• Gabriel et Alexandre

    Bonjour les enfants,

    Je vous disais l'autre jour que j'avais reçu une bien étrange visite...Vous devez avoir deviné qu'il s'agissait du Père -Noël ...Non? et ben c'était lui.

    Il est venu me dire qu'il voulait écrire un petit mot personnel à tous les enfants qui le souhaitent ...par l'intermédiaire de ce blog (parce qu'il n'a pas toutes les adresses mail) ..."C'est plus pratique et plus moderne qu'une carte postale" m'a -t-il dit...Ce qui ne l'empêchera pas d'en envoyer comme tous les ans...

    Alors n'hésitez pas à envoyer photos, dessins...comme Alexandre et Gabriel qu'il a surpris en pleine manifestation de SAGESSE !!

    Bisatousssssssssssssss

    Gabriel et Alexandre

    Bien chers Alexandre et Gabriel

     

          Toute l’année, je vous ai observé du haut de mon nuage, très haut dans le ciel…et vous savez quoi ?

    Eh bien j’ai remarqué que vous travaillez bien à l'école et  que vous faisiez beaucoup d’efforts pour être très sages …Bien sûr, il y a des jours où je vous trouve un peu coquins, taquins, petits galopins... un peu comme mes très chers lutins, mais dans l’ensemble, ça va !

    L’autre jour, je vous ai surpris, confortablement installés sur de gros coussins en train d’écrire...Vous étiez si adorables que je suis resté longtemps à vous regarder… Comme vous étiez studieux !! Trop mignons ! Alexandre, hyper concentré et toi Gabriel, toujours accompagné de ton adorable doudou hérisson...Quand je te vois cramponné à lui, si gentil avec lui, je me dis qu’il a bien de la chance ton doudou…Tu me fais penser à cette histoire que je vais vous raconter aujourd’hui.

    Gabriel et Alexandre

    Il y a de cela très très très longtemps, j’ai connu un enfant pourtant pas bien méchant et souvent bien mignon - comme tous les enfants -  mais aussi très colérique. Dès qu’il s’énervait, il maltraitait son nounours. Il le jetait par terre, le mordait et le laissait souvent à l’abandon des journées entières. Le pauvre nounours était bien malheureux, et souvent, je l’ai surpris en train de pleurer dans son coffre à jouet. Malheureusement, je ne pouvais rien faire pour lui, et cela m’ennuyait beaucoup.

    Un jour qu’il jouait dans son jardin avec ses copains, le petit garçon dont je ne me souviens plus du nom, l’oublia dans le bac à sable. Pendant la nuit, le froid s’installa, frigorifiant notre petit nounours. La neige tourbillonnait légèrement en tombant sur le sol, offrant un merveilleux spectacle… mais si glacial que Nounours se mit à grelotter très fort. Pour se réchauffer, il tapotait dans ses paluches et jouait  avec les flocons… mais cela ne suffisait pas et il allait se transformer en glaçon si je n’étais pas passé par là.

    C’était le soir de Noël, et mes rennes l’ont aperçu, tremblant de froid et couvert d’un manteau de glace.

    Tout doucement, nous sommes descendus, nous l’avons recueilli et hissé sur le traineau. Je l’ai réchauffé en le glissant sous la grosse couette qui ne me quitte jamais pendant ma tournée et je l’ai emmené avec moi au Pôle Nord.

    Pendant les jours qui ont suivi, la Mère Noël a pris soin de lui, a recousu  et pansé ses blessures et l’a consolé. Il semblait à nouveau reprendre goût à la vie.

    Pendant sa convalescence, il a fait la connaissance des lutins qu’il suivait partout : dans les forêts lorsqu’ils allaient ramasser du bois pour fabriquer des jouets, dans l’atelier où il jouait à cache-cache avec eux, et dans la grande salle des ordinateurs. Là, il passait des heures et des heures à observer les enfants avec nous. Souvent, il nous a dit à quel point il aurait aimé s’amuser avec eux dans les cours de récréations, les parcs ou leur chambre. Je savais déjà qu’un jour il allait nous quitter.

    Et ce jour arriva. Tandis que son petit museau scrutait l’écran, il aperçut un enfant qui lui fit signe. Il avait l’air triste. Il était seul et n’avait qu’un vœu, avoir un ami…En voyant une petite larme couler sur la joue de Nounours, j’ai compris. Le soir de Noël, je l’ai emmené avec moi sur mon traineau et je l’ai déposé dans le soulier de ce petit blondinet qui dormait profondément.

    Depuis ce jour, ils sont inséparables…et tellement heureux !!

     

    Voilà, mon histoire est terminée…. Maintenant, mon petit Alexandre, n’oublie pas de m’écrire ta « commande » et celle de ton petit frère. Je compte sur toi.

    Je vous embrasse tous les deux très très fort en attendant Noël

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :