• Le chant des oiseaux

    Coucou tout le monde sarcastic,

    Encore une belle journée qui s'annonce...Il fait beau et les p'tits oiseaux s'en donnent à cœur joie...Comme c'est agréable !!

    Le chant des oiseaux

    Le chant des oiseaux

        Il fait très beau aujourd’hui. Assise dans l’herbe, le dos contre un arbre, Maïlis écoute sans bouger le gazouillis des oiseaux qui s’interpellent d’un arbre à l’autre.

    Dans cette immobilité et sous la douce pression du soleil, ses paupières se ferment lentement et elle se laisse bercer par le souffle léger de la brise. Attentive aux différents chants qui lui parviennent jusqu’aux oreilles, elle pourrait presque comprendre et se joindre aux conversations des pinsons, pigeons et merles qui l’entourent...Pour un peu, elle leur répondrait. C’est drôle ! Les yeux clos, elle a l’impression de suivre chacun de leurs mouvements...

    Ça y est, la voilà qui décolle et s’envole ! Légère, aérienne, elle s’éloigne dans les airs et rejoint un coucou qui vient de trouver un nid bien douillet pour s’y installer. Pas besoin de travailler, d’autres l’ont fait à sa place. Il est si content qu’il n’arrête pas de dire « coucou, coucou, coucou» à qui veut l’entendre. Peut-être est-ce le chant d’une petite mésange bleue en colère qu’elle perçoit au même instant...Furieuse de voir ce squatteur dans sa « maison », elle disparait rapidement dans le noisetier, vive comme un jeune écureuil, à la recherche d’un nouvel emplacement pour s’installer.

     A présent, c’est une tourterelle qui roucoule...elle propose son aide à la petite mésange pour transporter les fines brindilles trop lourdes et toutes deux s’activent pour construire un nouveau logis pour ses petits.

    Plus loin, Maïlis sourit en découvrant un pic vert au plumage vert et à la tête rouge qui cogne rageusement contre un arbre : toc toc toc...toc toc toc !!! sans doute espère-t-il trouver des insectes sous l’écorce pour se nourrir.

    Le croassement d’un groupe de Corneilles tire la fillette de sa rêverie. Elles viennent d’apercevoir Finaud, le gros chat blanc, qui s’étire et sort tranquillement de la maison. Il a faim ! Elles s’agitent et alertent bruyamment tous les oiseaux qui s’enfuient à tire d’ailes, délaissant graines et insectes :

    -         Vite ! cachez-vous ! semblent-elles leur ordonner.

    Un silence, pesant, fait place à tous les pépiements, babillages, sifflements et gazouillis qui emplissaient l’atmosphère. Seul, les foulées d’un joggeur dans l’allée brisent cette quiétude. Elles sont immédiatement suivies par un petit piaf qui, du haut d’un grand chêne semble se moquer de lui en chantant:

    «  Plus vite, plus vite, plus vite !!! » En souriant, Maïlis ouvre paisiblement les yeux, juste au moment où une petite coccinelle se pose doucement sur sa main.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :