• Belle journée à toutes et à tous sarcastic,

    Histoire insolite du lundi : "des meubles en bois plume"...deuxième volet....

    Après l'histoire de l'armoire qui se déplace toute seule (publiée le 22 mai), voici une anecdote des plus étrange!!

    "Bois plume" - 2

    Des meubles en « bois plume » 2

     
                                                           

    Après l’histoire de l’armoire qui se « déplace toute seule », voici une anecdote du même acabit avec une énorme table en chêne massif.

         Il y a de cela quelques années, voire quelques dizaines d’années. Allez, je n’ai pas peur de le dire : près de quarante ans se sont passés depuis cette soirée mémorable, mais ma mémoire est pratiquement intacte ! Oui, oui.

       Nous étions en vacances dans un petit village de Haute Savoie avec des amis très proches. Nous partagions tout : nos soirées, nos jours de détente, nos vacances, nos rires, nos joies, nos passions….enfin tout. Nous n’avions pas encore connu de peines ! Uniquement le bonheur de connaître l’insouciance de la jeunesse.

    Enseignants dans le même bahut, Jean et Bernard s’entendaient comme larrons en foire et l’on ne voyait jamais l’un sans l’autre. C est donc tout naturellement que nos deux familles s’étaient rapprochées….Nous vivions vraiment ce que l’on peut appeler le « bonheur »

        Allons, allons, laissons de côté la nostalgie des jours passés, je ne vais pas m’étendre sur cette relation qui somme toute, était relativement simple. Je vais juste écrire quelques lignes sur cette mémorable soirée « tarot » durant laquelle notre conversation avait quelque peu viré au « surnaturel », ou plutôt au « pouvoir de la pensée » !

    Comme tout le monde, nous avions appris que nous n’utilisions qu’une infime partie de nos capacités, que nos facultés s’étendaient bien au-delà de ce que nous réalisions, et nous trouvions bien dommage de ne pas savoir comment « aller plus loin »

    -         le pouvoir de la pensée est infini ! c’est fou ce que l’on peut faire simplement en y croyant vraiment, nous affirma notre ami

    -         Que veux-tu dire ?

    -         Que tout est possible !

    -         C'est-à-dire ?

    -         Simplement que l’on peut vraiment déplacer des montagnes !!

    -         Oui, bien sûr ! c’est une expression pour dire que l’on peut toujours faire mieux ! toi, le prof, tu dois dire ça à tes élèves pour les inviter à se dépasser, c’est normal. Mais, c’est quand même limité, non ?

    -         Non ! il y a un exemple très simple que j’ai déjà vérifié avec des potes …Tiens, si vous voulez, on le fait ce soir.

    -         Allons-y

    -         Tu vois cette table ! eh bien, je vous garantie qu’avec Bernard, on la soulève tous les deux avec seulement deux doigts

    Mais bien sûr !! Une grande table comme ça ! En chêne massif en plus ! Tu as fumé la moquette ? J’essaie quand même machinalement de soulever un coin de la table (avec mes deux mains), elle ne bouge pas d’un chouia.

    -         Mets-toi de l’autre côté. On ferme les yeux et on se concentre…il suffit d’imaginer qu’elle est légère…allez, c’est parti

    Mon amie et moi les regardons en silence, complètement incrédules ! Les deux copains se regardent, ferment les yeux et placent leurs deux index sous la table…quelques secondes plus tard, on constate, non sans surprise que la table décolle de quelques millimètres (il ne faut pas exagérer non plus !)

    -         On peut faire encore mieux si vous n’y croyez pas…Tiens, ton fils, il pèse bien une quinzaine de kilos, non ?

    Et sans attendre la réponse, il prend notre fils dans ses bras et l’assoie sur la table…

    -         Allez, on recommence

    L’expérience est une nouvelle fois un succès !! La table se soulève une nouvelle fois ! avec un enfant assis dessus (comme si le poids seul de ce meuble n’avait pas suffi)

    Nous n’avons jamais retenté l’exploit…peut-être parce que le pouvoir de l’esprit fait un peu peur malgré tout.

    Avec le temps, je me demande quand même comment cette expérience a été possible !!

    Il n’y avait bien sûr aucun trucage !

    En écrivant ces lignes, je me dis qu’il est peut être temps de renouveler cela !! Après tout, c’est rassurant de se dire que l’on peut faire toujours plus !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonjour et belle journée à tous, happy ,

    Dimanche, jour des animaux...

    Aujourd'hui, on découvre que même nos amis les bêtes ont leur petit "égo" à travers quelques "selfies" !!

    ça fait 15 fois que je le recommence ce selfie !

    Je vais finir par devenir "chèvre" !!

    Selfies

    Booooooo!!!

    Selfies

    Selfies Allez, une petite photo cochonne pour terminer !!!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous sarcastic,

    Suite des aventures de Roucoulvert: Notre jeune collégien rentre chez lui et fait la connaissance de son nouvel ami, le pigeon voyageur....

    Un peu d'anglais

       Un peu d'anglais...

    La porte d’entrée s’ouvre lentement...Ewenn entre dans le vestibule et commence son petit rituel. Il se débarrasse de son cartable qui lui broie le dos avec un soupir de soulagement, ôte rapidement ses chaussures sans les délasser, les pousse du pied près de l’escalier et pose son manteau à même le sol. Il se dirige ensuite vers la cuisine, sort une glace à l’eau du congélateur et s’installe devant la télé pour la déguster tranquillement....un peu de repos bien mérité avant de s’attaquer aux devoirs.

    Il se ravise soudain et se dirige vers le terrarium pour saluer Clamos.

    -        -  Coucou toi !  Je ne t’ai pas trop manqué aujourd’hui ?

    A sa grande surprise, Clamos lui répond du tac au tac :

    -          - Oh non ! je me suis amusé comme un petit fou avec Roucoulvert ! Il m’a appris à voler…à …

    -          - Roucoulvert ? Qui ...qui...

    C’est alors qu’il aperçoit le jeune pigeon voyageur perché sur le haut de la bibliothèque, entre un éventail ramené d’Espagne et une pile de bandes dessinées.

    -          - Que fais-tu là toi ?

    -          - Hello ! je viens d’Angleterre, lui répond Roucoulvert en amplifiant volontairement son charmant accent anglais. Je suis chargé de t’apporter un message de la part de Toudouvert. Il parait que c’est ton ami.

    -          - Oui, c’est juste ! tu me la donnes cette lettre ?

    Ewenn tend la main en direction de l’étagère où se trouve le pigeon ;

    -          - Taratata! pas tout de suite... il est où ton sens de l’hospitalité ?? j’ai très très faim.

    -          - Oh Sorry !  tu veux un sandwich ?

    -          - Quelques morceaux de pain suffiront....avec un thé.

    -          - Du thé?

    -          - Oui, un thé à la bergamote, please !

    Tout en picorant les miettes de pain, Roucoulvert raconte toute son aventure, sa vie dans son pays, sa rencontre avec Bibulle le dauphin...puis, Ewenn prend enfin connaissance du message de Toudouvert.

    -          - Tu as fait tout ce chemin, et tu as pris de grands risques uniquement pour m’apporter ces quelques mots ? demande- t-il un peu incrédule.

    -          - Oui ! il parait que tu étais très inquiet de la disparition de ton ami.

    -          - Pas tant que ça !! et puis, il ne m’apprend pas grand-chose...je ne sais même pas quand il va revenir ! Tu es sûr qu’il t’a envoyé là uniquement pour ça ?

    Et sans attendre de réponse, Ewenn replie le billet, prend son cartable et se décide enfin à faire ses devoirs. En apercevant le cahier d’anglais ouvert sur la table, Roucoulvert  s’exclame :

    -          - Ça y est j’ai compris ! Toudouvert m’a envoyé jusqu’à toi pour t’aider !! C’est pas ta tasse de thé l’anglais ? n’est-il pas ??

    C’est ainsi que Roucoulvert a apporté une aide très précieuse à notre petit collégien pour ses devoirs d’anglais…mais sa mission ne s’arrête pas là !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Belle journée à toutes et à tous,

    L'histoire de Roucoulvert et Clamos se poursuit...Demain, un nouvel épisode. Le petit pigeon voyageur s'apprête à donner le message de Toudouvert à Ewenn qui revient tout juste du collège...

    Mais avant, rappelons-nous de la suite des aventures de Toudouvert, le gentil dragon ....( début le 3 février)

    Toudouvert - 2

    Qu’est  devenu  Toudouvert, Le  dragon  vert ?

     

    Vous vous souvenez de Toudouvert, le gentil dragon vert qui vivait dans un livre d’images ? Non ?

    Oh mais bien sûr ! Que je suis sotte ! Vous ne pouvez pas connaître son histoire puisqu’elle était destinée à un seul petit garçon, qui lui ne l’a pas oublié…Il m’en a même reparlé il n’y a pas si longtemps en me demandant ce qu’il était devenu, ce sympathique dragon. 

    Évidemment que je la connais, moi, la suite de l’histoire de Toudouvert.  Il est toujours au pays des contes et des légendes où il attend sagement que l’on vienne lui rendre visite.

    Vous voulez faire sa connaissance ?  Alors je vais d’abord vous le présenter : Toudouvert est un très adorable dragon qui a sauvé Ewenn des griffes d’une affreuse sorcière alors qu’il n’était qu’un jeune enfant.

    Tartozépinar (c’est le nom de l’abominable sorcière aux doigts crochus, aux  grosses verrues et au nez tordu) était apparue dans le livre qu’il feuilletait, et comme par magie,  elle lui avait attrapé le bras avant de le faire entrer de force dans la page de l’album.

    Il avait  beau hurler, tambouriner, taper du pied, pleurer, appeler son papa, et essayer de ressortir du livre, il n’y arrivait pas et Tartozépinar le retenait prisonnier dans un pays glacial. Lors d’un moment d’inattention de la sorcière, il sauta dans la page suivante où il tomba nez à nez avec un dragon…Toudouvert ! Eh oui !

    Je passe sur les détails, mais c’est grâce à lui qu’Ewenn a enfin pu retraverser l’album et atterrir à nouveau dans sa chambre.

    Voilà ! Je ne peux pas en raconter plus parce que cette histoire appartient à Ewenn, mais je vais, en revanche, vous raconter la suite de l’aventure de Toudouvert.

    Après cette péripétie effrayante, Ewenn est parti rapidement à l’école avec sa maman, sans penser une seule seconde que le dragon avait profité de l’occasion pour sortir lui aussi du livre d’images.

    Le soir même, il avait complètement oublié sa rencontre avec la sorcière et Toudouvert lorsque celui-ci apparut en pleine nuit, à la lueur de sa veilleuse. Comme Ewenn aimait beaucoup les contes, Le gentil dragon lui raconta des histoires jusqu’au petit matin et lui promit de revenir très vite.

    Mais jamais il ne le revit et il pensa que son nouvel ami l’avait oublié.

    En fait, Toudouvert était libre et son désir le plus cher était avant tout de découvrir la vraie vie, celle dont le petit garçon lui avait parlé le soir où ils s’étaient retrouvés.

    Il trouva d’abord très amusant d’aller rendre visite aux enfants le soir lorsque tout le monde dormait dans les maisons…parfois, il les terrorisait et il se retrouvait très rapidement à la porte chassé par des parents furieux.

    D’autres fois, il se cachait parmi les peluches et personne ne le voyait. Il pouvait alors regarder les enfants dormir, et comme il en avait le pouvoir, il transformait leurs cauchemars en beaux rêves étranges peuplés d’animaux fabuleux, de pays lointains, de preux chevaliers, et, pour les filles, de jolies princesses aux cheveux d’or.

    Une nuit de pleine lune où il venait d’être délogé d’une villa à grands coups de balai, il décida qu’il était grand temps de retourner chez lui, avec sa famille, dans son « histoire » à lui. Mais pour cela, il devait à tout prix retrouver le chemin qui le mènerait chez Ewenn. C’est lui qui possédait « son album ».

    Il déambula dans les rues, sur les chemins déserts, traversa des bois et de vastes champs,  et se retrouva bientôt près d’un lac gelé.

    Des éclats de lune glissant sur la glace étincelante offraient un spectacle éblouissant …il resta longtemps à le contempler lorsque soudain, il vit dans ce miroir argenté, le reflet d’une petite cabane en bois située de l’autre côté de l’étendue gelée. Décidé à aller la visiter, il se précipita sur le lac et s’affala de tout son long – il ne savait pas patiner ! -  A plusieurs reprises, Il tenta de se relever, mais sans succès et tomba encore et encore, ce qui fit éclater de rire une fillette qui l’observait depuis un long moment, de l’autre côté du « miroir », près du cabanon.

    Lorsqu’il la vit, Toudouvert se sentit si penaud qu’il s’énerva et se mit à souffler. Il souffla si fort qu’une longue flamme orange et jaune s’échappa de ses naseaux.

    Je ne vous l’avais pas encore dit, mais Toudouvert était un très jeune dragon. Il ne comprit donc pas ce qui lui arrivait, c’était la première fois qu’il crachait du feu. Il fut encore plus surpris de constater que la glace sur laquelle il luttait depuis un moment fondait rapidement sous son poids. C’est alors qu’il plongea tête la première dans l’eau froide. Plouf !!

    Évidemment, cela eut pour effet de faire s’esclaffer encore plus Gretel (c’était le nom de la fillette !) qui aperçut alors la tête du dragon sortir de l’étang gelé, un énorme poisson sur le bout du nez.

    Terriblement vexé sur le moment, notre gentil dragon regarda la fillette et se mit à rire lui aussi – le rire est une bonne maladie très contagieuse –  et s’envola pour se libérer.

    Il vint se poser près de Gretel  et il remarqua qu’elle grelottait. Il souffla un petit peu pour qu’elle se réchauffe pendant qu’elle lui racontait son histoire.

    Elle confia à Toudouvert qu’elle s’était échappé d’un livre alors qu’une horrible sorcière voulait s’emparer d’elle (Il comprit bien sûr qu’il s’agissait de Tartozépinar). Elle avait atterri dans cette masure où il faisait très froid, et depuis plusieurs mois, elle était seule et commençait à s’ennuyer. Elle n’avait qu’une idée en tête : retrouver son frère Hansel et ses parents.

    Le gentil dragon lui proposa alors de monter sur son dos et ils voyagèrent ainsi de longues heures pendant lesquelles Toudouvert soufflait de temps en temps pour réchauffer la fillette.

    Ensemble ils cherchèrent parmi les villes qu’ils traversaient, les quartiers, les immeubles et  les maisons, l’endroit où vivait Ewenn.

    Ils finirent bien sûr par retrouver sa maison, ils passèrent par la fenêtre de la chambre d’Ewenn, lui firent un petit coucou en passant en lui promettant de revenir bientôt, et sautèrent ensemble dans l’album qui n’avait pas quitté la table de chevet.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous sarcastic ,

    L'hiver, la neige, le froid...ça fait rêver, non ??? et pourquoi pas "délirer" un peu!

    L'étoile de neige

    L’étoile de neige

    Après une journée froide mais largement ensoleillée, le ciel s’est brusquement assombri en fin d’après-midi, passant d’une jolie couleur bleu azur à une teinte plus argentée, puis carrément gris foncé.

    Les enfants viennent juste de rentrer pour prendre leur goûter et se réchauffer auprès de la cheminée lorsque  Mary, l’aînée, s’écrie :

    -          - Oh ! il neige !

    Trois petites têtes se tournent alors vers la fenêtre avec un large sourire en guise de satisfaction. Les trois loulous avalent rapidement leur crêpe au sucre et se plantent devant la baie vitrée pour regarder les flocons virevolter délicatement dans le ciel.

    -          - Comme c’est beau ! c’est tout blanc ! s’exclame Angèle...on peut aller jouer avec notre traineau ?

    -          - Demain matin, promet maman en observant du coin de l’œil Johann qui semble discuter avec des êtres invisibles derrière la vitre...Avec qui parles-tu mon lapin ?

    -         - Je ne suis pas un lapin ! …tu as vu ? il y a plein d’étoiles de neige !

    -          - Ce ne sont pas des « étoiles de neige » mais des flocons ! corrige Mary.

    -          - Non ! il a raison.

     Maman semble catégorique...elle s’approche des enfants:

    -          - Les deux existent, explique-t-elle.  On a même beaucoup de mal à les reconnaître. Ils sont pourtant très différents. Un flocon est constitué de particules de glace et  l’étoile de neige est un minuscule éclat de planète tombé du ciel. Elle  profite du temps froid pour se fondre avec la neige et descendre sur terre.

    Mary s’éloigne en haussant les épaules. Sûr ! Elle ne croit pas un mot de ce qu’elle vient d’entendre. Pourtant sa maman est bien renseignée.

    En effet, cette mini - planète renferme des centaines d’habitants microscopiques qui ressemblent trait pour trait à des humains...mais en plus petits. Ils viennent nous rendre visite pour découvrir les magnifiques paysages terrestres dont on leur a parlé, nos coutumes, nos traits de caractère, nos émotions ... Parfois, ils entrent en contact avec l’un d’entre nous (comme c’est le cas pour Johann en ce moment)...Un « neigien »  devient alors son ami et en échange de tout ce qu’il apprend sur terre, il lui confie des secrets ! Ces petits êtres étranges sont aussi dotés de merveilleux pouvoirs magiques, et lorsque les enfants qu’ils ont choisis leur  sont  très sympathiques, ils réalisent leurs rêves. Dès que leur mission est terminée, ils retournent dans le ciel en se hissant sur les ailes d’un oiseau...

    Tandis que ses deux sœurs écoutent leur maman raconter l’histoire des mystérieuses planètes, Johann sort dans le jardin... Derrière la fenêtre, ses nouveaux amis lui ont fait signe de s’approcher pour les accompagner dans une aventure extraordinaire....Dès qu’il arrive près deux, il se sent rapetisser, rapetisser, rapetisser jusqu’à devenir aussi petit qu’un microbe. Il est aussitôt aspiré dans le splendide palais de glace qui le fascinait tout à l’heure. A l’intérieur, c’est encore plus beau que ce qu’il imaginait. D’immenses ailes sculptées dans la glace renferment toute une population de gentils personnages qui lui souhaitent la bienvenue. Une activité incroyable les anime. Les uns observent chaque détail de l’extérieur  dans de drôles d’appareils sophistiqués, d’autres prennent des notes sur des ordinateurs comme les nôtres, d’autres encore construisent des maquettes ressemblant trait pour trait aux paysages rencontrés lors de leur voyage sur terre…. On l’installe sur un large fauteuil de cristal blanc transparent qui fait face à une large baie donnant sur son jardin. L’étoile de neige se pose alors sur la tête d’une petite mésange bleue. L’oiseau prend son envol pour lui faire visiter le monde comme il ne l’a jamais vu auparavant.

    Du haut d’un grand chêne, il fait face à un panorama blanc immaculé. Il aperçoit le ruisseau argenté dans lequel les arbres givrés se reflètent, son école et sa maison recouvertes d’un joli manteau de neige…l’oiseau s’éloigne un peu et son envol le rend fou de joie,  comme s’il avait lui-même des ailes pour planer au-dessus de la ville. Il pénètre ensuite dans un nuage gris débordant de flocons et de cristaux de différentes formes qui prennent leur envol en tournoyant dans les airs, aussi légers que des plumes. Dans son étoile de glace, il les suit en imitant leur danse aérienne… jusqu’au sol.

    Un peu étourdi par son voyage, il reprend sa place près de la fenêtre du salon entre ses deux sœurs qui contemplent encore la neige qui n’en finit pas de tomber.

     

    L'étoile de neige

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique