• Jecépa

    Belle journée à toutes et tous  wink2,

    Y-a-t-il d'autres enfants qui aimeraient "leur" petite histoire ?

    Si oui...mamans et mamies, n'hésitez pas à me contacter (en commentaire...par mail...). Le mois d'août n'est pas encore terminé !

    En attendant, voici l'histoire d'une enfant qui n'a vraiment pas de chance (comme vous ??)...Mais, c'est une fiction ! pas une histoire vraie, bien sûr !

    Jecépa

    Jecépa

    Il était une fois une petite fille qui n’avait pas de chance, mais alors vraiment pas de chance… Quand il y avait une crotte de chien  sur un trottoir, eh bien, c’était forcément pour elle…elle marchait tranquillement en compagnie de sa meilleure amie tout en bavardant, et pof ! Elle mettait le pied dessus. Ça faisait bien rire sa copine qui se bouchait le nez pendant qu’elle essayait désespérément de gratter sa chaussure sur le rebord du trottoir, mais elle, ça ne la faisait pas rire du tout.  

    En classe, quand un exercice était difficile, c’était toujours elle qui devait aller au tableau…

    Quand sa maman grondait l’un de ses sept enfants (eh oui elle avait six frères !!! et même pas de sœur !), c’était toujours elle, évidemment, comme si elle avait le monopole des bêtises !…

    Le jour des rois, il n’y avait bien sûr jamais de fève dans sa part de galette, et le roi ne la choisissait jamais comme reine …c’était sa mère qui avait ce privilège.

    Bref, elle n’avait pas de chance. Déjà, lorsqu’elle est née, sa vie commença bizarrement. Son père un peu  embarrassé de constater que sa femme et lui avait imaginé un prénom de garçon pour leur septième enfant, se rendit quand même à la mairie, mais  lorsque l’employé lui demanda  comment se prénommait l’enfant, il déclara : « Je sais pas ». L’employé écrivit alors sur le registre « Jecépa » sans se poser de question.

    Évidemment, cela faisait un peu « bizarre » quand on lui demandait comment elle se prénommait. Elle était bien obligée de répondre : « Jecépa » !!!

    Malgré tout, cette jolie petite fille rousse avait toujours le sourire et s’amusait d’un rien…elle était toujours de bonne humeur et ses amis l’aimaient beaucoup parce qu’elle savait toujours les faire rire et que sa compagnie était toujours très agréable (forcément, il  ne pouvait rien leur arriver puisque toutes les mésaventures étaient pour elle !!!)

    Sa joie de vivre, Jecépa la partageait depuis un peu plus de deux ans avec sa meilleure copine, Hélène. Toutes deux étaient inséparables, et quand Hélène était là, il était évident que Jecépa avait un peu plus de chance. Enfin, disons plutôt moins de misères…elle la retenait toujours quand elle s’élançait sur la route sans regarder à droite ni à gauche. Elle la défendait toujours quand une vilaine fille se moquait d’elle et elle la pinçait légèrement quand elle s’apprêtait à dire une bêtise. C’est aussi elle qui l’avait rattrapée quand elle avait failli tomber du haut d’une falaise sur la côte bretonne. Bref, Hélène était un peu son « ange gardien »

    Le jour de ses neuf ans,  son rêve de chasser cette fatalité se réalisa enfin. Déjà, c’était la première fois qu’elle fêtait son anniversaire : l’année dernière, elle avait attrapé la varicelle et celle d’avant, aucune de ses amies n’avait pu se déplacer à cause du mauvais temps. La route  était recouverte d’un épais manteau de neige (Elle est née en janvier !)

    A sa grande surprise, la fête fut très réussie. Toutes ses amies étaient ravies et lui avaient offert de merveilleux cadeaux : ses livres préférés, des légos et de très jolis bijoux en perles, nacres et pierres multicolores. Elles avaient joué tout l’après-midi et la maman de Jecépa avait préparé un délicieux gâteau au chocolat. Même ses frères, qui d’habitude les taquinaient, avaient organisé pour elles un grand jeu de piste dans le parc.

    Le soir, quand sa dernière petite copine retourna chez elle, Jecépa s’aperçut qu’elle avait oublié d’ouvrir un petit paquet abandonné près de la cheminée. Elle le prit et le déballa. Elle découvrit alors un magnifique coffret tout incrusté de minuscules pierres. Elle l’ouvrit et une grande lumière en sortit, laissant entrevoir un adorable pendentif représentant deux oisillons en or perchés sur une branche. Elle le prit dans le creux de sa main et vit alors qu’un message les accompagnait. Dessus était écrit :

    -         «  Ces petits oiseaux veilleront sur toi comme ils l’ont fait pour moi…Avec eux, je savais que rien ne pouvait m’arriver parce qu’ils m’aidaient à croire en ma chance…Ta mamy qui t’aime très très fort »

    -         « C’est le facteur qui a apporté ce paquet tout à l’heure » lui dit alors  sa maman qui la regardait, intriguée.

    -         « Comme ils sont beaux ! »

    -         « Oui. Ta mamy aimait beaucoup ce bijou, et c’est vrai qu’elle avait toujours la baraka. Je crois qu’elle est très fière de toi pour te l’offrir. Tu le mérites vraiment »

    Depuis ce jour, tout semble aller « comme sur des roulettes »  pour Jecépa. Elle sait que la chance est toujours là. Elle est donc moins distraite et fait attention où elle marche.  Et bien sûr, plus personne ne se moque d’elle. En classe, lorsqu’un exercice est difficile, c’est elle qui demande à aller au tableau, elle en a l’habitude et sait à présent comment résoudre les problèmes.

    Pour sa maman, la chance n’a rien à voir avec le cadeau de sa mamy…elle pense que c’est parce que Jecépa y croit très fort que la chance fait à présent partie de sa vie….

    N’empêche, c’était un super cadeau, ce petit bijou !

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    joce
    Mardi 8 Août à 19:04

    Enfin  un peu de bonheur pour Jecépa . La chance lui sourit enfin ,merci Mamie

    2
    Nono
    Mercredi 9 Août à 20:50

    Magnifique histoire !!!!

    3
    Joce
    Mercredi 9 Août à 21:03
    Dès Jecépa il y en a quelques unes ~~~~~~~~
      • Mercredi 9 Août à 21:15

        Souhaitons-leur beaucoup de chance par la suite

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :