• Bonjour tout le monde,

    j'ai encore trouvé une sorcière cachée dans un village...heureusement, Lisbeth et Martin ont réussi à lui échapper !!

    Belle journée à tous

     

    Crottes de nez

     

    Crottes de nez

          Il était une fois une affreuse sorcière qui s’ennuyait terriblement. Dès qu’elle n’avait pas d’enfant à se mettre sous la dent, elle introduisait ses doigts dans son nez, l’explorait et sortait ses crottes de nez pour les manger, faute de mieux.

    Et bien sûr, comme les petits garçons et les petites filles se faisaient rare parce qu’ils évitaient de la rencontrer, elle mangeait ses crottes de nez toute la journée…cette vilaine manie eut pour effet de faire grossir, grossir, grossir ses narines, et évidemment, elle finit par ne plus rien voir du tout puisque son énorme nez lui cachait la moitié du visage.

    Sans se  poser de questions, elle alla  acheter des lunettes, qui bien sûr ne lui servaient pas à grand-chose puisqu’elle était obligée de les porter sur la pointe de son énorme nez crochu…à quinze centimètres de ses yeux. Ce qui  n’est pas pratique du tout forcément !

    -         Il me faut absolument un enfant ! se dit-elle un beau jour, j’ai vraiment trop faim ! ça ne nourrit pas tant que ça les crottes de nez ! et puis, ce n’est pas si bon que ça après tout!!!

    Elle sort de chez elle, enfourche son balai  et file jusqu’au premier village. Elle sait qu’aujourd’hui, les enfants vont se déguiser et frapper à toutes les portes de toutes les maison …dans la nuit noire....c’est la nuit d’Halloween !

    Elle rentre dans un moulin inhabité et allume toutes les lampes, prépare un grand chaudron de bouillon pour y plonger les enfants qui se présenteront...puis elle attend patiemment....pas très longtemps...On frappe  à la porte...c’est Lisbeth et Martin !

    -         Toc toc toc

    Elle ouvre :

    -         Des bonbons ou un sort !

    -         Un sooorrrrrt répond-elle aussitôt en attrapant la petite fille  par le bras et son grand frère par les oreilles.

    A l’intérieur du moulin, les enfants ont compris qu’il s’agissait d’une vraie sorcière. Personne ne peut être aussi méchant et aussi moche que ça !

    Ils s’échappent des griffes de la sorcière, mais n’arrêtent pas de tourner en rond, ils ne trouvent même pas un coin pour se cacher (évidemment, c’est un moulin !). La sorcière les observe du bout de son nez...elle ricane

    -         Ah ah ah ah !! je vais vous manger !! je me régale d’avance !

    -         Ça m’étonnerai ! répond Lisbeth. Tu n’es même pas cap !!

    -         Pas cap ! pas cap ! c’est ce qu’on va voir ! Et elle empoigne aussitôt Martin qui en profite pour boucher les narines de la sorcière avec ses deux poings...

    La sorcière ne peut plus respirer ! Elle suffoque. Lisbeth lui arrache ses lunettes qu’elle jette dans le fond  du chaudron. La sorcière lâche enfin le petit garçon pour essayer de récupérer ses lunettes dans la soupe brûlante...elle se penche, se penche....et Plouf ! son nez est si lourd qu’il la déséquilibre et elle tombe dans la marmite fumante !

    Les deux enfants n’attendent pas une minute de plus  pour sortir vite fait du moulin et s’enfuir  en courant.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tous sarcastic ,

    Hier, je suis allée vérifier dans le petit village de bories que la sorcière Cornedebuse était bien toujours enfermée dans sa cabane...Ouf! elle n'a toujours pas retrouvé sa clef...heureusement, parce que j'ai rencontré près de chez elle, deux charmantes oies qui avaient l'air de se moquer littéralement de cette affreuse sorcière. Je les ai surprises en train de cancaner et de boire juste devant sa porte...je me suis approchée, mais je n'ai pas vraiment compris ce qu'elles racontaient...

    Et vous les enfants ??? (ou les parents)

    Savez-vous ce qu'elles racontent????

    A vos crayons !

    Bonne journée.

    les deux oies

     

    Vous voulez bien me le dire...trois solutions: soit en commentaire, soit en m'envoyant un mail

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonjour,

    En ce jour de Toussaint, une petite pensée à tous ceux que l'on aimé et qui nous ont quitté !

    C'est aussi mercredi, et voici la suite des aventures de Félicité. Je me souviens avoir écrit ce passage ( ainsi qu'une bonne partie du texte :principalement la description des paysages de Bretagne et Poupy, référence à l'un de ses cadeaux) en pensant à tante Annette qui nous a quittée il y a quelque jours... Le hasard, toujours lui !

    Cette histoire lui est donc naturellement dédiée

    Félicité - 9 -

     

    Le secret de Poupy  

          Cette nuit-là, Félicité eut bien du mal à s’endormir. Elle se mit alors à rédiger une nouvelle lettre pour raconter à Xavier ses dernières journées. Elle avait aussi et surtout besoin de ses talents :

    « Salut  Xav’

    Je crois que la Bretagne est en train de me livrer certains de ses secrets et qu’elle n’a pas fini de me surprendre… ». Elle réfléchit un instant et décida de n’omettre aucun détail de son aventure, elle écrivit pendant des heures et insista sur le fait qu’il ne lui restait plus que sa petite pochette contenant quelques pièces de monnaie… et son portable : « J’attends de savoir ce que ce korrigan manigance et ce qu’il me veut...  et bien sûr je te raconterai tout en détails… » Elle hésita un peu et termina ainsi, assez pompeusement il faut bien le dire : « comme tu peux le constater, j’ai une mission à accomplir. Je ne sais pas encore de quoi il s’agit mais j’aurai probablement besoin d’une voiture assez puissante pour la réaliser…tu sais, un peu comme celle de James Bond…et puis, plus vite je viendrai à bout de ma tâche, plus vite je reviendrai à la maison. Allez, je sais que tu meurs d’envie de dessiner ce modèle ! Merci mon petit Xav’, tu es un père pour moi ! ». Satisfaite, Félicité plia ses feuillets, les mit sous enveloppe, colla un joli timbre représentant le golfe du Morbihan vue du ciel et partit « rapidement » poster sa lettre.

    8h45 : Félicité, Mirabelle et Loïg abandonnèrent la voiture sur le bas-côté du chemin, déterminés à gravir les derniers mètres de la colline pour prendre un délicieux bol d’air et mieux apprécier le charme et l’harmonie de la végétation environnante, son parfum et ses coloris. L’or des ajoncs ne se mariait-il pas à la perfection avec le mauve de la bruyère ? Au fur et à mesure qu’ils grimpaient (enfin, surtout Félicité et Loïg ! Mirabelle se contentant de voler au-dessus de leurs têtes !), Ils étaient littéralement conquis par la splendeur du panorama qui s’offrait à eux. La vue bien dégagée à cette heure du jour, et sans doute pour peu de temps, leur permettait de contempler une bonne partie de la côte bretonne, la rade de Brest, la découpe originale de la presqu’île du Crozon et même la magnifique baie de Douarnenez.

    Arrivés au sommet, ils restèrent longtemps à scruter et discuter des moindres détails de ce point de vue…en attendant... Brusquement, le ciel se couvrit de nuages gris et une fine bruine commença à masquer le paysage.

    Mirabelle en profita pour prendre congé de ses amis, prétextant une trop longue absence auprès des siens. Elle promit bien sûr de revenir très vite et Félicité la regarda s’éloigner, petite tache blanche dans le ciel argenté.

    -         « 9h04 » annonça Loïg à Félicité qui n’en finissait pas de dévisager les moniteurs de l’école de parapente.

    Après avoir soigneusement préparé leur matériel, ils commençaient déjà à envoyer les premiers casse-cou s’élancer dans les airs. Un léger crachin perlait le long des voiles multicolores qui se perdaient mollement dans la brume montant petit à petit sur la colline.

    On entendit alors le vrombissement d’un moteur, et, sortant comme par magie du brouillard qui s’intensifiait, le scooter rose apparut enfin ! Poupy, le korrigan, à moitié caché par son casque, s’arrêta devant Félicité qui ne put retenir une exclamation de surprise:

    -         9h06 ! Je suis pile poil à l’heure s’écria Poupy d’une voix très douce qui ne correspondait guère à son personnage.

     Avec son long nez qui lui mangeait la moitié du visage, ses yeux moqueurs, ses oreilles démesurées et ses cheveux noirs sortant d’un chapeau pointu, il avait l’air de… de quoi au juste ? D’un gnome tout simplement. A cela s’ajoutait une tenue extravagante qui elle, lui allait plutôt à merveille : Petit caraco de cuir brun et pantalon de laine à rayures en partie englouti dans des bottines aux extrémités courbées.  

    -         Sézig n’est pas arrivé ? poursuivit le korrigan en jetant un œil en direction de Loïg

    -         Non, il est retenu au phare avec un groupe de touristes, mais je lui ferai part de cette entrevue. Avez-vous encore besoin de nous ? Demanda le potier sans se soucier le moins du monde de Félicité qui resta interloquée.

    -         Non, je pense que notre amie se débrouillera très bien toute seule à présent. Votre frère et vous avez fait du bon travail !

    -         Mais …commença Félicité

    -         Ne nous interrompez pas ! trancha sèchement Poupy en invitant le petit groupe à s’éloigner

    -         On pourrait nous voir ici…venez chez moi.

    -         Chez vous ? mais…

    -         Ah ! Ne nous interrompez pas tout le temps, gronda une fois encore Poupy. Accélérez un peu petite !

    -         Je fais ce que je peux, et puis, expliquez-moi … s’énerva Félicité

    -         C’est ce que j’allais faire, mais ici ! Reprit le korrigan en désignant un énorme bloc de pierre.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée d'Halloween à tous,

    Pour cette dernière journée du mois d'octobre, une nouvelle histoire de Alexandre, mon petit écrivain en herbe, jamais à court d'imagination.

    D'autres sorcières les jours précédent...et à venir (les vacances ne sont pas terminées!)

    Citrouille - Alexandre

    Alexandre:

    Il était une fois une citrouille qui était en pleine nuit. Elle se baladait dans les bois, elle rencontra une sorcière. La citrouille l'éclaira et la sorcière dit "Ah!"
    La sorcière fait fuir la citrouille. La citrouille chez elle faisait un chaudron pas bon. Le lendemain matin elle sortit de sa maison et horreur elle tomba dans un pot de boue et bien sûr on ne reconnaissait plus la citrouille.
    La sorcière apparut et la citrouille jeta la potion sur elle. Ça n'a pas marché! elle n'a pas été changée en crapaud. Du coup la sorcière transforma la citrouille en petit garçon et elle s'en alla. Fini pour la citrouille. Mais la citrouille a une idée, elle se nettoya, se transforma et la sorcière apparut et la citrouille lui lança la potion invincible et elle se transforma en petite fille et fini pour la sorcière. Et voilà!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tous,

    Lundi : histoire insolite donc ! mais contrairement à ce que chacun pensera à la lecture de ce récit...elle est parfaitement réelle et pas romancée ...

    Demain, les (ou la) histoires des enfants sur le thème de Halloween.

     

    Visite inattendue

    Visite inattendue

         Dans le petit village de Bretagne où il vit depuis déjà quelques années avec ses deux filles, mon frère partage son temps entre sa profession d’enseignant et la rénovation de sa maison. Je dis « maison », mais en  fait, il s’agit plutôt d’une « grange » au toit de chaume assez typique. Elle est relativement grande mais carrément vide. Tout est inventer et créer à l’intérieur. Après des heures et des mois de travaux, le résultat est plutôt sympa : une vaste pièce de vie dominée par une immense cheminée et cuisine attenante au rez-de-chaussée, belle salle de bains en contrebas, et chambres à l’étage. Le style assez rustique apporte un charme fou à cet intérieur chaleureux ou l’on se sent particulièrement bien tout simplement.

      Un soir, après sa journée de travail, mon frère veille un peu plus tard que d’habitude. A l’étage, ses filles dorment tranquillement et il en profite pour terminer ses préparations de classe. Cahiers, livres, polycopies et autres recouvrent la lourde table de chêne qui trône au milieu de la pièce, et tandis qu’il rédige le déroulement des séances de sa journée du lendemain sur son « cahier-journal », il ressent une présence tout près, et un regard posé sur lui, juste derrière son dos. Il n’y prête que peu d’attention, attribuant cette impression à la fatigue accumulée dans la journée...il faut bien admettre que les journées d’un homme qui travaille et élève seul deux enfants sont sensiblement équivalentes à celle d’une maman seule !!!

    Il poursuit ses écritures mais la persistance du regard l’incite à se retourner presque malgré lui.

    Il aperçoit alors un vieil homme, assis sur les marches les plus basses de l’escalier qui le fixe sans rien dire...calme. Il jette un coup d’œil sur la porte d’entrée : non, non, il n’a pas oublié de la fermer. Personne donc n’a pu entrer.

    Le jeune homme se frotte les yeux : «  je dois être bien fatigué » se dit-il « je n’ai pourtant pas abusé des excitants ! » Il n’est pas non plus un adepte des drogues et autres stupéfiants. Il reprend son crayon et continue son travail.

    Intrigué malgré tout, il se retourne une nouvelle fois pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une hallucination...et se retrouve une nouvelle fois en présence de cet inconnu, toujours silencieux, vêtu d’un costume croisé, cintré,  et d’un pantalon rayé assortie à la veste. Un chapeau sur la tête, il arbore une grosse moustache en guidon de vélo (30 ans après cette vision, le portrait de cet homme est encore gravée dans la mémoire de mon frère qui peut en faire une description encore plus précise que les quelques mots que je note dans ce récit !)

    Un peu « secoué » je pense, il ne cherche pas à lui adresser la parole et lui tourne le dos avant de se retourner une troisième fois, bien décidé du coup à lui demander des explications...

      Personne, l’homme a disparu !!

    Un peu inquiet sur son état de santé, mon frangin monte se coucher sans demander son reste. Il va sans dire que le sommeil n’arrive pas facilement !!!

       Les jours suivants, il raconte son aventure à ses amis qui ont bien du mal à la prendre au sérieux !! On a facilement tendance à mettre la santé mentale des gens en cause lorsqu’il s’agit de phénomènes qui nous dérangent, ou qui  dépassent un peu !

       Il faut croire que cela ne le décourage pas puisqu’il en parle quelques temps plus tard à l’ancien propriétaire de la maison, un ami lui aussi. Il lui décrit dans les moindres détails  sa « vision » : l’homme qu’il a aperçu sur les marches de l’escalier, son allure, sa tenue vestimentaire très chic, son regard....

    Sans sourciller, cet ami l’écoute attentivement, puis il se lève, quitte la pièce et revient quelques minutes plus tard avec le portrait de son père....Mon frère reconnait alors l’homme dont il vient de faire une description précise !

    Ce grand-père avait vécu pratiquement toute sa vie dans cette maison...peut-être ne l’a-t-il jamais quittée après tout !

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique