• Coucou les ti-loulous,

    Après le Génipopotame d'Alexandre, voici le Fécureuil de Ewenn...Drôles de bêtes quand même...

    L'aventure parmi les créatures fabuleuses continue...Après-demain, une nouvelle....

    Belle journée et bizatousssssssssssss

    Le Fécureuil...

    La Fécureuil

     

        Vous vous souvenez du petit bois de Douceline ? Vous savez celui qui abrite une vilaine sorcière, mais aussi une gentille fée...et de nombreux animaux tous plus sympathiques les uns que les autres *! Eh bien, j’y suis  retournée cet hiver avec Ewenn...oui oui...j’avais promis que je reviendrai, eh bien, c’est fait ! Même pas peur !!

    Nous y avons rencontré le gentil écureuil de l’histoire... figurez-vous qu’il est venu vers nous sous l’apparence d’une adorable fée miniature.

    Légère, aérienne, elle voletait de branche en branche dans sa robe de voile transparent bleu turquoise. Enveloppée dans sa longue chevelure rousse, elle s’est approchée et a déposé un bisou sur la joue d’Ewenn :

    -          _ Je t’attendais, lui a-t-elle dit, sans m’adresser le moindre regard...

    J’étais vexée, forcément, mais bon, je me suis contentée de les observer tous les deux. Je savais que mon petit bonhomme allait vivre une aventure extraordinaire dans cette forêt. Cette fée si douce et gracieuse était sûrement capable de réaliser des prouesses.

    -          - Qui êtes-vous ? lui a-t-il demandé avec cet air un peu incrédule qui lui est si familier

    -          - Je suis la fécureuil, moitié fée et moitié écureuil. Généralement, je n’apparais que sous la forme d’un animal lorsque l’on approche de la forêt. Les fées ne se montrent jamais…en as-tu déjà rencontré ?

    -          - Heu, non, jamais !

    -          - Tu vois ! et pourtant nous sommes nombreuses ici. Mais surtout, ne le dis à personne…Ce sera notre secret.

    -          - Et mamy ?

    -          - Oh ! ta mamy me connait depuis longtemps ! ne t’a-t-elle pas révélé comment je l’ai sauvée des griffes de l’abominable sorcière ? Mais ne t’inquiète pas ! tout le monde pense qu’elle invente des histoires...Personne ne la croit !

    Tout en discutant, la fée avait lancé une poudre magique argentée dans les airs, s’enfermant avec mon petit bonhomme dans un halo bleuté et scintillant...je n’ai eu que le temps de le voir devenir minuscule et grimper sur le dos de l’écureuil qu’elle était redevenu. Je suis restée là, toute bête, à les regarder « voler » d’arbre en arbre, s’arrêtant parfois pour entrer dans le creux d’un chêne, sans doute la maison d’une famille écureuil ou le nid d’un hibou.

    Ils disparurent ensuite pendant un long moment, et je commençais à m’inquiéter un peu...puis le temps se mit à se couvrir et je me mis à grelotter, j’avais un peu froid !... Enfin, la nuit s’abattit sur la forêt d’un seul coup, et j’avoue que je n’étais pas plus rassurée que cela en voyant les arbres prendre des formes spectrales. J’avais l’impression que leurs branches s’avançaient vers moi pour m’agripper...et...et...mon loulou ? Était-il prisonnier ? Je me suis mise à paniquer sérieusement et à l’appeler de toutes mes forces.

    Soudain, j’entendis une voix que je reconnus immédiatement. Il me fallut pourtant un certain temps pour l’apercevoir dans la pénombre.  C’était Luth, le lutin malin et coquin.

    -         -  Arrête de crier ! Ewenn est rentré depuis longtemps chez lui. Le petit écureuil l’a ramené...à l’heure qu’il est, il doit dormir profondément dans son lit....

    Je suis donc repartie toute seule...en attendant le récit de sa drôle d’aventure dans la forêt avec la fécureuil...s’il accepte de me la raconter, bien sûr.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Déjà publiée en mars dernier, cette petite histoire véridique pour continuer la série des "chiffres magiques"

    Avez-vous, vous aussi des chiffres, des nombres ou des noms de prédilection?

    Chiffres "magiques" - 2

     

    Des chiffres « magiques » 2

    Qui n’a pas « son » chiffre fétiche ? Vous savez un chiffre « porte-bonheur », un chiffre qui vous suit partout ?

    Le mien, ce n’est pas un chiffre, mais un nombre – le 13 – parce que je l’aime bien le 13....il parait qu’il porte bonheur et je veux bien y croire...même s’il ne m’a jamais vraiment prouvé cette vérité ! Quoique, ma fête est le 13 décembre et ma date de naissance le 31 (treize à l’envers), c’est tout !

    Pourtant, si je réfléchis un peu, il y a bien un nombre qui me suit partout, c’est le 11 ! Pourquoi ? Je n’en sais strictement rien, mais ce 11 est souvent sur mon passage (j’ai habité trois fois au numéro 11 d’une rue). Je devrais peut-être le jouer au loto !

    Tout ça pour en revenir à une anecdote que j’adore !! Un « fait réel que j’ai lu il y a bien longtemps dans une revue que mes parents recevaient chaque mois. A chacune de mes visites, je prenais quelques minutes pour « dévorer » les chroniques relatant des histoires  extraordinaires véridiques... comme chacun sait, je les affectionne particulièrement.

    Ce jour-là, cette « histoire » a eu le mérite de me mettre de belle humeur. Il y a certainement des  détails qui m’ont échappés, mais dans l’ensemble, ça donnait à peu près cela :

    Il s’agissait d’un homme poursuivit par le chiffre 7. Né le 7 juillet d’une année terminant par 7 à sept heures du matin, il était le septième d’une fratrie de sept enfants. il a obtenu son permis de conduire après l’avoir passé sept fois, et habitait au numéro 7 d’une rue normale. Il s’est marié (sept fois ???) et a eu lui-même sept enfants....Bref, le 7 faisait partie de sa vie et il vivait très bien avec...Je passe sur de nombreuse autres coïncidences avec ce chiffre qui bien entendu l’interpelait chaque fois qu’il le rencontrait.

    Un beau jour, cet homme feuillette son journal et tombe sur la rubrique hippique. Son regard est tout de suite attiré par l’encadré qui présente la septième course. Le cheval portant le numéro sept se nomme « 

    Septième Ciel ». Il y voit immédiatement un signe du destin et se précipite à l’hippodrome où va se dérouler cette course, et mise sept dollars sur « Septième Ciel », le cheval portant ce fameux numéro 7...De la tribune, il assiste à la course… et reste pantois :

    « son »  cheval arrive septième.

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Coucou les ti-loulous,

    Aujourd'hui (re)commence la série des animaux- personnages- drôles de trucs-fabuleux. Certains seront connus, d'autres pas....Et pour commencer le Génipopotame (déjà paru il y a quelques mois...

    Peut-être pouvez-vous aussi en rencontrer quelque part et m'envoyer leur histoire...

    Bizatousssssssssssssss

    Le Génipopotame

    Le Génipopotame

        Il était une fois un petit garçon qui possédait une lampe magique. Lorsqu’il l’allumait, elle faisait apparaître tantôt un génie capable d’exaucer ses vœux, tantôt un hippopotame énorme qui écrasait tout dans la maison. Le Génipopotame était le nom qu’il avait donné à ce trésor unique.

    Un jour, ses parents l’ont laissé tout seul à la maison (hum ! pas très sérieux ça !)...

    Alexandre, c’est le nom du petit garçon est très content …il va pouvoir faire tout ce qu’il veut : regarder des dessins animés à la télévision, lire dans sa chambre, manger un bout de chocolat…mais très vite, il commence à avoir un petit peu peur. Il y a peut-être des monstres cachés dans un coin. Il s’empare de sa lampe de poche et l’allume...et l’éteint...et l’allume...et l’éteint...clic...clac...clic...clac... cl...

    -          - Hé ! ça ne va pas la tête ! tu l’allumes ou tu l’éteins, mais arrête ton cirque ! Je commence à avoir le tournis dans cette lampe!

    Dans le faisceau lumineux, une ombre floue apparaît, puis se précise de plus en plus.

    -          - Oh ! un génie ! s’exclame Alexandre, chouette, tu vas pouvoir exaucer mes vœux !

    -          - Heu ! Oui ...Heu ! Non ...heu ! oui …Heueueu...

    -          - C’est oui ou c’est non ? s’énerve Alexandre

    -          - Ah ? tu vois ! c’est agaçant de ne pas savoir ce que l’on veut ! et, sans rien demander à personne, le génie retourne dans la lampe.

    Oh flute ! Alexandre est vraiment très déçu. Il appuie sur le petit bouton rouge de la lampe qui s’allume à nouveau. Cette fois, c’est un hippopotame géant que la lumière diffuse fait surgir devant lui. Il saute sur le parquet et bondit dans tous les coins de la pièce. Il se cogne le nez sur les murs en emportant tout sur son passage. Les étagères de la bibliothèque se vident de leurs albums, le lit ne résiste pas au poids du mastodonte, les jouets valsent dans tous les sens, l’armoire tremble et Alexandre n’ose plus bouger d’un pouce…enfin si…il actionne une nouvelle fois le bouton rouge pour faire disparaitre la lumière et en même temps, cet horrible animal qui sème la pagaille.

    Ensuite, il hésite un peu avant de jouer une nouvelle fois avec la lampe...il la tourne et la retourne dans ses mains. Il commence à faire nuit et il aimerait bien y voir un peu plus clair. Sa chambre est plongée dans le noir.

    -         Tant pis, se dit-il, et il appuie courageusement sur le bouton rouge. La lampe émet une jolie lumière jaune pâle à travers laquelle le génie apparait à nouveau

    -          - Et hop ! me revoilà ! C’était quoi ton vœu mon petit bonhomme ?

    -          - Je voudrais que mon papa et ma maman reviennent vite ! lance Alexandre dans un demi-sanglot

    -         -  Et hop ! c’est comme si c’était fait ! s’amuse le génie en retournant dans sa lampe.

    Juste à ce moment-là, la porte se met à grincer et s’ouvre lentement. Maman et Papa arrivent, les bras chargés de toutes les courses qu’ils viennent de faire dans le supermarché voisin.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle Journée à toutes et à tous,

    Coïncidences et hasards nous sortent souvent de situations bien difficiles, mais parfois, c'est tout le contraire. Il semblerait que des "petits anges" malicieux se moquent gentiment de nous...Allez savoir ce qui se passe dans leur tête?

    Chiffres magiques

    Chiffres magiques ?

    Aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours cru aux signes du destin…et à la chance ! Allez savoir pourquoi ?

    Croire, oui, ça c’est sûr ! Mais suffisamment ? Ça c’est une autre paire de manches !

    Lorsqu’un « signe » se présente à nous... il faut probablement vraiment y croire pour qu’une « manifestation » se réalise

      Je ne suis pas très claire ? C’est juste ! Aussi, je pense, pour illustrer cela, à une petite anecdote qui s’est déroulée très très loin dans mon passé, alors que je n’étais qu’une enfant d’une douzaine d’années.

      Comme beaucoup de personnes de ma génération, l’éducation religieuse était souvent systématique à l’époque de mon enfance, et nous étions beaucoup plus nombreux qu’aujourd’hui à fréquenter les cours de « catéchisme ». Les prêtres ou les religieuses se chargeaient de cet enseignement avec une certaine fierté, dans une grande salle attenante à l’église...et parfois une personne civile complétait notre « formation » à son domicile une fois par semaine pour nous préparer à notre première communion où notre communion solennelle...Oh là là ! Comme c’est loin tout ça !

    Mais revenons à nos moutons (c’est un peu ce que nous étions !). Avec un groupe de jeunes, nous nous rendions chaque samedi après-midi chez une demoiselle très gentille, et je peux affirmer que j’aimais beaucoup cette heure passée avec elle et mes « copines ». Je voyais ce moment comme une petite pause dans mon quotidien, très agréable d’ailleurs. Je ne sais plus trop ce que l’on faisait : des coloriages et des découpages pour illustrer des belles phrases bien pensantes ? Des recherches d’idées pour être au top dans une vie parfaite ??... Oups ! Ce n’est pas ce qui m’a le plus marqué en tout cas puisque mes souvenirs s’arrêtent aux délicieux instants ou l’on se retrouvait dans la rue avec les copines pour se rendre joyeusement chez elle...et au moment où elle nous offrait une collation avant de retourner chez nous.

    Nous y voilà ! C’est là que j’interviens avec ma petite anecdote.

    Nous sommes exactement trois filles autour de la table puisqu’elle sort trois verres à limonade pour y verser un jus d’orange. Sur chacun d’entre eux, un dessin représente un cheval de course avec un numéro bien en évidence...par ailleurs, je sais que mon père épluchera le journal demain pour faire son « tiercé du dimanche », une habitude qu’il a prise avec un ami, et qui lui permet de passer un moment sympa avec lui avant le repas...machinalement, je note les numéros...est-ce un signe ???

    Le lendemain matin, mon père s’apprête à aller valider son jeu au PMU. Je sors 3 francs de ma tirelire (pas très pleine pourtant) et lui demande de jouer pour moi ces trois numéros.

    -          - Tu veux jouer ? mais ma pauvre fille, tu es en train de parier sur de vrais bourrins! Pas sûr qu’ils terminent la course !

    Je lui raconte « mon signe », ce qui le fait légèrement sourire... Il est bien trop « terre à terre » pour croire à ces foutaises. N’empêche qu’il prend quand même mes sous et me rapporte « le ticket ».

    Dans la soirée, je regarde sur le petit écran les résultats de la course...

    Faut pas croire, les miracles, ça n’existe pas ! Aucun des chevaux sur lesquels j’ai parié n’est arrivé dans les premiers...mon père avait raison !

    Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Le dimanche suivant, mon père me demande le plus sérieusement du monde :

    -          - Je joue tes numéros ???

    Je sais que s’il « étudie » un peu les probabilités d’arrivée des chevaux, il a aussi ses chiffres fétiches ! Il y a quand même une grande part de chance dans ces courses...j’hésite un peu, regarde le fond de ma tirelire. Il reste juste 3 francs… mais dimanche prochain, c’est la fête des pères...trois francs, ce n’est pas grand-chose (on n’a jamais eu beaucoup d’argent de poche !!!) mais si mes frères et sœur se joignent à moi, on pourra peut-être lui acheter une toute petite babiole avec... J’ai trop besoin de mes trois francs...Et puis, c’est stupide, je ne vais tout de même pas me mettre à jouer ces chiffres jusqu’à ce qu’ils arrivent !!!

    C’est dommage ! Mon père aurait eu un bien beau cadeau pour sa fête !Les trois chevaux sont arrivés et j’aurai eu le tiercé dans l’ordre ce jour-là !! Je me souviens encore de la somme que ce tiercé remportait, même si je ne me rendais pas compte à l’époque de son importance : 250 000 francs !!!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Et voici la suite (et fin) de l'histoire de Rocambola et Rocambolin...

    Demain, je vais à votre rencontre à la Chapelle sur Erdre pour vous raconter des histoires...j'ai hâte de vous voir. En attendant:

    Bizatoussssssssssssss

    Rocambolin...

    Rocambolesque ...suite et fin

     

     - Ok ! Je vois bien que vous n’êtes pas convaincus et que ce n’est pas un petit crachin breton qui va vous empêcher de suivre l’exemple de Médard !!  Alors, attendez la suite !

    Quand vous aurez pris connaissance de ce qui est arrivé à Miranda, vous hésiterez un peu avant de vous lancer à la poursuite de nos amis de la forêt... ou plutôt avant d’essayer de vous procurer leur trésor.

    Qui est Miranda ? Voyons, voyons ! En fait, je n’ai pas trop le droit de vous le dire, parce qu’il s’agit d’une personne très très proche de vous. Elle vit tout près d’ici et Rocambola m’a fait promettre de ne rien révéler. Elle accepte seulement que je vous conte sa ...disons...sa mésaventure. 

    Miranda, bien sûr, connaissait l’existence de Rocambola et Rocambolin. Plus futée que les autres, elle a décidé un beau jour de partir à leur rencontre et d’emmener son chien avec elle. Elle croyait ainsi se protéger de toutes les malédictions.

    Comme Médard, elle a traversé de hautes fougères, longé les saules qui versaient de chaudes larmes et emprunté des chemins épineux et sombres. Couverte d’éraflures, elle s’est dirigée vers le chêne creux, au plus profond de la forêt.

     Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir à l’endroit de la clairière un immense tapis recouvert de citrouilles et de potirons !

    -          - Qu’est-ce-que c’est que ça ??

    -          - Ce sont MES citrouilles et MES potirons, lui répondit aussitôt une voix stridente et sifflante derrière son dos.

    Elle fit volte-face et se retrouva nez à nez avec ....une sorcière !

    -          - Ah ah ah ! tu ne t’attendais pas à me voir, hein ? lui susurra la sorcière

    -          - Que faites-vous ici ? lui demanda Miranda en tremblant (Elle avait bien sûr reconnu la célèbre Tartalapraline). Vous n’êtes plus à Madagascar ?

    Pour toute réponse, Tartalapraline se tordit de rire. Miranda avait oublié que le 31 octobre, Rocambola organisait le grand rassemblement des sorcières pour fêter Halloween (c’était pourtant écrit dans le chasseur français !).

    Loin de la défendre, son chien vint se blottir contre elle en frissonnant. Il avait une peur bleue des sorcières depuis qu’un crapaud avec lequel il s’amusait,  s’était brutalement transformé devant lui.

    -          - Je sais pourquoi tu es venue Miranda. Rocambolin ne se laissera pas dépouiller aussi facilement. Aujourd’hui, c’est moi qui vais avoir le privilège de te jeter un sort.

    Miranda eut beau essayer de se défendre en prétendant qu’elle était venue pour promener son chien, rien n’y fit. Tartalapraline lui jeta son sort....et quel sort !

    Sous les yeux médusés de toutou, Tartalapraline se transforma en Miranda, enferma celle-ci dans le gros chêne sous la surveillance de monsieur hibou... et prit sa place.

    -         Dorénavant, toutes les nuits d’Halloween, c’est moi qui accueillerai les enfants dans ta maison....et tu sais quel sort je leur réserve ?  grimaça-t-elle

    Miranda se débattit comme une lionne, essaya de briser les liens qui lui enserrait les poignets, cria de toutes ses forces, mais rien n’y fit, elle dut se rendre à l’évidence et rester en compagnie de Rocambola, Rocambolin et monsieur Hibou toute la nuit.

    Elle savait aussi que dans le quartier, lorsque les enfants viendront sonner à sa porte, ils risquent fort de tomber sur Tartalapraline...

    Alors, attention les enfants ! Lorsque vous viendrez toquer à la porte de Miranda le jour d’Halloween....Tartalapraline vous attend de pied ferme !!

    Pour rappel : Tartalapraline (histoire déjà racontée) attire les enfants avec ses friandises, les enferme et attend qu’ils deviennent bien potelés pour les ....manger !!!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire