• Coucou les ti-loulous et les plus grands,

    ça y est les vacances se terminent ! Il nous reste heureusement un week-end!  Alors profitons de ces deux dernières journées pour délirer un peu...

    Et pour commencer...avec une histoire à "dormir debout"...La voilà !

    Avec la rentrée, nouvelles histoires pour les tout-petits et les plus grands.

    Bizatousssssssssssssssssss

    Cunégonde

    Cunégonde 

      Il était une fois… (c’est bien comme cela que l’on commence un conte, n’est-ce-pas ?)…Donc, il était une fois une jeune et  gracieuse  princesse qui vivait dans un magnifique château. Ses grands yeux émeraude et sa longue chevelure blonde et bouclée tombant  en cascade sur son dos faisaient la fierté de ses parents, le roi et la reine de…

    Non, non, non! Je recommence mon histoire !  parce qu’en fait, elle n’était pas si belle que ça notre princesse, elle était même carrément moche…pourquoi une princesse serait forcément jolie après tout ? Et en plus, son château ressemblait plus à un tas de ruine qu’à une admirable bâtisse entourée de verdures, de jardins fleuris et de forêts enchantées!

    Cunégonde (en plus, elle a un de ces noms !!!) se sentait terriblement seule dans son affreux  palais triste situé dans le coin le plus perdu du monde, où bien sûr, personne ne s’aventurait !!

    Cunégonde

    Les jours se ressemblaient tous, ennuyeux au possible, et Cunégonde passait ses interminables journées à tisser des motifs ringards sur des toiles d’un autre âge, à courir dans les champs d’avoine ou  à jouer avec Grigri, un horrible chat noir tout fripé qui n’arrêtait pas de la griffer. Parfois, elle lisait des histoires de fées, de monstres, de sorcières ou de vraies princesses…et elle rêvait ! Elle rêvait d’un autre monde, d’une autre vie, d’un peu de bonheur quoi !

    Cunégonde

    C’est ainsi, menant sa petite vie monotone, qu’un jour, elle sortit furieuse du château parce que Grigri lui avait carrément planté ses griffes dans le bras pendant qu’elle essayait de le caresser. Elle partit loin devant elle, au-delà du champ d’avoine. Elle emprunta un petit sentier qu’elle ne connaissait pas et déboucha sur une grande mare ou nageaient quelques poules d’eau et des canards sauvages. Elle s’approcha plus près et vit qu’elle était recouverte de nénuphars. Jamais elle n’avait vu de fleurs aussi merveilleuses ! Posées délicatement sur de larges feuilles vertes, elles étalaient leurs cœurs jaunes entourés de longs pétales blancs au soleil, à la vie.

    Cunégonde

    Toute à son émotion, nouvelle chez elle, Cunégonde se mit à rêver, et c’est à cet instant précis qu’elle entendit le coassement d’une grenouille.

    Une grenouille, mais oui, c’est bien ça ! Comme dans le conte qu’elle venait de lire.

    -          - Où es-tu petite grenouille ? demanda-t-elle.

    Cunégonde

    Elle la vit alors sauter sur un nénuphar tout proche du bord de la mare. Elle n’hésita pas une seconde, et se dit que sa chance était enfin arrivée. Elle s’approcha du batracien, et tout comme dans la fameuse histoire du prince charmant, déposa un baiser sur son front…beurk !

    Cunégonde

    Aussitôt, elle se transforma (pas la grenouille, mais Cunégonde !) en extraordinaire et surprenante…grenouille !!!

    Depuis, je présume qu’elle vit heureuse au fond de la mare et qu’elle a eu toute une ribambelle de petits têtards !

    Qui a dit que les contes devaient tous finir bien ?

     Ah j’oubliais ! L’anneau d’or sur le nénuphar ! Eh bien, il s’agit tout simplement de l’anneau magique que Cunégonde portait à son doigt sans connaitre son  pouvoir…il aura glissé lors de sa transformation.

    Cunégonde

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Comment allez-vous? Bien j'espère...

    A ce propos, j'ai retrouvé une vieille histoire qui parlait de ce médicament qui avait fait couler beaucoup d'encre il y a deux ans....OUBLIE ??? Étrange non ? Il me semble pourtant qu'il avait causé pas mal de dégâts ! Alors comme ça on n'en parle plus !!! bizarre

    Pourtant, mon histoire ressemble beaucoup à celle de nombreux d'entre vous...et j'ai bien minimisé parce que pour retrouver une "belle santé" j'ai encore droit à un complément de médocs pour rectifier le tir !!

    Je sais je ne suis malheureusement pas la seule...

    Petit témoignage pour dire que vous n'êtes pas seul(e) oublié !!

    Lévothyrox ...oublié ???

    Lévothyrox 

         Le médecin est formel. Seule une poignée de personnes (15 000 tout de même !) a été vraiment ennuyée par la nouvelle « présentation » de ce médicament. A présent, le problème est réglé !

    Pour tous ceux qui ont été « gênés » au départ, il suffisait d’être patient en attendant que tout rentre dans l’ordre avec un réajustement du dosage...Tout est donc bien qui finit bien !!

    Ben voyons !

    Le pire, c’est qu’il semble sincère (le médecin !) lorsqu’il affirme que seule la présentation du produit a été modifiée, que rien ne justifie des symptômes alarmants, que l’on a monté toute cette histoire en épingle à cheveux, que tout ce que l’on raconte… « C’est dans la tête ! »

    Donc, rien d’extraordinaire dans cette histoire de médoc qui fait tant jaser depuis les vacances d’été !

    J’aurai dû m’en douter, je sais que l’on peut se rendre malade rien qu’en pensant qu’on peut le devenir !!

    Alors, j’aimerais que l’on m’explique pourquoi pendant les vacances, (alors que je n’avais jamais entendu parler de ces petits « soucis » liés à ce médicament), il m’est arrivé des trucs « bizarres »  et de ressentir ses effets secondaires!

    D’abord, une grosse difficulté à marcher normalement... (J’avançais aussi vite que si j’avais déjà atteint les  90 ans avec difficulté) essoufflements, perte de cheveux, épuisement, malaises,  problèmes intestinaux et trouble du sommeil et du comportement…le tout agrémenté par un moral au raz des tongs ! Forcément !

    -          - Tu as changé de médicaments ? m’a demandé ma fille

    -           - Tu sais bien que je n’en prends jamais...à part un truc pour remplacer ma thyroïde, mais j’en prends depuis 20 ans sans problèmes...ça ne peut pas être ça !

    Je n’étais pas plus rassurée que ça quand même !

    L’explication m’a sauté à la figure en revenant chez moi (je me suis jetée entre temps sur une cure de vitamines à base d’aloé Véra !)...En allumant mon ordi, je suis tombée sur un article qui parle d’une polémique à propos du seul médoc que je prends chaque matin !! J’ai  regardé de plus près et j’ai découvert, notés, noir sur blanc, tous ces symptômes que j’ai ressentis pendant un mois...

    -         Ouf !  ce n’est que ça ! je vais faire une prise de sang...et oh ! surprise, ma TSH n’a pas changé !! je vais chez le médecin :

    -         Vous n’avez rien ! c’est dans la tête

    Bizarre quand même d’avoir ces symptômes « dans la tête » sans en avoir pris connaissance avant ! C’est à n’y rien comprendre !! J’ai pourtant réellement eu ces malaises !!!

    Allez...puisque je me suis fait un film ! Je vais bien...tout va bien, je le dis, me le répète, et me le répète encore...

    Perte de cheveux compensée par une prise de poids, fatigue, petit moral, essoufflement...tout ça, « c’est dans ma tête !!!!! » le médecin l’a dit, ça doit être vrai !! Même si ces symptômes apparaissent encore malgré tout !! On ne va tout de même pas épiloguer là-dessus ! TOUT VA BIEN !

    N’empêche, pour en être absolument sûre, j’aimerais, cette année que le Père-Noël m’apporte un seul cadeau : l’ancienne formule du lévothyrox (ça ne doit pas être sorcier, ça a existé des dizaines d’années !!) ....Comme ça, j’aurai la preuve que tout se passe dans la tête !!!!!

    Et puis, pendant vingt ans, j’ai pris ce médoc sans me poser de questions, j’étais même en super forme !!! Alors ???

    Lévothyrox…deuxième couplet

     

    Ça y est ! Le Père-Noël est passé !! Avec juste quatre mois de retard…mais il est passé !

    Je l’ai eu « mon ancienne formule du lévothyrox » ! D’ailleurs, ce qui est drôle, c’est que du coup, elle a changé de nom et s’appelle Euthyrox ! C’est la nouvelle formule qui a eu le privilège de conserver l’ancien nom…un peu comme si les labos et les toubibs refusaient encore de se rendre à l’évidence ! et de persister à croire que les symptômes désagréables liés à la nouvelle formule se passent uniquement dans la tête des patients ! (patient est le mot juste cette fois !)

    Bref, revenons à nos moutons ! A la suite de plusieurs visites chez mon médecin et ma persistance à me trouver de nouvelles maladies « imaginaires » (la dernière était une simulation de crise cardiaque en pleine nuit !) ce dernier a enfin décidé de me RE-PRESCRIRE l’ancienne formule du lévothyrox !!...On ne sait jamais…c’est vrai ça, si je suis capable d’inventer des maladies, peut-être que l’inverse peut aussi se réaliser.

    YESSSSS !

    Ça y est ! J’ai gagné !!! Je file à la pharmacie pour chercher ma nouvelle ancienne boite, et je commence illico à prendre avec plaisir ma petite dose journalière.

    Et ça marche !!! C’est fou ce que le psychique est capable de faire !

    Énumération :

    1-    Dès les premiers jours, j’ai l’impression de reprendre possession de mon corps et de mon esprit après une longue nuit de sommeil. Je me sens « plus » réveillée, plus présente. C’est difficile à expliquer. Ce qui m’entoure m’oppresse moins. C’est ainsi que je m’aperçois que pendant plusieurs mois j’étais dans une sorte de brume et de brouillard qui m’engluaient complètement.

    2-    Je rechigne moins quand je dois faire une démarche ou une course…au contraire.

    3-    J’ai plus d’endurance, la fatigue disparait jour après jour…Plus de sensation pesante, de lourdeur…

    4-    Mes cheveux me paraissent moins ternes

    5-    Le moral revient (oui, je sais, les beaux jours aussi !) mais quand même, je suis moins « morbide ! »

    6-    Bref, je me sens mieux et j’ai l’impression de revivre

    Oh, et puis tiens, j’avais oublié : elles sont où ces terribles douleurs dans le dos ? 

    Allez, on ne va pas mettre tout ça sur le compte d’un médicament qui a juste changé d’ emballage !!! 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Arco iris en espagnol, arcobaleno en italien, rogenbogen en allemand ou rainbow en anglais...que de jolis noms pour l'arc en ciel ! Mais savez-vous pourquoi ils ont aussi de si belles couleurs? Moi, je crois savoir...enfin, peut-être !

    Bizatoussssssssssssssss

    L'arc en ciel

     

    L’arc en ciel a perdu ses couleurs

     Le ciel est décidément trop triste aujourd’hui ! Gris à faire peur ! Couvert d’une épaisse couverture sombre, il reflète sa mauvaise humeur sur un paysage maussade. C’est si affligeant que tous les habitants de la ville sombrent dans la morosité.

     Monsieur le vent n’est pas content du tout ! Il décide de pousser les nuages pour laisser une petite place au soleil. Il souffle très fort pour les bousculer un peu...Ils résistent mais il ne se décourage pas et souffle plus fort encore, de plus en plus fort. Il réussit enfin, et les petits moutons noirs, réchauffés par les rayons du soleil, déversent leurs milliers de fines gouttelettes sur les maisons, les jardins, les rivières et les champs.

    Monsieur le vent est content ! Il sait qu’un superbe arc en ciel  va faire son apparition dans le ciel, l’égayant de ses sept merveilleuses couleurs imbriquées les unes dans les autres...

    Mais ! Que se passe-t-il ? Seul, un vaste arc de cercle tout blanc et gris envahit l’espace.  L’arc en ciel a perdu ses couleurs ! C’est monsieur Hiver qui a tout effacé, gommé, avalant toutes les teintes jusqu’à la dernière. Il les a remplacés par des cristaux de neige et de glace.

    Monsieur le vent est furieux mais il a une idée. Il va traverser patiemment les trois autres saisons pour lui rapporter des teintes plus rayonnantes encore.

    A l’automne, il s’amuse avec les feuilles des arbres, les agitant délicatement, juste assez pour emporter avec lui de fines particules de leurs pigments rouges, oranges et jaunes.

    En été, il effleure la surface de l’eau, se gorgeant du bleu des lacs, de l’indigo des mers chaudes et du violet des hauts fonds.

    Au printemps, il s’ébroue dans les champs et les prairies pour absorber le vert de l’herbe tendre. Il parcourt ensuite les forêts pour goûter aux jeunes pousses des arbres qui offrent une abondante gamme de verts,  du vert tendre, au vert pistache en passant par l’émeraude et l’anis. Il mélange ensuite tous ces tons pour créer le vert parfait.

    Ainsi chargé de toutes ces particules de couleurs lumineuses, il s’arme du plus étonnant des pinceaux - son souffle -  pour recouvrir l’immense toile unie laissée par l’hiver avec les plus majestueuses nuances de violet, indigo, bleu, vert, jaune, orangé et rouge.

    Monsieur le vent est satisfait ! Et tous les habitants du village ont enfin retrouvé le sourire.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Et bon anniversaire ma nièce,

    Drôle de coïncidence quand même !!

    Et voilà, pour toi, un beau bouquet de fleurs...bisous

    Pas d'anniversaire....

     

    Pas d’anniversaire cette année

    -          - Mais qu’est-ce-que vous avez tous à vouloir me fêter mon anniversaire aujourd’hui ? C’est demain le jour J ! lance mon frangin, un peu agacé, au cinquième copain qui vient de lui taper dans le dos.

    -          - Oui, mais un compte rond, ça s’arrose ! Qu’est-ce-que tu nous prépares pour tes trente ans !*

    -          - On verra ça...Nous n’y sommes pas encore !

    Cette année-là, mon frère n’avait probablement pas envie de sauter une dizaine (comme si on prenait 10 ans en un jour !)...parfois on a bien du mal à admettre que l’on vieillit, mais alors pourquoi la trentaine ou la quarantaine ? Ce sont des âges plutôt sympas !! Que dira-t-il plus tard ?

    Et bien rien justement, parce que depuis, il en a passé d’autres,  des dizaines...toujours de bonne humeur ! Chaque âge n’est-il pas agréable à vivre ? Bien sûr ! Me direz-vous...quand tout va bien !

    Bref ! Je m’égare un peu. Chacun voit midi à sa porte comme on dit...revenons donc à cette anecdote. Depuis le matin du 3 juillet, ses amis lui rappelaient sans cesse que le lendemain, il allait changer de dizaine. Et comme par hasard, lui, n’avait pas envie d’en entendre parler. A bout de patience, il lance soudain:

    -          - De toute façon, il n’y aura pas de 4 juillet cette année !

    N’importe quoi !

    Le soir, il va se coucher le plus tranquillement du monde et s’endort du sommeil du juste, sans même penser à cette journée des plus banales en somme.

    Le lendemain, il se réveille sans penser une seule seconde à ce qu’il avait dit la veille à l’un de ses potes. Il  jette un coup d’œil à sa montre comme chaque matin. Il se frotte les yeux, incrédule…il vient de voir un détail qui le chiffonne,  et regarde une nouvelle fois le cadran, qui, outre l’heure, indique le jour : 5 juillet.

    Non, non, non, il n’a pas dormi 48 heures !

    Il a juste tellement affirmé qu’il n’y aurait pas de 4 juillet que sa montre a sauté la date du 4!! Par quel moyen ? Personne ne sait !

    Je me suis juste permis de changer quelques détails sans importance (âge exact, circonstances etc....) mais les faits eux, n’ont pas été modifiés !...Et le plus drôle, c’est que j’ai écrit cette histoire hier, veille de l’anniversaire de l’une de ses filles…Je ne m’en suis aperçue que ce matin en ouvrant mon ordinateur (qui me rappelle chaque jour les dates anniversaires de mes « amis »)...

    Bon anniversaire ma nièce !!!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Coucou les ti-loulous,

    Les vacances touchent à leur fin ! Vous êtes contents de reprendre bientôt le chemin de l'école....et les entrainements de foot??? ou de tout autre chose bien entendu.

    Alors, voici une petite histoire qui devrait vous plaire.

    Bizatoussssssssssssssssssss

    Sur le terrain...

    Sur le terrain

       Lounis et Alexandre attendent avec impatience le mercredi. Non pas parce qu’ils n’ont pas classe ce jour-là, mais pour aller s’entraîner avec les copains sur le terrain de sport du village. Ils adorent le football ! Pourtant, ce jour-là, en entrant dans les vestiaires pour se changer, ils ont surpris une conversation étrange qui venait de la pièce à côté. Ils se sont regardés, stupéfaits, et n’ont plus osé bouger d’un pouce…

    Voilà exactement ce qu’ils ont entendu :

    -          - Quand j’ai vu ces armoires à glace, j’avoue que j’ai commencé à paniquer…des pectoraux à vous couper le souffle, des cuisses énormes…et une telle détermination ! Je me suis senti tout petit à côté d’eux.

    -          - Eh bien moi, je n’ai pas eu peur. Ils paraissaient plutôt cools, surtout le petit avec sa bouille sympa !...mais j’ai très vite déchanté ! Il y en a un dans le rang qui s’est carrément jeté sur moi pour m’envoyer un coup de pied dans les fesses. J’ai valdingué à l’autre bout du terrain. Je n’y ai vu que du feu.

    -          - Pas de bol ! Pour moi, ça s’est passé beaucoup mieux que je ne l’imaginais. Il y a un « gros malabar » qui m’a soulevé du sol – presqu’avec délicatesse – et qui s’est mis à courir à toute berzingue. Les autres le poursuivaient, mais je lui suis reconnaissant, il ne m’a pas lâché…là où ça s’est corsé, c’est quand il a été plaqué sur le sol et que tout le monde s’est jeté sur lui. Je ne savais plus où me mettre…

    -          - Et tu as fait quoi ?

    -          - J’ai essayé de me sauver le plus loin possible, mais ils m’ont vite rattrapé, ils...

    Alexandre et Lounis s’inquiètent. Ils retiennent leur respiration et tremblent un peu en pensant à ce qui est arrivé aux copains. Du coup, ils hésitent à sortir…C’est qui ces grosses brutes qui attaquent les enfants?

    Pendant ce temps, le dialogue s’intensifie derrière la porte, chacun se plaignant de ses bleus et blessures. Ils poursuivent leur conversation :

    -          - Je ne me suis pas dégonflé, lâche soudain l’un d’eux. Lorsqu’ils se sont agglutinés au-dessus de moi pour essayer de  m’attraper, j’en ai profité pour me faufiler en-dehors. Eh bien, tu me croiras si tu veux, mais il y en a quand même un qui a réussi à me harponner et là, je n’ai rien compris. Il s’est mis à courir très vite et il est tombé sur moi en m’étouffant à moitié.

    -          - Je vois...mais tu n’as certainement pas reçu autant de coup de pieds que moi...

    -          - Et patati...et patata...

    Lounis et Alexandre se demandent soudain si ces deux pauvres victimes n’ont pas besoin de réconfort. Leurs tortionnaires  ne sont sûrement pas là, sinon, ils leur auraient dit de se taire. Alors, prenant leur courage à deux mains, ils se décident à aller voir ce qu’il se passe à côté. Ils ouvrent doucement la porte, passent la tête, puis entrent carrément dans la pièce. Personne !

    Juste deux ballons à moitié crevés sous un banc ! Un ballon de foot et un ballon de rugby.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire