• Belle journée à tous sarcastic,

    J'ai un petit soucis !

    En effet, ce matin, j'étais en train de "fouiller" dans mon ordinateur un peu comme dans un grand coffre que j'aurai ouvert dans un vieux grenier. J'y ai trouvé des tas de choses plus insolites les unes que les autres. Pour commencer, j'ai passé un temps fou sur des photos parfois très anciennes qui m'ont permis de voyager, de retrouver des vieilles connaissances ou de me souvenir d'innombrables moments heureux passés en famille ou avec mes amis. J'ai même revécu des moments très forts avec la même émotion, notamment la naissance de mes petits enfants.

    Ensuite, je me suis attardé sur des documents plus ou moins intéressants. La plupart n'avait plus rien à faire là...alors j'ai fait un peu de ménage...et j'ai fait le vide. ça fait du bien le rangement!

    Dans ce grand coffre (mon ordi), j'ai également trouvé des histoires (ça c'est normal!) et des dossiers qui ne m'appartenaient pas...je les ai quand même ouverts par curiosité et j'ai découvert de magnifiques dessins réalisés par des enfants que j'aime beaucoup...les dessins aussi!

    Parmi eux, il y avait celui-là (voir plus bas) .... en l'observant avec attention, je me suis demandé ce qu'elle faisait dans mon ordinateur cette gentille girafe...j'ai essayé de lui demander mais elle ne m'a pas répondu...En attendant, je suis persuadée qu'elle s'ennuie un peu...quoique je n'en sais rien.

    C'est là que vous intervenez les enfants...Qui peut me raconter l'histoire de cette girafe????

    Girafe

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tous sarcastic,

    Encore une histoire tiré du recueil "Mystère"...

    Sur la même longueur d'onde...Une sensation assez bizarre que nous avons tous connu à un moment ou un autre ...

    D'autres exemples ?????

    Télépathie 1

    Sur la même longueur d’onde

        De tous les temps les hommes ont réussi à communiquer entre eux grâce au langage, puis l’écriture, le téléphone, le portable…et à présent internet. Des moyens de plus en plus pratiques et rapides, surtout pour discuter avec quelqu’un qui n’est tout près de soi, parfois même à des milliers de kilomètres…on n’arrête pas le progrès !!!

    Il y a bien une autre méthode dont j’aimerais parler. Super sympa, encore plus rapide, avec ceci d’exceptionnel, c’est qu’avec elle,  pas besoin de chercher ses mots, ni même de les écrire (ce qui évite en plus les fautes d’orthographe). Il s’agit bien sûr de la télépathie. Qui n’a jamais eu recours à elle ?? Pas vous ?? Mais si, un jour où l’autre vous l’avez sûrement utilisée sans même le savoir…si si, cherchez bien.

    Pour moi, elle s’est « imposée » à de nombreuses reprises et le phénomène ne m’a pas échappé....Ce que je regrette, c’est de ne pas maîtriser cette forme de communication…elle se manifeste par hasard (encore lui !!!) à des moments tout à fait inattendus…et bien sûr jamais quand on le souhaite vraiment (enfin pour moi, c’est ainsi…sauf une fois, mais ça, c’est une autre histoire). Mis à part les nombreuses fois ou je me suis surprise à dire en même temps, le même mot, voire la même phrase qu’une personne proche (ça arrive à tout le monde !), il y a quand même quelques faits assez surprenants  que j’aimerais relater ici:

    1-      Zéro pointé

    Je me revois encore, assise sur mon banc et « morte de trouille » à l’idée que le prof pourrait m’interroger…Quelle idée aussi d’avoir « oublié » d’apprendre cette leçon !! En fait, si mes souvenirs sont bons, j’ai dû ouvrir ce livre que j’ai refermé aussitôt, ne voyant aucun intérêt au sujet proposé !

    N’empêche qu’à présent, je ne suis pas plus rassurée que ça. J’aurai quand même dû y jeter un coup d’œil !  Je sais, il y a une chance sur une trentaine qu’il choisisse mon nom…détends toi me dit ma petite voix intérieure.

    C’est marrant, je ne sais même plus si j’étais en primaire ou secondaire, je pense que c’est en CM2, mais je n’ai aucune certitude, je revois juste la main du prof glisser lentement sur le grand cahier ou figurent tous les noms des élèves…et …je me lève …à l’instant même….ou quelques dixièmes de centièmes de secondes avant qu’il ne prononce mon nom…je crois que j’ai dû lui souffler !!!  Je ne suis même pas étonnée et je lance :

    «  Je n’ai pas appris ma leçon !!! »

    Quelle honnêteté ! je n’en reviens pas moi-même…. Toutes les têtes se retournent vers moi, ébahies. Il me semble que c’est la première fois qu’une élève ose le dire…d’habitude, on dit qu’on a oublié ou on trouve une excuse…

    En fait, j’étais tellement paniquée et surprise d’avoir poussé le prof à dire mon nom (là, j’en suis sûre à présent) que je n’ai pas eu le choix….

    Je l’ai eu mon « zéro » !!!

    2-     Une tisane contre le stress

    Nous sommes en vacances, et avec ma sœur, nous discutons de tout et de rien sur le vaste terrain de Piriac où nous avons planté nos tentes de camping, tout en surveillant les enfants qui s’amusent tout près.  Ma sœur se plaint d’être un peu stressée et je lui raconte que dernièrement, sur le marché, un vendeur d’herbes de toutes sortes (pas de la marijuana bien sûr !) m’a conseillé une tisane à base de tilleul, de valériane et de …de…de…

    -         « …de passiflore !!! «  me lance ma sœur

    -         « oui, c’est ça ! comment tu sais ? »

    -         « je ne sais pas » me répond t’elle «  je ne sais même pas ce que c’est ! ça m’est venu comme ça…je ne sais même pas si cela existe ! »

    Je reste bouche bée !! Elle aussi d’ailleurs !! comme si le mot était passé direct de ma tête (d’où le trou) à la sienne.

    3-      Des rats !!!

    Les enfants sont couchés, prêts à s’endormir. On peut souffler un peu et j’en profite pour aller rendre visite à une collègue et amie qui habite à quelques centaines de mètres de la maison, une occasion pour refaire le monde et surtout prendre un moment de détente. La conversation passe du boulot (nous sommes enseignantes dans la même maternelle et nos jeunes élèves sont souvent la source de nombreuses anecdotes), aux vacances proches en passant par une vague histoire de rats dont je ne me souviens malheureusement pas du contenu. D’ailleurs pourquoi a-t-on parlé de rats ? Aucune idée....Ce n’est quand même pas un sujet de conversation courant, et ce n’est pas non plus, à mon souvenir, un sujet traité par les journaux ou les informations…Bref, notre soirée se prolonge avec cette drôle d’histoire, et je rentre à la maison pour aller dormir direct….

    Le lendemain, pendant que je prépare le petit déjeuner,  mon fils descend et, encore sous le choc d’un mauvais rêve, il m’annonce :

    -         « J’ai fait un cauchemar cette nuit, j’ai rêvé de rats !! »  et, dans la foulée, il me raconte exactement l’histoire que nous évoquions la veille avec mon amie…

    Assez étrange !!  Je suis quand même un peu déçue d’avoir oublié le contenu de cette histoire.

    4-      Le téléphone

    Il y a bien longtemps que je n’ai pas eu de nouvelles de mon frère qui vit à une centaine de kilomètres de la maison et je me demande ce qu’il devient …ça va bien faire un mois que l’on n’a pas pris le temps de se téléphoner !! Très facile, je n’ai qu’un coup de fil à passer. Je décroche donc le combiné, le porte à mon oreille,  et m’apprête  à composer son numéro lorsque j’entends sa voix :

    -         « Allo ma sœur »

    -         « Mais…je n’ai pas encore fait ton numéro !!!! »

    -         « Moi, si !!! »

    Étonnant ! Non ???

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tous, he ,

    Aujourd'hui place au sourire avec une "histoire sans paroles"

    Chèque (en francs) reçu il y a fort longtemps par mon père. Il venait malheureusement de disparaitre!!! Il en aurait pourtant eu bien besoin !!!

    Très bientôt : une surprise pour les ti-loulous

    chèque

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Bon anniversaire Noah  cool,

    Et belle journée à tous en ce premier jour d'automne.

    Un petit cadeau pour Noah donc et les plus jeunes des enfants...cette petite histoire "à moitié" vraie !

    Photos : Photos prises dernièrement à 100 m de la maison.

    Jimmy et Sammy

    Jimmy et Sammy

              Chut !!! Pas un bruit ! Regardez ! Là ! Au pied du grand chêne ! Vous voyez les deux jeunes écureuils roux qui s’amusent avec les feuilles déjà brunes, les brindilles et les glands ?

    Jimmy et Sammy

    A quoi jouent-ils ?  A cache-cache derrière le tronc d’arbre ou à saute-mouton par-dessus les branchages ?

    Je m’approche. Plus près…encore plus près. Le plus petit s’éloigne, mais son frère me regarde sans bouger.

    Jimmy et Sammy

    Je m’approche encore et tend la main dans sa direction. Pas farouche le moins du monde, il pose son petit nez tout doux sur le bout de mes doigts, me chatouillant au passage avec ses fines moustaches. Du coup, c’est  moi qui n’ose plus faire un geste. Je reste immobile face à lui à l’observer. Il me fixe lui aussi avec ses grands yeux noirs, les oreilles dressées, et j’entends une petite voix cristalline me dire :

    Jimmy et Sammy

    -         Je m’appelle Jimmy et mon frère Sammy…Comme c’est l’automne aujourd’hui, nos parents sont partis à la recherche de provisions pour l’hiver…Ils nous ont demandé de creuser un trou au pied de cet arbre pour y enfouir nos réserves…. Tu veux bien nous aider ?

    Il semble si fragile et si jeune… et tellement adorable que je n’hésite pas une seconde…

    Jimmy et Sammy

    J’ai également laissé pour lui une grande assiette remplie de noisettes dans le jardin, au pied du noisetier (j’avais tout ramassé quelques jours avant !). Il a tout emporté dans le grand trou que nous avons fait ensemble.

    Jimmy et Sammy

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Belle journée à tous yes ,

    ça y est, Félicité commence son aventure en voilier...Déjà quelques péripéties

    (le début de l'histoire : 6 et 13septembre)

    Et bien sûr, la suite mercredi prochain

    Et toujours : illustration de François

    Félicité - 3

    Tempête en mer

       - Wouaouh ! Génial ! S’écria Félicité en se laissant emporter par la brise, semi-allongée dans son embarcation et légèrement grisée par les embruns qui lui balayaient le visage. Elle goûtait chaque instant de cette liberté toute nouvelle. Elle n’y connaissait strictement rien à la pratique de la voile, mais, peu importe, elle s’en tirait bien malgré tout…

         Le vent gonflait les voiles dans un ronflement, la poussant rapidement le long des côtes atlantiques qu’elle découvrait avec bonheur. Elle appréciait la mer quelque peu agitée s’étendant à perte de vue et contemplait avec délice les falaises et les rochers offrant leurs remparts aux vagues menaçantes qui inlassablement, venaient s’y briser en grondant et en déversant des flots  d’écumes blanches et bouillonnantes.

        Ça et là, elle distinguait quelques villages et habitations éparses entourées de végétations, des ports encombrés de majestueux bateaux de pêche ou de plaisance, des plages de sable où elle imaginait des jeux et des rires d’enfants et  de nombreuses baies à l’abri des regards et du vent….


        Elle s’éloigna lentement et involontairement des côtes et ne vit bientôt plus que l’immensité de l’Océan et quelques mouettes qui volaient ça et là…elle ferma les yeux et se laissa bercer en essayant de retenir dans sa mémoire chaque contour du paysage qu’elle venait de longer, et c’est précisément vers l’une des criques qu’elle trouvait si charmantes que son voilier venait de faire face et qu’il se dirigeait à vive allure. Ignorant totalement les principes de bases de la navigation et ne sachant comment manœuvrer son bateau, Félicité ne put que se laisser guider.

    Félicité - 3

    Elle mit ses deux pattes devant ses yeux, craignant le pire …le bateau prit de plus en plus de vitesse et finit sa course sur un récif qu’il heurta violemment…Le choc fut néanmoins amorti par quelque chose de souple, elle n’aurait pas su dire quoi, mais cela tenait du miracle. Elle n’eut cependant pas le temps de se poser trop de questions, tout devint alors floue autour d'elle et elle sombra dans une semi-inconscience.

         Lorsqu’elle reprit ses esprits, elle releva doucement ses paupières pour constater qu’elle était simplement assise sur un banc de sable…Tout autour d’elle, de gigantesques rochers s’avançaient lourdement dans la mer…prise de panique, elle se demandait bien comment elle allait faire pour sortir de cette impasse lorsqu’elle prit conscience qu’elle était littéralement affamée. Elle s’aventura sur la roche humide et vit qu’elle était glissante et recouverte de moules, berniques, d’huîtres, d’algues odorantes et de petites cavités d’où sortaient de minuscules crabes rouges. Elle choisit de déguster un éventail de laitues de mer vertes et brunes qui s’apparentaient le plus à sa nourriture préférée, la salade. C’était un peu trop salé à son goût, mais…faute de mieux !

        Après ce repas très sommaire, elle contempla l’horizon où le soleil était en train de disparaître en laissant de larges traînées rougeoyantes dans le ciel ainsi que des reflets d’or et d’argent sur la mer parsemée de moutons gris.

    C’est alors que le ronronnement d’un moteur se fit entendre et qu’un canot se dirigea vers elle :

         -   Qu’est ce que vous faites là ? lui demanda l’homme qui pilotait le bateau

    -         Mon voilier a échoué sur cette plage, et il me semble qu’il n’y ait pas d’issue, répondit tranquillement Félicité.

    -         Eh non ! Reprit l’homme qui vint à sa rencontre après avoir arrêté son moteur et stoppé son bateau sur la grève. Vous avez de la chance, je vous ai aperçue en me promenant sur la falaise. J’ai tout de suite compris que vous étiez en danger, alors je suis venu pour vous secourir.

    -         En danger ? Interrogea la tortue un peu déconcertée.

    -         Oui, vous n’avez pas remarqué que si la marée est encore basse, la mer remonte rapidement. Cette petite bande de sable sera bientôt complètement recouverte. En plus, un violent orage se prépare, Allez, montez vite dans le canot, je vais vous ramener sur la terre ferme et nous regarderons ensemble cette belle tempête d’un lieu plus sûr. 

       L’homme était vêtu d’un pull-over marin rayé bleu et blanc, d’une vareuse et d’un pantalon en grosse toile de coton bleu. Avec sa barbe et ses épais sourcils grisonnants, son crâne rasé sous un bonnet de laine rouge, il inspirait d’emblée la sympathie. C’est donc en toute confiance que Félicité le suivit.

       En chemin, Félicité lui fit part de son projet de visiter la Bretagne, et il se présenta (il s’appelait Sezig), lui répéta qu’elle avait eu beaucoup de chance et qu’elle se trouvait sur l’une des plus belles îles bretonnes. Lui-même était venu s’y installer il y a bien longtemps pour entretenir le phare qu’il estimait être le plus beau du territoire français, et ne retournait sur le continent qu’une fois par an pour revoir toute sa famille à l’occasion des fêtes de Noël.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire