• Bon jour,

    Halloween approche, les vacances aussi...et bien sûr, les sorcières sont partout !

    Angélise, la gentille sorcière, nous a fait un coucou la semaine dernière, Voilà à présent Grossepatate, pas sympa pour un sou!! attention les enfants!!

    Dessin de Ewenn

     

    Grossepatate

     

    Grossepatate

         Vous vous souvenez de la dernière nuit de pleine lune avant Halloween, la nuit où les sorcières se sont  réunies au pied du vieux chêne creux, au beau milieu de la forêt de Brosse Landes ?

    Eh bien, parmi elles il y avait une sorcière très gourmande et très laide, et méchante aussi, Grossepatate, qui  a passé toute la soirée avec sa meilleure amie Tartalapraline...Elles étaient tellement heureuses de se revoir qu’elles ont mis au point ce soir-là  un plan diabolique dans leur intérêt à toutes les deux !!

    Adossé au vieil arbre séculaire, un peu caché par son ombre, elles n’arrêtaient pas de jacter d’une voix aigüe et mielleuse, déblatérer sur les copines et ricaner bêtement. Et tandis qu’elles jactaient, déblatéraient et ricanaient, Grossepatate en profitait pour dévaliser l’arbre rempli de bonbons aux couleurs vives que présentait sa copine à l’ensemble des sorcières. Elle engloutissait les friandises les unes après les autres. La reine des neiges en guimauve n’avait pas grâce à ses yeux. Yoda, Anakin et Luke en gélatine étaient également croqués et dévorés goulûment.  Elle s’empiffrait en bavant, de réglisses, marshmallows, caramels et berlingots... sans s’arrêter.

    -          -    Ah ah ah ! persiflait Tartalapraline... je suis absolument sûre maintenant que les enfants ne résisteront pas à toutes ces douceurs et sucreries

    -            -  Pourquoi tu dis ça ???

    -            -  Il n’y a plus rien dans l’arbre à bonbons !! tu viens de tout becqueter !!!

    -            -  Oups !Tu as raison...En plus, j’ai dû prendre un peu de poids ces temps-ci....je n’arrive plus à monter sur mon balai.

    Il faut dire que Grossepatate n’est pas menue-menue...Je veux dire par là qu’elle prend beaucoup de place ! c’est pour cette raison d’ailleurs que les autres horribles sorcières l’on affublée de cet affreux surnom. Elle n’est pas non plus jolie-jolie. Elle est plutôt moche, bizarre. Ses dents sont toutes noires à cause des caries, elle s’habille en jaune fluo pour se faire remarquer et elle est toujours accompagnée de son animal de compagnie, une citrouille. Ça change des chats noirs !

    -           -  J’ai un plan pour redevenir belle, jeune et jolie. Je vais....

    -           -   Pourquoi tu dis « redevenir » ? tu as déjà été belle ? la coupe froidement sa copine.

    -            -  Oh arrête ! Ne te moque pas! Il faut que je capture un enfant pas trop petit, mais pas trop grand non plus. Il faut qu’il soit suffisamment mince et mignon pour que je puisse échanger ma vieille carcasse contre la sienne avec la mixture que je viens d’inventer.

    Grossepatate poursuit son explication à l’oreille de sa copine, d’une voix éraillée et rauque

    -            -  C’est une boisson qui ressemble à tout ce que les enfants aiment : coca, jus de fruits ou simplement sirop de toutes les couleurs. Et puis, cela fera notre affaire à toutes les deux. Quand j’aurai mis mon plan à exécution, le gamin aura  mon embonpoint, juste ce qu’il faut pour que tu puisses le manger ! Et moi, je serai enfin toute mince...sans être obligée de faire un régime strict, pénible et astreignant.

    -            -  Tu veux dire, un régime comme a fait Angélise ? Pourtant, elle n’a pas arrêté d’affirmer que c’était très facile...elle a retrouvé une silhouette magnifique en a peine dix jours parait-il !!

    -           -   Taratata ! je ne veux pas de régime, et c’est quand même plus facile avec un môme !!

    -            -  Alors il faut que tu trouves un enfant qui ne soit pas gourmand, et que je ne pourrai pas attraper moi-même avec mes bonbons

    -            -  C’est ça ! et tu sais où je peux le dénicher ce gamin ?

    -           -   Je ne sais pas moi !! voyons voyons ! dans les clubs de sports je pense,  c’est dans ces endroits que l’on trouve le plus d’athlètes !..tu peux aussi aller voir dans les collèges : les enfants n’aiment pas trop ce qu’on leur sert à la cantine !

    Quelle bonne idée ! Grossepatate est aux anges !!! !bien sûr, ce n’est pas dans les salles de sports qu’elle se rend aujourd’hui (elle a bien trop peur que le professeur lui demande de faire des abdominaux, du step  ou de porter des haltères), mais dans un collège...elle va certainement y rencontrer l’enfant de ses rêves ...mais aussi de quoi se rassasier ! elle a très très faim !

    Déguisée en cuisinière, elle entre dans le réfectoire d’un collège après avoir grignoté dans tous les plats à la cuisine. Très vite, elle fait son choix. Ewenn correspond exactement à l’enfant qu’elle avait imaginé. Elle l’attend à la sortie dans la voiture de sa mamy qu’elle a « empruntée ». Ewenn est si content que sa mamy vienne le chercher qu’il monte sans regarder à l’intérieur de la voiture...Et le voilà prisonnier de l’abominable sorcière. Elle l’emmène de force dans sa maison – un vieux moulin tout délabré – et ferme la porte à clés.

    -            -  A nous deux maintenant ! ricane-t-elle. Tu as soif ? Tiens voilà un verre de menthe à l’eau. C’est bien ta boisson préférée ?

    Ewenn reste méfiant, il est très malin aussi. Il prend le verre mais il a deviné qu’il s’agit d’un piège.

    Évidemment, dans son verre, il n’y a rien d’autre que la potion magique qui doit échanger son apparence contre celle de la sorcière. Ewenn n’est pas dupe, le vert de la menthe est trop vert, l’odeur trop forte, et en plus, le verre est sale !

    -            -  Merci madame, lui dit-il simplement.

    -            -  Ben alors, tu bois ?

    -           -   Je n’ai pas soif

    -         -     Mais si, tu as soif !!

    -            -  Bon d’accord...mais j’ai faim aussi, j’aimerais bien un petit goûter.

    La sorcière va dans la cuisine chercher une biscotte (il ne faut pas non plus quelque chose de trop gras ! ).

     Pendant ce temps, Ewenn fait mine de boire le contenu du verre parce qu’il a vu que la sorcière le regarde en douce...Il attend le bon moment...la sorcière se retourne une seconde. ..et hop ! il en profite pour vider discrètement son verre dans la gamelle de la citrouille domestique qui l’avale d’un trait. Elle se met alors à grossir, grossir, grossir et paf ! elle explose littéralement.

    La sorcière qui vient d’entendre le bruit sourd revient avec la biscotte. Elle comprend ce qui vient de se passer, mais n’a pas le temps de jeter un sort à Ewenn...la potion a fait son effet, et elle commence à rétrécir, rétrécir, rétrécir ...elle est à présent toute ronde et pas plus haute qu’un ballon.

    Ewenn lance un grand coup de pied dedans. La sorcière valse dans les airs, passe par la fenêtre et tombe dans la rivière qui serpente au pied du moulin. Elle est si lourde qu’elle coule directement au fond.

     


    votre commentaire
  • Bon jour à tous,

    Félicité poursuit son périple dans les rues bretonnes avec ses nouveaux amis...

    Dessins de François

    Et demain, revenons à " nos sorcières!!!"

    Félicité - 7 -

    Poupy

     

         Félicité découvrit son nouveau moyen de locomotion sur le terrain de volley du camping. Elle rassembla toutes ses affaires dans sa valise et enfourcha son scooter à l’arrière duquel Mirabelle prit place elle aussi.

       Une pluie fine commençait à tomber ce qui ne gêna pas pour autant les deux amies qui avaient pris soin de se munir de leur casque, un beau casque rose assorti au scooter, et qui partirent à l’aventure à l’intérieur des terres. Grisées par la vitesse, elles longèrent des canaux entourés de roseaux et prirent des chemins de traverses dans la lande à vive allure. Elles arrivèrent dans un charmant village très  pittoresque avec ses petites boutiques de souvenirs, son immense calvaire de pierre en plein milieu de la place de l’église et ses artisans qui travaillaient tout autour. Il y avait là une dentellière, un tailleur de pierres et un potier qui travaillait la terre pour fabriquer des vases, des poêlons et de drôles d’objets… Félicité crut même y reconnaître la créature qu’elle avait récemment aperçue à plusieurs reprises :

    -         C’est quoi ?… Des nains de jardin? Demanda-t-elle innocemment à l’homme qui modelait avec un évident plaisir et dont le grand tablier blanc était maculé de terre.

    -         Bien sûr que non ! Répondit-il légèrement vexé pour la confusion, mais heureux que l’on s’intéresse à son ouvrage. Ce sont des farfadets, des gnomes ou des elfes si vous préférez. Celui-ci, c’est un Poulpican et il porte bonheur expliqua-t-il en lui présentant une poterie représentant une tête rigolote avec une large bouche, des yeux ronds et une grande tige sur le dessus. On dit que ces petits génies sont malins et qu’ils hantent les forêts bretonnes pour faire peur aux promeneurs. Ils sont aussi capables d’exaucer les vœux. Celui qui se procure cette poterie doit mettre une bougie à l’intérieur, faire un vœu, et lorsque la bougie s’éteint, le souhait se réalise.

    -         C’est génial ça ! S’exclama Félicité. Il faut que j’en achète un pour Xavier. Avec ça, il est sûr d’avoir des bonnes notes, et Milou arrêtera de le gronder. Et celui-là ? Questionna-t-elle encore en montrant le petit personnage qui l’intriguait tant.

    -         Il est vraiment moche, non ? Ironisa Mirabelle Tu as vu son grand nez et ses longues oreilles qui sortent de son chapeau…et ses pompes ? Trop drôle ce bout crochu !!

    -         C’est vrai qu’il est un peu repoussant ! reprit la tortue

    -         Ne dis jamais ça à un Korrigan malheureuse ! Il n’aime pas qu’on l’insulte et sa vengeance pourrait être terrible ! Mais rassure-toi, d’habitude il sait se montrer très gentil. Il vit dans une grotte ou un dolmen et ne se montre généralement que la nuit…Savez-vous, poursuivit l’homme d’un ton songeur qu’il est très riche et qu’il garde son trésor au pied d’un menhir ?

    -         Ah ? C’est quoi un menhir ? Demanda Félicité tout en comparant machinalement cet homme avec le gardien du phare avec qui elle trouvait une étrange ressemblance : même regard profond et doux, même barbe, même gabarit, mais avec en plus des cheveux longs attachés en queue de cheval. Il interrompit sa rêverie en répondant simplement à sa question :

    -         C’est une immense pierre, mais tu en verras bientôt, j’en suis certain. A propos, mon nom est Loïg…

       Mirabelle écoutait distraitement la conversation en regardant autour d’elle à la recherche d’un endroit où on pourrait les accueillir pour déjeuner…elle commençait à avoir très faim.

    -         Regarde ! Là ! Un restaurant. On entre, s’exclama-t-elle soudain en apercevant une vieille demeure toute en pierres d’où sortait une magnifique enseigne en fer forgé avec en lettres d’or le nom d’une crêperie «Ty Quickos».

    Félicité - 7 -

    -         Oh, oui, mon ventre commence à gargouiller.

    Elles s’installèrent dans un coin un peu sombre de la salle et considérèrent alternativement la carte et le décor typiquement breton avec ses lourdes armoires de bois ornées de grandes rosaces, ses murs recouverts de pierres, ses  poutres apparentes, et ses assiettes de faïence peintes à la main.

    -         Waouh ! J’ai envie de tout, s'écria Félicité.

    -         Moi, je prendrai seulement une galette avec des noix de Saint-Jacques, du thon, des sardines et des anchois, répliqua Mirabelle.

    -         Il n’y en a pas au menu. Mais tu as raison. Pour moi, une fondue de poireaux me conviendrait parfaitement avec des…

    Elle allait poursuivre, mais la serveuse s’avançait déjà vers elles.

    -         Je vous sers une petite salade verte ? Demanda-t-elle en direction de Félicité, sans même adresser un regard à son amie.

    -         Une salade verte, voyez-vous ça ! Ricana Mirabelle. On n’a pas fait tout ce chemin pour une petite salade !!

    Dépitées, elles commandèrent une dizaine de galette de blé noir et autant de crêpes de froment au chocolat, au miel et aux amandes et s’empiffrèrent en prenant tout leur temps…Elles terminèrent par une bolée de cidre, et repartirent en vacillant un peu.

        Avant de reprendre la route, elles firent quelques pas dans le village et s’allongèrent à l’ombre d’un puits fleuri qu’elles remarquèrent sur une petite place…là, elles s’endormirent comme des souches.


    4 commentaires
  • Bon jour,

    Voici une nouvelle image pour les enfants !! Seront-ils nombreux cette fois à avoir autant d'imagination qu'Alexandre et Gabriel, mes deux fidèles petits écrivains en herbe !! Sans doute, d'autant plus qu'ils ont quinze jours pour faire travailler leurs méninges !!

    Le mardi 31 Octobre, ce sera Halloween et ce blog leur sera réservé !!!

    Mes sorcières viendront bien sûr (elles ont déjà commencé à faire leur apparition) avant et après ...l'une d'entre elles se prépare déjà...elle devrait arriver dès jeudi (je vous préviens...elle n'est pas très sympa!!)

    Belle journée à tous et à demain avec Félicité !!

    Citrouille

    A vos crayons !!!


    votre commentaire
  • Bon jour...

    Lundi, place au "mystère"....Cette nouvelle anecdote peut arriver à n'importe qui...Chacun se reconnaitra donc dans cette histoire.La preuve, il vient de m'arriver sensiblement la même aventure il y a quelques jours ( j'en parlerai lundi prochain)...

    Maintenant, si vous avez des difficultés pour faire vos achats de Noël (les catalogues sont déjà sortis!!!)....écoutez simplement votre "petite voix intérieure " ou  intuition.

    Belle journée à tous

    livre 3 D

    Le livre en 3D

         A la veille de Noël, je repense souvent à une petite « anecdote» qui m’a fait comprendre que l’on doit toujours écouter nos « petites voix intérieures ». Je la rapproche aussi des « transmissions de pensée » parce que les deux sont souvent liées

    Quelques jours avant Noël, j’avais l’habitude d’aller avec ma tante au centre ville pour acheter des cadeaux aux enfants …il s’agissait la plupart du temps d’un beau livre et nous courrions de librairie en librairie à la recherche de la « perle rare ».

    Nous nous donnions rendez-vous dès le matin du côté du marché de Noël,  et après avoir fait le tour des petits chalets qui sentaient bon les bougies parfumées, le pain d’épice, le sucre et le vin chaud à la cannelle, nous nous installions dans une crêperie pour déguster une galette et une pâtisserie. Après cela, on se sentait prêtes à affronter la foule dans les boutiques

    Cette année-là, je ne me faisais pas trop de soucis….Je trouverai sans problème un livre pour mon fils passionné de sports, et pour les filles, je savais déjà ce qui leur ferait plaisir…

    Trois librairies plus tard, j’étais en possession de trois albums magnifiques pour mes filles et je recherchais toujours un livre pour le fiston….

    La montagne, non : trop de textes et pas assez de photos…la mer : bof !!  Le foot ? Non, il n’est pas vraiment fan…non, décidément, je n’y arrive pas…

    Tiens ! Qu’est-ce-que c’est cet album ? Je l’ai déjà vu tout à l’heure…très coloré avec des tas de graphismes sur la couverture…bizarre ! Je l’ouvre…les pages intérieures sont à l’identique : des graphismes multicolores, des jeux de couleurs dans les bleu, rouge, orange, parfois avec un dessin simple. On dirait des modèles de papiers peints modernes…et ça s’appelle ? : « Magic Eye » ! Je veux bien, mais je ne trouve pas ça magique du tout.

     Ma tante s’impatiente un peu et me montre un recueil des exploits sportifs de l’année. Non, décidément, ça ne me dit rien. J’ai même une curieuse impression, étrange, j’ai la très vague sensation que je fais fausse route. Pourtant non, c’est bien de sport qu’il est accro mon fils.

    On change de librairie et je tombe encore sur ces drôles d’albums. D’accord, institutrice en maternelle, ces graphismes me parlent un peu, mais je ne suis pas venue dans l’idée d’acheter des livres pour ma classe…Je recherche un livre pour mon fils….et je ne trouve pas.

    Voilà qu’une espèce de nausée m’envahit, plus je fouille dans le rayon des sports, moins j’ai envie d’ouvrir les livres, au point que j’en viens à ne plus pouvoir les toucher du tout.

    Pour la première fois, je demande à ma tante d’arrêter là les recherches. Tant pis, j’irai seule un autre jour…je me sens particulièrement lasse, barbouillée, et je sais que je ne trouverai pas. Je n’arrive pas à avoir ce « petit coup de cœur » infaillible. D’ordinaire, je craque sur une quantité d’ouvrages, et le plus dur est de faire un choix. Là, j’ai carrément la nausée !!! …et même, un vague sentiment de culpabilité ! allez savoir pourquoi ?

    Nous terminons la journée par un petit thé et on se sépare à l’arrêt de bus.

     Je retourne à la maison très mécontente de moi.

    A l’instant même où j’ouvre la porte, j’entends mon fils m’appeler et s’écrier de la salle de séjour :

    -          « Regarde maman, c’est ça que je veux ! »

    J’entre dans la pièce et je regarde l’écran sur lequel mon fils a les yeux rivés. Stupéfaite,  je vois « le livre » ! Celui qui m’a interpellé toute la journée. Le présentateur parle de cet album avec enthousiasme, c’est « le livre de l’année », un livre en 3D, Il suffit de le fixer attentivement pour découvrir un dessin à l’intérieur même de chaque page !

     Mon instinct ne m’avait pas trompé ! (instinct ??)…Je comprenais à présent pourquoi je n’arrivais pas à lui acheter un livre…et pourquoi j’étais irrémédiablement « attirée » par ce livre « aux jolis graphismes » ! Jamais je n’aurais imaginé qu’il aurait eu un quelconque intérêt pour celui-là.

     Le plus drôle, c’est qu’à Noël et les jours suivants, le livre a suscité un engouement général. Il a fait le tour de la famille…chacun essayant tour à tour de découvrir les images cachées.

    Comment voir ces images cachées ? Grâce à une technique simple à comprendre, mais très dure à maîtriser. Elle vient avec beaucoup d’entraînement. Le principe est de fixer un point situé au loin, en ayant l’image devant nos yeux. Très très dur, mais le résultat vaut le détour…c’est drôlement beau !

     

     

     


    votre commentaire
  • Belle journée à tous,

    Halloween se rapproche à grands pas...Les citrouilles sont prêtes !....

    En voici une "un peu spéciale" sortie tout droit de l'imagination de "grand-mère Elise".

    Elle est assortie d'un très joli dessin de Yannou (quand il était très très jeune bien sûr!)

    Citrouilles

    Les citrouilles de Charlemagne

       Charlemagne…et pourquoi Charlemagne ? parce que  c’était le plus viel homme du village ! peut-être que c’était son prénom après tout, et ça, personne n’en savait rien, mais…ce qui était certain, c’est que le meilleur jardinier du village, et même de tout le pays, c’était bien Charlemagne.

       Quel beau jardin !…de belles carottes rouges gonflées à vous mettre l’eau à la bouche, les poireaux les plus gros, les plus délicieuses fraises, les tomates…et les petits pois ! et les haricots…bref…tous les gens du village admiraient le jardin de Charlemagne.

       Et puis un jour…Charlemagne eut l’idée de semer des citrouilles. Quelle idée ! personne n’en avait jamais cultivé et voilà que, se plaisant dans le potager, les citrouilles se mirent à pousser, pousser…quelle merveille ! Sûr qui si la fée qui fit le carrosse de Cendrillon les avait vues, elle se serait servi de l’une d’elles, et Charlemagne était si fier que tout le monde l’enviait.

       Un soir, son voisin, un peu jaloux (car tous les soirs notre bon jardinier allait voir et admirer ses citrouilles), lui dit : « Eh ! viens donc chez moi prendre un verre. Tu me donneras des conseils pour faire un beau jardin », et notre brave Charlemagne d’accepter, et un petit verre par ci, et un petit verre par là…et voilà notre brave homme qui s’en revient chez lui un tout petit peu pompette.

      Mais, jamais il n’aurait été se coucher sans aller voir ses chères citrouilles, et le voilà dans son jardin…Mais…que se passe-t-il ? il y en a une qui a bougé « oh ! se dit-il, je verrai ça demain ! ».

    Le lendemain matin, à la première heure, il était là, et aucun doute, la plus belle de ses citrouilles bougeait, et tous les gens du village s’en viennent voir …elle bougeait, et même beaucoup, sûr qu’il y avait de la diablerie là-dedans, ou alors….

    Avec de grandes précautions, Charlemagne s’approcha, et que vit-il ?

    Elle était si belle sa citrouille que des petits mulots en avaient fait leur maison pour s’abriter. Ils l’avaient creusée, et le soir, ils sautaient, dansaient, ce qui, bien sûr, la faisait bouger.

       Charlemagne n’eut pas le cœur de les déloger, et depuis, dans un jardin abandonné (car Charlemagne n’est plus là) on peut encore voir une grosse citrouille, un peu défraîchie, qui bouge, qui bouge…

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique