• Coucou les ti-loulous,

    Dès jeudi commencera la "grande aventure de Noah et Gabriel" sur l'Ile de la Réunion.

    Une aventure remplie de découvertes et de rebondissements qui durera quinze jours...Quinze jours où ils raconteront ce qu'ils vivent au jour le jour...avec bien sûr, plein de belles photos dans ce blog!

    Ils ont une mission ! Mais quelle mission? Nous le saurons jeudi dans le journal ! (c'est ce que l'on nous a dit)

    Je me demande bien quelle est cette mission? J'espère qu'elle ne sera pas aussi difficile que celle d'Alexandre l'an dernier !

    Vous vous souvenez? Il devait sauver des enfants des griffes d'une terrible sorcière sur l'Ile de la Martinique !

    Voici l'histoire  (une histoire racontée avec Alexandre):

    Belle journée et bizatoussssssssssssss

    La sorcière de la piscine

    La sorcière de la piscine

     

         Sous le soleil des Caraïbes, dans le petit village de vacances, les touristes se détendent à la piscine après une journée bien remplie. Ils reviennent d’une longue randonnée sur les flancs de la montagne ou d’une escapade sur la côte pour découvrir les plages de sable fin et les criques aux eaux turquoise. La tête pleine des mille et une merveilles que renferme l’Ile, ils savourent un dernier bain à l’ombre des palmiers.

    Insouciants, ils nagent dans l’eau bleutée, ou se prélassent dans les bulles du jacuzzi tandis que le soleil disparait à l’horizon dans un feu d’artifice de coul...

    La sorcière de la piscine

    Mais ! Que se passe-t-il ? Tout le monde s’agite, les mamans courent dans tous les sens, appellent leurs enfants qui ne répondent pas.  Forcément, ils viennent de disparaitre avec cet éclair venu d’on ne sait où....c’est la panique générale ! On entend des cris venus de toutes parts.

    -          - Mathias ? Maaaaaaathias....Vous n’avez pas vu mon fils...il était là, sous mes yeux... et il y a eu cette lumière étrange qui m’a aveuglée, et puis, plus rien !

    -          - Pareil avec Gabin...d’ailleurs, il était en train de jouer avec Malo...je ne le vois pas non plus.

    -          - Mais ! tous les garçons se sont « volatilisés » ! il n’y en a plus un. Il ne reste que les filles dans la piscine !

    Et non, les mamans se trompent, il reste un garçon. Alexandre sort soudain la tête de l’eau, affolé. Il semble très nerveux. Il s’écrie :

    -         -  j’étais caché sous l’eau ! J’ai tout vu ! il y avait une sorcière sur le petit pont de bois qui traverse la piscine. Elle a lancé une potion magique pour transformer tous les petits garçons en statues….

    La sorcière de la piscine

    -          - No veo estas estatuas ! s’exclame le papa de Pablo, donde estan ?

    -          - J’ai ma petite idée, répond Alexandre qui comprend parfaitement l’espagnol...mais attendez-moi une seconde, j’ai quelque chose à faire avant.

    En deux temps trois mouvements, Alexandre sort de l’eau et se précipite en direction des palmiers. Il a découvert qui est la sorcière, une femme très laide aux yeux globuleux et au menton crochu, qui observait bizarrement la scène. Vêtue d’une longue robe de feuillage, elle vient de se faufiler derrière un arbre pendant que tout le monde est occupé à chercher les enfants. Il l’a suit discrètement, et entre derrière elle par la porte qui conduit dans sa « maison » à l’intérieur du cocotier. Il parait étroit cet arbre,  vu de l’extérieur, mais en fait, il est immense à l’intérieur. Alexandre grimpe au sommet par un escalier en colimaçon et entre dans une salle sombre remplie de fioles, de livres et de petits animaux plus horribles les uns que les autres.

    Il se fait tout petit, dans un coin, et dès qu’elle a le dos tourné, il lui vole sa poudre magique pour la transformer à son tour en statue. Il fait de même pour son chat qui dort dans un coin, près d’un bocal ou nage un poisson moustachu.

    Ensuite, il cherche parmi les flacons alignés sur une étagère, celui qui libèrera les enfants de son maléfice. Comme il est très futé, il le trouve facilement en lisant vite fait son grimoire. Il l’emporte avec lui.

    -          - Ça y est ! regardez les palmiers ! vous la voyez la sorcière ? et son chat ? ils ne feront plus de mal à personne à présent ! Ils ne bougeront pas de sitôt !

    -          - Mais....et nos enfants ! s’exclament en chœur les parents !

    -          - Je suis sûr que la sorcière les a camouflés parmi les statues du Mémorial de l’Anse Caffard…Tu sais Papy, là où on est allé ce matin !

    La sorcière de la piscine

     Faute de mieux, tout  le monde accepte de suivre Alexandre sur la route du Diamant...et en effet, ce ne sont plus quinze statues qui font face à la mer, mais vingt-six. Alexandre déverse la fiole qu’il a subtilisée dans l’antre de la sorcière…et les neuf petits garçons se réveillent enfin.

    Si vous passez dans le coin, regardez bien les palmiers qui bordent la piscine, vous y découvrirez la sorcière et son chat, condamnés à rester immobiles pour l’éternité.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Dans quelques jours, nous foulerons le sol de l'Ile de la Réunion...Quelle chance! Déjà, nous commençons à préparer les valises ...légères...légères...avec quand même maillots de bain et anti-moustiques ! Eh oui, il faut y penser, même si le fantôme du fameux Chikungunya ne nous a jamais vraiment fait peur !!!

    Et pourtant, 15 ans après, il flotte encore au-dessus de nos têtes!

     

    Le Chikungunya

    Le Chikungunya

     

     2005 ! Les moustiques envahissent la Réunion et l’épidémie de  Chikungunya bat son plein…Près de 40% de la population est touchée. Près de la moitié des habitants est alitée à cause de la fièvre, des nausées, des maux de tête, de l’immense fatigue provoqués par ce virus, mais surtout par des douleurs articulaires intenses... Ce n’est pas pour rien que l’on nomme cette maladie le chikungunya signifiant « qui marche courbé en avant », évoquant ainsi la posture adoptée par les malades affectés par ce virus.

    La Réunion, destination de rêve par les touristes est désormais laissée pour contre. On ne parle plus que de cet horrible moustique et on craint même qu’il arrive jusqu’à nous.

    De leur côté, les réunionnais ne ménagent pas leurs efforts pour enrayer cette épidémie, la minimiser à l’occasion :

    -          - Je l’ai attrapé...me dira plus tard mon frère. D’accord, les douleurs et la fièvre nous scotchent au lit pendant quelques jours, mais ça ressemble à une  grosse grippe, rien de plus. Pas de quoi affoler tout le monde et créer une telle psychose !

    On voit alors fleurir des slogans « Même pas peur ! » un peu partout sur les tee-shirts, la vaisselle, les objets publicitaires ou les affiches...

    Si j’osais, je dirai que l’utilisation des pesticides chimiques pulvérisés sur l’ensemble de l’Ile n’était pas non plus sans danger (lors d’inhalations ou contacts cutanés par exemple...)

    A ce propos, j’aimerais relater ici une petite anecdote très étrange que ma nièce a vécue pendant cette période d’affolement général.

    Une nuit, elle dort profondément lorsqu’elle entend dans un demi-sommeil, les chiens qui aboient dans les jardins du quartier. Elle « imagine » alors, ou « rêve » que ces jappements  la réveillent, qu’elle se lève et qu’elle sort sur la terrasse (la varangue qui sert également de cuisine et de salon à la Réunion) :

    -          - En fait, je suis sortie de mon corps, raconte-t-elle. Je n’ai pas bougé de mon lit, mais je me promenais comme en plein jour dans la maison. J’ai alors vu des hommes équipés de  combinaisons et de masques qui pulvérisaient un produit un peu partout dans le jardin et sur la terrasse. J’ai aperçu la corbeille de fruits et le bassin et j’ai crié très fort : « Attention ! les fruits ! Attention, les poissons ! ». Je n’étais pas étonnée à l’idée de voir ces hommes en combinaison pulvériser des produits dans ma maison, mais je paniquais à l’idée qu’ils puissent endommager mes fruits ou tuer les poissons du bassin. Ensuite, je suis retournée dans mon lit que je n’avais en fait pas quitté…Quand je me suis réveillée le matin, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un mauvais rêve…mais assez violent quand même.

    Le lendemain, encore un peu secouée par ce rêve étrange, ma nièce retourne à ses occupations quotidiennes, puis va  relever le courrier qu’elle a oublié de prendre la veille…Elle tombe alors sur cet avis de la mairie déposé dans toutes les boites aux lettres…Littéralement assommée, elle lit : «  Démoustication menée par l’armée. Demain entre 12heures et 4 heures du matin, intervention des militaires dans tous les jardins pour épandage de produits anti-moustiques ». 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Vous vous souvenez de ces petits personnages rencontrés dans la cabane des enfants? Mais si, les Trollissons ! des drôles de petits êtres qui squattent des endroits improbables....Ils avaient oublié leur grand livre de contes sous le plancher, et je l'ai retrouvé en rangeant la cabane avec les loulous...Eh bien, dans leur livre j'ai lu l'histoire de la sorcière de la Chapelle...une histoire bizarre....

    Belle journée et bizatousssssssss

    La sorcière de la Chapelle

    La sorcière de la Chapelle 

    -          - Salut ! je suis le Trollisson « Mempapeur » et je vais vous raconter l’histoire de mes ancêtres.

    « C’est une histoire terrrriiiible qui s’est déroulée il y a très très longtemps, dans un temps lointain où les châteaux étaient encore habités par des rois, des reines et des princesses magnifiques.

    Comme vous le savez, près de chaque château, les pigeons et oiseaux de passage trouvaient refuge dans un immense pigeonnier qui leur était réservé. Les pigeons-voyageurs qui y logeaient permettaient aux belles princesses d’envoyer des messages à leur prince charmant et aux princes charmants d’envoyer de longues lettres à leurs bien-aimées. Souvent, ils se donnaient rendez-vous dans une adorable petite chaumière située au fond du parc, à l’abri de tous les regards indiscrets....puis, les temps ont changé, les princes charmants ont cessé d’exister et ces maisonnettes ont été désertées. C’est à ce moment précis que se déroule l’histoire de mes ancêtres.

    La sorcière de la Chapelle

      Voyant cette bâtisse abandonnée, la sorcière de la Chapelle, jalouse de la beauté de la princesse Eva, décida de s’y installer pour mieux l’espionner. Elle l’observait lorsqu’elle se promenait sur les bords de l’Erdre, elle enrageait lorsqu’elle pagayait dans son canoé et devenait verte de colère lorsqu’elle montait à cheval. Qu’est-ce-qu’elle était belle !! Beaucoup trop jolie à son goût ! Elle enviait sa beauté, sa grâce et la vie agréable qu’elle menait. Et puis, toujours aimable et souriante, elle s’attirait toutes les sympathies, ce qui ne manquait pas d’énerver la sorcière Malelunée ! Elle décida donc de fabriquer une potion magique pour la rendre laide ou pire encore une poudre magique pour la transformer en statue...

    La sorcière de la Chapelle

    C’est précisément dans cette période,  lors d’un hiver extrêmement rigoureux et glacial que la compagnie des Trollissons à laquelle appartenait mes arrières-arrières-arrières grands-parents eurent la bonne idée (ou plutôt la mauvaise idée) de squatter ce joli cabanon sur les bords de l’Erdre. La porte était ouverte, alors bien sûr, ils entrèrent sans se poser de question...Ils ont eu tort, parce que Malelunée, qui venait de sortir avec sa poudre magique dans l’espoir d’apercevoir la princesse Eva, les a vus entrer.

    -          - Tiens tiens tiens ! des trollissons ! dans MA maison !...eh bien, ils ne perdent rien pour attendre ces brigands!

    La sorcière de la Chapelle

    Une idée horrible lui a traversé l’esprit et elle est allée vite fait se cacher dans le tronc d’un énorme chêne non loin de là...Elle a attendu jusqu’au petit matin que les Trollissons sortent de la maisonnette avec leurs gros sacs sur le dos....elle a attendu, attendu...patiemment ! Elle savait qu’ils viendraient au pied de cet arbre pour regarder le soleil se lever et chanter pour fêter cette nouvelle journée...c’était leur habitude !

    Et c’est exactement ce qui se passa. Ils firent une grande ronde au pied du grand chêne et leurs voix s’élevèrent et se mêlèrent dans une étrange mélodie qui réveilla tous les oiseaux. Malelunée attendait avec tellement d’impatience ce moment qu’elle se précipita pour lancer sa poudre magique dans leur direction, les transformant instantanément en statues de bois. Mais, dans son élan, quelques fines particules de sa préparation se sont répandues autour d’elle, l’emprisonnant elle aussi dans le chêne...Oui, oui, c’est ça...elle ne peut plus sortir, mais elle est toujours là ! Et si jamais un passant s’attarde au pied du gros chêne, elle est encore capable de le transformer en statue de bois.

    La sorcière de la Chapelle

     - Si je peux aujourd’hui  vous conter cette histoire, c’est tout simplement grâce à mes arrières-arrières-arrières grands-parents qui étaient restés dans la cabane pour faire un peu de rangement. Ils ont été épargnés et ont assisté, impuissants à la scène. Ils  n’ont malheureusement rien pu faire pour délivrer leurs amis, mais ils se sont empressés de prévenir la princesse Eva afin qu’elle n’approche plus jamais de cet endroit maléfique. Il était hors de question que quiconque ne succombe au maléfice de cette horrible sorcière. Quand elle a su ce que lui préparait Malelunée, Eva est allée rejoindre son beau prince qui vivait loin de là, en Espagne.

    Les statues sont toujours là, au même endroit pour avertir les passants de la présence de la sorcière...Celle-ci attend désespérément dans le creux de son chêne qu’un Trollisson passe par là, le matin très tôt à l’heure où la rivière se couvre de reflets argentés.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Voici une toute nouvelle histoire tout droit sortie de la forêt (probablement Brocéliande!)

    J'espère que vous n'avez pas peur!

    Belle journée et bizatousssssssssssss

    La forêt maléfique

    La forêt maléfique

     

    Pour l’exposé  qu’ils doivent rendre à leur professeur la semaine prochaine, Gaspard et Jules ont choisi « la vie dans les sous-bois ». Un bien joli sujet, c’est ce que leur a dit madame Galina, mais ils ne savent pas trop quoi écrire sur la question. Il fallait trouver un thème, et c’est celui qu’il restait sur la liste qu’elle proposait à la classe.

    Seulement voilà, cela fait déjà deux mois qu’ils doivent le rédiger, et ils n’ont même pas encore écrit la première ligne ! On ne les appelle pas les deux « supers cancres » pour rien. Souvent seuls à la maison parce que leurs parents travaillent tard, les jumeaux un peu espiègles préfèrent de loin jouer sur leur tablette ou à la console pendant des heures.

    Ce matin, en classe, madame Galina leur a demandé s’ils avaient terminé leur travail. Sans réfléchir Gaspard a répondu qu’il ne leur restait plus qu’à « fignoler » leur présentation.

    -          - Tu es fou ! lui dit Jules au creux de l’oreille, on ne s’est même pas renseigné sur le sujet! On n’a pas ouvert un seul livre....

    -          - Il nous reste le week-end...T’inquiètes !

    Aussi, le lendemain dès l’aube, les deux blondinets se lèvent, s’habillent rapidement et sans prendre le temps de prendre leur petit déjeuner quittent la maison avec leur vélo. Ils ont pris soin de mettre quelques biscuits, du papier et des crayons dans leur sac à dos et se dirigent vers la forêt pour observer la vie qui s’y cache.  Ils déposent leurs vélos sur le premier arbre venu et s’enfoncent doucement sur le sentier.

    La forêt maléfique

    -          - Tu sais ce qu’il faut chercher ?  demande  Jules toujours un peu inquiet

    -          - Il suffit de noter tout ce que l’on voit : les arbres, les mousses, les fougères, les oiseaux, les petites et les grosses bêtes...

    -          - Tu crois que l’on va rencontrer des biches et des sangliers ?

    -          - Des trolls et des loups garous plutôt ! se moque son frère.

    -          - Oh non ! J’ai trop peur. Et puis, regarde ces arbres, ils ont l’air si menaçants ! on dirait qu’ils veulent nous attraper avec leurs branches immenses qui se dirigent vers nous. Je suis sûr que ce sont des sorcières qui se sont métamorphosées  en chênes...oh ! tu vois …. Ils bougent…ils foncent sur nous… ils vont nous ...Ohhhhh !

    A peine a-t-il fini sa phrase que Jules prend ses jambes à son coup pour s’enfuir le plus loin possible dans la forêt. Son frère le suit. Il sait que Jules est un peu froussard. Au loin, ils aperçoivent une maisonnette et décident d’aller y trouver refuge. Ils frappent à la porte, mais comme personne ne répond ils entrent sans se poser de questions.

    La forêt maléfique

    -          - Elle doit être habitée, regarde, il y a de la charcuterie et du pain sur la table. Tu n’as pas faim ? demande Gaspard

    -          - C’est exactement comme la maison des trois ours ! bafouille son frère

    -          - Mais bien sûr ! et moi, je suis Boucle d’Or ! plaisante le plus raisonnable des jumeaux. C’est alors qu’un homme vêtu d’une pelisse en fourrure, hyper costaud, barbu et hirsute, sort de sa cuisine avec un énorme couteau à la main.

    -          - Un ogre ! s’écrie Jules en bondissant hors de la maison

    -          - Un ogre....un ogre ? et puis quoi encore ? Ils sont complètement zinzins ces gamins ! gronde le bucheron en se taillant une énorme tranche de saucisson.

    Hors d’haleine, les deux frères s’octroient une petite pause après une longue course parmi les fougères. Ils s’assoient sur une vieille souche à moitié pourri pour se reposer et sont immédiatement comme aspirés dans les profondeurs de la terre. Ils sont encerclés par d’énormes racines dans une sorte d’immense grotte humide.

    La forêt maléfique

    -          - Et ne vient pas me dire que l’on va voir le lapin d’Alice au Pays des Merveilles passer devant nous avec sa montre à gousset, ricane Gaspard

    -          - Je n’ai pas encore ouvert la bouche, réplique son frère en tremblant…Dis-moi seulement comment tu comptes nous sortir de là !

    -          - C’est simple ! On va attendre que les sept nains rentrent du boulot en chantant !

    Jules se contente de hausser les épaules. Les moqueries de son frère l’agacent un peu. Mais voilà qu’un homme au-dessus de leurs têtes les apostrophe :

    -          - Alors les zinzins, vous êtes tombés dans le puits du terrible monstre de la forêt ? Que préférez-vous ? être mangés tout crus par cette ignoble créature ou faire confiance à l’Ogre de la cabane ?

    Un peu vexés, les jumeaux attrapent la corde que leur tend le bûcheron et se laissent raccompagner chez eux sans dire un mot. Lundi, ils raconteront simplement leur journée devant leurs camarades de classe…ils n’oublieront bien sûr pas de parler de tous ces habitants étranges qui peuplent la forêt.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Voici l'une des journées la plus incroyable que j'ai jamais vécue. Une expérience "étrange" qui ne laisse aucune explication scientifique possible...et pourtant bien réelle.

    Oui, je sais, je me répète, mais je n'ai pour le moment, rien de bien nouveau à raconter....Quoique!

    Et si vous aussi, vous avez envie de raconter dans cette rubrique des expériences "hors du commun", n'hésitez surtout pas.

    Bon mercredi et à bientôt.

    Illustration : Pour info : c'était cette armoire-là !!!!

    Une armoire en bois plume

    Des meubles en « bois plume »

        Enfin ! Ça y est, après bien des « galères », nous avons « notre chez nous ».

     Avec les quatre enfants (la petite dernière vient de naître), nous venons d’emménager dans une grande maison entourée d’un beau jardin paysagé, et qui plus est, dans un quartier très agréable…tout près de l’endroit où j’ai passé mon enfance. Que demander de mieux. Rien, c’est le bonheur !

    Mais le travail ne manque pas. A peine rentrés dans cette maison, nous décidons de faire quelques travaux de décoration…c’est vrai que de ce côté, il y a de quoi faire.

    Méthodiquement, on s’attaque d’abord aux chambres des enfants, et plus précisément la chambre de Nono. Située dans la toute nouvelle extension de la maison, cette pièce ne présente pas trop de difficultés. Après avoir recouvert le sol d’une épaisse moquette bleue (ben oui, c’était la mode dans les années 70 !…bienvenue à nos amis acariens !), on choisit une jolie tapisserie, un papier peint blanc rehaussé de quelques lignes horizontales colorées, assez moderne ma foi (toujours à la même période, cela s’entend), et surtout sans raccords (nous ne sommes qu’aux balbutiements de nos talents de bricoleurs !!).

    Allez, c’est le jour J. Tout le matériel est prêt : les rouleaux, la colle, une grande règle, un crayon de papier, une équerre…

    On commence à prendre des mesures, on s’installe dans la cuisine, plus pratique, et c’est parti !…Premier lai, on coupe, on encolle sur la table. On remonte à l’étage, on longe le long couloir avec le lai dans les bras, on entre dans la chambre, et on pose …Facile !!

     Allez, au suivant, même chose, on coupe, on encolle et on remonte dans la chambre, on juxtapose les côtés et on passe un chiffon pour lisser ….pas mal !

    Pendant tout ce temps, notre bout de chou reste assise au milieu de sa chambre et joue tranquillement avec ses puzzles…tellement absorbée qu’elle ne lève même pas les yeux pour regarder les transformations qui commencent tout autour d’elle….

    De notre côté, tout se passe bien. Nous avons déjà terminé un mur et il nous faut  ramener la grosse armoire au milieu de la pièce si l’on veut tapisser derrière. Un peu fainéants, on décide de la changer de place sans la vider. Pas facile, facile, mais en s’y prenant à plusieurs fois, on arrive tant bien que mal à la décoller du mur et la tirer petit à petit vers le centre de la pièce…Ouf ! Ça c’est fait !! Nono, ne bouge toujours pas et continue à jouer sans bruit, comme si elle était seule dans la pièce…A-t-elle seulement vu qu’on venait de réduire son champ d’activité ???

    Une heure plus tard, le mur est tapissé…on s’éloigne un peu pour voir, et il faut bien avouer qu’on est assez fiers de nous. On se débrouille comme des chefs !

    Allez, on remet l’armoire à sa place! On essaie de la faire glisser, niet ! Il ne faut pas oublier  la moquette ! Bref, pas évident du tout. Vive le parquet ciré !! On fait une deuxième tentative, pas mieux… On renonce cette fois-ci, on verra ça tout à l’heure,  la fatigue commence à se faire ressentir quelque peu.

    -          - Et si on faisait une petite pause ? on l’a bien méritée non ?

    On redescend et on prend quelques minutes autour d’un petit café entre les bouts de rouleaux et la colle qui recouvre la table….

    Allez, on y retourne avec l’intention cette fois de vider l’armoire avant de la déplacer …il ne faut tout de même pas exagérer.

    On entre dans la chambre et ce que l’on découvre nous cloue sur place. On se regarde sans rien comprendre.

     Nono est toujours au même endroit, tranquille, avec ses mêmes jeux, et ne prête toujours aucune attention à notre arrivée…. Derrière elle, l’armoire est à nouveau à sa place, tout contre le mur !!!

    -           - « ôte-moi d’un doute…c’est bien un café que l’on a pris ?  On n’avait pas bougé l’armoire avant de descendre ?

    Ce n’est tout de même pas imaginable d’avoir oublié tous les deux ce que l’on a fait avant de prendre cette petite pause.

    Naïvement, sans même réfléchir à ce que je dis, je pose cette question stupide à ma fille de six ans:

    -          - « C’est toi Nono qui a remis l’armoire à sa place »

    Elle lève la tête, me regarde et répond simplement, comme une évidence :

    -          - « oui » et retourne à ses occupations.

    Ben voyons !!!!!

    Cette histoire véridique fait toujours partie des anecdotes que l’on se raconte en famille…Le souvenir reste intact et nous n’avons toujours pas trouvé d’explication à ce phénomène…A mon avis, ce n’est quand même pas une enfant d’à peine vingt kilos qui a pu bouger cette armoire ! Ce n’est pas non plus l’armoire qui s’est déplacée seule !!!

    Une hallucination ? On aurait réussi à remettre l’armoire en place avant de descendre et on aurait oublié tous les deux ? Ce serait le plus plausible !!! Bizarre quand même !! mais c’est, je pense, ce que tout le monde croira.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire