• Coucou les ti-loulous,

    Pour les tout-petits, voici à nouveau petit ours qui affronte la pluie, le vent et la neige ...

    Bientôt, une nouvelle histoire..."le cadeau caché"

    Bonne journée et bizatoussssssssssssssss

     

    Petit ours

    Petit ours

    Dans sa maisonnette au fin fond de la forêt, petit ours a allumé un bon feu dans la cheminée. Bien au chaud,  il s’est assis sur son fauteuil pour lire une histoire dans son grand livre de contes.

    Soudain, il entend frapper à la porte :

    -          - Toc, toc, toc...

    -           - Qui est là ? demande-t-il.

    -          - C’est le grand vent d’automne qui siffle dans les arbres...WHOU-OU-OU-OU ...tu viens jouer avec moi ?

    Petit ours enfile sa grosse veste de laine et court après les feuilles fanées qui virevoltent autour de lui. Il rit beaucoup et essaie d’en attraper quelques-unes pour faire un beau bouquet coloré....puis il rentre chez lui pour se réchauffer et regarder les images de son album.

    Soudain, il entend frapper à la porte :

    -          - Toc, toc, toc...

    -          - Qui est là ? demande-t-il.

     - C’est la pluie qui vient te chanter sa chanson...flic, flac, floc...Tu viens jouer avec moi ?

    Petit ours chausse ses bottes fourrées et saute dans les flaques d’eau à pieds joints...plif, plaf, plof...Comme c’est drôle ! Il est tout mouillé, mais tellement heureux !...puis il rentre se sécher près du feu et retourne dans son fauteuil pour poursuivre sa lecture.

    Soudain, il entend frapper à la porte :

    -          - Toc, toc, toc...

    -          - Qui est là ? demande-t-il.

     - C’est la neige qui doucement recouvre ton jardin et ta maison de ses flocons légers ...tu viens jouer avec moi ?

    Petit ours s’emmitoufle dans sa doudoune, prend son bonnet et ses moufles, attrape son écharpe et sort dans son jardin. Tout est blanc...et froid. Quand il marche, ses pattes s’enfoncent dans cet épais tapis blanc  et ça fait des petits trous tout ronds...ça l’amuse beaucoup...puis il construit un petit ours de neige et l’habille avec son bonnet, son écharpe et ses gants...A présent, il a très froid, alors il rentre dans sa maisonnette, regarde par la fenêtre et salue son nouvel ami. Il baille et se sent soudain bien fatigué, alors il va se coucher, remonte sa couette jusqu’à ses oreilles et s’endort...Il va à présent hiberner jusqu’au printemps prochain.

    Bonne nuit petit ours !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Connaissez-vous Jean de la Lune? Le voici, tout triste dans sa boule dorée...D'ailleurs, savez-vous pourquoi cette boule brille la nuit ???

    Voici peut-être une explication.

    Bonne journée et bizatoussssssss

    L'étoile blessée

    L’étoile blessée 

           Il fait nuit. Les étoiles s’allument une à une dans un ciel d’été sans nuages. Une douce chaleur enveloppe encore les vacanciers qui s’attardent sur la plage pour les admirer. Subjugué par ces points lumineux qui habillent lentement l’étendue sombre, un enfant écarquille les yeux et lance soudain, admiratif:

    -           - On dirait de l’or !

    -         - C’est vrai ! Elles sont en or ! lui répond tranquillement sa maman.

    -         - Oh ! Tu es sérieuse ?

    -          - Bien sûr ! Tiens, regarde celle-là, à l’horizon, tout près de la lune, deux de ses branches sont ébréchées, et ....

    -          - Mais ! On ne voit que des points brillants ! Où as-tu vu des branches ?

    -          - Regarde mieux...allez, fais un effort ! Tu les distingues mieux à  présent ?

    -          - Heu... Ah oui, ça y est ! Pourquoi elles sont cassées ses branches ?

    -          - Ah ça, c’est toute une histoire. Cela s’est produit il y a très très longtemps. Tu veux que je te raconte ?

    -          - Oh oui ! Raconte supplie l’enfant en se blottissant davantage contre sa maman.

    La voix de maman s’élève alors, douce et légère dans le calme de la nuit, seulement accompagnée par le roulis des vagues sur la grève. Les enfants se rapprochent lentement d’elle pour écouter ce conte étrange qui semble émerger du fond de l’océan :

    « Comme vous le savez tous, la lune se lève toujours à l’instant même où le soleil disparait à l’horizon, éclaboussant le ciel et la mer de poussières d’or tout en bariolant les nuages de couleurs  rouges, mauve et oranger. Un spectacle que nous sommes des millions, peut-être même des milliards, à contempler chaque soir.

    Fier de son effet, le soleil a toujours dédaigné madame la lune qui l’observait du coin de l’œil, jalouse de cette incroyable beauté. Il était loin de se douter qu’elle aussi, elle aurait bien aimé être admirée.

    Ce n’était pas faute d’essayer de lui voler la vedette une fois par mois en s’arrondissant pour l’imiter, mais elle restait bien pâle en comparaison de cet astre flamboyant. Même les étoiles, pourtant plus petites, brillaient davantage.

    Son unique habitant, Jean de la Lune semblait bien triste lui aussi. Toujours palot, il avait bien piètre allure. Sur terre, on pouvait l’apercevoir, malheureux, accablé, dans sa boule blanchâtre… mais personne ne savait quoi faire pour le rendre heureux.

    Un jour, il y a de cela bien longtemps, un jeune homme assez farfelu, mais très ingénieux, décida sur un coup de tête d’aller lui rendre visite. Il construisit une fusée et partit pour un long voyage dans le ciel. Une nuit de pleine lune, il se posa près de Jean de la Lune pour lui faire part d’une idée géniale qu’il avait eu en le voyant se morfondre ainsi dans son bocal. Il avait un plan !

    Le lendemain, dès que le soleil commença à plonger dans l’océan, tous deux montèrent dans la fusée pour se rendre sur l’étoile la plus proche. Avec leurs pelles et leurs pioches, ils ramassèrent un maximum d’or sur les branches de cet astre scintillant pour l’apporter sur la lune.

    Pendant des heures, ils travaillèrent d’arrache-pied, blessant ainsi l’étoile pour recouvrir la lune d’une légère couche d’or. Ils firent ensuite un repas pendant lequel tous les deux se racontèrent des histoires qui les firent rire aux larmes, puis ils se séparèrent en se promettant de se revoir très vite. Le jeune homme reprit le chemin de la terre et Jean de la Lune lui fit signe très souvent depuis sa maison qui depuis, brillait presque autant que le soleil couchant.

    Depuis ce jour, les nuits de Pleine Lune, on peut voir Jean de la Lune, tout sourire, qui nous fait un clin d’œil  pour nous inviter à venir lui rendre une petite visite ».

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    A nous maintenant (les grands)

    Retrouvons nos "histoires insolites" et pour commencer cette anecdote (déjà connue pour certains) qui en annonce une autre...encore plus "étrange" que je vais raconter très bientôt (demain ou dans quelques jours!)

    En attendant, belle journée à tous et à très vite.

     

    Don...après vie (I)

    Un don... après-vie

       Dans un précédent récit, je décrivais mon père comme un homme extrêmement carré, raisonnable et cartésien, ne faisant confiance qu’en la sciences, la médecine et la logique....Avec le recul, je me dis que c’est uniquement ce qu’il voulait bien nous faire croire...surtout à nous ses enfants ! car je sais à présent qu’il y avait bien en lui un côté...disons « irrationnel » qu’il refusait de nous dévoiler...il était même capable de nous prouver par A plus B qu’il y avait une vraie logique dans des faits inexpliqués.

    Ainsi, il avait lui-même un don : celui de « passer les verrues ». Il prétendait que ce don pouvait se transmettre et qu’il le tenait d’une personne très proche. Et bien sûr, il allait nous le léguer un jour ou l’autre ! N’importe quoi ! Il gardait précieusement sur lui un vieux carnet sombre, contenant une « formule magique », enfin une prière qu’il récitait lorsqu’il lui arrivait (très rarement) de faire disparaître ces excroissances disgracieuses. Il ajoutait également que nous ne devions, en aucun cas, prendre connaissance de ces écrits tant qu’il ne transmettait pas ce « don »...Quand j’y repense ! et ce qui me semble le plus incroyable à présent, c’est que mon père, cet homme si « sérieux » pouvait se plier à ce genre de « magie »...

    Pourquoi ne pas utiliser ces vieux remèdes de grand-mère comme le citron, le vinaigre blanc, l’ail ou le bicarbonate de soude, comme tout le monde !

    En tous cas, ma mère était formelle, lorsqu’elle était plus jeune, ses mains s’étaient un beau jour couvertes de ces minuscules bosses rugueuses, les  déformant au point qu’elle ne n’arrivait plus à broder, une catastrophe quand on sait que la broderie lui occupait une grande partie de son temps ! Une passion et un « vrai don » qu’elle exerçait avec art, précision et une tonne de patience...j’ai même la chance d’avoir encore à la maison un magnifique chemisier et quelques lambeaux de l’entourage d’un berceau qu’elle avait entièrement brodés...C’est absolument magnifique ! Bref, elle m’avait affirmé, en constatant que l’un de mes doigts était orné de l’un de ces affreux boutons,  que mon père lui avait « sauvé » ses mains en quelques jours, alors qu’il faut en général de un an à deux ans pour faire disparaître ces vilaines verrues. Toujours aussi « naïve » j’étais allée demander à mon père s’il pouvait faire « quelque chose ». Il avait seulement jeté un coup d’œil un peu distrait à ma main avant de me dire :

    -          - C’est bon, d’ici quelques jours, elle aura disparue !

    Sur le moment, je n’y ai absolument pas cru. Je me suis juste dit qu’il n’y attachait aucune importance (comme à mes bonne notes à l’école d’ailleurs, il préférait tenir compte des mauvaises !) et je m’en moquais un peu...ce n’était pas un petit bobo de rien du tout qui allait me traumatiser !

    Pourtant, quelques jours plus tard, en me lavant les mains, je fus bien surprise de constater qu’elles étaient lisses et douces, sans la moindre petite verrue !

         Toutes ces explications pour en arriver à ce fait absolument incroyable qui s’est déroulé quelques mois seulement après le décès de mon père. L’une de mes filles, très jeune à l’époque, huit ans exactement, se plaignait d’avoir plusieurs verrues sur les mains. C’était douloureux et cela la gênait considérablement pour écrire. En plus, elle trouvait ça « moche ».

    -          - Ah oui, c’est embêtant ça ! lui dis-je un peu ennuyée pour elle. Il n’y a pas grand ’chose à faire malheureusement, et ça peut mettre beaucoup de temps à disparaitre... Un peu « bêtement » j’ajoute :

    -         - Il y avait bien quelqu’un qui faisait « passer les verrues », mais aujourd’hui, je ne vois pas qui pourrait le remplacer !

    -          - De qui tu parles ?

    -          - De ton grand-père ! Mais tu peux toujours lui adresser une petite prière.

    Et sans plus de commentaires, ma fille retourne jouer dans le jardin.

    Quelques jours plus tard, ma fille revient vers moi et me montre ses mains avec un grand sourire

    -          - Tu as vu...il n’y a plus rien !

    -         - Comment tu as fait ?

    -         - Tu le sais bien, me répond-elle avec un petit haussement d’épaules, me laissant sans voix !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    ça y est, Noël est passé ! Je suis sûre que vous avez été bien gâtés, une fois de plus!

    Et pourtant !!!!

    Ce qui suit est une histoire, rien de plus !!

    Belle journée et bizatoussssssssssssss

    les cadeaux moches...

    Les cadeaux « Moches » du Père-Noël

     

       Tout comme les « pulls moches » de Noël, il y a les « cadeaux moches » du Père-Noël, enfin je veux dire des cadeaux que les enfants (et même des grandes personnes !) n’aiment pas, mais alors pas du tout ! Comme si le Père-Noël faisait exprès de les offrir. Pourtant, les enfants qui les reçoivent ont été sages toute l’année ! Enfin presque toute l’année....

    La preuve qu’il y a des « cadeaux moches », c’est que le lendemain de Noël, on en retrouve plein sur les sites de petites annonces...

    Moi qui pensait que le Père-Noël connaissait bien les enfants et qu’il faisait tout pour leur faire plaisir ! Je suis étonnée, voire un peu déçue. Que se passe-t-il dans sa tête ?

    Pour le savoir, voici une petite histoire que m’a racontée l’un de ses lutins qui est venu me rendre visite il y a quelques jours. Eh oui ! Je connais plein de lutins...sinon, comment croyez-vous que je serai au courant ?

    Cette année-là, le Père-Noël avait égaré les lettres des enfants. Il y avait un tel désordre dans son atelier (un peu comme dans vos chambres d’ailleurs) qu’il n’arrivait plus à remettre la main dessus :

    -         Qu’avez-vous fait des lettres des enfants, les lutins ?

    -         Nous ? Rien Père-Noël... c’est toi qui les a rangées !

    -         Pas grave !  Il est trop tard pour chercher, et puis, je les connais bien les enfants, depuis le temps que je les observe. Allez ! En route !

    Les lutins n’osaient plus rien dire...ils se sont contenté de grimper dans le traineau.

    En arrivant chez Arnaud, le Père-Noël attrape un paquet et le dépose sous le sapin.

    -         Mais pourquoi tu lui donnes un jeu de société ? demande le lutin, tu sais bien qu’Arnaud passe ses journées sur sa tablette pour jouer avec ses amis, il....

    -         Justement, réplique le Père-Noël, il est grand temps qu’il change ses habitudes. Ses copains, il les verra « pour de vrai » avec ce jeu-là !

    De même, chez Raphaël qui passe ses mercredis devant le petit écran, il choisit des légos et des albums de bandes dessinées. Il se rend ensuite chez Mila et Thomas pour entasser dans leurs chaussons des boites de coloriage, des perles, de la pâte à sel et autres jeux créatifs pour passer des moments calmes.

    -         Ah là, tu fais erreur Père-Noël, je me souviens que Thomas t’avait commandé un sabre laser et Mila un nerf fortnite...

    -         Taratata, ils n’arrêtent pas de se disputer, ces deux-là !

    -         Mais alors pourquoi tu as apporté une tenue de sport et un vélo à Lucas ? Il n’y a pas plus tranquille que lui !

    -         Justement, ça fait déjà deux ans qu’il promet  de se mettre au sport ! A treize ans, il est grand temps qu’il arrête de se gaver de sucreries et de chips, et qu’il tienne ses promesses ! 

    Les lutins se demandaient à présent qu’elle mouche avait  piqué notre charmant bonhomme Noël! Que lui arrivait-il ?

    Romane allait bientôt découvrir un landau, une poussette et une jolie poupée...  comme ça bébé pourrait dormir tranquille !! Quant à Clément, avec ce beau bureau, il se mettrait sans doute enfin au boulot ! Il venait d’obtenir une série de mauvaises notes à l’école.

    Le lendemain matin, dans la grande majorité, les enfants ont ouvert des yeux grands comme des soucoupes en découvrant leurs cadeaux, et l’on pouvait y lire un immense bonheur ( d’ailleurs, la plupart avaient oublié la liste qu’ils avaient envoyée !). D’autres furent surpris et parfois légèrement déçus, mais sans plus. D’autres enfin  commencèrent à bouder en déclarant qu’ils étaient « pourris les cadeaux du Père-Noël !!! »... alors évidemment leurs parents se mirent en colère, et les grands parents racontèrent une fois de plus leurs souvenirs:

    -         Quand j’étais jeune, je trouvais dans mon petit soulier une orange, c’est tout ! Mais c’était une merveille... Je gardais même la peau pour parfumer mes mouchoirs....

    -         Oui, c’est ça ! Et la marmotte....

    Eh oui ! Comment faire croire cela aux enfants à présent !! N’empêche qu’une fois la « surprise » passée, même les plus déçus ont fini par trouver leurs cadeaux vraiment « géniaux » !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • joyeux Noël 

    Belle et douce journée

    à toutes et à tous

    Petits et grands

     

    Joyeux Noël

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire