• Félicité - 5 -

    Belle journée à tous yes ,

    En compagnie d'un gardien de phare Félicité se laisse guider...que de découvertes en perspective ...et de belles et surprenantes rencontres.

    (le début de l'histoire : 6 , 13 , 20 et 27 septembre)

    La suite mercredi prochain

    Les illustrations, bien sûr, de François

    Félicité - 5 -

        Sezig était indéniablement un guide précieux qui connaissait l’île comme sa poche, les moindres recoins, mais aussi d’incroyables anecdotes et récits historiques. Il enthousiasma Félicité en lui racontant la légende de ces deux jeunes amoureux transformés en pierres par les sorcières du village et qu’une bonne fée délivre les soirs de pleine lune. Il la fit aussi beaucoup rire en lui relatant l’épisode des méchants pirates qui se réfugièrent dans les grottes creusées dans les falaises et qui ont dû attendre plusieurs semaines les fortes marées pour être délivrés… Elle se demanda même s’il ne l’avait pas inventé pour elle !

    Ils parcoururent des chemins étroits entourés de genets, d’ajoncs et de bruyère et longèrent un long moment le sentier côtier qui domine les falaises et la mer.

    -         Arrêtons-nous là, décida soudain Sézig, C’est à cet endroit que la nature offre le meilleur d’elle-même.

    -         Oups, que c’est haut, soupira Félicité prise de vertige tandis qu’elle penchait sa tête au-dessus de la falaise.

    -         Ce paysage est à l’image de ce que vous découvrirez sur le continent : une beauté sauvage, parfois féroce, mais tellement attachante avec ses couleurs intenses et tellement différentes tout au long de la journée. Et puis, respirez cette odeur puissante ! Un savant mélange de goémon et du parfum des plantes environnantes ! N’est ce pas enivrant ?

    Assis côte à côte, ils discutèrent longtemps, se découvrant une passion commune pour la mer qu’ils contemplaient à l’unisson.

        Soudain, attirée par un léger bruissement, Félicité détourna la tête à l’instant même où une drôle de créature aux longues oreilles tombantes débouchait d’un talus tout proche… Frrt ! … Elle disparut aussitôt, la laissant perplexe.

    -         Vous avez vu? Qu’est-ce que c’était ?

    -         Probablement un lièvre, ils sont très répandus sur l’Ile et personne ne les chasse.

        Bien qu’elle n’en fut pas absolument convaincue pour avoir cru distinguer un chapeau pointu, un gilet rouge et un pantalon rayé sur la créature, Félicité se contenta de cette explication…elle savait que son imagination lui jouait parfois des tours.

    -Allez, assez bavardé, il faut y aller à présent si vous ne voulez pas partir trop tard, affirma Sezig.

       Ils arrivèrent au port en fin de journée et le gardien du phare confia sa protégée à l’un de ses amis pêcheurs. Une pointe d’émotion les étreignit lorsqu’ils se séparèrent et ils se promirent de se revoir et de se donner des nouvelles de temps en temps.  Félicité embarqua sur le chalutier « la Marie-Joseph » pour une longue nuit de pêche en mer.

     

       Une longue lettre

     Félicité - 5 -

        Chaque jour, Xavier surveillait sa boite aux lettres, et il dut attendre quatre jours avant de voir le facteur y glisser une enveloppe verte portant son nom. Il prit le courrier, déposa sur la table du salon celui adressé à ses parents et emporta sa lettre dans sa chambre pour la lire tranquillement.

        Allongé sur son lit, il déploya devant lui les cinq pages écrites par Félicité et commença sa lecture. Elle lui exposait en détails sa première journée, sa rencontre avec le gardien de phare, et sa traversée jusqu’à la pointe du Finistère:

    « Dès que le chalut était remonté et hissé sur le pont des centaines de mouettes arrivaient d’on ne sait où pour entourer le bateau ! Elles le suivaient en criant et piaillant jusqu’à ce que les pêcheurs trient sardines, anchois et maquereaux et rejettent en mer le reste des poissons dont elles se régalaient ! C’était magique !…Debout pendant des heures, les hommes travaillaient sans relâche, et je les aurai aidés  volontiers sans le roulis et l’odeur un peu incommodante des…. »

    - Ouais, c’est ça !! Marmonna Xavier en riant…tu as été malade ma jolie ! .

     Dans sa lettre, Félicité décrivait ensuite avec précision son arrivée sur le quai et la vente du poisson à la criée :

    « Je n’y comprenais rien tellement ça braillait de toutes parts…et puis encore cette odeur de poisson ! J’ai voulu partir très vite, et je me suis retrouvée par terre, les pattes en l’air à glisser sur le sol humide. Heureusement, un touriste anglais, très aimable (c’est le seul qui ne s’est pas mis à rire en me voyant) m’a gentiment aidé à me relever. On a sympathisé et il m’a proposé de m’emmener avec lui pour découvrir le charme du littoral en avion.

    Avec lui, j’ai ainsi pu survoler la Côte de Cornouaille, la presqu’île de Crozon, la Côte des Légendes et la Côte de Granit Rose qui présentent une grande diversité de paysages exceptionnels…C’est beau à vous couper le souffle !!! Mais tu jugeras par toi-même sur les photos que je t’ai envoyées… c’est sympa non ? »

     

     
       


     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :