• Belle journée à tous, sarcastic

    Avec les vacances, place à la création.

    Aujourd'hui, place à  l'histoire créée de toute pièce par Ewenn et Lounis (avec illustration de Ewenn). 

    Très très prochainement, nouvelle histoire de la série "un enfant- une histoire"

    Esteban et Toudouvert

    Esteban et Toudouvert

         Il était une fois un petit garçon très gourmand qui s’appelait Esteban...

    En sortant de chez lui, il aperçoit un arbre, l’arbre d’été. C’est un arbre à bonbons sur lequel poussent des carambars, des sucettes, des chewing gum et des caramels.

    En fait, l’arbre à bonbons est un piège ! A l’intérieur, une corde invisible se tend lorsque l’on s’approche de trop près. Esteban arrive pour cueillir des sucreries...et hop ! La corde lui attrape les pieds et remonte jusqu’au sommet, tenant prisonnier le petit garçon.

    Esteban appelle « au secours » . Il a vu Toudouvert, le gentil dragon, de l’autre côté de la route, mais celui-ci n’ose pas s’approcher parce qu’il y a des pièges.

    Malgré tout, il vole au-dessus de la route et vient brûler la corde pour le délivrer...

    Et Pif ! Esteban tombe par terre. Il a une bosse sur la tête.

    Pendant qu’il était pendu par les pieds à la corde, le petit garçon en avait profité pour faire sa réserve de bonbons, mais les bonbons sont aussi des pièges ! Ils donnent des caries. Il va chez le dentiste, mais pour ne pas le faire souffrir, le dentiste utilise de la poudre magique.

    Esteban et Toudouvert s’envolent et deviennent amis. Ils partent vers de nouvelles aventures

    ....à suivre...

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Belle journée à tous,yes

    Et surtout à toi Jade.... Bon et heureux anniversaire !

    Pour tes dix ans voici TON histoire. J'espère qu'elle te plaira.

    si c'est le cas, n'hésites pas à partager l'adresse de ce blog à toutes tes amies et tes amis

    Bisous

    Pour info : le dessin qui illustre ton histoire est réalisé par Ewenn (11 ans)

    Il t'en prépare un autre pour te faire un cadeau (sous l'histoire)

    Jade

    Jade dans la forêt

         Les bébés ne sont pas tous identiques lorsqu’ils naissent, il y en a des minuscules, des très gros, des tout fripés, de très beaux et d’autres moins….Il y en a même un qui est né tout vert ! c’est pour cela que ses parents ont eu l’idée de l’appeler « Jade » !

    ….Non, je rigole ! Ce n’est pas vrai…Je recommence mon histoire…

    Elle n’était pas verte, mais comme la pierre fine et précieuse, Jade resplendissait, et au fil des ans, elle a pris le caractère à la fois solide et tenace de cette pierre…ce qui, bien sûr, est une grande force. Sans elle, jamais elle n’aurait pu sauver son petit cousin Tiago le jour où…..

      Nous sommes en plein mois de décembre dans une forêt de pins. Il fait froid et sombre. Jade tient la main de Tiago et lui conseille de faire attention où il met les pieds à cause des buissons d’épines et du houx qui pourraient le piquer et lui écorcher les jambes.

    -         Ça fait longtemps que l’on est parti de chez Mamy Edith. Tu avais dit 5 mn ! …je suis fatigué de marcher…je veux rentrer, se plaint le petit garçon.

    -         Tu exagères, c’est toi qui as voulu entrer dans la forêt pour suivre le petit écureuil et voir où il habite. On s’est quand même bien amusés  quand il s’est précipité sur une pomme de pin pour extraire les graines cachées à l’intérieur et les grignoter, assis par terre.

    En fait, Jade n’est pas très fière. Elle est partie sur un coup de tête pour « faire un petit tour » avec son cousin parce qu’elle perdait au jeu des petits chevaux. Sûr ! son Papy Philippe avait triché !! Cela l’avait énervée, vexée ! Maintenant, elle est perdue au fin fond de cette maudite forêt de conifères et elle ne sait pas trop quoi dire à son cousin.

    -         Tu veux bien ramasser quelques pommes de pin pendant que je cueille ces jolies branches de houx. On pourra faire de jolies décorations pour Noël avec Papa. On les peindra en or et argent et on  enverra les photos à Mamie Jocelyne. Je suis sûre qu’elle voudra qu’on lui en apporte pour son sapin !

    -         Non, je veux rentrer...j’ai peur !

    -         Il n’y a pas de quoi, je t’assures !

    C’est à ce moment précis qu’une gigantesque masse aux longs poils gris se plante devant eux. Les deux enfants lèvent la tête et aperçoivent deux yeux rouges gros comme des soucoupes qui les observent bizarrement...La créature ouvre en grand sa grosse machoire remplie d’énormes dents acérées qui semble vouloir les croquer !

    -         UN  MONSTRE ! s’écrie Tiago en tremblant comme une feuille. Il aimerait s’enfuir en courant mais n’y arrive pas. Il reste planté devant cette horrible « chose » qui déjà, brandit ses deux pattes avant pourvues de terribles griffes  en direction des deux enfants.

    Jade sort de ses gonds.... Elle se poste juste devant son cousin pour le protéger et fait face au monstre en le fixant droit dans les yeux.

    -         Tu ne me fais pas peur tu sais ! c’est pas une grosse patate comme toi qui va m’impressionner !

    Le monstre se met aussitôt dans une telle furie que l’on pourrait  entendre son rugissement à des kilomètres à la ronde.  Jade soutient toujours son regard avec une telle intensité que la « bête » se raidit sous son emprise, se transformant instantanément en bloc de pierre, semblable à un menhir.

    -         Cours aussi vite que tu peux ! ordonne aussitôt Jade à son cousin. Il ne va pas rester longtemps immobile.

    Tous les deux, main dans la main, prennent leurs jambes à leur cou...droit devant eux, traversant la forêt de long en large, s’écorchant au passage, les jambes sur les ronces.

    A l’orée de la forêt, une large rivière leur barre la route. Sur la rive opposée, les enfants savent qu’ils peuvent rejoindre la maison de leur mamie. Jade regarde autour d’elle : pas le moindre pont, pas de passerelle, pas de barque , rien qui puisse les aider. Elle sent la panique l’envahir d’autant plus que les hurlements du monstre lui rappelle qu’il se rapproche dangereusement.

    -         C’est là que j’interviens ! souffle une voix douce et mélodieuse juste derriere elle...Jade se retourne et se trouve nez à nez avec Elsa, la Reine des Neiges en personne, son héroïne ! Celle-ci s’approche du bord de la rivière, se penche pour transformer l’eau en glace.

    Jade et Tiago n’ont pas le temps de remercier Elsa qu’elle disparait  aussi vite qu’elle est arrivée...dans un halo de brume. Ils ne perdent pas une seconde et s’élancent pour patiner sur cette piste gelée.

     

    Jade

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Belle journée à tous sarcastic ,

    La série "Un enfant- une histoire " se poursuit avec enfin ....une fille !

    Et la première fille, c'est toi Eléa. J'espère que tu aimeras cette histoire.

    D'autres histoires se profilent déjà à l'horizon !!

    Eléa

    La  fée  médina

         IL était une fois une petite princesse adorable. Quand elle est née, ses parents ont tout de suite su qu’elle deviendrait une adorable petite fille, et ils lui ont donné le très joli prénom d’Eléa.

     Un vrai nom de princesse. Bien sûr, ils n’allaient pas l’appeler Cunégonde forcément…Si, si, ça existe des princesses qui s’appellent Cunégonde ! Il ne faut pas rire avec ça, ce n’est pas drôle du tout…surtout pour les petites filles qui portent ce prénom. En tout cas, Eléa, elle, était aussi belle que son prénom. Avec sa jolie frimousse rehaussée de deux petites fossettes, ses grands yeux noisette toujours étincelants, ses longues boucles blondes qui descendaient en cascade sur ses épaules, on aurait dit un ange tombé du ciel.

    Elle passait presque toutes ses vacances sur une île bretonne avec sa tante. Là, ce qu’elle aimait par-dessus tout, c’était d’aller se promener sur la plage, marcher pieds nus sur le sable chaud, et ramasser de jolis galets bien polis qu’elle décorait ensuite avec sa meilleure amie Margot.

    Un jour, toute à ses pensées et la tête penchée vers le sable, Eléa s’aventura beaucoup plus loin que d’habitude sur la plage. Elle recherchait un  gros coquillage pour le coller à son oreille quand elle rentrerait dans son appartement (eh oui, il arrive que des petites princesses vivent dans des appartements…pourquoi pas après tout). Il parait que l’on entend la mer dans les gros coquillages !  

    Elle marchait depuis déjà fort longtemps lorsqu’elle releva la tête. Elle vit que le ciel commençait à s’assombrir, le vent soufflait de plus en plus fort et les vagues roulaient sur le sable en se cassant avec fracas.

    Eléa se mit à courir pour rentrer chez elle, mais de hautes falaises remplaçaient le sentier qu’elle empruntait d’habitude…A la recherche d’un passage, elle sentit soudain ses jambes se ramollir. Elle avait peur ! Peur du noir et la nuit s’annonçait toute proche. Déjà, elle ne distinguait que des ombres tout autour d’elle, et cela la fit frémir.  

    N’écoutant que son courage avec d’un côté, la mer en furie, et de l’autre, cette haute falaise infranchissable, elle se mit à sonder les rochers. Elle y découvrit une faille suffisamment grande pour s’y réfugier. Elle s’y faufila et se retrouva très vite dans une sorte de grotte resplendissante.

    La lune se reflétait sur la voûte entièrement recouverte de stalactites blanches, laissant pénétrer une douce lumière  dans la cavité. Les parois semblaient irréelles, couvertes d’algues luisantes et de coquillages multicolores….Stupéfaite, Eléa restait là, immobile lorsqu’une longue silhouette fluide apparut devant elle. Une femme extraordinairement belle lui faisait face. Vêtue d’une longue robe mauve et rose recouverte de fils d’or et d’argent, elle rayonnait. Son interminable  chevelure blonde effleurait le sol, légère comme un voile. Son regard était d’une douceur incroyable et lorsqu’elle ouvrit la bouche pour parler, Eléa savait déjà qu’il s’agissait d’une fée, une véritable fée comme elle en avait vue bien souvent dans les albums que son papa et sa maman lui offraient.

    -         « Je pense que tu as deviné qui je suis…Je suis la fée Médina et comme tu es une petite fille très courageuse et que je suis fière de toi, Je vais t’offrir un cadeau »

    -         « Médina ? Un cadeau ? pour moi ? »

    -         « Oui. J’ai le pouvoir de réaliser trois de tes vœux les plus chers…Dès que tu les formuleras, je ferais tout mon possible pour les réaliser. Maintenant, ferme les yeux et compte jusqu’à trois » 

    Eléa ferma très très fort ses yeux, et lorsqu’elle les rouvrit, elle était assise sur la plage, près de sa tante avec sur ses genoux, son petit chat qu’elle aimait tant !!

    N’oublie pas Eléa ! Tu as trois vœux à formuler ! Mais tu as tout ton temps !

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  • Belle journée à tous  yes ,

    Aujourd'hui, troisième  histoire de la série  " un enfant - une histoire"

    Il s'agit de .....

    LOUNIS !

    J'espère que cette histoire te plaira..

    Un peu de patience pour les autres, votre histoire ne tardera pas elle non plus

    Pour info : Tartalapraline : voir histoire du 13 juin

                        Tartozépinar : voir histoire du 4 juin

    Résultat de recherche d'images pour "tour de londres"

    Lounis et krakrabeurk 

    -        « Dernier arrivé …poule mouillée ».  A peine a-t-il fini sa phrase que Lounis s’élance dans le petit chemin sinueux qui le mène à l’école, suivi de tous ses copains.

    -        Il s’est encore caché ! proteste Lenny qui arrive tout essoufflé à la grille…Lounis, Lou ou nis ? c’est pas drôle, montre-toi !

    Tous le suivent pour chercher Lounis derrière les arbres…En fait, il n’y a pas beaucoup de cachettes. C’est bizarre qu’on ne le trouve pas !

    La cloche sonne et tous les enfants rentrent dans les classes…tous, sauf Lounis toujours introuvable !

    -        Maîtresse, Lounis a disparu…On faisait la course et …on ne le trouve plus !

    Christine, l’institutrice, téléphone à ses parents…Lounis n’est pas rentré chez lui...Toute l’école se mobilise pour le rechercher…et…rien !!  Les gendarmes sont prévenus. Ils interrogent les enfants les uns après les autres…et tous sont unanimes : Lounis est parti devant eux en courant et ils n’ont pas pu le rattraper…Ils n’ont rien vu, sauf un tracteur multicolore qui venait en sens inverse. Mais, non, ils n’ont rien remarqué de spécial.

    Que s’est-il passé ? Où est Lounis ! Tout le monde s’inquiète. Le soir arrive, les recherches n’ont rien donné. Les gendarmes sont allés voir dans toutes les maisons sans succès. On a fouillé tous les recoins du bourg, la boulangerie, le petit bois… les plongeurs ont même sondé l’étang derrière le village. Rien !!

    Les gens commencent à jaser !

    -        C’est sûrement un vilain tour de Tartalapraline. Il parait qu’elle est revenue de Madagascar, c’est la sœur de la belle fille du Père Firmin qui dit l’avoir vue à la kermesse de l’école…elle tenait le stand de la Barbapapa.

    -        Mais non ! Lounis est bien trop malin ! jamais il ne suivrait cette affreuse sorcière pour des sucreries…et puis, futé comme il est, il l’aurait reconnue.

    -        Mais oui ! A mon avis, c’est l’horrible Tartozépinar qui l’a fait entrer de force dans son livre de lecture ! Il adore lire cet enfant…

    Et patati…et patata, chacun imagine une version plus ou moins concevable des faits ! Pour un peu, Lounis aurait été Kidnappé ! N’importe quo…..

    KIDNAPPE !!! Mais oui ! C’est ça ! Ça ne peut pas être autre chose !!

    Toute la famille s’est réunie. Papy et Mamy sont venus précipitamment avec tonton Yannou, tata Zig et tata Nono pour établir un plan d’actions avec Papa et Maman.

    Tout le monde réfléchit. Soudain Papa s’exclame :

    -        Ça y est j’ai trouvé ! Souvenez-vous, le tracteur multicolore ! vous connaissez un agriculteur dans le coin qui possède un tracteur multicolore ??? Non évidemment ! Et vous savez à quel point Lounis aime les tracteurs ! On l’a certainement enlevé en lui proposant de faire un petit tour!… Allez, tous avec moi ! (mon papa, c’est le plus fort !!! dira plus tard Lounis !)

    Il faut absolument retrouver ce tracteur ! Il n’a pas dû passer inaperçu quand même…On ratisse toute la région, en voiture, à moto, en hélicoptère…et même en barque. On utilise des jumelles, des GPS, des talkies walkies et on vérifie toutes les caméras de surveillance des villes voisines…

    En soirée, on annonce que le tracteur a été vu sur un ferry en direction de la Grande Bretagne… et au cours de la nuit, il est repéré sur les bords de la Tamise, près de la Tour de Londres.

    On fouille la Tour de fond en comble et on retrouve enfin Lounis dans l’une des prisons de la forteresse. Une horrible créature multicolore, toute poilue, avec des griffes acérées et des énormes dents jaunies pointues comme des poignards est postée devant sa cellule.

    Il a en effet été enlevé par « krakrabeurk », ce monstre hideux capable de se transformer en n’importe quoi et n’importe qui. Je vous raconterai un autre jour son histoire, mais tout ce que je peux dire aujourd’hui, c’est que ce monstre est incapable de faire de mal aux enfants qui n’ont pas peur de lui, et c’est le cas de Lounis qui n’arrête pas de fredonner : « même pas peur ! Même pas peur ! », de lui tirer la langue et même de lui arracher les poils des mollets dès qu’il a le dos tourné.

    Dès qu’il aperçoit son père caché derrière un gros pilier, Lounis a sa petite idée

    -        Je m’ennuie, dit-il au monstre, on fait un jeu ?

    -        Ça dépend, répond l’affreuse bête de sa voix caverneuse

    -        Je suis sûr que t’es pas cap’ de te transformer en tortue !

    -        En tortue ? rien de plus facile…et aussitôt, le monstre prend l’apparence d’une sympathique tortue. Papa bondit sur elle, la met sur le dos (pour qu’elle ne puisse plus bouger) et l’enferme dans un énorme sac qu’il dépose à la place de Lounis dans la prison froide et sombre.

    -        On fait une belle équipe tous les deux, hein Papa, affirme Lounis, en se jetant dans ses bras.  

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Belle journée à tous  yes ,

    Aujourd'hui, deuxième histoire de la série  " un enfant - une histoire"

    Il s'agit de .....

    ALEXANDRE !

    J'espère que cette histoire te plaira..

    Un peu de patience pour les autres, votre histoire ne tardera pas elle non plus

    Alexandre

     

    Alexandre et le Géant

    Quand Alexandre est né, la petite Géante sortait dans les rues de Nantes avec son chien El Xolo, tout près de la clinique.

     

     Espiègle dans sa belle robe rouge et bleue et ses longues tresses, elle se savait admirée de milliers de personnes venues de tout le département rien que pour elle. Elle posait tranquillement son regard sur le public à ses pieds, et sur tout ce qui l’entourait, lorsqu’elle aperçut derrière une fenêtre d’un immeuble (la clinique !) un magnifique bébé qui gigotait dans son berceau. A côté de lui, sa jolie maman souriait, heureuse, malgré sa fatigue. Il était si attendrissant qu’elle ne résista pas au plaisir de rester là  de longues minutes à le contempler tandis qu’une foule de lilliputiens tentaient désespérément de tirer sur ses ficelles pour la faire avancer.

     

    Elle finit par céder à leur pression, mais dès la nuit tombée, elle se libéra de ses chaines et retourna devant la clinique avec son jeune frère Ronaldo qu’elle était allée rechercher vite fait en Antarctique parce qu’elle s’ennuyait un peu toute seule !

     

    -          -  Comme il est mignon ! s’exclama Ronaldo….Je peux l’emmener dans ma maison ?

     

    -          -   Mais non voyons, on ne prend pas les bébés pour les emmener dans nos maisons, ça ne se fait pas !

     

    -          -  Oh regarde ! il pleure ! il va réveiller sa maman ! dit-il en passant le bras par la fenêtre pour s’emparer d’Alexandre.

     

     Il le blottit dans le creux de sa main pour le bercer tendrement et lui confier au creux de l’oreille :

     

    -          -  Je te promets que l’on se retrouvera très vite ! j’ai ma petite idée !

     

    Six ans plus tard, Alexandre a bien grandi. Il est devenu un beau petit garçon très gentil et presque toujours sage. Aujourd’hui, il est très content parce que c’est le jour où il se rend à la bibliothèque avec toute sa classe. Il regarde machinalement les livres qui trônent sur les étagères. Soudain, il est attiré par un album qui a pour titre : « Ronaldo à Paris ». La couverture représente un drôle de géant près de la Tour Eiffel…Il le saisit pour le regarder de plus près et n’en  croit pas ses yeux ! Le géant le regarde lui aussi, et même, il lui fait un clin d’œil ! Surpris, Alexandre demande à la maîtresse :

     

    -       -   Je peux l’emmener dans ma maison ?

     

    -          -  Bien sûr Alexandre. C’est un livre de bibliothèque…Tu peux même le garder une semaine entière.

     

    Ce soir-là, après la douche et le brossage des dents, sa maman prend l’album et commence la lecture de l’histoire de Ronaldo :

     

    -         Il était une fois un géant qui avait décidé d’aller tout seul visiter la capitale….

     

    Mais Alexandre ne l’écoute déjà plus ! Ronaldo lui a attrapé la main et l’emmène avec lui dans les rues de Paris. Très vite, il s’aperçoit que le petit garçon ne marche pas assez vite pour lui. Il traine pour remonter les Champs Elysées. Alors, il le fait sauter sur son épaule. De là-haut, Alexandre a une vue superbe sur toute la ville.  Il découvre la butte Montmartre et le Sacré Cœur, la Cathédrale Notre Dame, la Pyramide du Louvre toute en verre, la place de la Concorde et son Obélisque qui ressemble à un grand crayon, et  l’Arc de Triomphe sous lequel Ronaldo n’a pas réussi à passer. Dans les jardins du Luxembourg, il se baigne avec Ronaldo dans le bassin du Sénat. Ils se dirigent ensuite sur les bateaux mouches pour naviguer sur la Seine.

     

    Mais le plus génial, c’est quand Ronaldo l’emmène chez Mickey  à Disneyland …Là Alexandre s’amuse comme un petit fou.  Il joue avec Blanche Neige, Spiderman, Dumbo, Alice, fait de l’accrobranche avec Indiana Jones, … et rencontre même des personnages de Star Wars …Quelle belle aventure !

     

    Tard dans la soirée, Alexandre, un peu fatigué, commence à bailler… et lorsque sa maman ferme le livre, il se retrouve tout seul dans son lit. Il ferme les yeux et sombre dans un profond sommeil.

     

    Ronaldo, lui,  reste tout seul dans son album !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires