• Accueil

    Belle journée à tout le monde..

    Demain, nous saurons enfin si les enfants et les lutins ont réussi à délivrer le Père-Noël ...et si nous avons une petite chance de voir nos petits souliers pleins de cadeaux mardi....

    Aujourd'hui, voyageons un peu du côté d'une ile que j'aime beaucoup : la Réunion

    Le petit Cardinal....

     

    Le petit cardinal qui voulait voir la neige

    Tout le monde sait, bien sûr, que  l’Ile de la Réunion est l’une des plus belles Iles du monde. Entourée par un océan d’un bleu intense, elle est dotée de paysages absolument magnifiques avec son volcan continuellement en activité, ses trois cirques exceptionnels et sa végétation époustouflante. Elle a aussi un aspect étrange qui  lui apporte un côté un peu magique. Elle est si envoûtante que les plus beaux oiseaux du monde sont venus s’y abriter. Ainsi, on peut y rencontrer de très nombreuses variétés aux noms très amusants comme le paille-en-queue, le tuit-tuit, le ti-coq, le tec-tec, le papangue, la zirondelle, le bellier ou la caille patate...et bien d’autres encore.

    J’ai souvent eu l’immense privilège de m’envoler vers cette merveilleuse Ile et j’avoue que je suis carrément tombée sous son charme. Un jour, lors d’une excursion, j’ai rencontré un cardinal, ce curieux petit oiseau tout rouge au bec bleu. Je dis « curieux » parce que, venant de Madagascar, il a si bien investi son espace qu’il passe généralement son temps à chasser ses copains...il lui arrive même de donner des coups de bec dans les fenêtres des habitations ou dans les rétroviseurs des voitures en pensant que son reflet est un congénère.

    Ce petit cardinal semblait bien triste, perché sur la branche d’un arbuste envahi par les fougères. Lorsqu’il m’a vue passer, il n’a pas bronché, se contentant de me regarder fixement. Il a juste ouvert le bec pour chanter… enfin pour émettre son petit cri aigu si caractéristique. Pas farouche pour un sou, il s’est laissé prendre en photo sans bouger d’un pouce. J’ai alors cru qu’il était mal en point, malade ou simplement qu’il n’avait pas le moral...pourquoi les oiseaux n’auraient-ils pas leurs « humeurs » comme nous, après tout ?

    -          - Que t’arrive-t-il gentil oiseau ? tu ne peux plus voler ? ton aile est cassée ? ...tu as peux être trop chaud ?

    -          - Il ne va pas te répondre ! se mit à ricaner derrière moi une vieille femme qui remontait de Mafate...C’est un oiseau !

    Surprise et vexée, je me suis vivement retournée vers elle. Elle semblait bien bizarre cette dame. Sans attendre de réponse, elle a continué à se moquer de moi et a ajouté :

    -          - Il attend la neige !

    -          - La neige ? ici ? mais il fait trop chaud !

    -          - Oh non !...il ne fait pas si chaud que ça dans les hauts ! Vous avez bien pris une petite laine, non ? et vous verrez, la température va encore chuter ces jours-ci.

    -          - Oui, mais de là à neiger !

    -          - Vous n’étiez pas là vous, il y a quelques années lorsque la neige a recouvert le Piton des Neiges et tombait à gros flocons tout autour. C’était si beau que tous les animaux de la Réunion se sont rassemblés au Piton de la Fournaise pour voir le spectacle... ils se racontent tous cette histoire de génération en génération. Tout le monde sait cela. Depuis qu’il l’a entendue, ce petit cardinal vient chaque jour sur cette branche pour voir la neige.

    Quand elle s’est éloignée, j’ai compris que cette femme était la grand-mère Kalle, la sorcière de Mafate...Sûr ! Elle lui avait jeté un sort à ce petit animal sans défenses.

    -          - Tu veux bien que j’attende avec toi, ai-je demandé au gentil oiseau. Des flocons blancs à cet endroit, ça doit être simplement magique !

    Il m’a fait un léger signe de la tête, et chaque jour, je venais lui rendre visite à la même heure, et je restais avec lui un bon bout de temps…et nous avons attendu, attendu....longtemps ! La veille de mon départ, il faisait tellement froid que j’ai bien failli ne pas venir...mais je pensais à ce petit cardinal qui lui aussi devait avoir bien froid sur sa branche. Je me suis dit que je n’allais quand même pas partir sans le revoir et j’ai  quand même grimpé la grosse colline....lorsque je suis arrivée...quelques gros flocons commençaient à virevolter dans le ciel...Le petit cardinal s’est envolé tout joyeux !

    Il neigeait !

     

  • Bonjour tout le monde,

    Oups, où avais-je la tête hier, je me suis un peu trompée dans l'ordre de mes histoires...j'ai oublié la suite du "mystère du noisetier"

    la voilà...C'est vrai, ça...que vont faire les enfants avec leur baguette magique...Ils n'ont qu'un seul vœu à réaliser....Voyons, voyons....

    Le mystère du noisetier - 4

    Des  vœux  Improbables

    Le lendemain et les jours suivants, le village entier ne parlait plus que de la découverte des trois enfants. « L’écho des Musaraignes », le journal local s’était emparé de l’affaire pour informer régulièrement les villageois des événements qui suivirent inévitablement. TNM (Télévision Noyal le Moulin), la chaine régionale de télévision, avertissait elle aussi la population toutes les heures de tout ce qui se tramait dans la commune, films et interviews à l’appui.

    Monsieur Oups, en bon  maire du village, voulait être le premier à utiliser la « baguette magique » pour s’assurer qu’il n’y ait aucune « entourloupe » …Il était un peu sceptique quand même. Il ne fit pas attendre sa requête : 

    -         « barakanougakaramelora , que les caisses  de la commune soient alimentées sur le champ afin que les villageois ne manquent de rien !» déclama-t-il fièrement

    Aussitôt, toutes les caisses et cageots qui trainaient dans les greniers et caves des habitants se retrouvèrent au beau milieu du champ du père Firmin, remplies de pommes, pêches, abricots, poires, fraises, cerises, figues…mais aussi de salades diverses, choux, betteraves, poireaux, carottes et pommes de terre.

    Le mystère du noisetier - 4

    Surprise de constater que pas un sou ne rentrait donc dans la caisse, madame Houps fit un vœu qui ne concernait que sa petite personne. Elle voulait  « re-devenir jeune et jolie », c’était d’ailleurs la seule chose qui la préoccupait vraiment. Sitôt le vœu formulé, elle se dirigea vers le miroir du vestibule et remarqua qu’effectivement, elle était belle et que les rides ne lui barraient plus le front ! (normal ! une jolie coupe carrée avec une frange remplaçait son horrible chignon !). Elle demanda l’avis de ses amies présentes qui lui répondirent toutes qu’elle était magnifique, mais que cela ne changeait pas. Elle l’était déjà avant ! Elle avait juste changé de look avec un chemisier à fleurs et une jupe fluide blanche à la place de son éternel tailleur gris.

     Elles précisèrent même qu’elle avait eu beaucoup de chance de ne pas être revenue à l’âge de 5 ans …avec des couettes et des robes à frou-frou !

     En fait, c’est juste le regard qu’elle portait sur elle-même qui avait changé !

    -         « barakanougakaramelora ! Eh bien moi, j’aimerais bien arrêter le temps » enchaina à son tour Ewenn, leur fils unique… 

    A peine avait-il terminé sa phrase qu’un éclair fulgurant accompagné d’une déflagration assourdissante traversa le ciel, laissant, après son passage, un silence électrique.

    Dans la seconde qui suivit, toutes les horloges, réveil, montres, pendules, carillons et cloches stoppèrent net ! Les écrans d’ordinateurs et les portables n’affichèrent plus l’heure eux non plus !…ce qui eut pour conséquence d’exaucer simultanément le vœu de l’horloger qui ne désirait qu’une une seule chose : Avoir beaucoup de travail.

    Les uns après les autres, tous les habitants demandèrent des choses parfois raisonnables - gagner beaucoup d’argent, vivre dans une maison trois fois plus grande, partir en vacances à l’autre bout du monde - tantôt des trucs complètement insensés - avoir des enfants sages par exemple!... Et pourtant tous les vœux se réalisèrent !

    Certains, comme le père Mathurin ont réussi bizarrement à réaliser deux souhaits en même temps. En effet, Pierre Mathurin habitait dans un vieux corps de ferme très moche, tout pourri même. Parallèlement, il était à la recherche d’un emploi depuis des mois. Lorsqu’il reçut le rameau d’or, il hésitait encore entre deux rêves…. Il finit par choisir :

    -          « barakanougakaramelora ! Je veux désormais vivre dans un château »  C’est là qu’il vit le facteur arriver à son domicile en brandissant une grande enveloppe bleue. Il la décacheta en tremblant et la lut à haute voix devant sa famille réunie autour de lui. On lui proposait un poste de gardien dans le château de Noyal le Moulin, à deux pas du bourg. 

     

    Le mystère du noisetier - 4

    Puis, ce fut au tour des enfants de faire un vœu. Ils demandèrent parfois des choses raisonnables -  les dernières baskets Nike (facile, les parents avaient gagné beaucoup d’argent !), une tirelire remplie de pièces d’or, un bain de minuit dans une île paradisiaque, de bons résultats scolaires sans (trop) travailler  – tantôt des trucs complètement insensés – que leurs parents ne les gronde plus jamais et qu’ils les laissent jouer sur leur console vidéo tous les jours ! … Et  tous les vœux se réalisèrent !

    Les jours passèrent ainsi, entre grandes joies et éclats de rire (en voyant la tête d’Ewenn par exemple lorsqu’il avait complètement raté son vœu !)

    Sylvain, Angélique et Mathis s’amusaient comme des petits fous à voir les rêves de leurs camarades se réaliser. Ils étaient très fiers, heureux pour eux,  et parfois très surpris :

     Brice voulait voir des martiens. Une soucoupe volante s’est alors arrêtée pile devant sa maison …Du coup tout le monde les a vu les martiens, et tout le village a pu témoigner qu’ils existent vraiment.

        Manon avait trouvé un nouveau papa ! Enfin, c’était plutôt sa maman       qui avait enfin trouvé un amoureux.

    Lounis avait intégré l’équipe de France (junior) de football et tous les joueurs professionnels lui avaient offert un magnifique ballon avec leurs photos et dédicaces.

    Puis, ce fut la rentrée des classes. Il ne restait plus qu’un petit groupe d’enfants indécis qui attendait le moment propice pour faire un vœu…un vœu qui tienne la route …un vœu qui, lorsqu’il sera exaucé, laissera tous les autres verts de jalousie.

    Sylvain, Mathis et Angélique, eux, patientaient

    Il restait peu de temps avant la nouvelle pleine lune, aussi, certains élèves se décidèrent enfin. D’autres firent leur vœu dans la précipitation et furent déçus, d’autres enfin, comme Marilou le fit sur un coup de tête !!!! Et quel vœu ! Un vœu qui allait complètement modifier  le cours des événements !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Pour parler des âmes errantes...ou fantômes si vous préférez, sujet un peu tabou  je dois l'avouer, je laisse Nolwenn parler de son expérience et de ses connaissances...

    Voici son texte.

    La prochaine fois, je consignerai dans cette rubrique quelques "expériences" vécues par moi-même et ceux qui souhaitent en parler ( perceptions  inhabituelles ...toucher...odeurs....)

    âmes... errantes

    Entités...

    Aujourd’hui, plus que jamais, le monde non visible pour l’humain est au cœur du sujet de beaucoup de personnes. Cela intrigue, déstabilise et parfois donne des frissons.
    Le terme entité, fantôme, âme ne sont pas bien compris, et souvent,  tout se mélange dans notre esprit.

    Qu’est-ce qu’une entité ? Qu’est-ce qu’un passeur d’âmes ?
    L’humain est fait au minimum de matière (= corps physique) et d’énergie (= l’âme).
    Le corps aura une naissance et une mort, l’âme quant à elle, n’aura pas de naissance, ni de mort. Ce n’est pas parce que vous ne la voyiez pas, qu’elle n’existe pas !
    Le corps physique est l’outil ou le véhicule dont l’âme a besoin pour être sur cette terre et y faire son expérience.
     
    Quand le corps physique meurt, qu’en est-il de l’âme ?
    Plusieurs choix possibles :
    La première, c’est que cette âme reprend le chemin de la maison (source), et continue son évolution sous une forme vibratoire, et non plus physique.
    La deuxième possibilité, c’est que cette âme n’arrive pas à retourner vers la source, et reste fixée sur le plan terrestre, mais seulement en mode vibratoire. A ce stade-là, on dira que cette âme est une entité qui erre sur un plan qui n’est plus le sien.
     
    Les entités ou âmes qui errent sur le plan terrestre, le sont à cause de très fortes émotions de colère, d’attachement à la matière ou à d’autres  êtres vivants ...Elles  n’ont pas pu se résigner à se détacher de leur ancienne vie.
     
    De ce fait, ces entités continuent à hanter les lieux qu'elles fréquentaient durant leurs vies et peuvent également s'attacher ou s’accrocher sur des personnes vivantes. Elles seront attirées par des énergies quasi  identiques, des énergies dites de basses fréquences. (Endroit idéal pour les entités : hôpital, habitations, zones de catastrophe…)
    Dans un lieu occupé par des entités parasites, l'atmosphère sera lourde et très chargée. 
    Sur une personne, cela peut contribuer à des problèmes de santé (physique ou psychologique), car sur le plan énergétique, la souffrance de l'âme errante se mélange à la vôtre.
    Une entité trop attachée au monde matériel ou sentimental, demande, pour s’y maintenir, de l’énergie. Elle la trouve dans les pierres, les objets, les moyens de transmission tels que le téléphone, la télévision, internet (les mails), les photos numériques et chez les êtres fragilisés.
    Une âme peut errer pendant un bon nombre d'années sans trouver sa voie !


    Comment ressentir la présence d'une entité?

    J'ai une courte expérience de ce phénomène mais qui augmente de semaine en semaine.
    On dit que plus vous augmentez votre fréquence vibratoire plus les entités s'accrochent à vous. Mais pas d'inquiétude on peut les faire disparaître en les renvoyant vers la source.

    Il m'est donc arrivé une sensation étrange et familière il n’y a pas si longtemps. Je passais ma main sans arrêt dans la journée au niveau de mon cou comme si un cheveu me chatouillait... Étrange, il n'y a pas de cheveu, disais-je à chaque fois que j'enlevais ce soi-disant cheveu. Mais chaque jour qui passait, cette gêne revenait. 
    De retour à la maison, je demande à mon compagnon  (passeur d’âmes) de vérifier à cet endroit. Bingo, il vérifie selon ses procédés et il s’avère que oui… j'avais bien une entité qui s'était accrochée. Il l'a donc aidée à partir.

    Un autre jour, plus impressionnant, je lisais tranquillement dans le lit. Absorbée par ma lecture, je ne voyais pas ce qui se passait autour de moi... du moins je le croyais. (Et là, je sais vous allez me trouver bien perchée !)
    Je poursuis : tout à coup, je perçois (ce qui me fait lever les yeux du bouquin)  une lumière blanche à côté du rideau, comme un faisceau vertical. Mon compagnon rentre dans la chambre et lui dis distraitement d'enlever l'entité à côté du rideau, là…Surpris de me voir absorbée par ma lecture et de ressentir une entité à distance, il me demande de lui répéter. Je lui répète donc d'enlever l'entité blanche que je distingue à côté du rideau.
    C'est la 1ère fois qu’une entité se présentait à moi aussi nettement. Il vérifie donc comme la première fois… et effectivement il me confirma sa présence.

    N'ayons pas peur de ces entités, elles ne nous veulent aucun mal. Depuis que je l'ai compris, je les ressens de plus en plus.
    Donnons leur simplement RDV quand nous sommes dispo pour ne pas être envahi.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Avez-vous déjà entendu parler du marchand  de sable? Cet homme bien gentil qui vous aide à dormir et faire de beaux rêves...Le voilà qui arrive dans une histoire avec Titouan.

    Bizatoussssssssssss

    La cachète secrète

    La cachette secrète

     

    Titouan est un enfant comme tous les autres, sauf que depuis quelques mois, il est un tout petit peu triste parce qu’il se sent tout seul. Ses parents ont décidé de déménager pour habiter dans une grande maison, très jolie certes, mais située au milieu de nulle  part, très loin de son école et de ses copains.

     Il parait que son papa a trouvé un nouveau travail dans le coin. Titouan se demande bien où, parce que, à part des champs à perte de vue, il ne voit pas d’usine !

    Comme il est aussi un petit peu froussard, avant de dormir, presque chaque soir, il parcourt, avec sa grande sœur Lisette, toutes les pièces de la grande demeure pour s’assurer qu’aucun monstre ne s’y cache. D’habitude, ce petit rituel est suffisant pour lui permettre de trouver le sommeil, mais cette nuit, c’est différent...il a entendu un drôle de bruit qui l’a réveillé....c’était comme si quelqu’un marchait dans la pièce à côté...sauf qu’il n’y a pas de pièce à côté de sa chambre ! En plus, toute la famille dort ! On entend même papa ronfler ! Il a bien envie d’appeler Lisette, mais elle va encore le traiter de « poule mouillée » et il n’aime pas ça du tout.

    Sous sa couverture, Titouan ne bouge pas d’un pouce et écoute attentivement. Le bruit recommence...il entend même un léger craquement et le son d’un filet d’eau qui coule dans un récipient...

    Il se lève et s’approche du mur. Il pose son oreille contre la tapisserie. Sûr ! il y a quelqu’un derrière !

    Mais c’est stupide! Il n’y a pas de porte ! Il commence à avoir un tout petit peu peur...Et puis, il n’y voit rien...il fait très noir dans cette chambre. A tâtons, Titouan cherche l’interrupteur...il appuie sur un bouton...et...Oh !  le mur semble se dérober …et une porte s’ouvre devant ses yeux ébahis.

    -         Une cachette secrète !

    Courageusement, il entre lentement dans l’immense pièce qui se présente à lui et découvre un univers surprenant.

     Un parfum étrange flotte dans l’air et une brume légère recouvre de longues tables recouvertes de flacons remplis de sable et de liquides multicolores. Sur un haut tabouret, un homme très bizarre remplit des éprouvettes et compose de drôles de mélanges. Vêtu d’un long poncho blanc et d’un bonnet de laine à rayures, il n’a pas l’air méchant. Il se retourne, le regarde avec tendresse et lui adresse la parole d’une voix très douce :

    -          - Que fais-tu là mon p’tit bonhomme ? tu ne dors pas ?

    -          - Mais qui..qui...êtes-vous ? demande Titouan

    -          - Tu as déjà entendu parler du marchand de sable ? et bien c’est moi !Je vis ici depuis très très longtemps, bien avant que tu viennes habiter dans cette belle maison.

    -          - C’est toi qui jettes du sable sur les yeux des enfants pour les faire dormir ?

    -          - Ce n’est pas tout à fait cela...Tu vois toutes ces fioles ? eh bien, je les remplis dans la journée avec du sable très très fin et j’y ajoute une poudre magique qui....

    -          - Ça ne marche pas ! tu vois, pour moi, c’est le contraire qui s’est passé !

    -          - Mon rôle est en effet de permettre aux enfants de bien dormir et de faire de beaux rêves.... pas de les réveiller en pleine nuit ! je suis désolé !

    -          - Oh non ! je suis plutôt content d’avoir découvert ta cachette secrète...Je pourrai revenir te voir ?

    -          - Quand tu veux...mais ...chut ! ne dis à personne que tu m’as vu ! c’est notre petit secret à tous les deux...Maintenant, il faut que tu ailles dormir dans ton lit.

    En disant ceci, le marchand de sable prend doucement Titouan dans ses bras pour le déposer dans son lit. Il prend une petite poignée de poudre magique et d’un large geste de la main l’envoie en direction de l’enfant. Des milliers de minuscules particules colorées se déposent alors sur les yeux de Titouan qui sombre aussitôt dans un profond sommeil.

    Le lendemain, il racontera à sa grande sœur son  merveilleux rêve, et sûr, elle ne le croira encore pas !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Et bonne chance pour ce vendredi 13!

    Si vous êtes superstitieux, dites-vous que c'est plutôt un jour de chance ! la preuve, il fait beau.

    L'histoire qui suit parle de signes et superstitions...et je m'aperçois que je parle surtout de "mauvais présage"...Quelqu'un aurait-il un exemple de "bons présages" à me donner ???

    Dame de pique

    Dame de pique

    Vendredi 13 :

    Le jour de toutes les superstitions... Ce jour-là, aujourd’hui donc, nous sommes nombreux à penser que la chance sera avec nous, ou au contraire, la poisse. A en croire la file d’attente au tabac-presse qui délivre les jeux à gratter et les grilles à remplir pour le loto, nous y croyons certainement un tout petit peu à la chance !... De même, nous serons un bon nombre à refuser de passer sous une échelle,  mettre le couvert pour treize convives, ouvrir un parapluie dans une maison ou poser le pain à l’envers sur la table...Nous toucherons du bois et croiserons les doigts au moment d’une épreuve  précisément ce jour-là.

    Serions-nous donc superstitieux ?

    Pour en être sûre, je me suis penchée sur la question et j’ai regardé sur internet la définition que l’on attribue à ce mot...il est écrit : « La superstition est la croyance irraisonnée fondée sur la crainte ou l’ignorance qui prête un caractère surnaturel ou sacré à certains phénomènes, à certains actes, à certaines paroles. »

    C’est donc cela ! Ce qui porte à croire que cette croyance n’est pas vraiment fondée ! Zut alors, moi qui croyais que....pourtant, j’avais quelques anecdotes en magasin qui me laissaient croire que...

    Je sais, certains diront qu’ils ne sont pas superstitieux parce que ça porte malheur...c’est drôle, mais ça ne veut rien dire. Je pense plutôt que Jean Cocteau a donné lui, la définition qui me convient d’avantage ...il a écrit que « La superstition, c’est l’art de se mettre en règle avec les coïncidences »

    Voilà qui me plait ! et j’en viens à deux petites anecdotes pourtant pas drôles du tout.

    1 - Dans les premiers temps de notre rencontre,  tandis que nous nous promenions dans la campagne à la tombée de la nuit, mon mari s’arrêta soudain, comme pris de panique. Nous venions d’entendre le hululement, il faut bien l’admettre particulièrement lugubre, d’une chouette :

    -         Je n’aime pas ça ! Chez nous, c’est de très mauvais augure, me confia-t-il en m’énumérant un ou deux exemples de ces soi-disant mauvais présages.

    -         Ce n’est qu’une chouette ! Nous sommes à la campagne, on en entend sans arrêt...

    -         Non ! Pas tant que ça...et ...

    -         N’importe quoi !

    J’arrête net cette discussion qui m’embarrasse et me trouble plus qu’elle ne le devrait.  Je n’aime pas tellement ce genre de truc, je dois bien l’avouer...et mon mari est pourtant bien au-dessus de ces superstitions stupides...Pourquoi aurait-il peur d’une malheureuse chouette !

    Quelques jours plus tard, un membre très proche de sa famille disparaissait...Coïncidence probablement,  n’empêche que depuis ce temps, le cri de la chouette ne m’a jamais fait bonne impression, et j’ai tendance à me cacher la tête sous l’oreiller lorsque je l’entends.

    2- Ce jour-là, sur le marché, ma sœur et moi sommes très optimistes : Maman va beaucoup mieux. Après huit jours de cauchemar, nous pouvons enfin souffler un peu. En effet, depuis l’accident de voiture qui a emporté mon père, notre mère souffrait le martyre à l’hôpital et nous passions une bonne partie de nos journées auprès d’elle.  Hier, elle allait beaucoup mieux et nous sommes sorties de sa chambre avec…oui… le sourire. Mon fils qui souhaitait  la voir,  pourrait enfin lui rendre visite cet après-midi.

    Je m’attardais donc devant une très jolie robe en me disant qu’elle serait parfaite pour elle  lorsque ma sœur se figea. Elle venait de ramasser une carte à jouer abandonnée sur le sol (que faisait-elle là, cette carte ?) et me la tendait, toute tremblante.

    -         La dame de pique ! C’est mauvais signe !

    Je savais ce qu’elle voulait dire puisqu’il nous arrivait fréquemment de choisir quelques cartes dans un jeu et d’essayer d’en interpréter la signification...et chaque fois, le pique nous mettait assez mal à l’aise...alors la dame de pique ! …une dame malade ? pire ? (signification entre nous, complètement aléatoire, puisque nous n’y connaissons absolument rien !).  Immédiatement, sans raison, nous avons pensé à notre mère…et c’est dans l’heure qui a suivi que mon oncle  est venu nous chercher, le visage défait...   

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonjour tout le monde,

    Voici donc la suite du "mystère du noisetier" ...où nous emmène donc Jaune Rouge le moineau? Et quel est donc ce trésor?

    Le mystère du noisetier - 3

    Le  message  de  Jaune-Rouge

     

    -         Qu’est-ce que ça veut dire ? On n’a quand même pas fait tout ce chemin dans les broussailles pour ça ? s’insurge  Angélique

    -         Il doit y avoir une logique, tente d’expliquer  Sylvain.

    Mathis, quant à lui, examine avec attention la brindille lovée dans une étoffe de satin jaune et rouge.

    -         Bien sûr ! c’est une branche de noisetier ! Vous vous souvenez de ce que je vous ai dit tout à l’heure : avec cette brindille les sourciers détectent les cours d’eau souterrains, les chercheurs d’or sont capables de découvrir des filons d’or, les….

    -         Oui, et alors, tu crois vraiment qu’on va s’amuser à chercher de l’or dans le ruisseau ? il n’y en a jamais eu ici, le coupe Sylvain

    -         Attend !... Je n’ai pas eu le temps de vous parler de cette légende que j’ai lu dans un très vieux livre. Elle raconte que la nuit de Noël, dans chaque buisson de noisetier, il y a une branche qui se transforme en rameau d’or. On dit aussi qu’elle est très difficile à obtenir parce qu’il faut la couper dans des conditions très précises et laborieuses,  mais que lorsque l’on réussit à la posséder, elle a des pouvoirs aussi puissants que celles des fées….

    Ses deux amis l’écoutent attentivement et pensent qu’il est sur la bonne piste…sauf que : cette brindille n’est pas en or !!

    -         Tu as vu, ce n’est qu’un bout de bois quelconque ! lance Sylvain en s’emparant brusquement du rameau.

    C’est alors qu’une chose incroyable laisse les trois amis sans voix. Dans la main du jeune garçon,  la brindille prend instantanément l’apparence d’une baguette en or brut, illuminant la cabane de mille minuscules étoiles scintillantes.

    Les enfants se figent de stupeur. Quand ils reprennent leurs esprits, le rameau a repris sa place dans le coffret que Sylvain  referme doucement en tremblant légèrement.

    A peine remis de ses émotions, Mathis propose à la petite troupe de se rendre à la bibliothèque pour rechercher le fameux livre de légendes anciennes qui doit certainement contenir le « mode d’emploi » de cette baguette magique.

    Mais auparavant, ils doivent impérativement rentrer chez eux car leurs ventres commencent à gargouiller…Il ne doit pas être loin de midi.

    Angélique indique le chemin du retour grâce aux rainures toujours présentes sur la feuille.  Et, tout comme à l’aller, elle peste contre les épines et les ronces qui lui écorchent les jambes, sous l’œil amusé des garçons.

    L’après-midi promet d’être très passionnante.

        Une lumière diffuse enveloppe la pièce dans laquelle se sont réfugiés les trois enfants. Absorbés par leur lecture, ils sursautent en chœur lorsqu’ils entendent sonner les cloches de l’église :

    -         Déjà 16 heures ? déplore Angélique. L’ouvrage dont tu nous as parlé a bel et bien disparu ! Et on n’a encore rien trouvé dans les autres !

    -         Si, si, écoutez ça ! lance Sylvain en suivant de l’index chaque mot d’une phrase dégotée dans un très vieux livre de magie recouvert de poussière: «Le rameau d’or est très puissant. Il permet à celui qui le possède d’exaucer son vœu le plus cher ainsi que ceux de ses amis. Mais attention : un seul par personne ! et ceci le temps d’une lunaison - de la pleine lune suivant son acquisition jusqu’à la suivante -…Ensuite, le rameau redevient brindille »  C’est tout ! On sait seulement que le temps est compté pour exaucer des vœux, mais on ne sait pas comment faire.

    Sylvain ferme le livre et le replace sur l’étagère du haut. Il poursuit en redescendant de l’échelle sur laquelle il était perché.

    -         Vous y comprenez quelque chose vous ? Si j’en crois Mathis, ce rameau n’apparait que la nuit de Noël, et nous sommes au mois d’août…Ensuite, C’est bien sur un noisetier que l’on peut repérer cette petite branche, mais nous l’avons découverte dans un coffret caché dans un chêne…Que faisait-elle là ? Si on ajoute à cela que le rameau d’or  n’exauce les vœux que pendant un mois, il faut croire qu’il n’a jamais été utilisé !!!  C’est quand même étonnant ! Non ?

    -         Oui, c’est curieux, ajoute Mathis ! Et cela ne nous donne pas non plus le mode d’emploi de cette « baguette magique »…Fais voir un peu le coffret !

    Lentement, Sylvain ouvre la boite contenant le trésor, jette un coup d’œil dans la salle pour s’assurer que personne ne les observe et prend la baguette dans ses mains, laissant s’échapper des myriades d’étoiles brillantes.

    Machinalement, Angélique tâte le carré de velours sur lequel reposait la brindille, et le sort de son écrin.

    -         Une lettre !! il y a un mot dans la boite ! s’exclame-t-elle

    -         Vite, ouvre-là lui demande Mathis

    -         Voyons, voyons…drôle d’écriture ! c’est écrit à l’encre bleu des mers du Sud…ça me rappelle quelque chose, mais je ne peux pas dire quoi

    -         Allez lis le message ! s’impatiente Sylvain.

    -         Voilà, j’y arrive, mais c’est bizarre !

    -         Allez, dis-nous ce qui est écrit

    -         C’est écrit : « 1- Il est impératif de tenir cette baguette pour exaucer son vœu. 2- Un vœu sollicité sous le coup d’une émotion ne pourra pas être annulé sauf par une autre personne qui sacrifiera son propre souhait. 3- le vœu doit être formulé après la formule magique. 4- formule : barakanougakaramelora »

    -         Génial ! donc  la formule c’est baraka ka quoi déjà ? Fais voir le billet Angélique !  J’ai envie d’essayer tout de suite moi ! s’exclame  Mathis, complètement excité.

    Il attrape la baguette et commence : ba ra ka nou ga ka ra me lo ra, je veux que …

    Sylvain le coupe net en lui posant un doigt sur la bouche pour stopper son élan

    -         Arrête, on n’a droit qu’à un seul vœu, n’oublie pas…il faut bien réfléchir avant de dire n’importe quoi. Et puis, on a un mois à partir de la pleine lune. C’est quand déjà ?

    -         Demain, le 22 août, répond Angélique qui vient juste d’anticiper la question en  regardant sur le calendrier accroché au mur. Et la magie opérera jusqu’au 21 septembre.

    -         Alors dès demain, on avise…Je crois que nous avons tous besoin d’une bonne nuit de repos.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique