• Coucou...

    Me revoilà avec l'histoire de la sorcière du Bois Maudit, le troisième volet de "l'automne en forêt"..comme promis.

    La sorcière du Bois Maudit

    3-La sorcière du Bois Maudit

     

         Depuis le jour où ils ont délivré la fée Douceline du donjon ou l’avait enfermée la sorcière du Bois Maudit, les animaux de la forêt craignent des représailles. Ils savent de quoi cette affreuse mégère est capable ! Luth, le lutin l’a surprise hier en train de cueillir des champignons bizarres et des baies toxiques dans la forêt...Elle est sûrement en train de préparer une potion magique, mais quel genre de potion ?et pour qui ? Douceline a demandé à Luth de se rendre chez elle discrètement pour savoir ce qu’elle concocte...

    En attendant, je vais vous raconter l’histoire de Foldingue - car c’est elle la sorcière du Bois Maudit (vous l’avez bien sûr reconnue !). Quelle histoire !

    Avant elle, le petit bois était hyper tranquille, les animaux vivaient heureux et les enfants venaient souvent leur rendre visite...parfois, ils rencontraient même Douceline qui en profitait pour exaucer leurs vœux, comme par exemple avoir des bonnes notes à l’école ou plein de cadeaux à Noël ! Mais un jour, Foldingue a débarqué sans crier gare et s’est installée là, sous prétexte que la forêt dans laquelle elle vivait avait brûlé !!

    Mais....c’était bel et bien de sa faute !!! C’est elle qui avait mis le feu à la forêt !!! Comment ? Attendez, je vous raconte :

    Foldingue habitait alors en plein maquis corse…enchantée parce que les enfants s’égaraient inévitablement dans cette végétation, splendide, certes, mais si dense, qu’ils n’avaient aucune chance de trouver la sortie…d’autant plus difficile qu’elle avait elle-même construit des chemins qui s’entrecroisaient, un véritable labyrinthe ! Lorsqu’elle voyait un enfant séparé de ses parents par ces barrières « naturelles », elle lui promettait de l’accompagner jusqu’à la sortie à une seule condition …qu’il lui donne son doudou !! C’est ainsi que les enfants ressortaient sains et saufs…mais sans leur doudou-fétiche, impossible à retrouver, forcément ! De son côté, la sorcière remplissait sa cabane de peluches de tous horizons qu’elle transformait la plupart du temps en véritables animaux. Elle était ainsi entourée d’un « bébé fanfan » oups ! Éléphant, d’un charmant hérisson aux piquants tout mâchouillés et de son copain lapin bleu, d’une gigi...heu girafe et d’un tas d’autres plus farfelus les uns que les autres.

    Un jour, un petit garçon du nom de E... (Non ! je ne suis pas une moucharde !) Bref, cet enfant accro à sa tablette jouait en se promenant sans regarder devant lui...

    Et ce qui devait arriver, arriva. Soudain, il lève le nez de sa tablette, regarde autour de lui, et s’aperçoit avec stupeur qu’il ne reconnait pas le décor...il est perdu.

    Ouf ! Une dame approche, elle va pouvoir l’aider. Pourtant, sa première impression n’est pas au top ! Il la trouve si moche qu’il n’ose pas lui demander son chemin. C’est elle qui vient vers lui. Malgré lui, il recule d’un pas et tombe sur les fesses.

    -          - Alors morveux ! on veut revoir son papa et sa maman.

    -          - Ouououi, bégaye-t-il en se relevant

    -          - Je vais te reconduire vers la sortie, mais donne-moi ton jouet.

    -          - Ma tablette, sûrement pas ! elle est à moi !

    -          - Tant pis pour toi...et elle tourne les talons

    -          - OK Ok...prend-la

    -          - Tu avais l’air de bien t’amuser tout à l’heure...montre-moi comment on joue.

    Et pendant deux bonnes heures, E...euh ! L’enfant et la sorcière regardèrent des vidéos et firent une longue partie de Minecraft.

    Foldingue jouait encore en retournant dans sa masure...elle poursuivait sa partie le lendemain lorsque ses « animaux familiers » quittèrent le domicile pour retrouver les enfants dans leur ancienne apparence...Le surlendemain et les jours suivant, elle n’avait toujours pas décollé les yeux de sa tablette en oubliant jusqu’aux bambins qui ne s’égaraient d’ailleurs plus. Les chemins avaient retrouvé leurs panneaux de signalisation.

    Un jour, elle se rendit compte qu’elle commençait à avoir faim, une sacré fringale même ! Pensez donc, depuis huit jours, elle n’avait rien avalé. Machinalement, sans même se retourner, elle alluma le feu sous sa gamelle qu’elle n’avait pas pris le soin de remplir..

    Et ce qui devait arriver, arriva...Son poêlon se mit à roussir, roussir, faisant tout cramer autour de lui...la cabane et le maquis...la sorcière n’eut que le temps de s’enfuir sur son balai à moitié grignoté par les flammes, pour se réfugier dans la première forêt rencontrée...le petit Bois de Douceline...

    Le pire, c’est qu’elle a eu le culot de dire à qui voulait l’entendre, qu’elle venait « du Bois Maudit » !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonsoir,

    Encore une petite sorcière de l'an dernier (rien que pour Ewenn!!!) avant l'histoire de la sorcière du Bois Maudit (inédite!)

    Dessin de Ewenn (sur ordi!!)

    Grossepatate

    Grossepatate

     

     Vous vous souvenez de la dernière nuit de pleine lune avant Halloween, la nuit où les sorcières se sont  réunies au pied du vieux chêne creux, au beau milieu de la forêt de Brosse Landes ?

    Eh bien, parmi elles il y avait une sorcière très gourmande et très laide, et méchante aussi, Grossepatate, qui  a passé toute la soirée avec sa meilleure amie Tartalapraline...Elles étaient tellement heureuses de se revoir qu’elles ont mis au point ce soir-là  un plan diabolique dans leur intérêt à toutes les deux !!

    Adossé au vieil arbre séculaire, un peu caché par son ombre, elles n’arrêtaient pas de jacter d’une voix aigüe et mielleuse, déblatérer sur les copines et ricaner bêtement. Et tandis qu’elles jactaient, déblatéraient et ricanaient, Grossepatate en profitait pour dévaliser l’arbre rempli de bonbons aux couleurs vives que présentait sa copine à l’ensemble des sorcières. Elle engloutissait les friandises les unes après les autres. La reine des neiges en guimauve n’avait pas grâce à ses yeux. Yoda, Anakin et Luke en gélatine étaient également croqués et dévorés goulûment. Elle s’empiffrait en bavant, de réglisses, marshmallows, caramels et berlingots... sans s’arrêter.

    -          - Ah ah ah ! persiflait Tartalapraline... je suis absolument sûre maintenant que les enfants ne résisteront pas à toutes ces douceurs et sucreries

    -         -  Pourquoi tu dis ça ???

    -          - Il n’y a plus rien dans l’arbre à bonbons !! tu viens de tout becqueter !!!

    -         -  Oups !Tu as raison...En plus, j’ai dû prendre un peu de poids ces temps-ci....je n’arrive plus à monter sur mon balai.

    Il faut dire que Grossepatate n’est pas menue-menue...Je veux dire par là qu’elle prend beaucoup de place ! c’est pour cette raison d’ailleurs que les autres horribles sorcières l’on affublée de cet affreux surnom. Elle n’est pas non plus jolie-jolie. Elle est plutôt moche, bizarre. Ses dents sont toutes noires à cause des caries, elle s’habille en jaune fluo pour se faire remarquer et elle est toujours accompagnée de son animal de compagnie, une citrouille. Ça change des chats noirs !

    -         -  J’ai un plan pour redevenir belle, jeune et jolie. Je vais....

    -           -Pourquoi tu dis « redevenir » ? tu as déjà été belle ? la coupe froidement sa copine.

    -          - Oh arrête ! Ne te moque pas! Il faut que je capture un enfant pas trop petit, mais pas trop grand non plus. Il faut qu’il soit suffisamment mince et mignon pour que je puisse échanger ma vieille carcasse contre la sienne avec la mixture que je viens d’inventer.

    Grossepatate poursuit son explication à l’oreille de sa copine, d’une voix éraillée et rauque

    -          - C’est une boisson qui ressemble à tout ce que les enfants aiment : coca, jus de fruits ou simplement sirop de toutes les couleurs. Et puis, cela fera notre affaire à toutes les deux. Quand j’aurai mis mon plan à exécution, le gamin aura  mon embonpoint, juste ce qu’il faut pour que tu puisses le manger ! Et moi, je serai enfin toute mince...sans être obligée de faire un régime strict, pénible et astreignant.

    -          - Tu veux dire, un régime comme a fait Angélise ? Pourtant, elle n’a pas arrêté d’affirmer que c’était très facile...elle a retrouvé une silhouette magnifique en a peine dix jours parait-il !!

    -          - Taratata ! je ne veux pas de régime, et c’est quand même plus facile avec un môme !!

    -         -  Alors il faut que tu trouves un enfant qui ne soit pas gourmand, et que je ne pourrai pas attraper moi-même avec mes bonbons

    -           - C’est ça ! et tu sais où je peux le dénicher ce gamin ?

    -           - Je ne sais pas moi !! voyons voyons ! dans les clubs de sports je pense,  c’est dans ces endroits que l’on trouve le plus d’athlètes !..tu peux aussi aller voir dans les collèges : les enfants n’aiment pas trop ce qu’on leur sert à la cantine !

     - Quelle bonne idée !Grossepatate est aux anges !!! !bien sûr, ce n’est pas dans les salles de sports qu’elle se rend aujourd’hui (elle a bien trop peur que le professeur lui demande de faire des abdominaux, du step ou de porter des haltères), mais dans un collège...elle va certainement y rencontrer l’enfant de ses rêves ...mais aussi de quoi se rassasier ! elle a très très faim !

    Déguisée en cuisinière, elle entre dans le réfectoire d’un collège après avoir grignoté dans tous les plats à la cuisine. Très vite, elle fait son choix. Ewenn correspond exactement à l’enfant qu’elle avait imaginé. Elle l’attend à la sortie dans la voiture de sa mamy qu’elle a « empruntée ». Ewenn est si content que sa mamy vienne le chercher qu’il monte sans regarder à l’intérieur de la voiture...Et le voilà prisonnier de l’abominable sorcière. Elle l’emmène de force dans sa maison – un vieux moulin tout délabré – et ferme la porte à clés.

    -          - A nous deux maintenant ! ricane-t-elle. Tu as soif ? Tiens voilà un verre de menthe à l’eau. C’est bien ta boisson préférée ?

    Ewenn reste méfiant, il est très malin aussi. Il prend le verre mais il a deviné qu’il s’agit d’un piège.

    Évidemment, dans son verre, il n’y a rien d’autre que la potion magique qui doit échanger son apparence contre celle de la sorcière. Ewenn n’est pas dupe, le vert de la menthe est trop vert, l’odeur trop forte, et en plus, le verre est sale !

    -          - Merci madame, lui dit-il simplement.

    -          - Ben alors, tu bois ?

    -          - Je n’ai pas soif

    -          - Mais si, tu as soif !!

    -          - Bon d’accord...mais j’ai faim aussi, j’aimerais bien un petit goûter.

    La sorcière va dans la cuisine chercher une biscotte (il ne faut pas non plus quelque chose de trop gras !).

     Pendant ce temps, Ewenn fait mine de boire le contenu du verre parce qu’il a vu que la sorcière le regarde en douce...Il attend le bon moment...la sorcière se retourne une seconde. ..Et hop ! Il en profite pour vider discrètement son verre dans la gamelle de la citrouille domestique qui l’avale d’un trait. Elle se met alors à grossir, grossir, grossir et paf ! elle explose littéralement.

    La sorcière qui vient d’entendre le bruit sourd revient avec la biscotte. Elle comprend ce qui vient de se passer, mais n’a pas le temps de jeter un sort à Ewenn...la potion a fait son effet, et elle commence à rétrécir, rétrécir, rétrécir ...elle est à présent toute ronde et pas plus haute qu’un ballon.

    Ewenn lance un grand coup de pied dedans. La sorcière valse dans les airs, passe par la fenêtre et tombe dans la rivière qui serpente au pied du moulin. Elle est si lourde qu’elle coule directement au fond.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonjour tout le monde,

    Octobre !

    Tout le monde le sait ! A la fin du mois, c'est Halloween les sorcières se préparent déjà pour faire peur aux enfants ...et aux grands!

    Pour ma part, je les aime bien les sorcières !!! d'ailleurs j'en ai tout un stock dans mes histoires !!!!

    Il est donc temps de refaire connaissance avec celles de l'an dernier....et celle de cette année : la sorcière du Bois Maudit ....Les aventures de cette dernière  commenceront demain ou dans les trois jours à venir...en attendant,  voici une histoire de sorcières dont vous vous souvenez peut-être.

    Sorcières

    La ronde des sorcières

       Tout le monde sait que les nuits de pleine lune, les sorcières se réunissent au pied du vieux chêne creux, au beau milieu de la forêt de Brosse Landes.  Non ? Ah bon ! Eh bien, si c’était un secret, maintenant, tu le connais...mais tu n’es pas obligé de le répéter.

         Et puisque je t’ai révélé cette info, je vais te raconter l’histoire d’Angélise, une adorable brunette toute rigolote avec ses longues boucles qui tombent en cascades sur son dos.

    Cette histoire de sorcières ne lui est pas inconnue ...et pour cause !!! Elle n’ignore pas le secret de ces drôles de dames.

     Ce soir, elle se prépare pour être la plus belle de toutes : elle enfile une longue robe bleue ciel brodée d’étoiles et de paillettes,  démêle consciencieusement son éclatante chevelure et entoure ses  jolies boucles d’un nœud de satin rose. Elle s’approche de la fenêtre et jette un coup d’œil vers le ciel. Bien dégagé, il laisse entrevoir une multitude de points brillants accompagnant une imposante lune toute ronde et brillante. Ça y est, c’est le grand soir !!!

    Angélise saute sur sa trottinette et file en direction de la forêt, à la sortie du village de Noyal. C’est la première fois qu’elle est invitée au grand rendez-vous des sorcières un soir de pleine lune ! Elle a un peu peur surtout parce qu’elle est la plus jeune de toutes, et que contrairement à la grande majorité des autres, elle fait partie des sorcières bienveillantes, celles que l’on dédaigne et que l’on méprise un peu dans le groupe !

     Un peu essoufflée, elle arrive dans la clairière, ou déjà de nombreuses sorcières attendent en cercle près de l’immense chêne séculaire. Elle s’assoit près de sa marraine, la sorcière Charlottonougat, la plus gentille de toutes.

    -         - Tu es en avance, on ne t’attendait pas avant minuit dix-sept, lui souffle-t-elle à l’oreille

    -          - Je sais, mais je ne voulais pas rater l’arrivée de nos amies.

    Et elle a bien raison. L’arrivée des sorcières le soir de pleine lune est un spectacle vraiment extraordinaire, exceptionnel...je dirai même plus, hallucinant.

    Des centaines et des centaines de femmes, petites, grandes, grosses ou minces, moches, voire carrément  hideuses  pour la plupart,  arrivent de toutes parts. Les unes, très traditionnelles, déboulent des airs à cheval sur leurs balais, d’autres débarquent de nulle part, comme s’il leur suffisait de claquer dans leurs doigts pour se rendre d’un endroit à un autre. Il y a aussi celles qui rappliquent à bicyclette ou en scooter, et celles qui affluent à pied tout simplement. Angélise ne sait plus où donner de la tête. Certaines ont l’air carrément méchantes, antipathiques, odieuses, cruelles (ça se voit sur leurs visages couverts de pustules et de rides !), d’autres plus sympas...mais on lui a appris que cela ne voulait rien dire, elles peuvent être encore plus dangereuses que les autres.

    Toutes s’installent dans le cercle qui devient gigantesque.

    Quel vacarme ! Toutes les voix aiguës, mielleuses, aigrelettes, doucereuses, s’élèvent en même temps...C’est à qui raconterait l’anecdote la plus horrible avec des éclats de rire ou des ricanements insolents. Chouettes et hiboux sont aussi de la partie avec leurs hululements et leurs chuintements.

    Soudain, tout ce brouhaha perd de son intensité et s’arrête net. Toutes les têtes se lèvent alors vers le ciel en direction de la lune qui semble plus gigantesque encore. En son centre, une femme vêtue d’une longue robe noire et enroulée dans un châle apparaît, entourée d’une lumière intense et d’une armée de rapaces nocturnes.

    -          - La voilà...elle arrive !!!

    Angélise découvre enfin pour la première fois Lucidora, la sorcière des sorcières, la reine des sorcières, celle dont les pouvoirs maléfiques dépassent ceux de toutes les sorcières réunies, celle que toutes craignent par-dessus-tout...Sur son balai magique, elle accélère et se retrouve en deux temps trois mouvements au centre du cercle.

    Toutes se dévisagent en attendant qu’elle prenne la parole. Elles savent qu’elle va s’adresser à chacune pour les féliciter, les réprimander ou leur imposer sa volonté. Halloween approche et toutes doivent être prêtes pour cette grande fête qui devrait effrayer plus que jamais tous les enfants de la région.

    Elle fait rapidement le tour du cercle et s’arrête, majestueuse, intimidante, face à Angélise. Avec un petit rire strident, elle complimente la nouvelle venue en lui souhaitant beaucoup de courage et de persévérance pour affronter les « Vraies » sorcières et essayer de déjouer leurs pièges.

    Elle demande ensuite aux autres de lui exposer leurs projets les plus terribles et sournois pour Halloween.

    D’un coup de baguette magique, les plus habiles transforment alors les arbres de la forêt. Tartalapraline présente ses nouveautés dans un incroyable arbre rempli de bonbons aux couleurs vives. Elle lui explique que les enfants ne pourront pas résister à ses friandises représentant la reine des neiges ou les personnages de Star Wars en guimauve ou gélatine.

    Tartozépinar transforme un sapin en arbre à histoires dans lesquelles les gamins ne pourront que se laisser enfermer tellement ils seront envoûtés. Popina lui vole la vedette en exhibant un arbre à contes grandiose...Saperlipopinette !...elle est sûre de les captiver, charmer, hypnotiser au point qu’ils n’auront plus envie de retourner chez eux.

    Dans son habit de clown, Arlette Tartiflette est absolument certaine de les rendre chèvres avec ses expressions à la noix.Quant aux autres sorcières, Grossepatate, Cornedebuse, Grainedecourge et toutes les autres, les plans qu’elles révèlent (mais que je ne dévoilerai pas aujourd’hui !) sont des plus diaboliques...Fédébétiz échappe à la règle, mais ce n’est pas de sa faute, elle est tellement « tête en l’air » qu’elle se trompe toujours dans ses formules !!!

    Patience !elles ne tarderont pas à faire leur apparition !

     

     

    -          

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bon anniversaire Ewenn ...

    Waouh ! déjà 13 ans !

    Souviens-toi ...tu as été tout petit un jour...j'en ai la preuve...Voici rien que pour toi, une aventure extraordinaire que tu as vécu il y a bien bien longtemps...

    Allez, belle journée à toi et plein de gros bisous....

    Bon anniversaire Ewenn

     

    Toudouvert, Le  dragon  vert                   

         Il était une fois un petit garçon qui aimait beaucoup, beaucoup, beaucoup la lecture. Il aimait tellement ça que les étagères de sa bibliothèque croulaient sous le poids des livres d’images, albums contes et autres histoires que lui achetaient sa maman, sa mamy et tata Laou, sa marraine.

    Il restait des heures, assis dans son lit, par terre ou sur des coussins à regarder les belles images, feuilleter et dévorer ses livres. Parfois, il appelait sa maman ou son papa pour qu’ils lui racontent une histoire. Il choisissait alors un, deux ou une dizaine d’albums, et refusait de s’endormir avant que toutes les histoires ne soient racontées.

    Et bien sûr, quand il plongeait dans ses livres, il ne voyait rien d’autre et n’entendait personne, ni sa tata Zig qui voulait l’emmener au parc pour donner à manger aux canards, ni son tonton qui l’invitait à venir faire de l’escalade, ni son papy qui s’ennuyait tout seul dans son jardin, ni même sa maman qui lui demandait de  venir à table.

    Mais voilà qu’un jour, tandis que sa maman l’appelait pour aller à l’école - il était l’heure ! - il ne broncha pas et continua sa lecture sans même tourner la tête vers elle….Elle l’appela une deuxième fois, puis une troisième…

    Elle perdit patience forcément, et lui cria : « Je compte jusqu’à trois…Un….deux….trrrrrrr »

    Elle n’avait pas fini de dire trois que Tartozépinar, la vilaine sorcière apparut dans le livre d’images que regardait Ewenn - c’est le nom du petit garçon – Elle lui lança un regard très noir et comme par magie, sa grosse main aux doigts crochus émergea du livre. Elle l’attrapa par le bras….et le fit entrer de force dans la page de l’album.

    Il eut beau hurler, tambouriner, taper du pied, pleurer, appeler son papa, et essayer de ressortir du livre, il n’y arriva pas. Il resta coincé à l’intérieur.

    Il regarda autour de lui et constata qu’il se trouvait dans une forêt et que les arbres étaient couverts d’un épais manteau blanc. Toujours tiré par l’horrible sorcière, il dut la suivre longtemps dans la neige. Il avait mal aux pieds, et eut soudain très très froid.

    Une peur terrible s’empara de lui. Tartozépinar était vraiment très effrayante, monstrueuse avec ses grosses verrues, son nez tordu et ses vêtements sales… et en plus, elle sentait mauvais….

    Soudain, elle lui lâcha le bras pour refermer le livre et l’emprisonner. Il n’y avait pas une seconde à perdre et il en profita pour courir le plus vite qu’il put afin de sauter dans la page suivante.

    Là, il tomba nez à nez avec….

    Un dragon !

    Son cœur se mit à battre à toute vitesse et il s’apprêtait à s’enfuir à nouveau lorsque le dragon lui fit un clin d’œil et lui dit avec une étrange douceur :

    -         « N’aie pas peur petit, je suis Toudouvert, le gentil dragon à la queue en tire-bouchon. Je suis venu pour t’aider. Grimpe vite sur mon dos, accroche-toi à mes ailes et ferme les yeux »

    Comme le vert était sa couleur préférée et que le dragon n’avait pas l’air si méchant que ça, Le petit garçon n’hésita pas une seconde, il prit son armure de chevalier, sauta sur le dos du dragon, s’accrocha à ses ailes et ferma les yeux….Le dragon s’envola aussitôt et… traversa le livre.

    Lorsque Ewenn ouvrit à nouveau ses yeux, il aperçut, par terre, une image représentant Toudouvert et entendit la voix de sa maman qui criait : « Trois ».

    Il mit vite fait l’image dans la poche de son pantalon, sortit de sa chambre, dévala les escaliers à toute allure et rejoignit sa mère sur le champ.

    Il lui prit la main et sortit de la maison avec elle en direction de l’école.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonjour tout le monde,

    L'automne tarderait-il à arriver véritablement ?? Il fait si beau!

    Dans le petit bois de Douceline, les animaux sont pourtant  prêts à affronter les rigueurs de l'hiver...Voici trois personnages  (pardon quatre) personnages dernièrement rencontrés dans ce joli site.

    Désolée pour le dessin, je n'ai toujours pas progressé !! j'attends toujours des illustrateurs!!

    Bizzzzzzzzzzzzzzàtous

    Mademoiselle Limace

    Mademoiselle Limace

         Madame Limace glisse lentement sur les feuilles humides du sous-bois. Elle est à la recherche d’une nouvelle résidence pour passer l’hiver. Rien ne presse, et elle sait qu’il va lui falloir un certain temps vu que sa vitesse de croisière ne dépasse pas les deux mètres à l’heure. Il mouillasse et elle frissonne de bonheur en voyant les gouttes de pluie s’égoutter des arbres.  Elle avance ainsi depuis deux bonnes heures lorsqu’elle rencontre enfin un magnifique champignon dont elle ferait bien son déjeuner et son abri. Elle en salive déjà...

    -          - Hum ! miam ! fait la limace en se dirigeant vers le gros bolet ventru.

    Non loin de là, pépère hérisson vadrouille. Il adore piétiner les feuilles sèches et le bois mort qui recouvrent le sol en cette jolie saison ...ça fait scratch, scratch, scratch sous ses pas, ce qui amuse la sensibilité de ses minuscules oreilles. Pépère hérisson s’arrête, perplexe. Le scratch, scratch, scratch l’interpelle et lui fait penser à un bruit du grignotage ! Aussitôt, une sensation légèrement désagréable chatouille son petit ventre rond et lui rappelle qu’il a très très faim. Il se met alors bien vite en quête de nourriture...et cling ! Miracle ! Il distingue mademoiselle limace dans son champ de vision !

    -          - Hum ! miam ! fait le hérisson en se rapprochant dangereusement de mademoiselle limace.

    De son côté, compère renard avance d’un pas feutré, si léger et avec une telle grâce que l’on entend à peine le crissement des feuilles. Il retourne dans son terrier pour retrouver sa petite famille. Un peu penaud, il se traine parce qu’il n’a rien trouvé à se mettre sous la dent. Ses renardeaux devront se contenter de petites baies en attendant une meilleure journée de chasse. Soudain, il repère pépère hérisson en admiration devant une grosse limace rouge...

    -           - Hum ! miam ! fait compère renard...C’est le moment de profiter de son inattention, pense-t-il, et il fonce droit sur le hérisson qui a juste le temps de se mettre en boule.

    -          _ Ouuuuf ! fait le hérisson

    -          - Flûte, fait le renard, qui plonge littéralement sur les piquants de notre petite «  pelote d’épingles ». Son long museau pointu est si douloureux qu’il s’enfuit en hurlant.

    Notre pépère hérisson a eu si peur et tremble tant qu’il en oublie de sortir de sa « bulle ». Mademoiselle limace en profite pour commencer son festin en enfonçant ses dents dans la chair tendre du champignon.

    -          - Qui vient croquer ainsi ma maison ? s’indigne une petite voix aigüe à l’intérieur du champignon. ça ne va pas la tête ?  Et aussitôt,  un étrange personnage sort du gros cèpe  par une minuscule porte. Coiffé d’un drôle de chapeau à clochette, il se plante devant mademoiselle limace, médusée,

    -          - Oh ! ma maison est déjà habitée ! T’es qui toi ?

    -          - Je suis luth, le lutin du petit bois...En automne, j’ai beaucoup de travail dans les forêts pour aider la fée Douceline à cause des  terribles sorcières qui y sévissent...mais entre donc, je vais te raconter quelques péripéties qui se sont déjà déroulées dans ce lieu magique.

    Pendant une nuit complète, tandis que mademoiselle limace continuait tranquillement son festin, Luth, le lutin, raconta des histoires extraordinaires...jusqu’à ce que le sommeil le gagne enfin.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire