• Belle journée à tous  sarcastic,

    Le soleil sourit derrière un gros nuage qui déverse des millions de larmes ! ça donne quoi ? Jean qui rit et Jean qui pleure ? Oui, bien sûr, mais aussi un magnifique arc en ciel !! alors que diriez-vous si ce dernier perdait ses couleurs ????

    C'est ce qui se passe dans cette histoire pour les tout-petits.

    L'arc en ciel...

     

    L’arc en ciel a perdu ses couleurs

     Le ciel est décidément trop triste aujourd’hui ! gris à faire peur ! couvert d’une épaisse couverture sombre, il reflète sa mauvaise humeur sur un paysage maussade. C’est si affligeant que tous les habitants de la ville sombrent dans la morosité.

     Monsieur le vent n’est pas content du tout ! Il décide de pousser les nuages pour laisser une petite place au soleil. Il souffle très fort pour les bousculer un peu...Ils résistent mais il ne se décourage pas et souffle plus fort, de plus en plus fort. Il réussit enfin, et les petits moutons noirs, réchauffés par les rayons du soleil, déversent leurs milliers de fines gouttelettes sur les maisons, les jardins, les rivières et les champs.

    Monsieur le vent est content ! il sait qu’un superbe arc en ciel  va faire son apparition dans le ciel, l’égayant de ses sept merveilleuses couleurs imbriquées les unes dans les autres...

    Mais ! Que se passe-t-il ? Seul, un vaste arc de cercle tout blanc et gris envahit l’espace.  L’arc en ciel a perdu ses couleurs ! C’ est monsieur Hiver qui a tout effacé, gommé, avalant toutes les teintes jusqu’à la dernière. Il les a remplacés par des cristaux de neige et de glace.

    L'arc en ciel...

    Monsieur le vent est furieux mais il a une idée. Il traverse patiemment les trois autres saisons.

    A l’automne, il s’amuse avec les feuilles des arbres, les agitant délicatement juste assez pour emporter avec lui de fines particules de leurs pigments rouges, oranges et jaunes.

    L'arc en ciel...

    En été, il effleure la surface de l’eau, se gorgeant du bleu des lacs, de l’indigo des mers chaudes et du violet des hauts fonds.

    L'arc en ciel...

    Au printemps, il s’ébroue dans les champs et les prairies pour gober le vert de l’herbe tendre. Il parcourt ensuite les forêts pour goûter aux jeunes pousses des arbres qui offrent une telle gamme de verts, du vert tendre, au vert pistache en passant par l’émeraude et l’anis. Il mélange ensuite tous ces tons pour créer le vert parfait.

    L'arc en ciel...

    Ainsi chargé de toutes ces particules de couleurs lumineuses, il s’arme du plus étonnant des pinceaux - son souffle -  pour recouvrir l’immense toile unie laissée par l’hiver des plus majestueuses nuances de violet, indigo, bleu, vert, jaune, orangé et rouge.

    Monsieur le vent est satisfait ! Et tous les habitants du village ont retrouvé le sourire.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tous yes ,

    En compagnie d'un gardien de phare qui vient de la repérer sur la plage à côté de son voilier, Félicité se laisse guider...que de découvertes en perspective!!!

    (le début de l'histoire : 6 et 13 et 20 septembre)

    La suite mercredi prochain

    Et bien sûr encore de magnifiques dessins de François

     

        La soirée était déjà bien avancée lorsque Félicité put enfin se reposer et se restaurer à l’intérieur du phare devant une énorme salade verte et un jus de fraise qu’elle sirota tranquillement avec une paille.

    Elle n’avait pas caché sa surprise en apercevant, perchée au-dessus de la falaise, cette haute tour de granit s’élever vers le ciel chargé de lourds nuages gris et noirs. Le gardien l’avait un peu réconfortée en lui assurant qu’elle ne craignait plus rien à présent, et que l’édifice, souvent confronté à des tempêtes spectaculaires, pouvait résister à des vents pouvant dépasser les  quatre cents kilomètres par heure.

    - Quand vous aurez terminé, je vous emmènerai sur le balcon pour assister à un spectacle extraordinaire dont vous vous souviendrez longtemps.

    -         Mais il fait nuit à présent !

    -         Attendez d’être là-haut.  

    Félicité suivit Sezig qui disparut rapidement dans la spirale de marches qui n’en finissait pas. Au bout d’une demi-heure, elle n’était qu’à la moitié de son parcours et commençait à s’essouffler sérieusement lorsqu’elle entendit crier au-dessus de sa tête :

    -         Allez, du courage ! …Plus qu’une centaine de marches !!

    -         Pff, pff, pff

    -         Encore un petit effort !!

    -         Pff, pff, pff…

    A bout de souffle, Félicité se glissa sur la petite plate-forme ou Sézig avait déjà pris place devant une baie vitrée.

    -         Ce soir, nous n’allons pas sortir sur la corniche, ce serait trop dangereux. Approchez-vous! Lui dit-il en la laissant passer devant lui.

    -         J’ai…un …pff, pff, …peu…pff, pff…peur…pff avoua Félicité qui, fatiguée après ces énormes efforts pour gravir les étages, frissonnait en entendant le mélange assourdissant des grondements du tonnerre, des puissantes vagues, de la pluie et du vent qui hurlait à l’extérieur.

    -         Ne vous inquiétez pas et regardez, c’est absolument grandiose !

        Félicité s’approcha de la vitre et ce qu’elle vit la fascina tout en lui donnant la chair de poule (si on peut parler ainsi pour une tortue !). De monstrueux éclairs zébraient le ciel, s’associant avec la puissante lumière du phare pour éclairer l’horizon en entier comme d’énormes projecteurs. Quelques secondes seulement pour découvrir une mer en furie secouée par une succession de vagues qui venaient se rompre violemment sur la falaise, déversant des montagnes d’écumes sur le phare avant de se désagréger en une fine poussière blanche.

    Elle fixa longuement son attention sur le mouvement incessant des éléments déchaînés, les yeux écarquillés et le cœur un peu chaviré par cette agitation démesurée. C’était beau et violent à la fois.

    Chaque jet de lumière dévoilant un ciel couvert de nuages compacts et  menaçants lui donnait une véritable sensation de malaise bien difficile à définir et à contenir.

    De plus, complètement étourdie par le rugissement des lames déferlant sur la roche, elle finit par se laisser envahir par une sorte de torpeur, et glissa doucement dans un sommeil profond. Avant de redescendre, Sézig la regarda longuement en souriant, puis il la recouvrit d’un plaid de laine à carreaux.

        Cette nuit-là, Félicité rêva de Xavier. Il s’inquiétait pour elle et attendait de ses nouvelles. Elle se promit d’écrire dès le lendemain pour lui raconter cette aventure.

         Quand elle se réveilla, le calme était revenu et déjà, le soleil emplissait la pièce étroite. Elle se mit debout et se dirigea vers Sezig qui l’attendait, debout sur le balcon. Elle risqua un œil en direction du paysage qui l’avait tant fait frémir la veille, et découvrit un panorama extraordinaire sur toute l’île et le continent qui lui faisait face au loin. Bien qu’elle fût sujette au vertige, elle resta longtemps éblouie par la beauté du paysage qui s’offrait à elle en se demandant comment il avait pu se transformer autant, l’espace d’une seule nuit. La fureur des éléments avait fait place à quelques ondulations à la surface de l’eau et des nuances variées de bleus, de l’indigo au turquoise, coloraient l’immensité du ciel et de la mer.

    -         Où comptez-vous aller à présent ? Lui demanda Sezig.

    -         J’aimerais bien faire le tour de l’île avant de repartir sur le continent, répondit-elle en observant le relief découpé de cette côte sauvage, les gros blocs de roches, les pointes, les anses, les plages de sable fin, les hameaux, le port qui s’avançait sur l’océan, les vestiges d’un château ancien, et à l’intérieur des terres, les chemins sinueux bordés de bruyère, de genêts et de fougères.

    -         Je peux même vous accompagner si vous le désirez. Allez hop ! Je vais atteler la carriole…je vous attends en bas.

     
       
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tous sarcastic,

    J'ai un petit soucis !

    En effet, ce matin, j'étais en train de "fouiller" dans mon ordinateur un peu comme dans un grand coffre que j'aurai ouvert dans un vieux grenier. J'y ai trouvé des tas de choses plus insolites les unes que les autres. Pour commencer, j'ai passé un temps fou sur des photos parfois très anciennes qui m'ont permis de voyager, de retrouver des vieilles connaissances ou de me souvenir d'innombrables moments heureux passés en famille ou avec mes amis. J'ai même revécu des moments très forts avec la même émotion, notamment la naissance de mes petits enfants.

    Ensuite, je me suis attardé sur des documents plus ou moins intéressants. La plupart n'avait plus rien à faire là...alors j'ai fait un peu de ménage...et j'ai fait le vide. ça fait du bien le rangement!

    Dans ce grand coffre (mon ordi), j'ai également trouvé des histoires (ça c'est normal!) et des dossiers qui ne m'appartenaient pas...je les ai quand même ouverts par curiosité et j'ai découvert de magnifiques dessins réalisés par des enfants que j'aime beaucoup...les dessins aussi!

    Parmi eux, il y avait celui-là (voir plus bas) .... en l'observant avec attention, je me suis demandé ce qu'elle faisait dans mon ordinateur cette gentille girafe...j'ai essayé de lui demander mais elle ne m'a pas répondu...En attendant, je suis persuadée qu'elle s'ennuie un peu...quoique je n'en sais rien.

    C'est là que vous intervenez les enfants...Qui peut me raconter l'histoire de cette girafe????

    Girafe

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tous sarcastic,

    Encore une histoire tiré du recueil "Mystère"...

    Sur la même longueur d'onde...Une sensation assez bizarre que nous avons tous connu à un moment ou un autre ...

    D'autres exemples ?????

    Télépathie 1

    Sur la même longueur d’onde

        De tous les temps les hommes ont réussi à communiquer entre eux grâce au langage, puis l’écriture, le téléphone, le portable…et à présent internet. Des moyens de plus en plus pratiques et rapides, surtout pour discuter avec quelqu’un qui n’est tout près de soi, parfois même à des milliers de kilomètres…on n’arrête pas le progrès !!!

    Il y a bien une autre méthode dont j’aimerais parler. Super sympa, encore plus rapide, avec ceci d’exceptionnel, c’est qu’avec elle,  pas besoin de chercher ses mots, ni même de les écrire (ce qui évite en plus les fautes d’orthographe). Il s’agit bien sûr de la télépathie. Qui n’a jamais eu recours à elle ?? Pas vous ?? Mais si, un jour où l’autre vous l’avez sûrement utilisée sans même le savoir…si si, cherchez bien.

    Pour moi, elle s’est « imposée » à de nombreuses reprises et le phénomène ne m’a pas échappé....Ce que je regrette, c’est de ne pas maîtriser cette forme de communication…elle se manifeste par hasard (encore lui !!!) à des moments tout à fait inattendus…et bien sûr jamais quand on le souhaite vraiment (enfin pour moi, c’est ainsi…sauf une fois, mais ça, c’est une autre histoire). Mis à part les nombreuses fois ou je me suis surprise à dire en même temps, le même mot, voire la même phrase qu’une personne proche (ça arrive à tout le monde !), il y a quand même quelques faits assez surprenants  que j’aimerais relater ici:

    1-      Zéro pointé

    Je me revois encore, assise sur mon banc et « morte de trouille » à l’idée que le prof pourrait m’interroger…Quelle idée aussi d’avoir « oublié » d’apprendre cette leçon !! En fait, si mes souvenirs sont bons, j’ai dû ouvrir ce livre que j’ai refermé aussitôt, ne voyant aucun intérêt au sujet proposé !

    N’empêche qu’à présent, je ne suis pas plus rassurée que ça. J’aurai quand même dû y jeter un coup d’œil !  Je sais, il y a une chance sur une trentaine qu’il choisisse mon nom…détends toi me dit ma petite voix intérieure.

    C’est marrant, je ne sais même plus si j’étais en primaire ou secondaire, je pense que c’est en CM2, mais je n’ai aucune certitude, je revois juste la main du prof glisser lentement sur le grand cahier ou figurent tous les noms des élèves…et …je me lève …à l’instant même….ou quelques dixièmes de centièmes de secondes avant qu’il ne prononce mon nom…je crois que j’ai dû lui souffler !!!  Je ne suis même pas étonnée et je lance :

    «  Je n’ai pas appris ma leçon !!! »

    Quelle honnêteté ! je n’en reviens pas moi-même…. Toutes les têtes se retournent vers moi, ébahies. Il me semble que c’est la première fois qu’une élève ose le dire…d’habitude, on dit qu’on a oublié ou on trouve une excuse…

    En fait, j’étais tellement paniquée et surprise d’avoir poussé le prof à dire mon nom (là, j’en suis sûre à présent) que je n’ai pas eu le choix….

    Je l’ai eu mon « zéro » !!!

    2-     Une tisane contre le stress

    Nous sommes en vacances, et avec ma sœur, nous discutons de tout et de rien sur le vaste terrain de Piriac où nous avons planté nos tentes de camping, tout en surveillant les enfants qui s’amusent tout près.  Ma sœur se plaint d’être un peu stressée et je lui raconte que dernièrement, sur le marché, un vendeur d’herbes de toutes sortes (pas de la marijuana bien sûr !) m’a conseillé une tisane à base de tilleul, de valériane et de …de…de…

    -         « …de passiflore !!! «  me lance ma sœur

    -         « oui, c’est ça ! comment tu sais ? »

    -         « je ne sais pas » me répond t’elle «  je ne sais même pas ce que c’est ! ça m’est venu comme ça…je ne sais même pas si cela existe ! »

    Je reste bouche bée !! Elle aussi d’ailleurs !! comme si le mot était passé direct de ma tête (d’où le trou) à la sienne.

    3-      Des rats !!!

    Les enfants sont couchés, prêts à s’endormir. On peut souffler un peu et j’en profite pour aller rendre visite à une collègue et amie qui habite à quelques centaines de mètres de la maison, une occasion pour refaire le monde et surtout prendre un moment de détente. La conversation passe du boulot (nous sommes enseignantes dans la même maternelle et nos jeunes élèves sont souvent la source de nombreuses anecdotes), aux vacances proches en passant par une vague histoire de rats dont je ne me souviens malheureusement pas du contenu. D’ailleurs pourquoi a-t-on parlé de rats ? Aucune idée....Ce n’est quand même pas un sujet de conversation courant, et ce n’est pas non plus, à mon souvenir, un sujet traité par les journaux ou les informations…Bref, notre soirée se prolonge avec cette drôle d’histoire, et je rentre à la maison pour aller dormir direct….

    Le lendemain, pendant que je prépare le petit déjeuner,  mon fils descend et, encore sous le choc d’un mauvais rêve, il m’annonce :

    -         « J’ai fait un cauchemar cette nuit, j’ai rêvé de rats !! »  et, dans la foulée, il me raconte exactement l’histoire que nous évoquions la veille avec mon amie…

    Assez étrange !!  Je suis quand même un peu déçue d’avoir oublié le contenu de cette histoire.

    4-      Le téléphone

    Il y a bien longtemps que je n’ai pas eu de nouvelles de mon frère qui vit à une centaine de kilomètres de la maison et je me demande ce qu’il devient …ça va bien faire un mois que l’on n’a pas pris le temps de se téléphoner !! Très facile, je n’ai qu’un coup de fil à passer. Je décroche donc le combiné, le porte à mon oreille,  et m’apprête  à composer son numéro lorsque j’entends sa voix :

    -         « Allo ma sœur »

    -         « Mais…je n’ai pas encore fait ton numéro !!!! »

    -         « Moi, si !!! »

    Étonnant ! Non ???

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tous, he ,

    Aujourd'hui place au sourire avec une "histoire sans paroles"

    Chèque (en francs) reçu il y a fort longtemps par mon père. Il venait malheureusement de disparaitre!!! Il en aurait pourtant eu bien besoin !!!

    Très bientôt : une surprise pour les ti-loulous

    chèque

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires