• Tartalapraline la sorcière

    Belle journée à tous   sarcastic

    Pour demain mercredi, voici une histoire de sorcière à raconter aux enfants.

    Je sais, ça fait un peu peur ! On ne sait jamais, elle existe peut-être Tartalapraline !

    Si vous aimez les histoires de monstres et de sorcières, c'est génial, moi aussi ! alors dites-le moi et je me ferai un plaisir d'en raconter d'autres.

    Bizzzz à tous (surtout les enfants!)

    Illustration : Philippe ...Merci à toi pour tes magnifiques dessins.

    Tartalapraline la sorcière

    Tartalapraline

    Tartalapraline vivait dans une grotte formée dans les rochers sur la côte bretonne. Toute la journée, elle passait son temps près de sa grande marmite noire pour préparer sa potion magique…mais, tandis que les autres sorcières confectionnaient des potions avec des ingrédients dégoûtants, bave de crapaud, araignées, souris et cafards, Tartalapraline, elle, ne jetait dans sa marmite que des douceurs et sucreries.

     De très loin, les enfants étaient attirés par les effluves exquis du miel, du chocolat chaud, de la barbapapa, du nougat, et du chewing gum à la fraise qui s’en échappaient, remplaçant agréablement l’odeur familière du goémon séché sur les plages.

    N’allez surtout pas croire que Tartalapraline était une gentille sorcière ! Non, non, non. Si sa potion ne contenait que les mets préférés des enfants, c’était uniquement pour les ensorceler et les faire venir jusqu’à l’entrée de sa grotte….Lorsqu’ils arrivaient, elle les invitait gentiment à venir s’asseoir à sa table, leur donnait un grand bol de sa  pitance et finissait toujours par les retenir prisonniers. Pourquoi ?, mais pour les gaver jusqu’à ce qu’ils deviennent gros et gras….et ensuite les manger ! C’était une sorcière qui dévorait  les enfants ! une ogresse quoi !

    Parfois, elle allait elle-même sur les plages pour les chercher en se transformant en marchand de chichis et d’esquimaux glacés…

    Un jour, un enfant plus malin que les autres, comprit qu’il s’agissait d’une sorcière -  Il l’avait reconnue grâce à  la grosse verrue qui déformait son nez et aux trois poils qui sortaient de son menton crochu - et puis, il avait lu dans un livre que le sucre n’était pas toujours bon pour la santé. Sa maman aussi lui avait dit que trop de bonbons, de gâteaux à la crème, glaces à la pistache et caramels au beurre salé de Guérande pouvaient provoquer de jolies  caries sur les dents…et que ça pouvait faire très très mal !

    Toujours est-il que cet enfant, un petit garçon du nom de Louwenn, comprit que cette dame qui lui offrait un grand bol de chocolat à la noisette et au nougat de Montélimar ne pouvait pas être si gentille que ça. Il y avait en elle quelque chose de bizarre…peut-être sa voix : trop mielleuse, sa robe : trop noire, son chapeau : trop pointu, sa figure : trop boutonneuse, ses cheveux : trop filasses ou simplement sa dent : elle n’en avait qu’une justement, ce qui signifiait bien sûr qu’elle avalait trop de sucreries elle-même.

    Toujours est-il que Louwenn fit mine d’accepter la proposition de Tartalapraline. Il prit le bol, goûta la mixture et se mit à cracher

    -         Tu n’aimes pas mon chocolat ? lui demanda la sorcière.

    -         Si, bien sûr, mais il manque des céréales, lui répondit Louwenn ;

    La sorcière fronça les sourcils et se dit que ce petit garçon était la proie idéale…il en demandait encore plus. Elle alla donc chercher une grosse poignée de céréales dans la cuisine qu’elle s’était aménagée derrière le rocher.

    Louwenn prit une autre gorgée et fit une grimace épouvantable.

    -         Il manque de la confiture, fit-il dégoûté

    La sorcière s’empressa d’ajouter une bonne grosse cuillerée de confiture de mûres.

    -         Il manque du miel, poursuivit-il en retroussant son nez dans une petite moue contrariée.

    Satisfaite de constater que sa nouvelle victime allait grossir plus vite que les autres avec tout ce qu’il voulait ajouter dans son bol, Tartalapraline se précipita vers la ruche la plus proche pour prélever un maximum de cette délicieuse substance blonde et sucrée.

    Quand il vit que la sorcière se mettait en quatre pour lui dégoter tous les ingrédients qu’il réclamait, Louwenn  posa tranquillement son bol sur le sable en haussant les épaules :

    -         Quoi encore ! s’exclama la sorcière…qu’est-ce-que tu veux encore ? pesta-t-elle un peu fatiguée quand même de tous ces allers-retours.

    -         Il manque de la vanille, dit-il calmement.

    -         De la vanille ? et puis quoi encore ?

    -         C’est tout.

    -         C’est tout ?

    -         Oui…c’est tout ! mais cette vanille-là, on ne peut la trouver qu’à Madagascar. C’est la meilleure !

    -         A Madagascar ? évidemment, je n’y avais pas pensé. Qu’à cela ne tienne !! fulmina Tartalapraline en enfourchant son balai magique pour se rendre dans cette île lointaine.

    Louwenn la regarda s’envoler au-dessus de l’océan, puis il scruta l’horizon jusqu’à ce qu’il ne distingue plus qu’un minuscule point noir dans le ciel…Il fouilla alors la grotte de fond en comble à la recherche de tous les enfants qui avaient disparus les mois précédents…Il découvrit bientôt une clé cachée sous un bocal rempli de

    berlingots multicolores et une petite porte secrète tout au fond de la caverne. Il l’ouvrit et délivra une dizaine de petites filles et de petits garçons tous plus dodus les uns que les autres. Ils étaient si contents de sortir de leur prison qu’ils promirent de limiter leur consommation de friandises par la suite.

    Quant à la sorcière, à l’heure qu’il est, elle est assise sur une plage de Madagascar à côté de son balai qui refuse toujours de prendre le chemin du retour. Dix mille kilomètres, c’est bien assez pour lui.  

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :