déguste autour d’un délicieux chocolat chaud. Puis, dans son élan, sa baguette magique danse dans les airs pour décorer la maison de ballons et guirlandes multicolores...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique