• Ange Gardien

    Belle journée à tous sarcastic,

    Le froid semble s'être bel et bien installé...A nous les soirées devant un bon feu de bois !

    Installée confortablement près de la cheminée, je repense systématiquement à cette drôle de journée où nous avions rentré le bois  "à  nos risques et périls !"

    Petite pensée pour "nos anges gardiens"

    Ange Gardien

    Pas de chômage pour les « anges gardiens

       Heureux sont ceux qui n’ont peur de rien. J’ai un peu honte de l’avouer, mais pour ma part, j’ai la phobie de la route, de tout ce qui rampe, des tsunamis, du vide…et de bien d’autres choses encore !!!  Mais jamais, non jamais un modeste tas de bois ne m’a causé la moindre crainte…et c’est bien avec une totale confiance que je suis allée avec mon mari chez notre fille pour ranger les vingt-cinq stères de chêne qui nous attendaient à 200 mètres de son hangar, en bas d’un champ voisin.

    Quand j’ai vu la montagne de bois, j’ai cru qu’on n’y arrivait jamais !!

    -         « Waouh !! ça fait tout ça vingt-cinq stères ??? »

    Pas de temps à perdre, on remonte nos manches tous les trois, on prend une bonne paire de gants et on commence illico à remplir la  première remorque accrochée à la voiture….Ma fille  et moi suivons le chargement jusqu’au hangar, ce qui nous donne le temps de souffler avant de décharger et d’empiler les rondins consciencieusement le long du mur.

    Pour aller plus vite, on en sort deux ou trois d’un coup….c’est un peu lourd, mais ça va plus vite…on s’active sans trainer …le temps menace dur !! Il a plu toute la nuit et on annonce de la pluie pour la journée. Pour le moment, ça va.

    Plusieurs remorques plus tard, les bras, les jambes et le dos commencent à s’énerver sérieusement !!! Ils donnent quelques petits signes de fatigue. Il est temps de faire une petite pause déjeuner.

    -         «  Pas trop longtemps quand même, sinon, on ne se relève plus ! »

    N’empêche, on l’apprécie ce petit moment de détente…et surtout les délicieuses lasagnes préparées par notre petite cuisinière.

    C’est reparti ! On change de technique. On fait une sorte de relais. Je plonge les bras dans la remorque pour prendre les buches que je dépose sur les bras de ma fille et elle les passe à mon mari qui les empile toujours plus haut…A présent, il est en haut de  l’échelle pour installer le bois.….

    -         «  C’est pas un peu haut ? »

    -         « Non, ça va, regarde »

    En disant cela, il pousse légèrement sur le tas qui tremble légèrement

    -         « ça bouge quand même pas mal !!! »

    -         « Non, il faudrait vraiment insister pour que ça tombe…mais on va quand même arrêter par là et commencer à faire une deuxième rangée devant…ça consolidera le tout »

    -         « Si tu le dis !! »

    On poursuit donc notre travail sans trop se poser de questions…entre temps, mon mari teste encore la solidité du tas de bois…je plonge encore dans la remorque…aie, aie, aie le dos !! Il va falloir changer de rôle au prochain tour…le tas devient de plus en plus impressionnant, une véritable « forteresse » !

    La remorque est enfin vide. On repart en charger une nouvelle.

    Quelques minutes plus tard, le chargement est de nouveau à l’entrée du hangar. Mon mari descend de la voiture, et de loin, on l’entend s’écrier :

    -         «   Nom de ….la caravane !!! »

    En voyant sa tête - Il est livide ! -  on comprend tout de suite ce qui s’est passé. 

    Le tas de bois s’est effondré pendant notre courte absence

    -         «  Il faut tout recommencer !!! »

    -         «  Tu rigoles !!!  Refaire le tas…la caravane, ….MAIS ON S’EN MOQUE ROYALEMENT ! A cinq minutes près, tu étais dessous…et ta fille aussi probablement ! Je suis super contente de recommencer tout ça…

    Eh oui, en réfléchissant un instant, il n’y avait aucun moyen d’en réchapper ! Dans le fond du hangar, d’un côté le tas de bois, de l’autre la caravane …il n’y avait aucune sortie de secours…

    On se regarde tous les trois et ensemble on a la même idée : on est vraiment bien protégés sur ce coup là ! Si les anges gardiens n’existent pas, qui a fait s’écrouler le tas de bois pendant notre absence ? Le seul moment où il aurait pu tomber est quand mon mari testait la solidité…A croire que « notre ange gardien «  a profité de notre absence pour éviter le drame. Et si c’est seulement un coup de bol…il est de taille !

    Ça calme !!

    On reconstruit l’édifice…bien moins haut et plus solide, on termine les chargements quasi dans le silence (d’ailleurs, on n’a plus trop la force de parler), on oublie nos douleurs, mais on est quand même sous le choc. Quel coup de chance !!

    …Et ce n’est pas le seul ! Le deuxième arrive en fin de journée au moment où l’on dépose la dernière buche dans la remorque. A cet instant précis, les nuages se vident d’un seul coup de toute l’eau accumulée dans la journée….On fonce dans la voiture juste à temps pour éviter d’être trempés comme des soupes !!

    Quand on allumera le feu dans la cheminée cet hiver, on se souviendra sûrement de cette histoire et on l’appréciera, notre chauffage !!!

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    maelle
    Lundi 20 Novembre 2017 à 16:30

    Merci à nos anges gardiens yes

      • Lundi 20 Novembre 2017 à 17:45

        On ne le fait jamais assez !!! Tu as raison. Bizzzzz

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :