• Noyal le moulin

    Bonjour tout le monde

    Les journées du Patrimoine approchent...il est temps pour moi de raconter une nouvelle fois cette histoire que je ne suis pas seule à connaître...

    Le moulin a toujours été pour moi un édifice extraordinaire, presque mystérieux...peut-être parce que mes ancêtres étaient meuniers et boulangers !!!

    Bizzzzzzzàtous

    Noyal le moulin

    Noyal-le-moulin

              Chaque année, dès que l’on évoque les journées du Patrimoine, je pense invariablement à Noyal-Le-Moulin, un petit village breton qui a bercé toute mon enfance. Il tient son nom d’une étonnante et fabuleuse histoire qui a fait le tour du pays il y a de cela bien des siècles.

              Lorsque j’étais enfant, je passais toutes mes vacances d’été dans ce joli village, chez mes grands parents paternels qui habitaient dans la rue principale du bourg. Leur maison recouverte de lierre grimpant était mitoyenne avec la seule épicerie du coin ou j’aimais m’attarder. J’avais tant de plaisir à y respirer cette odeur un peu surannée, mélange de mille parfums différents qui imprégnaient les murs au fil des ans. Là, s’entassaient parmi la nourriture et les boites de conserves, des tas de produits hétéroclites comme des bocaux et des caoutchoucs pour faire les confitures, des bonbonnières transparentes emplies de friandises et de sucreries multicolores, des blouses et chemises pour les personnes âgées, de l’encaustique et autres produits ménagers, mais aussi, et surtout, des tas de jouets anciens. J’en ressortais toujours avec le même petit rossignol rouge, jaune ou bleu que l’on devait remplir d’eau pour laisser échapper une espèce de gazouillis en soufflant dedans.

          En entendant le « chant du rossignol », ma grand-mère souriait et profitait toujours d’une délicieuse soirée de pleine lune pour rassembler tous les enfants du village sous la tonnelle du jardin. Elle prenait alors le rossignol dans le creux de sa main et commençait à raconter ….l’histoire du moulin de Noyal !!

    Ce moulin, c’est celui que l’on aperçoit là-haut, sur la petite colline, au milieu du grand champ de boutons d’or. Il surplombe le village et semble veiller sur lui tant il est imposant avec sa solide carcasse de pierres et ses ailes de bois immenses.

    Assis en face d’elle, nous l’écoutions, goutant chacun de ses mots en écarquillant les yeux :

            « Il y a de cela très très très longtemps, vivaient dans notre village, un meunier, sa femme et leurs six enfants.  

    Pour nourrir tout son petit monde, le brave homme avait décidé de construire lui-même son moulin, mais pas n’importe quel moulin ! Un moulin qui soit le plus beau et le plus performant de la région, le plus grand avec des ailes qui toucheraient le ciel. Un moulin où tous les agriculteurs du coin auraient plaisir à apporter leur blé et où tous les boulangers seraient fiers de se procurer une farine d’une finesse inégalable !

    C’est ce qu’il fit…. Pendant des années, le soir après un dur labeur dans les champs, il empilait des pierres jusqu’à la tombée du jour. Lorsqu’il rentrait chez lui, il passait le restant de sa nuit à esquisser les plans d’un mécanisme très sophistiqué qu’il fabriqua lui-même. Il travailla sans relâche, portant lui-même de lourdes poutres de chêne, bâtissant, clouant, fixant, forgeant, élaborant et ajustant avec minutie les différents éléments entre eux. Il termina son œuvre en adaptant de splendides ailes de bois et de toile épaisse qui se mirent aussitôt à tourner gaiement.

                               

         Le sixième enfant venait juste de naître lorsque le moulin reçut les premiers gros sacs de blé qu’il transforma rapidement en farine. Majestueux, il faisait l’admiration de tout le village avec sa haute tour circulaire, sa toiture conique tournante, et la force tranquille de ses longues ailes qui offraient inlassablement le plus grandiose des ballets aériens.

    De plus, le meunier invitait volontiers tous ceux qui le souhaitaient à venir passer un moment autour de la table familiale et découvrir ainsi le remarquable escalier de chêne qui trônait au centre de la grande salle.

    -          Qu’il est beau ton moulin !  s’exclamait le berger qui gardait ses moutons à proximité. Et quel plaisir de sentir le vent jouer dans ses ailes géantes.

    -         Ton moulin a quelque chose de magique, ajoutait le bucheron en sortant de la forêt chargé de fagots. Sa mélodie me donne du courage, et grâce à elle, pas besoin de boussole.

    -         Et quelle farine douce et fine il fournit! enchaînait le boulanger. Mon pain n’a jamais été aussi tendre et savoureux.

    -         Jamais notre blé n’avait été si bien traité, continuait le fermier. Ton moulin…..

         Et ton moulin par-ci, et ton moulin par là. Chacun y allant de sa  petite phrase pour vanter ses mérites…. Grâce à lui et au bon pain que l’on dégustait à chaque repas, c’était vraiment le bonheur à Noyal…On y vivait  heureux …et pas seulement les habitants !!!

    Oh que non ! Les animaux aussi se réjouissaient ! Les petites souris se prélassaient dans la farine qui s’écoulait des sacs dans le grenier et le fournil de la boulangerie, les lapins n’avaient jamais grignoté de si bons quignons de pain, les oiseaux se jetaient littéralement sur les miettes autour des maisons, et même, dans la mare, les grenouilles se régalaient lorsqu’un enfant venait lancer les restes de son pain aux canards !

    Les habitants et tous les êtres qui vivaient à Noyal remerciaient chaque matin le ciel de leur avoir apporté ce moulin dont ils admiraient les ailes déployées et leur gracieuse ronde ininterrompue.

        Mais voilà qu’un matin, le vent oublia le moulin et décida de ne pas se lever. Jouer avec les nuages ne l’intéressait plus tant que ça. Il préféra s’allonger sur un épais manteau de neige très haut dans le ciel. Il s’y trouvait si bien qu’il y demeura un jour, deux jours, trois jours…toute une semaine !

      Un calme et un silence pesants régnèrent sur Noyal. Ce fut la consternation générale parmi les habitants qui ne voyaient plus les ailes du moulin tourner. Cela signifiait bien sûr que si le moulin ne faisait plus son travail, le pauvre meunier qui continuait à engranger les sacs de blé ne pouvait plus les transformer en farine. De ce fait, le boulanger dut fermer sa boutique. L’odeur du pain chaud sortant du four disparut aussi du village.

     Il n’y avait plus une miette de pain à Noyal !

        Les gens qui se déplaçaient des contrées avoisinantes pour acheter les savoureuses baguettes, flutes, boules et viennoiseries de Noyal restèrent chez eux…le village se renferma sur lui-même et devint triste, terriblement triste.

    On n’entendit plus le rire des enfants dans les cours et dans les champs. Les hommes et les femmes de Noyal ne sortirent plus sur le pas de leur porte pour discuter. Les fermiers continuaient leur labeur mais sans gaité de cœur, et dans la petite épicerie, on ne s’attardait plus comme avant pour prendre des nouvelles des uns et des autres.

         Chez nos amis les bêtes, c’était pareil. Les grenouilles se cachèrent sous les nénuphars, les canards se blottirent derrière les roseaux et les lapins se réfugièrent dans leurs terriers. Les cochons, les poules et les dindons s’isolèrent dans leurs coins, les paons refusèrent de faire la roue, les chiens et les chats arrêtèrent même de se poursuivre.

    Dans leurs nids, les oiseaux se dissimulèrent dans leur plumage, et dans la forêt, les bûcherons ne rencontrèrent plus aucune biche.

       Le village s’enveloppa dans le voile gris de la désolation et cessa de vivre… »

        A ce passage de l’histoire, ma grand-mère levait lentement la tête en direction de la colline et fixait le moulin. Elle dégageait le rossignol de sa main et le portait à ses lèvres pour laisser échapper une petite mélodie sensée imiter les roulades et trilles harmonieuses du passereau.

    -         « Eh oui, le rôle de ce petit rossignol est déterminant pour la suite de l’histoire » assurait-elle avant de poursuivre son récit.

     « Derrière le moulin, dans un minuscule bosquet laissé en friche par le meunier, vivait une famille de rossignols.

    Perché sur un frêle rameau d’aubépine, le plus jeune de la nichée scrutait jour et nuit les ailes du moulin qui,  bien sûr, demeuraient immobiles !

    Il attendit longtemps, longtemps….puis une nuit, il vit la lune toute ronde, immense, englober l’édifice en l’éclairant d’une lumière douce et vaporeuse. Cet étonnant spectacle avait quelque chose de majestueux par sa beauté, mais aussi de désolant par son immobilité. Il émut tellement le rossignol qu’il se mit à chanter à tue-tête un air chargé de mélancolie.

       Etonnés par cette complainte, tous les oiseaux des environs se dirigèrent vers le bosquet.

    -         Il faut sauver le moulin, déclara le rossignol lorsqu’ils se posèrent près de lui. C’est tous ensemble que nous y parviendrons ajouta-t-il avec entrain. Il leur expliqua son plan et tous s’envolèrent en tournoyant dans le ciel à la recherche des moineaux, hirondelles, colombes, pigeons, mésanges, martinets, et même mouettes et goélands… bref, tous les volatiles susceptibles de les aider…ils parcoururent ainsi des kilomètres et des kilomètres dans les airs.

    Une heure plus tard, des milliers d’oiseaux se réunirent au-dessus du bosquet. Tout doucement, ils prirent place sur les immenses ailes du moulin, et d’un même élan volèrent de toutes leurs forces pour les actionner.

         Avec un léger grincement, les ailes se mirent à tourner très lentement le temps de dérouiller un peu le mécanisme. Puis, de plus en plus vite sous l’impulsion et la volonté des oiseaux. Le Moulin se remit ainsi au travail et repris très vite ses vieilles habitudes pour moudre les grains…Le chant mélodieux des oiseaux accompagnant les ailes du moulin attira les chats et les chiens. Ceux-ci  appelèrent les lapins, les vaches et les moutons qui détalèrent vers la forêt pour avertir les biches, les faons et les sangliers. Les animaux de la ferme et de la forêt rappliquèrent tous et se mirent à chanter, miauler, japper, braire, cancaner, beugler, bramer ou bourdonner.

    En entendant ce vacarme, le meunier se réveilla et sortit, suivi de sa femme et de ses six enfants.

    Fous de joies, ils allèrent réveiller les habitants du village qui se précipitèrent pour voir le spectacle.

    Il y eu ensuite une grande fête improvisée, des rondes, des chants, des jeux ou chacun prit part. Quel bonheur !

    Les oiseaux se relayèrent ensuite jour et nuit pour faire tourner les ailes du moulin… jusqu’à ce que le vent daigne enfin revenir sur Noyal.

    Depuis, le moulin a été réhabilité par la mairie de Noyal et transformé en pigeonnier - ou plutôt en volière - pour y abriter tous les oiseaux de la forêt. Si vous passez par là, n’oubliez pas de leur rendre une petite visite.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Françoise
    Mardi 11 Septembre à 16:09
    Qu'elle est jolie cette histoire de Noyal le moulin et que c'est bien écrit Luce sous mes compliments gros bisous à bientôt
      • Mardi 11 Septembre à 20:52

        Merci Françoise...tu es super sympa! A très bientôt ( à la St Clair !) Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :