• Bonjour tout le monde...

    L'automne est bien installé ! Dans son nouveau décor, la forêt se pare de nouvelles couleurs et les animaux se préparent déjà pour leur longue nuit de sommeil...mais avant, ils profitent de cet atmosphère un peu magique ! ça bouge ! que de péripéties dans le petit bois de Douceline...Voici une première histoire : les chasseurs!

    L'automne dans le petit bois - 1

     

    L’Automne dans le petit bois

    1-Les chasseurs

         Sur les plus hautes branches d’un chêne centenaire et dans tous les recoins du petit bois de Douceline, mésanges, geais, bergeronnettes, pigeons et tourterelles semblent s’accorder pour faire un honneur magistral à l’automne qui vient de pointer le bout de son nez...

    Et bien non ! S’ils s’égosillent ainsi, c’est pour inviter tous les animaux de la forêt à se rassembler autour d’eux. Ils ont une terrible nouvelle à leur annoncer !  Dès qu’ils perçoivent leurs chants, sangliers, biches, renards, lapins, chouettes, hérissons, écureuils et blaireaux ne les font pas attendre et affluent de toutes parts. Ils s’installent dans une petite clairière au cœur même de la forêt pour écouter leur message.

    -          - Nous avons vu des chasseurs tout près de notre bois...Ils viennent de ressortir leurs équipements, leurs fusils et leurs gibecières et se dirigent vers notre refuge ...leurs chiens sont tout excités à l’idée de courir dans les allées de notre belle forêt et...

    -          - Des chasseurs !! Mais ce n’est pas possible ! s’exclame une maman biche en se rapprochant de son jeune faon de peur de le voir s’éloigner. Jamais ils ne s’aventurent dans ce petit bois magique ! Vous savez bien que nous sommes protégés par la fée Douceline !

    -          - Oh ! vous n’êtes pas au courant ? hulule une chouette en sortant la tête d’un tronc d’arbre, son ennemie, la sorcière du bois maudit rôde dans les parages depuis quelques jours...Elle s’est même installée dans une vieille masure non loin d’ici. C’est elle qui a invité les chasseurs pour se débarrasser de nous. Hier au soir, elle a enfermé notre gentille fée dans le donjon du château....

    -          - Comment tu sais ça toi ? lance monsieur lapin qui commence à trembler tellement il a la trouille.

    -          - je l’ai vue tiens ! j’étais sur son épaule ! elle m’a prise pour Lili, sa « chouette personnelle »...et je sais même où elle a caché la clé du donjon, poursuit-elle en trainant sur chaque mot.

    -          - Où est cette fichue clé ! s’impatiente le lapin, il faut très vite aller délivrer Douceline.

    -          - Elle la glissé dans la poche du tablier qu’elle ne quitte jamais. Mais ne nous énervons pas et ne perdons pas notre temps à tergiverser…. Vous entendez les chiens au loin ?

     Madame chouette, dont l’ouïe est particulièrement bien développée, n’attend pas une seconde de plus pour foncer vers la masure de la sorcière, suivie par une ribambelle de chauve-souris et par le plus agile des écureuils...sans se concerter, les animaux ont élaboré un plan infaillible.

    En un clin d’œil, notre chouette traverse la forêt dans un vol majestueux, passe par la fenêtre ouverte de la cabane de la sorcière et plonge dans sa poche pour en ressortir la clé.  Pendant ce temps, les chauves-souris s’entortillent dans ses cheveux pour faire diversion. Aussitôt, l’écureuil prend le relai avec la clé et saute de branche en branche à la vitesse de l’éclair pour rejoindre la tour du château. Il passe par une fente du mur pour atteindre le donjon et libérer Douceline.

    La jeune fée voit au loin les chasseurs se rapprocher de la clairière – ils ne sont plus qu’à quelques mètres, précédés par leurs chiens qui déjà, ont vu leurs proies à portée de crocs ! – Elle ne fait ni une ni deux et d’un coup de baguette magique transforme la forêt en un immense labyrinthe encerclant la clairière d’une barrière d’arbres infranchissable.

    Pendant des heures, et même des jours, les chasseurs et leurs chiens tourneront dans ce labyrinthe sans jamais apercevoir ne serait-ce que la queue d’un lièvre...évidemment, ils finissent par se lasser, et abandonner le petit bois....bredouilles !

    Les animaux enfin débarrassés des chasseurs et de leurs compagnons, reprennent enfin leur train de vie, protégés par leur gentille fée....

    Mais, n’oublions pas que la sorcière du bois maudit a élu domicile dans cette forêt ! Et l’automne réserve encore bien des surprises à tout ce petit monde ! 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Buenos dias à todos...

    ça y est, l'automne est arrivée....au grand galop ! elle avait peur de passer inaperçue, alors elle s'est accompagnée de vent, de pluie et tout le tralala !!

    Nous y sommes donc! Alors, voyons ce qu'il se passe du côté de nos amis les bêtes. Pour commencer voici l'histoire des deux petits écureuils que j'avais rencontré l'an dernier en train de faire leurs provisions....Vous vous souvenez?

    Et très vite d'autres histoires d'automne!

    En fait, j'aime bien cette saison...et vous ?????

     

    Jimmy et Sammy

     

    Jimmy et Sammy

     

              Chut !!! Pas un bruit ! Regardez ! Là ! Au pied du grand chêne ! Vous voyez les deux jeunes écureuils roux qui s’amusent avec les feuilles déjà brunes, les brindilles et les glands ?

     

    Jimmy et Sammy

     

    A quoi jouent-ils ?  A cache-cache derrière le tronc d’arbre ou à saute-mouton par-dessus les branchages ?

     

    Je m’approche. Plus près…encore plus près. Le plus petit s’éloigne, mais son frère me regarde sans bouger.

     

    Jimmy et Sammy

     

    Je m’approche encore et tend la main dans sa direction. Pas farouche le moins du monde, il pose son petit nez tout doux sur le bout de mes doigts, me chatouillant au passage avec ses fines moustaches. Du coup, c’est  moi qui n’ose plus faire un geste. Je reste immobile face à lui à l’observer. Il me fixe lui aussi avec ses grands yeux noirs, les oreilles dressées, et j’entends une petite voix cristalline me dire :

     

    Jimmy et Sammy

     

    -         Je m’appelle Jimmy et mon frère Sammy…Comme c’est l’automne aujourd’hui, nos parents sont partis à la recherche de provisions pour l’hiver…Ils nous ont demandé de creuser un trou au pied de cet arbre pour y enfouir nos réserves…. Tu veux bien nous aider ?

     

    Il semble si fragile et si jeune… et tellement adorable que je n’hésite pas une seconde…

     

    Jimmy et Sammy

     

    J’ai également laissé pour lui une grande assiette remplie de noisettes dans le jardin, au pied du noisetier (j’avais tout ramassé quelques jours avant !). Il a tout emporté dans le grand trou que nous avons fait ensemble.

     

    Jimmy et Sammy

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tout le monde,

    Avez-vous déjà rencontré des martiens ??? Moi non plus, c'est dommage ! ça a failli !

    ça doit être génial ! non?

    Drôle de balai nocturne

     

    Drôle de balai nocturne

    Piriac !!! Que de joies, événements, péripéties et faits étranges demeurent à jamais liés à cette station balnéaire !

     J’ai souvent évoqué ce lieu, c’est vrai, je ne m’en lasse pas, et je vais encore raconter une anecdote qui s’est déroulée dans ce décor, ce havre de paix que j’affectionne particulièrement pour y avoir séjourné pendant de longs mois d’été. Parfois, j’ai l’impression d’y avoir passé la moitié de ma vie.

    Dès que les beaux jours reviennent, je ressens irrésistiblement le besoin d’y passer ne serait-ce qu’une journée pour me ressourcer, respirer l’air marin chargé de goémons et écouter le roulis des vagues qui se fracassent contre les rochers. C’est vital. Un peu comme le printemps apporte le renouveau, l’endroit où j’ai passé pratiquement toutes mes vacances en famille m’apporte une sorte de « renaissance » après une longue hibernation hivernale.

    Toute la « tribu » se rassemblait régulièrement sur ce terrain dès le début juillet jusqu’à la fin août (elle n’est pas belle la vie d’enseignants ?). Le soir, après un « tarot », une partie de belote ou un poker où j’étais capable de perdre une boite complète d’allumettes, il nous arrivait, ma sœur et moi, de nous allonger à même le sol pour observer les étoiles. Mon père en profitait pour nous apprendre à reconnaitre les constellations et la disposition des étoiles dans le ciel. Il nous était ainsi très facile d’identifier Venus, l’étoile du Berger, la toute première à faire son apparition. Cassiopée, la grande ourse ou l’étoile polaire située « au bout de la queue de la petite ourse n’avaient elles non plus, aucun secret pour nous…et c’était devenu une habitude, presqu’un jeu de découvrir et nommer les étoiles et constellations qui  illuminaient le ciel les unes après les autres.

      Un soir cependant, ma sœur qui était capable de scruter le ciel dans ses moindres détails durant des heures entières, nous interpella. Elle semblait fort intriguée par deux petits points lumineux, juste au-dessus du terrain. Elle nous en fit part, et, tandis que nous levions tous la tête en direction de ces deux « nouvelles étoiles », chacun s’amusa à donner sa propre version de ce que nous contemplions, non sans la  taquiner un tant soit peu :

    -          - « Ce ne sont que deux étoiles un peu plus grosses que les autres ! elles devaient être cachées derrière un nuage tout à l’heure»

    -          - « Sûrement pas, je viens de les voir arriver très lentement l’une vers l’autre » précise-t-elle

    -          - « Alors, ce sont des avions !...  ou des satellites… » riposte mon père

    -          - « Depuis quand les avions et les satellites s’arrêtent en cours de route ? »

    Tiens, c’est vrai ça, les deux points brillants semblent statiques. Son imagination lui joue encore un tour. Ces deux étoiles viennent de faire leur apparition et à force de rester le nez en l’air, ma sœur a cru les voir  « bouger ».

    Chacun s’apprête à retourner à ses occupations (pour ma part, je suis sur le point d’aller raconter une histoire aux enfants qui commencent à s’agitent dans leurs tentes…), mais nous sommes stoppés net par un cri légèrement étouffé :

    -           - « Regardez !!! »

    De nouveau, nous levons tous les yeux vers la voie lactée bien visible ce soir …Plus un nuage ne semble la déranger

    -          - Vous avez vu ? les deux étoiles, comme vous dites, eh bien, on dirait qu’elles communiquent

    -          - N’importe quoi !

    On se moque un peu de la frangine, mais quand même, on ne résiste pas à la tentation de fixer ces deux points lumineux pendant un instant, et ce que l’on observe nous interpelle malgré tout. Il y a effectivement quelque chose d’inhabituel qui se déroule au-dessus de nos têtes. A tour de rôle, les deux ….les deux quoi au juste ?  Disons les deux « objets non identifiés, émettent des signaux lumineux très brillants, en direction de leur homologue…un peu comme du morse. On dirait que ces deux « je ne sais pas quoi » se répondent

    Le manège dure de longues minutes pendant lesquelles nous tentons de trouver une explication plausible.

    -          - « C’est peut-être un code morse ? »

    -          - « Tout ce que je connais, c’est SOS : trois flashs longs, trois courts, trois longs », mais là, on dirait  des signaux de même intensité avec des espaces plus ou moins longs

    -          - Bip bip…bip bip bip…bip…bip

    -          - « Bizarre ! »

    -          - «  J’aimerais bien savoir ce qu’ils se racontent !  Dommage qu’on ne puisse déchiffrer ce code »

    Mon père, toujours prêt à donner une justification à n’importe quel phénomène déclare encore qu’il doit s’agir de deux astres devant lesquels passent de légers stratus ou des cumulus…Mais, c’est qu’il a de bons yeux le paternel ! Le ciel n’a jamais été si clair.

    L’un d’entre nous parle d’OVNI !  On n’y croit pas trop, mais il s’agit pourtant bien de deux objets volants (quoi que là, à l’arrêt !) non identifiés …on n’a pas dit des martiens non plus !  Quoi que !

    On reste ainsi, fascinés par ce spectacle lorsque brusquement, sans crier gare, les deux « objets », dans un même élan, traversent précipitamment la voute céleste tels deux flèches,  plus rapidement que deux étoiles filantes…. Il n’a fallu quelques dixièmes de seconde pour qu’ils disparaissent totalement

    -          - « j’avoue, c’est quand même étrange ! » conclut simplement mon père

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Pour Samira (et tous les enfants...!!!)  voici l'histoire de Chauvoline...mais je n'en dis pas plus

    Bizzzzzzzzzzzzzzzàtous

    Chauvoline...

    Où est Chauvoline ?

         Bien emmitouflée dans sa confortable cape sombre, maman chauve-souris tarde à sortir de sa longue hibernation.

    Pendant ce temps, dans la forêt, la nature se réveille tranquillement. Les arbres frissonnent de plaisir en découvrant leurs nouvelles feuilles vert tendre, les oiseaux entament leurs mélodies estivales et les animaux sauvages inspectent ce décor enchanteur pour le présenter  à leur progéniture qui ouvre tout juste les yeux.

         Accrochée à la plus haute branche d’un chêne, la tête en bas, maman chauve-souris s’étire interminablement. La nuit vient d’envelopper toute la forêt de son voile brumeux, un peu mystérieux.

    Jusque-là, tout semble parfaitement normal…sauf que nous sommes en plein conte, et que cette forêt majestueuse dans laquelle nous nous sommes égarés est en fait peuplée de personnages imaginaires … et pas toujours bienveillants. Si on longe le sentier à droite du chêne séculaire où est toujours suspendue maman chauve-souris, on peut découvrir au loin, une petite cabane de bois aux planches disloquées. Si on s’aventure plus près encore, très lentement, et si on regarde par la fenêtre entourée de toiles d’araignées, on peut distinguer près d’une cheminée, une femme étrange qui prépare une potion malodorante dans un chaudron...vous l’aurez reconnue, c’est la sorcière Foldingue.

        Enfin réveillée et encore cramponnée à son socle de bois, maman-chauve-souris vient d’entendre l’appel de ses copines...

    Toutes se sont laissé tomber de leur point d’ancrage pour s’envoler aussi légères que des plumes, et s’empiffrer d’insectes qu’elles attrapent sans le moindre effort. Elles ont déjà commencé leur ballet fluide dans les airs et on ne voit plus que leurs ombres aller et venir avec une précision et une agilité incroyables.

       Les ailes déployées, maman chauve-souris tourne la tête à droite, vers sa fille Chauvoline...Elle n’est pas là...elle tourne la tête à gauche...pas là non plus !! Mais où donc est-elle passée ? elle ne sait pas encore voler !! Elle est trop petite !! Chauvolette (c’est le nom de cette maman) glisse le long de la branche et prend son envol à la recherche de son « bébé »

    Ses amies lui confirment ce qu’elle craignait : Chauvoline à disparu. Toutes tentent une explication plausible.

    -         - Elle a dû tomber, dit l’une

    -       -Elle s’est fait manger par chouquette, la chouette de la sorcière, affirme sa voisine en attrapant au vol un gros moustique.

    Chauvoline...

    -      - La sorcière ! c’est ça ! s’exclame Chauvolette… et sans plus attendre, elle se dirige vers la vieille masure au bout de l’allée.

    Elle entre par la cheminée au risque de se brûler les ailes et s’agrippe aux cheveux filasse de Foldingue.

    -          - Que me veux-tu Chauvolette ? s’écrie la sorcière d’une voix rauque en essayant de dégager sa tignasse des griffes de maman chauve-souris

    -          - Où est ma fille ? je suis sûre que....

    -          - Calme-toi ! je sais où elle est ta petite peste. Elle est tombée par terre hier...Trop sympa, je l’ai prise avec moi pour la soigner. Elle était toute étourdie, alors je lui ai donné quelques gouttes de cette potion pour qu’elle reprenne des forces...mais....

    -          - Où est-elle ?

    -          - Attends, laisse-moi te raconter la suite. Elle....

    -          - Où est-elle ?

    -          - Tu me laisses parler ?...elle n’est plus là ! quand elle a avalé la mixture, elle s’est évaporée !!

    -          - Quoi ?

    -           - Heu...j’ai dû faire une légère erreur...

    -          - Mais enfin, tu vas me dire où elle est ?

    Très en colère, Chauvolette s’entortille dans les cheveux de la sorcière qui pousse un grand cri de douleur.

    -          - Chauvoline est sortie de l’histoire ! A l’heure qu’il est, elle est devenue bien réelle...je l’ai vue dans mon miroir magique ! elle est avec Samira, une jeune femme formidable qui l’a soignée, bichonnée, dorlotée…Elle s’apprête en ce moment même à la relâcher dans la nature dans une....

    -          - Mais elle ne survivra pas toute seule ! fais-là revenir immédiatement.

    -          - Je ne peux pas

    -         -  Si ! tu peux

    -          - Bon d’accord, mais c’est parce que c’est toi ! et parce que j’ai mal aux cheveux !!!

    Foldingue attrape donc son portable au fin fond de sa poche pour m’appeler... Comme c’est une de mes meilleures copines, je suis allée aussitôt voir Samira pour récupérer Chauvoline et la réintégrer dans le conte... Elle est à présent avec sa maman dans la forêt où elle prend place dans l’immense ballet des chauves-souris à la chasse aux moustiques.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou,

    Ce week-end, les journées du Patrimoine permettront à tous de visiter et découvrir librement châteaux et monuments ...désormais inhabités...ou presque !!

    Cette anecdote (véridique) prouve que certains des locataires de ces lieux ...y vivent encore...d'une certaine manière!!!

    Très très vite, une nouvelle histoire....pour toi Samira...et tous ceux qui aiment les contes un peu "déjantés"...C'est une histoire de Chauve-souris qui....

    bizzzzzzzzzàtous.

    Château-maison-hantée

    Visite inattendue

    Dans le petit village de Bretagne où il vit depuis déjà quelques années avec ses deux filles, mon frère partage son temps entre sa profession d’enseignant et la rénovation de sa maison. Je dis « maison », mais en  fait, il s’agit plutôt d’une « grange » au toit de chaume assez typique. Elle est relativement grande mais carrément vide. Tout est inventer et créer à l’intérieur. Après des heures et des mois de travaux, le résultat est plutôt sympa : une vaste pièce de vie dominée par une immense cheminée et cuisine attenante au rez-de-chaussée, belle salle de bains en contrebas, et chambres à l’étage. Le style assez rustique apporte un charme fou à cet intérieur chaleureux ou l’on se sent particulièrement bien tout simplement.

      Un soir, après sa journée de travail, mon frère veille un peu plus tard que d’habitude. A l’étage, ses filles dorment tranquillement et il en profite pour terminer ses préparations de classe. Cahiers, livres, polycopies et autres recouvrent la lourde table de chêne qui trône au milieu de la pièce, et tandis qu’il rédige le déroulement des séances de sa journée du lendemain sur son « cahier-journal », il ressent une présence tout près, et un regard posé sur lui, juste derrière son dos. Il n’y prête que peu d’attention, attribuant cette impression à la fatigue accumulée dans la journée...il faut bien admettre que les journées d’un homme qui travaille et élève seul deux enfants sont sensiblement équivalentes à celle d’une maman seule !!!

    Il poursuit ses écritures mais la persistance du regard l’incite à se retourner presque malgré lui.

    Il aperçoit alors un vieil homme, assis sur les marches les plus basses de l’escalier qui le fixe sans rien dire...calme. Il jette un coup d’œil sur la porte d’entrée : non, non, il n’a pas oublié de la fermer. Personne donc n’a pu entrer.

    Le jeune homme se frotte les yeux : «  je dois être bien fatigué » se dit-il « je n’ai pourtant pas abusé des excitants ! » Il n’est pas non plus un adepte des drogues et autres stupéfiants. Il reprend son crayon et continue son travail.

    Intrigué malgré tout, il se retourne une nouvelle fois pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une hallucination...et se retrouve une nouvelle fois en présence de cet inconnu, toujours silencieux, vêtu d’un costume croisé, cintré,  et d’un pantalon rayé assortie à la veste. Un chapeau sur la tête, il arbore une grosse moustache en guidon de vélo (30 ans après cette vision, le portrait de cet homme est encore gravée dans la mémoire de mon frère qui peut en faire une description encore plus précise que les quelques mots que je note dans ce récit !)

    Un peu « secoué » je pense, il ne cherche pas à lui adresser la parole et lui tourne le dos avant de se retourner une troisième fois, bien décidé du coup à lui demander des explications...

      Personne, l’homme a disparu !!

    Un peu inquiet sur son état de santé, mon frangin monte se coucher sans demander son reste. Il va sans dire que le sommeil n’arrive pas facilement !!!

       Les jours suivants, il raconte son aventure à ses amis qui ont bien du mal à la prendre au sérieux !! On a facilement tendance à mettre la santé mentale des gens en cause lorsqu’il s’agit de phénomènes qui nous dérangent, ou qui  dépassent un peu !

     Il faut croire que cela ne le décourage pas puisqu’il en parle quelques temps plus tard à l’ancien propriétaire de la maison, un ami lui aussi. Il lui décrit dans les moindres détails  sa « vision » : l’homme qu’il a aperçu sur les marches de l’escalier, son allure, sa tenue vestimentaire très chic, son regard....

    Sans sourciller, cet ami l’écoute attentivement, puis il se lève, quitte la pièce et revient quelques minutes plus tard avec le portrait de son père....Mon frère reconnait alors l’homme dont il vient de faire une description précise !

    Ce grand-père avait vécu pratiquement toute sa vie dans cette maison...peut-être ne l’a-t-il jamais quittée après tout !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire