• Félicité - 11

    Belle journée à tous,

    Félicité vient de recevoir un magnifique cadeau pour poursuivre sa mission...elle se rend à présent dans la forêt de Brocéliande....waouh !!

    Demain : Noël au rendez-vous.

            

    Brocéliande

     

    Félicité - 11

     

     

          En parlant de Xavier justement !…A l’instant précis ou Félicité acceptait d’aider Poupy (elle ne s’est pas fait prier longtemps ! Partir à l’aventure, pensez-donc !), il montrait sa nouvelle lettre à son pote Pascal. Ils sortaient du cinéma où ils étaient allés voir le dernier film d’animation en vogue:

    -         Qu’en penses-tu ?

    -         C’était super !

    -         Non, je parle de la lettre idiot !

    -         J’en pense que ta tortue s’est fourrée dans un drôle de pétrin. Tu as tout intérêt à garder l’œil sur elle !

    -         C’est quand même génial ce qu’elle vit non ?

    -         Hum ! Si on veut ! Et pour en revenir à la voiture qu’elle te demande, tu ne vas tout de même pas lui envoyer hein ? Elle devient trop exigeante et avec sa tête de linotte, elle aura vite fait de l’égarer ou de la bousiller en moins de deux !

    -         Tu as raison. J’ai ma petite idée. Si j’ai bien compris, elle attend sa voiture près du calvaire dans le petit bled où elle s’est gavée de crêpes. Eh bien, elle ne va pas être déçue !

          Félicité venait justement d’arriver sur la place et resta figée en apercevant un immense paquet cadeau rose entouré d’un énorme ruban rose et d’une carte de visite contenant ces mots : « Pour Félicité ». Tous les habitants du village (heureusement, pas trop nombreux ) s’étaient attroupés près du paquet et aidèrent Félicité à le déballer. Il s’en suivit un énorme éclat de rire lorsqu’elle considéra son contenu : une ravissante deux chevaux rose décorée de grosses fleurs sur les portières :

    -         Ce n’est pas ce que vous vouliez ? S’esclaffa Loïg , une décapotable sportive. Je crois en effet qu’il vous faudra être bien sportive pour ouvrir les portes et les fenêtres, faire les manœuvres et la pousser quand elle refusera de monter les côtes !

    -         Et alors ! Elle est très jolie ! Je n’en attendais pas moins de Xavier, et il n’a même pas oublié de refaire ma valise, répondit Félicité en grimpant fièrement à l’intérieur.

     

     
       


    Désormais seule – et à bien y réfléchir, c’était la première fois depuis son arrivée fracassante sur l’île de Sézig – elle fit la route qui la séparait de la forêt de Brocéliande sans s’arrêter. Eblouie par la beauté du décor dans lequel elle venait d'aborder, elle sentit soudain quelques larmes monter au bord de ses yeux et une émotion encore inconnue l’envahir. En cette période de l’automne, les arbres avaient revêtu leurs plus belles parures, rivalisant de charme et de grâce en élevant bien haut leurs branches et en affichant résolument les jaunes et les ocres, les roux et les orangés, les rouges et les bruns de leurs feuillages qui se mêlent et se démêlent, se fondent et se confondent avec délice : « Comme j’envie les peintres à cette période de l’année » pensa  Félicité en stoppant son véhicule à l’entrée d’un petit village niché au cœur de la forêt.

           Comme pour apprécier pleinement le côté pittoresque du site et bien s’en imprégner, elle jeta un coup d’œil autour d’elle avant de déplier la carte IGN que Poupy lui avait confié quelques heures seulement auparavant. Elle la replia soigneusement et se dirigea vers l’un des sentiers balisés qu’il lui avait indiqués pour se diriger vers les profondeurs du bois. Si elle s’en tenait à ses explications, il ne lui serait pas bien difficile de ramener ce fameux trésor.

       Félicité longea l’allée bordée de chênes, de bouleaux et de hêtres et s’engagea sur un étroit passage à droite. Tout en parcourant tranquillement son chemin, elle humait l’air qui lui apportait les senteurs sauvages de l’humus, des champignons et de toute la flore environnante. Rien à voir avec ce qu’elle avait connu jusque là.

        La forêt semblait soudain s’épaissir. Les arbres devenant plus menaçants s’enchevêtraient, leurs racines sortaient à présent du sol et de hautes fougères brunes cachaient son champ de vision, ralentissant du même coup son allure. Un peu lasse, elle décida de s’arrêter pour la nuit. Elle remarqua une cavité à l’intérieur d’un gros chêne, et s’y installa et examina de sa cachette le spectacle qui l’entourait. Une légère brume entourait à présent la forêt, la drapant comme une écharpe vaporeuse. Elle vit alors apparaître d’étranges phénomènes, des ombres et des êtres immatériels volant autour des arbres, et crut même reconnaître des lutins qui se dissimulaient derrière un énorme cèpe pour mieux l’observer. Elle mit tout cela sur le compte de la fatigue et s’assoupit.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :