• Coucou les ti-loulous,

    Je sais que vous avez bien cogité, et que certains d'entre vous ont trouvé la solution de l'énigme de dimanche....Oui, oui, Soazig, le petit escargot gris est monté sur le dos d'un animal pour arriver avant la tortue....Et si la tortue n'a vu personne la dépasser, c'est tout simplement parce que notre charmante bestiole s'était glissée sur sa propre carapace !!! Voilà. Il lui suffisait de descendre lorsque dame tortue s'est retournée.....

    Aujourd'hui, voici pour Alexandre, son histoire personnalisée...ça me fait penser qu'il serait temps que j'en écrive une autre sur chacun d'entre vous...enfin, si vous le souhaitez...

    Belle journée à tous et

    bizatoussssssssssssss

    Ronaldo

     

    Alexandre et le Géant

    Quand Alexandre est né, la petite Géante sortait dans les rues de Nantes avec son chien El Xolo, tout près de la clinique.

     Espiègle dans sa belle robe rouge et bleue et ses longues tresses, elle se savait admirée de milliers de personnes venues de tout le département rien que pour elle. Elle posait tranquillement son regard sur le public à ses pieds, et sur tout ce qui l’entourait, lorsqu’elle aperçut derrière une fenêtre d’un immeuble (la clinique !) un magnifique bébé qui gigotait dans son berceau. A côté de lui, sa jolie maman souriait, heureuse, malgré sa fatigue. Il était si attendrissant qu’elle ne résista pas au plaisir de rester là  de longues minutes à le contempler tandis qu’une foule de lilliputiens tentaient désespérément de tirer sur ses ficelles pour la faire avancer.

    Elle finit par céder à leur pression, mais dès la nuit tombée, elle se libéra de ses chaines et retourna devant la clinique avec son jeune frère Ronaldo qu’elle était allée rechercher vite fait en Antarctique parce qu’elle s’ennuyait un peu toute seule !

    • Comme il est mignon ! s’exclama Ronaldo….Je peux l’emmener dans ma maison ?
    • Mais non voyons, on ne prend pas les bébés pour les emmener dans nos maisons, ça ne se fait pas !
    • Oh regarde ! il pleure ! il va réveiller sa maman ! dit-il en passant le bras par la fenêtre pour s’emparer d’Alexandre.

     Il le blottit dans le creux de sa main pour le bercer tendrement et lui confier au creux de l’oreille :

    • Je te promets que l’on se retrouvera très vite ! j’ai ma petite idée !

    Six ans plus tard, Alexandre a bien grandi. Il est devenu un beau petit garçon très gentil et presque toujours sage. Aujourd’hui, il est très content parce que c’est le jour où il se rend à la bibliothèque avec toute sa classe. Il regarde machinalement les livres qui trônent sur les étagères. Soudain, il est attiré par un album qui a pour titre : « Ronaldo à Paris ». La couverture représente un drôle de géant près de la Tour Eiffel…Il le saisit pour le regarder de plus près et n’en  croit pas ses yeux ! Le géant le regarde lui aussi, et même, il lui fait un clin d’œil ! Surpris, Alexandre demande à la maîtresse :

    • Je peux l’emmener dans ma maison ?
    • Bien sûr Alexandre. C’est un livre de bibliothèque…Tu peux même le garder une semaine entière.

    Ce soir-là, après la douche et le brossage des dents, sa maman prend l’album et commence la lecture de l’histoire de Ronaldo :

    • Il était une fois un géant qui avait décidé d’aller tout seul visiter la capitale….

    Mais Alexandre ne l’écoute déjà plus ! Ronaldo lui a attrapé la main et l’emmène avec lui dans les rues de Paris. Très vite, il s’aperçoit que le petit garçon ne marche pas assez vite pour lui. Il traine pour remonter les Champs Elysées. Alors, il le fait sauter sur son épaule. De là-haut, Alexandre a une vue superbe sur toute la ville.  Il découvre la butte Montmartre et le Sacré Cœur, la Cathédrale Notre Dame, la Pyramide du Louvre toute en verre, la place de la Concorde et son Obélisque qui ressemble à un grand crayon, et  l’Arc de Triomphe sous lequel Ronaldo n’a pas réussi à passer. Dans les jardins du Luxembourg, il se baigne avec Ronaldo dans le bassin du Sénat. Ils se dirigent ensuite sur les bateaux mouches pour naviguer sur la Seine.

    Mais le plus génial, c’est quand Ronaldo l’emmène chez Mickey  à Disneyland …Là Alexandre s’amuse comme un petit fou.  Il joue avec Blanche Neige, Spiderman, Dumbo, Alice, fait de l’accrobranche avec Indiana Jones, … et rencontre même des personnages de Star Wars …Quelle belle aventure !

    Tard dans la soirée, Alexandre, un peu fatigué, commence à bailler… et lorsque sa maman ferme le livre, il se retrouve tout seul dans son lit. Il ferme les yeux et sombre dans un profond sommeil.

    Ronaldo, lui,  reste tout seul dans son album !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Les deux textes de Nono m'ont laissée un peu perplexe ( jeudi 2 et samedi 4) ...C'est pourtant vrai,  en y réfléchissant bien, certaines anecdotes  bien troublantes confirment ses dires. Serions-nous donc entourés d'êtres invisibles? Veulent-ils nous aider? Comment?

    sommes nous seuls ??

    Sommes-nous entourés d’êtres invisibles ?

         Sommes-nous réellement entourés « d’êtres invisibles », ces âmes errantes, comme l’explique Nono dans son texte (voir publication de lundi 16 septembre) avec des expériences assez étonnantes ?

         Je serai tentée de dire « oui » si j’en crois quelques anecdotes qui m’ont parfois bien troublées...mais j’aimerais croire qu’il ne s’agit pas uniquement d’âmes « égarées ».

    Je désirerais savoir en fait si certaines personnes proches que l’on a aimées et qui nous ont quittés,  peuvent « revenir » pour simplement nous faire prendre conscience qu’elles sont encore près de nous ...dans une autre dimension. Peut-être même se présentent-elles à nous pour nous aider...Pourquoi pas ?

    Et dans ce cas, pourquoi les aider à partir « vers la source » ?

    C’est juste une question que je me pose et à laquelle je ne trouve aucune réponse pour le moment (Avis aux spécialistes...).

    A ce sujet, de nombreux points d’interrogation se dressent sur mon chemin, et n’ayant pas de réponses à mes questions, je vais juste relater ici deux ou trois anecdotes qui m’ont laissée quelque peu désorientée :

     1 - La première s’est déroulée quelques temps après la disparition de ma sœur. J’étais seule à la maison et vaquait à mes occupations quotidiennes lorsqu’une forte odeur de tabac est venu me chatouiller les narines. Plus personne ne fume à la maison, et ceci depuis bien des années. D’ailleurs, à part moi, il n’y a personne ici. Je regarde partout, rien ne peut justifier cette odeur qui flotte autour de moi...les fenêtres sont également fermées et la rue est déserte.

    Je pense immédiatement à ma sœur, qui elle, n’avait pas réussi à arrêter cette « vilaine »  habitude... pourtant, là où elle se trouve à présent, je ne pense pas qu’il lui soit possible de griller une cigarette !

    Cette odeur était-elle uniquement « dans ma tête » ?...un simple souvenir.

    L’odorat est-il un moyen de communiquer ???  Tout comme ces parfums « étranges » et souvent peu connus qui nous surprennent parfois sans raison ?

    2 – Il fait nuit. Je suis dans mon lit et je suis éveillée par le bruit de pas dans l’escalier. J’entends nettement les craquements reconnaissables de la troisième et de la cinquième marche, puis les pas un peu lourds sur le plancher. Je ne prends même pas la peine d’ouvrir les yeux et me rendors immédiatement. Je sais que mon mari se lève presque chaque nuit. Rien d’anormal...sauf que ce matin, il m’affirme qu’il n’a pas bougé du lit.

    L’ouïe nous jouerait-elle des tours elle aussi ?

    3 – Plus surprenant encore, une « expérience » déjà vécue il y a longtemps, et que j’avais oubliée... mais qui s’est manifestée à nouveau à moi il y a peu de temps. J’étais en train d’écrire tranquillement un texte sur mon ordinateur lorsque mon mari s’est approché de moi et posé sa main sur mon épaule. Surprise-  je ne l’avais pas entendu arriver - et légèrement agacée – je n’aime pas que l’on lise ce que j’écris par-dessus mon épaule- je me retourne vivement pour lui dire...et rien ! Personne  derrière moi ! Qui donc s’est permis de vérifier ce que j’écrivais ?

    Ces anecdotes me laissent d’autant plus « perplexe » qu’elles n’aboutissent à rien de précis. Pas de message, rien de vraiment compréhensible...

    Questions qui resteront probablement sans réponse !!!

    Je me dis seulement pour le moment que nos chers disparus utilisent probablement nos cinq sens pour communiquer :

    • La vue : nombreux exemples comme la « femme en rouge », faisceaux lumineux…
    • L’ouïe : bruits…
    • L’odorat : parfums étranges…
    • Le toucher : mains sur l’épaule, chatouillis…
    • Et aussi le goût…rappelez-vous des « petites madeleines de Proust !!
    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Aimez-vous les énigmes ??? En voici une....J'ai hâte de savoir qui sera le premier d'entre vous à la résoudre...

    la solution après-demain.

    Bon dimanche à tous et

    bizatoussssssssssssss

    La tortue et l'escargot

     

    La tortue et l’escargot gris

    Il mouillasse. Depuis le début de la matinée, une pluie fine et continue s’échappe doucement des nuages gris qui assombrissent le ciel. Le sol devient légèrement boueux et les herbes luisent  et frétillent de bonheur. Monsieur escargot sort lentement ses antennes de sa coquille, puis le corps tout entier. Tout heureux, il commence sa longue glissade vers le jardin potager qu’il aperçoit à quelques mètres de lui.

    Il démarre tout juste qu’il distingue madame tortue en train de grignoter une magnifique laitue. Il en bave de jalousie :

    La tortue et l'escargot

    • Bonjour madame tortue, quelle jolie feuille de salade ! attend-moi, j’arrive !
    • Trop tard monsieur escargot ! Tu ne seras pas arrivé ici qu’elle sera toute croquée ! Si tu savais comme elle est savoureuse ! Je n’ai jamais rien dégusté d’aussi bon…. Allez, rassure-toi, il y a de bien belles tomates un peu plus loin. Elles seront pour le premier sur place ! dit-elle avec un brin de malice
    • Ah ! c’est ça ! Tu veux faire la course ? Monsieur escargot éclate de rire ! Il se souvient parfaitement de la course de dame tortue avec un lièvre. Elle avait gagné parce que cet idiot de lapin, trop fier et trop sûr d’être le plus rapide avait passé son temps à flâner sur la route. Mais lui, n’a pas peur...il sait que dans très peu de temps, il narguera à son tour son amie en dégustant de bon appétit ces tomates juteuses. Il a sa petite idée !
    • Je te laisserai partir le premier si tu veux !
    • Ne te donne pas cette peine, mon amie. Je suis prêt ! Tu étais peut-être plus rapide face au lièvre, mais je suis bien plus malin que toi !
    • Alors, c’est parti, annonce madame tortue en avançant lentement dans l’allée. Elle évite de se retourner pour ne pas embarrasser monsieur escargot qui doit peiner, se trainer lamentablement et souffler. Elle sait bien qu’elle va arriver la première… et salive en regardant au loin les tomates rouges et mures à souhait. Elle avance tranquillement et surveille du coin de l’œil que personne ne la dépasse....mais rien ! Évidemment !

    Enfin sous le pied de tomate, elle se retourne pour observer son concurrent au loin ! Inquiète, elle ne le voit pas. Il a disparu ! Il n’est pas derrière elle...où a-t-il bien pu passer ? Se serait-il trompé d’allée ? Dans ce cas, il n’est pas prêt de la rejoindre puisqu’elle a pris le chemin le plus direct. Elle retourne la tête vers le fruit rouge et découvre avec stupéfaction monsieur escargot  qui a déjà englouti la moitié de la tomate !

    • Mais, mais mais ....comment est-ce possible ?

    Monsieur escargot ne lui répond pas, trop occupé à dévorer son repas, mais au fond de lui...il est mort de rire !!

    Dame tortue n’y comprend rien du tout, mais vous les enfants, je suis sûre que vous avez deviné comment a fait notre « petit gris » pour arriver le premier ?

    Solution après-demain.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Je ne pouvais pas publier le texte de Nono " Mon ange gardien" sans publier son deuxième texte concernant les entités. Il remet bien des "pendules à l'heure" et on comprend mieux certaines anecdotes qui jalonnent nos vies.

    Vous avez sans doute, vous aussi, ressenti des présences "invisibles" autour de vous. Si c'est le cas donc, pas d'inquiétude...et n'hésitez pas à nous en faire part. Merci

    Je viens de m'apercevoir que je publie ce texte le jour anniversaire de mon frère...est-ce un hasard???

    Entités

    Entités...

    Aujourd’hui, plus que jamais, le monde non visible pour l’humain est au cœur du sujet de beaucoup de personnes. Cela intrigue, déstabilise et parfois donne des frissons.
    Le terme entité, fantôme, âme ne sont pas bien compris, et souvent,  tout se mélange dans notre esprit.

    Qu’est-ce qu’une entité ? Qu’est-ce qu’un passeur d’âmes ?
    L’humain est fait au minimum de matière (= corps physique) et d’énergie (= l’âme).
    Le corps aura une naissance et une mort, l’âme quant à elle, n’aura pas de naissance, ni de mort. Ce n’est pas parce que vous ne la voyiez pas, qu’elle n’existe pas !
    Le corps physique est l’outil ou le véhicule dont l’âme a besoin pour être sur cette terre et y faire son expérience.
     
    Quand le corps physique meurt, qu’en est-il de l’âme ?
    Plusieurs choix possibles :
    La première, c’est que cette âme reprend le chemin de la maison (source), et continue son évolution sous une forme vibratoire, et non plus physique.
    La deuxième possibilité, c’est que cette âme n’arrive pas à retourner vers la source, et reste fixée sur le plan terrestre, mais seulement en mode vibratoire. A ce stade-là, on dira que cette âme est une entité qui erre sur un plan qui n’est plus le sien.
     
    Les entités ou âmes qui errent sur le plan terrestre, le sont à cause de très fortes émotions de colère, d’attachement à la matière ou à d’autres  êtres vivants ...Elles  n’ont pas pu se résigner à se détacher de leur ancienne vie.
     
    De ce fait, ces entités continuent à hanter les lieux qu'elles fréquentaient durant leurs vies et peuvent également s'attacher ou s’accrocher sur des personnes vivantes. Elles seront attirées par des énergies quasi  identiques, des énergies dites de basses fréquences. (Endroit idéal pour les entités : hôpital, habitations, zones de catastrophe…)
    Dans un lieu occupé par des entités parasites, l'atmosphère sera lourde et très chargée. 
    Sur une personne, cela peut contribuer à des problèmes de santé (physique ou psychologique), car sur le plan énergétique, la souffrance de l'âme errante se mélange à la vôtre.
    Une entité trop attachée au monde matériel ou sentimental, demande, pour s’y maintenir, de l’énergie. Elle la trouve dans les pierres, les objets, les moyens de transmission tels que le téléphone, la télévision, internet (les mails), les photos numériques et chez les êtres fragilisés.
    Une âme peut errer pendant un bon nombre d'années sans trouver sa voie !

    Comment ressentir la présence d'une entité?

    J'ai une courte expérience de ce phénomène mais qui augmente de semaine en semaine.
    On dit que plus vous augmentez votre fréquence vibratoire plus les entités s'accrochent à vous. Mais pas d'inquiétude on peut les faire disparaître en les renvoyant vers la source.

    Il m'est donc arrivé une sensation étrange et familière il n’y a pas si longtemps. Je passais ma main sans arrêt dans la journée au niveau de mon cou comme si un cheveu me chatouillait... Étrange, il n'y a pas de cheveu, disais-je à chaque fois que j'enlevais ce soi-disant cheveu. Mais chaque jour qui passait, cette gêne revenait. 
    De retour à la maison, je demande à mon compagnon  (passeur d’âmes) de vérifier à cet endroit. Bingo, il vérifie selon ses procédés et il s’avère que oui… j'avais bien une entité qui s'était accrochée. Il l'a donc aidée à partir.

    Un autre jour, plus impressionnant, je lisais tranquillement dans le lit. Absorbée par ma lecture, je ne voyais pas ce qui se passait autour de moi... du moins je le croyais. (Et là, je sais vous allez me trouver bien perchée !)
    Je poursuis : tout à coup, je perçois (ce qui me fait lever les yeux du bouquin)  une lumière blanche à côté du rideau, comme un faisceau vertical. Mon compagnon rentre dans la chambre et lui dis distraitement d'enlever l'entité à côté du rideau, là…Surpris de me voir absorbée par ma lecture et de ressentir une entité à distance, il me demande de lui répéter. Je lui répète donc d'enlever l'entité blanche que je distingue à côté du rideau.
    C'est la 1ère fois qu’une entité se présentait à moi aussi nettement. Il vérifie donc comme la première fois… et effectivement il me confirma sa présence.

    N'ayons pas peur de ces entités, elles ne nous veulent aucun mal. Depuis que je l'ai compris, je les ressens de plus en plus.
    Donnons leur simplement RDV quand nous sommes dispo pour ne pas être envahi.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Chouette ! Les "vraies" vacances, c'est ce soir ! Vous allez enfin profitez pleinement de l'été, des jeux sur la plage ou dans les parcs, des balades en forêt ou a la montagne, des visites dans les musées....

    Clémence, elle, est allée découvrir une exposition de peintures avec sa classe...Elle y a fait des rencontres bien étonnantes!

    Belle journée et

    Bizatousssssssssssssssss

    Clémence

    Clémence

    Pour terminer l’année scolaire en beauté, Clémence part avec toute sa classe voir une exposition de peinture dans un grand musée de la ville voisine.

    Enthousiaste et toujours très disciplinée, notre jolie petite blondinette est fascinée par les grandes toiles qu’elle aperçoit accrochées sur les murs blancs. Elle observe dans les moindres détails les œuvres des grands peintres et se laisse peu à peu distancer par tous ses camarades.

    La première salle est entièrement consacrée à l’art du cirque. Clémence compare les clowns de Bernard Buffet qui, malgré les couleurs vives et leurs expressions curieuses, lui semblent bien tristes dans l’ensemble ! A la vue de l’un d’entre eux, elle ne peut réfréner un fou rire : Avec son drôle de chapeau qui ressemble plus à un bateau qu’à un couvre-chef, ses deux espèces de cornes et ses yeux éteints, il a le toupet de lui tirer la langue ! Elle lui répond en l’imitant, et, l’espace d’un court instant, il lui semble qu’il s’en amuse en lui adressant un clin d’œil. Elle approche alors son index de son gros nez rouge :

    • Pouet pouet ! plaisante-t-elle en s’éloignant sans se rendre compte que le clown hausse carrément les épaules en soupirant.

    Plus loin, elle s’attarde un long moment, bouche bée, devant un  tableau très coloré et animé de Marc Chagall. Il représente une écuyère debout sur son cheval au milieu de la scène,  entourée de nombreux artistes. Elle est si gracieuse qu’une vague d’émotion l’envahit.  La jeune femme lui attrape alors la main et la fait entrer dans son univers. Ensemble, elles font deux, trois, quatre tours de piste sous les applaudissements chaleureux du public. Clémence réussit même à tenir en équilibre, et faire une roulade… sur le cheval.

    Quelques instants plus tard, elle est à nouveau dans la grande salle du musée à admirer équilibristes, jongleurs, musiciens et dompteurs sur les autres peintures…toutes plus attirantes les unes que les autres.

    La seconde salle est déserte. Les autres élèves ont déjà terminé la visite…Clémence ne compte pourtant pas partir maintenant puisque la danse est à l’honneur dans toutes les œuvres présentées…et là, c’est un domaine qui la passionne aussi énormément!

    Elle est complètement éblouie par ce qu’elle découvre ! Tout est mouvement, grâce, fluidité et beauté. Danseuses de flamenco dans leurs robes à volants superposés côtoient avec élégance petits rats de l’opéra et danseuses étoiles en tutus chatoyants.

    Ne sachant où donner de la tête, Clémence s’arrête devant une petite ballerine qui ajuste son chausson et fixe la scène. Elle ne voit qu’elle, perdue dans cette étoffe délicate qui s’étale autour d’elle, les épaules nues et les cheveux tirés en chignon…malgré ses yeux clos, elle perçoit une certaine souffrance sur son visage. Autour d’elle, tout semble flou….

    Soudain, elle recule d’un pas. Le décor s’impose à elle, mais….la danseuse a disparu !

    Abasourdie, elle s’apprête à sortir de la pièce pour rejoindre le groupe qui s’éloigne déjà, lorsqu’une main se pose amicalement sur son épaule…Elle se retourne et fait face à la jeune fille qui lui sourit affectueusement. Elle l’entraine avec elle dans un ballet extraordinaire

    Avec elle, elle danse telle une libellule, enchainant sauts,  entrechats, arabesques, pirouettes…et même pointes et grand écart…Elles virevoltent et s’élancent gaiement dans la salle, s’appropriant l’espace avec une légèreté prodigieuse. Un peu étourdie, Clémence apprend à son tour à la jeune danseuse quelques pas et figures de danses modernes…Le temps semble alors s’arrêter pour elles deux…

    • Clémence ! tu rêves ?? On n’attend plus que toi. Le car est prêt à partir !

    C’est la voix de l’institutrice qui lui tapote doucement sur l’épaule… Clémence reprend son souffle, ouvre lentement les yeux et quitte la salle.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique