• Coucou les ti-loulous,

    Les soirs d'été, si vous regardez bien autour de vous, vous pouvez admirer le bal des chauves-souris...Elles s'élancent et se lancent pour attraper les moustiques...mais...où est Chauvoline???

    La prochaine histoire sera une histoire (presque) vraie...et inédite

    Bizatousssssssssssssss

    Chauvoline.

    Où est Chauvoline ?

         Bien emmitouflée dans sa confortable cape sombre, maman chauve-souris tarde à sortir de sa longue hibernation.

    Pendant ce temps, dans la forêt, la nature se réveille tranquillement. Les arbres frissonnent de plaisir en découvrant leurs nouvelles feuilles vert tendre, les oiseaux entament leurs mélodies estivales et les animaux sauvages inspectent ce décor enchanteur pour le présenter  à leur progéniture qui ouvre tout juste les yeux.

         Accrochée à la plus haute branche d’un chêne, la tête en bas, maman chauve-souris s’étire interminablement. La nuit vient d’envelopper toute la forêt de son voile brumeux, un peu mystérieux.

    Jusque-là, tout semble parfaitement normal…sauf que nous sommes en plein conte, et que cette forêt majestueuse dans laquelle nous nous sommes égarés est en fait peuplée de personnages imaginaires … et pas toujours bienveillants. Si on longe le sentier à droite du chêne séculaire où est toujours suspendue maman chauve-souris, on peut découvrir au loin, une petite cabane de bois aux planches disloquées. Si on s’aventure plus près encore, très lentement, et si on regarde par la fenêtre entourée de toiles d’araignées, on peut distinguer près d’une cheminée, une femme étrange qui prépare une potion malodorante dans un chaudron...vous l’aurez reconnue, c’est la sorcière Foldingue.

        Enfin réveillée et encore cramponnée à son socle de bois, maman-chauve-souris vient d’entendre l’appel de ses copines...

    Toutes se sont laissé tomber de leur point d’ancrage pour s’envoler aussi légères que des plumes, et s’empiffrer d’insectes qu’elles attrapent sans le moindre effort. Elles ont déjà commencé leur ballet fluide dans les airs et on ne voit plus que leurs ombres aller et venir avec une précision et une agilité incroyables.

       Les ailes déployées, maman chauve-souris tourne la tête à droite, vers sa fille Chauvoline...Elle n’est pas là...elle tourne la tête à gauche...pas là non plus !! Mais où donc est-elle passée ? elle ne sait pas encore voler !! Elle est trop petite !! Chauvolette (c’est le nom de cette maman) glisse le long de la branche et prend son envol à la recherche de son « bébé »

    Ses amies lui confirment ce qu’elle craignait : Chauvoline à disparu. Toutes tentent une explication plausible.

    -          - Elle a dû tomber, dit l’une

    -          - Elle s’est fait manger par chouquette, la chouette de la sorcière, affirme sa voisine en attrapant au vol un gros moustique.

    -          - La sorcière ! c’est ça ! s’exclame Chauvolette… et sans plus attendre, elle se dirige vers la vieille masure au bout de l’allée.

    Elle entre par la cheminée au risque de se brûler les ailes et s’agrippe aux cheveux filasse de Foldingue.

    -          - Que me veux-tu Chauvolette ? s’écrie la sorcière d’une voix rauque en essayant de dégager sa tignasse des griffes de maman chauve-souris

    -          - Où est ma fille ? je suis sûre que....

    -          - Calme-toi ! je sais où elle est ta petite peste. Elle est tombée par terre hier...Trop sympa, je l’ai prise avec moi pour la soigner. Elle était toute étourdie, alors je lui ai donné quelques gouttes de cette potion pour qu’elle reprenne des forces...mais....

    -          - Où est-elle ?

    -          - Attends, laisse-moi te raconter la suite. Elle....

    -          - Où est-elle ?

    -          - Tu me laisses parler ?...elle n’est plus là ! quand elle a avalé la mixture, elle s’est évaporée !!

    -          - Quoi ?

    -          - Heu...j’ai dû faire une légère erreur...

    -          - Mais enfin, tu vas me dire où elle est ?

    Très en colère, Chauvolette s’entortille dans les cheveux de la sorcière qui pousse un grand cri de douleur.

    -         Chauvoline est sortie de l’histoire ! A l’heure qu’il est, elle est devenue bien réelle...je l’ai vue dans mon miroir magique ! elle est avec Samira, une jeune femme formidable qui l’a soignée, bichonnée, dorlotée…Elle s’apprête en ce moment même à la relâcher dans la nature dans une....

    -          - Mais elle ne survivra pas toute seule ! fais-là revenir immédiatement.

    -          - Je ne peux pas

    -          - Si ! tu peux

    -          - Bon d’accord, mais c’est parce que c’est toi ! et parce que j’ai mal aux cheveux !!!

    Foldingue attrape donc son portable au fin fond de sa poche pour m’appeler... Comme c’est une de mes meilleures copines, je suis allée aussitôt voir Samira pour récupérer Chauvoline et la réintégrer dans le conte... Elle est à présent avec sa maman dans la forêt où elle prend place dans l’immense ballet des chauves-souris à la chasse aux moustiques.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Vous est-il déjà arrivé de penser à un truc et de le voir se réaliser aussitôt???

    Étrange, non?

     

    Anticipations

       On a tous entendu parler de la loi d’attraction : on pense à une copine, et hop ! Elle nous téléphone où on la rencontre par hasard dans la journée en allant faire des courses au supermarché.

    Vous pensez que ce serait sympa d’avoir un beau bouquet de fleurs sur la table du salon, et hop ! Votre mère ou votre fille vient vous rendre visite avec un grand sourire...et une magnifique orchidée dans les mains.

    Parallèlement, il nous arrive de redouter une situation et de la voir se réaliser dans les heures ou les jours suivants...peur des araignées et en voir une énorme sur le mur du salon, peur d’attraper un rhume en voyant la pluie tomber et se retrouver alité avec une bonne grippe le soir même...et j’en passe !

     

    On appelle cela la loi d’attraction, c’est à dire une théorie selon laquelle nous créons notre propre réalité. Nous attirons ce que nous voulons et même des choses que nous ne voulons pas.

     On a bien sûr, tous, des exemples concrets pour  illustrer cette théorie...j’ai en quelques-uns en magasin :

    Il y a environ quarante ans, le téléphone portable n’existait pas encore, et nous ne téléphonions pas toutes les cinq minutes comme aujourd’hui. Je venais de me rendre compte que je n’avais pas parlé à mon frère depuis plusieurs semaines. J’attrape le combiné pour le porter à mon oreille et, avant même de composer son numéro (il n’était pas programmé comme aujourd’hui), j’entends sa voix dans l’appareil :

    -          Mais je ne t’ai pas encore appelé, balbutiais-je, complètement abasourdie

    -         « Moi...si » me répond-il du tac au tac

    Surprenante cette anecdote, mais je veux bien croire que « la loi d’attraction » y est pour quelque chose  (j’ai dû capter la pensée de mon frère).

    De même, lorsque j’étais très jeune, le jour où je n’avais pas appris ma leçon, le professeur ne pouvait que m’interroger. J’avais inconsciemment programmé cela et ne fus donc pas surprise d’entendre mon nom… à l’instant même où je me levais.

    Idem pour un objet que je recherchais dans un magasin (une cafetière ? un service à raclette ? je ne sais plus trop de quoi il s’agissait). Après avoir trouvé le modèle que je voulais, la main dessus, j’ai été prise d’un doute, incapable de me décider à l’acheter.... Deux jours plus tard, j’ai eu l’immense surprise de le recevoir en cadeau.

     

    Les exemples sont fort nombreux et tout le monde se souvient (ou pas) de telles anecdotes. ..Par contre, certaines fois, « des hasards » presque similaires  ne semblent pas entrer dans le cadre de cette « loi » comme le jour où je m’apprête à téléphoner à ma fille et que je chantonne : « je lui dirai les mots bleus.... » Une chanson que je n’ai pas entendu depuis des siècles et que je ne trouve même pas folichonne !!! Quelques instants plus tard, je monte dans ma voiture, je mets le contact et j’entends la voix de Christophe qui chante « les mots bleus » !!!

    Mon petit-fils de treize ans appelle ce phénomène « anticipation » et m’explique que cela lui  arrive assez souvent ...je l’ai d’ailleurs constaté par moi-même deux fois de suite à la maison.

    Un matin, il s’amuse sans raison apparente à  « imiter » Mickey en empruntant sa voix et en portant ses mains au-dessus de sa tête pour faire ses oreilles. En riant, je sors pour chercher le courrier dans la boite aux lettres et je reviens avec en mains une lettre dont le timbre représente Mickey...

    Pendant les dernières vacances, il vient souvent déjeuner avec nous. Tandis que nous sommes à table, il prend la bouteille d’eau dans ses mains et nous demande « comment on fait pour qu’il y ait des bulles dans le Perrier ? ». La question nous surprend un peu, mais ce qui nous étonne plus encore, c’est que presque simultanément la réponse apparait sur l’écran de télévision à l’occasion d’un jeu télévisé.

    -          Ça m’arrive souvent,  nous dit-il alors

    -         Oui, je me souviens...les oreilles de Mickey !

    -         Pas seulement... l’autre jour, je passais en bus devant le petit calvaire qu’il y a en face de Capellia. En voyant la croix, je me suis dit qu’elle avait bien besoin d’être repeinte...et bien le lendemain, c’était fait !...et  c’est drôle, ce genre de trucs, ça m’arrive souvent...mais je ne me souviens pas de tout...

    C’est vrai, on ne fait pas attention à ce genre de « détails », mais avouez que c’est quand même étrange non ?

     

    Depuis le jour où j’ai écrit ce texte, j’ai d’avantage prêté attention à ces…disons… « anticipations »…Eh bien …en fait, ça arrive très très souvent.


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Un peu de magie, on en a tous un peu besoin ! N'est-ce-pas Nono? (oups! ça c'est un petit clin d’œil! vous ne pouvez pas comprendre!)

    Belle journée et Bizatoussssssssssssssssss

    Pétronille

    Un peu de magie

     

         Il était une fois une très très vieille femme très très moche qui...

    -          Comment ça comme Mamy ? mais dites donc vous !!!

    Je reprends... je disais donc une femme d’un certain âge qui ne se trouvait pas très jolie....mais tellement gentille que tout le monde l’aimait beaucoup, ce qui, bien sûr, ne lui faisait ni chaud ni froid puisque son apparence lui gâchait la vie...

    Devenir jeune ?  Pétronille savait bien que cela était impossible puisqu’elle avait déjà neuf cent trente-cinq ans !  Elle ne pouvait pas revenir en arrière ! Quoique ! Il existait bien un moyen, mais ça ne l’intéressait pas vraiment. Ce qu’elle voulait, c’était effacer les rides qui lui creusait le visage, retrouver un visage de jeune fille, une belle chevelure longue et bouclée et une peau aussi douce que celle d’un bébé....mais pour ça, il fallait absolument qu’elle aille au pays des fées  pour demander à la plus ancienne le secret de la beauté éternelle.

    Rien de plus simple ! Sauf qu’elle devait franchir une haute montagne, marcher longtemps dans une épaisse forêt très sombre ou vivaient d’horribles sorcières et traverser une rivière remplie de crocodiles.

    Un beau matin, elle se mit donc en chemin et s’arrêta devant la haute montagne.

    -          - Oh là là ! que c’est haut !

    Elle faillit renoncer, mais c’était mal la connaître...elle était très courageuse et téméraire et mit des jours et jours pour grimper jusqu’au sommet. Arrivée tout en haut, le spectacle qui s’offrait à elle la récompensa de tous ses efforts ! C’était magnifique !! Elle respira une grande bouffée d’un air d’une fraîcheur incomparable et découvrit un paysage à couper le souffle...C’est donc avec l’incroyable impression de voler, légère et très heureuse qu’elle descendit sur l’autre flanc de la montagne.

    Elle pénétra ensuite dans une forêt sombre et mystérieuse

    -          - Oh là là ! ça fait drôlement peur !

    Elle faillit renoncer, mais c’était mal la connaître...elle était très brave et audacieuse. Elle affronta donc sans sourciller les abominables sorcières qu’elle rencontra inévitablement. Tandis que l’une d’elle s’approchait d’elle pour la transformer en crapaud, Pétronille lui fit un croche-pattes qui la fit voltiger dans les airs…La poudre magique qu’elle s’apprêtait à lui lancer se répandit sur sa vieille robe  et c’est elle qui fut transformée en batracien...Bien fait !!! Elle brava aussi des créatures très bizarres qui voulaient lui faire rebrousser chemin, mais elle ne se laissa pas intimider...et c’est fièrement qu’elle sortit de la forêt saine et sauve... elle était si satisfaite de s’être surpassée que c’est d’un pas confiant qu’elle se prépara à traverser la rivière.

    -          - Oh là là ! ils sont énormes ces crocodiles !! et quelles mâchoires !!!

    Elle faillit renoncer, mais c’était mal la connaître...elle était débrouillarde et futée. Elle s’approcha donc de la rive, et parla gentiment aux crocodiles qui voulaient la croquer. Elle leur raconta une histoire drôle et pendant qu’ils se tordaient de rire, elle grimpa sur la tête de l’un d’eux pour passer sur l’autre rive.

    En arrivant au pays des fées, c’est une femme souriante, fière de ses exploits, heureuse même qui se présenta devant la plus ancienne magicienne.

    -          - Bonjour Pétronille...lui dit celle-ci. Pourquoi es-tu venue jusqu’ici ?

    -          - Je voudrais connaître le secret de la beauté éternelle, lui répondit la vieille femme

    -          - Mais tu le connais ce secret ! tu es gentille, courageuse, téméraire, brave et audacieuse...que demander de plus. La beauté est en toi, et c’est cela que l’on voit lorsque l’on est en ta présence! n’es-tu pas heureuse d’avoir réussi toutes les épreuves qui se présentaient sur ton chemin ?

    -          - Si, bien sûr !

    -          - Alors, regarde-toi dans ce miroir et dis-moi ce que tu vois.

    Avec un peu d’appréhension, Pétronille fixa son reflet et ne vit que ses yeux...des yeux remplis de bonheur.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

     Avoir la "tête en l'air", c'est fréquent...et parfois bien dangereux...heureusement, nous sommes bien souvent dotés de réflexes....bien étonnants!

    De bons réflexes

    De bons réflexes

     

        Avoir de bons réflexes ! C’est quoi au juste ? Question stupide peut-être, mais j’ai voulu me pencher sur la question à cause de quelques événements qui m’ont, disons... «complètement scotchée » !

    J’ai donc commencé par regarder une définition sur internet et j’ai lu : « Réaction très rapide, anticipant toute réflexion, en présence d'un événement » ...oui, bien sûr ! j’entends bien : ça passe directement par le geste sans passer par le cerveau...mais alors  « qu'est-ce-qui déclenche ce réflexe face à une situation périlleuse? » et là, je n’ai pas trouvé de réponse.

     Cette question, je me la  suis posée le jour où...

     ...j’ai vu le bras puissant de mon père envelopper ma fille pour la ramener vers la terre ferme, alors quelle s’apprêtait à faire un plongeon de plus de cinq mètres du haut de la falaise.

         Toujours à l’affut de nouvelles découvertes dans des coins que nous connaissions pourtant depuis des années, nous nous promenions en famille à la pointe de Castelli. J’ai toujours aimé ce lieu sauvage qui doit être l’un des plus escarpés de la côte entre la Turballe et Piriac. Nous marchions donc tranquillement en direction du sémaphore au plus près de la falaise pour servir de rempart aux enfants qui nous accompagnaient sur le chemin. Nous discutions de choses et d’autres, lorsque soudain, ma fille âgée de 5 ou 6 ans décida (sans doute pour échapper à son frère ou l’un de ses cousins qui la poursuivait) de nous doubler sur la gauche (côté falaise)...la végétation qu’elle voyait devant elle ne poussait pas comme elle aurait pu le croire sur la terre ferme...mais sur les flancs de la falaise !!! Elle serait tombée dans le précipice si mon père n’avait eu ce réflexe étonnant (ma fille se trouvant juste derrière lui) : tendre le bras en arrière pour l’attraper, la soulever et la ramener d’un geste précis et rapide sur le côté droit... Je n’ai pas encore compris...tout s’est passé tellement vite ! comment mon père avait-il « vu » que ma fille allait le dépasser sur la gauche ?

    ...Cette question, je me la suis posée le jour où ...

    ... ma mère nous a entrainées, ma sœur, ma cousine et moi, dans un buisson d’épines pour échapper à un groupe de taureaux en furie.

    C’était à l’époque ou l’on pouvait encore faire des cueillettes de champignons dans les prés...Nous avions enjambé une barrière qui cloturait un immense champ (pas bien !!!) et  recherchions ces délicieux petits « roses », bien meilleurs que les champignons de Paris. Nous marchions toutes les quatre, tête baissée. Soudain, ma mère, pour je ne sais quelle raison, s’est retournée et les a aperçus à quelques mètres de nous, ils fonçaient droit sur nous ... très énervés !!

    -          - Des taureaux ! s’est écrié ma mère

    Pas le temps de s’échapper, ni de courir vers une éventuelle issue...ils arrivaient, tête baissée, l’air pas commode du tout. Elle n’a eu que le temps de nous attirer avec elle dans la haie la plus proche...un buisson d’épines qui nous lacérait les jambes...surtout les siennes, parce que sitôt à l’abri, elle s’élançait elle-même dans les épines pour tracer un chemin et nous permettre de la suivre et d’atteindre le champ voisin.  Je me souviens de l’instant où je me suis retournée et que j’ai vu de près la tête de l’une de ces bêtes menaçantes...une vision qui ne m’a pas lâchée pendant de longs mois !!

    ...Cette question, je me la suis également posée il n’y a pas si longtemps le jour où ...

    ...mon mari à tourné son volant complètement à droite, empruntant la route perpendiculaire pour échapper à deux fous furieux qui grillaient le même stop alors que nous roulions tranquillement sur une ligne droite...Impossible de ne pas les heurter de plein fouet ou de se prendre le fossé en se déportant à gauche ...quel réflexe !!

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Une fois n'est pas coutume...aujourd'hui est un jour "un peu spécial", alors voici encore une histoire pour enfants (l'histoire étrange et inédite sera pour demain!)

    Je disais donc, jour spécial...en effet Gabriel fête ses six ans ! quel grand garçon !!! Alors, presque rien que pour toi, une histoire inspirée par ton cousin Lounis...qui lui aussi, ainsi que Noah, Ewenn, tata Nono et Papy, te souhaitent avec moi, un très très

    BON ANNIVERSAIRE

    Bisous à toi et

    bizatousssssssssss

    dessin n'ayant rien à voir avec l'histoire, mais c'est un beau dessin que tu as fait l'an dernier

     

    Le dragondin

    Lounis et le Dragondin

     

        Depuis son aventure dans le piège-filet, le dragondin s’ennuie.

     Les poissons sont partis nager dans les fonds marins où ils jouent à cache-cache avec leurs copains dans les algues et les anémones de mer.

    Lui, reste tout seul au bord d’une rivière, et il n’ose même plus s’aventurer trop loin du bord tellement il a la trouille.Sa seule satisfaction, c’est que  durant les longs mois d’hiver, il peut souffler de l’air chaud sur sa queue pour l’empêcher de geler.

    Mais il est seul, terriblement seul ! Il n’a même pas d’amis…Évidemment, puisqu’il n’est ni un dragon, ni un ragondin, mais les deux à la fois. Ce qui fait que lorsqu’il veut jouer avec un ragondin, celui-ci le rejette parce qu’il a peur du dragon qui sommeille en lui…et lorsqu’il s’approche d’un dragon, celui-là se moque carrément de lui en lui disant qu’il ressemble à un gros rat mouillé !

    Un beau jour de printemps, le soleil apparait enfin dans le ciel et  Lounis se promène sur les bords de la rivière. Il est venu avec son papy et son frère pour faire du canoé, et il attend son tour…il les regarde pagayer au loin et aperçoit soudain le dragondin qui se prélasse sur une feuille de nénuphar (une grosse feuille évidemment !) Il le trouve si rigolo qu’il éclate de rire. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le dragondin n’est pas vexé du tout. Au contraire, il se met à rire avec Lounis. Tous deux n’en peuvent plus tellement ils se marrent, si bien que la feuille de nénuphar chavire et le dragondin tombe à l’eau…Il en ressort avec un poisson sur le nez, et dérange toutes les mouettes qui s’enfuient à tire-d’aile...ce qui déclenche une nouvelle fois le fou-rire de Lounis.

    C’est depuis ce jour-là que tous les deux sont devenus les meilleurs amis du monde. Ils passent même beaucoup de temps ensemble. Quand il vient le voir au bord de l’eau, Lounis emmène son ami faire un petit tour en bateau ou sur le chemin qui longe la rivière jusqu’au petit pont. Ensemble ils regardent les canards, les oies et les plaisanciers et Lounis lui apprend à lire et à compter. C’est le rêve du dragondin qui n’a jamais eu la chance d’aller à l’école.

    Pour le remercier le dragondin lui organise de merveilleux voyages dans les airs. Lounis s’accroche à ses ailes et ils s’envolent tous deux vers des paysages imaginaires tout proches de notre planète. Des endroits magiques remplis de vrais dragons, d’animaux fantastiques et de magiciens qui vivent en parfaite harmonie dans des petites cabanes en bois entourées d’une végétation extraordinaire.

    Bien sûr, Lounis n’a jamais raconté ses aventures à personne... Il garde son secret pour lui tout seul.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire