• La fée du lac

    Coucou sarcastic ,

    Avant de lire sur le gros livre des "Trollissons" que j'ai trouvé dans la cabane des enfants une  deuxième histoire , rappelons que ces petits êtres moitié trolls, moitié polissons sont assez étranges !! alors ne nous étonnons pas si leurs contes sont à leur image....un peu biscornues.

    Donc, après l'histoire de la sorcière de la Chapelle, voici le conte de la fée du lac.

    La fée du lac

     La fée du lac d’argent

    -          - Salut ! moi je suis le Trollisson «Otaquet» et je trouve que 

     l’histoire de notre ami « Mêmepapeur » est bien triste...Ce soir, je vais vous en raconter une beaucoup plus optimiste... j’ai même entendu dire que certains d’entre vous connaissent déjà la fée du lac d’argent. Non ? Alors, laissez-moi vous narrer son histoire.

     «  Lorsque les anges pleurent sur la terre et que le ciel est tout mouillé, il y a non loin d’ici, un lac qui se teinte de reflets argentés et d’ondes cristallines moirées. C’est pour cette raison qu’on le nomme le « lac d’argent ». On dit aussi que celui qui, par bonheur, s’aventure sur ses rives peut apercevoir une fée qui apparait dès que la lune se penche pour se regarder à la surface de l’eau.

         Qu’est-ce-qu’elle est belle ! Pas la lune... la fée ! Elle porte une longue robe de soie recouverte de pétales de fleurs blanches - du seringat je pense - un long châle de fils d’or tressés et une collerette de feuilles de lierre...et bien sûr, elle tient dans sa main une « baguette magique » qu’elle a dû cueillir dans un noisetier sauvage.

          Un jour, une princesse très pauvre qui passait dans le coin, s’arrêta en découvrant le spectacle un peu magique qu’offrait le lac. La lune ronde occupait presque tout l’espace et des milliers de gouttes de pluie s’écrasaient en son centre dans un doux refrain : flic-floc…flic-floc... flic- floc…Elle sécha ses larmes d’un revers de manche ...et oublia un instant qu’elle se sentait très très seule, que personne ne s’intéressait à une princesse sans fortune. Elle s’était assise, rêveuse, sur la souche d’un arbre, lorsque la fée surgit à la surface du lac. Elle ne fit ni une ni deux, elle prit sa  baguette magique et transforma un saule pleureur en prince charmant. Il trouva la princesse si jolie et si sympathique qu’il décida de ne plus jamais la quitter...ils se marièrent et eurent un seul enfant...il ne faut pas exagérer non plus, de nos jours, c’est de plus en plus difficile de s’occuper de toute une ribambelle de chérubins !

    Je sais ce que vous allez dire. Avec ses pouvoirs magiques, la fée aurait pu tout simplement apporter la fortune à la petite princesse ! Ben oui ! Mais non ! Elle ne l’a pas fait !

          J’aime bien aller me promener sur les bords de ce lac les nuits de pleine lune, je suis très sensible à la magie qui s’en dégage, au pouvoir de la fée, à sa beauté et à ses tours de passe-passe...

    Justement, quelques années après cette histoire, le fils de la  princesse traînaillait à son tour près du lac tout en jetant des petits cailloux dans l’eau…ça faisait : ploc…ploc…ploc. Ça ne suffisait malgré tout pas à le consoler. Il était triste parce qu’il n’avait ni frère, ni sœur et comme il habitait un immense château lugubre et trop grand perdu au milieu de nulle part, il n’avait pas de copains non plus. La fée le vit et ne fit ni une ni deux, et d’un coup de baguette, elle fit apparaître un drôle de caméléon que le petit garçon emporta chez lui, enferma dans un terrarium et appela « Clamos ».

        Je sais ce que vous allez dire : avec ses pouvoirs magiques, la fée aurait pu lui donner un adorable petit chien blanc tout doux avec qui le petit garçon aurait pu jouer et se promener à travers champs...ben oui ! Mais non ! Elle ne l’a pas fait.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :