• Belle journée à toutes et à tous,

    Vous y croyez vous à aux magnétiseurs, hypnotiseurs,  rebouteux, "passeurs de feu" et tout le tintouin??  Tous ces gens qui "font des miracles"!

    Et bien moi OUI !!! Et je crois même que parmi ceux qui disent le contraire, il y a quelque chose en eux qui les titille un peu, qui aimerait bien y croire !!

    Allez, voici un exemple ...Qui peut également m'en donner???

    Les oreillons

    Les oreillons

     

    C’était il y a bien longtemps. Un soir, mon fils un peu grognon, se plaignait d’avoir mal aux oreilles…Encore une petite otite sans doute. Un doliprane, une bonne nuit et tout aurait dû rentrer dans l’ordre. Pourtant le lendemain matin, en le voyant surgir dans la cuisine en pyjama, trainant son doudou derrière lui (une grande couverture à carreaux bleus et blancs !!), je suis restée scotchée. J’ai essayé de garder mon sérieux malgré une irrésistible envie de rire….On aurait dit un petit hamster ! Ses joues rouges étaient considérablement gonflées. Il était fiévreux et souffrait encore beaucoup. Il n’a même pas touché à son petit déjeuner pendant que  j’appelais le médecin.

    Celui-ci a confirmé mes doutes :

    -          - Ce sont les oreillons ! il n’y a pas grand-chose à faire sinon lui donner un peu de paracétamol pour calmer la douleur…En attendant, il doit rester au chaud quelques jours.

    Bien sûr, ce n’est pas bien grave, mais il faut s’organiser. J’ai appelé ma mère qui s’est fait, comme toujours, un plaisir de venir le garder. Je reconnais que l’on avait à cette époque beaucoup de chance. Ce n’est pas toujours facile de trouver une solution quand un enfant est malade.

    Tout va bien, mon fils est costaud et il se rétablit très vite. Quelques jours plus tard, il retourne en classe…et revient avec les mêmes douleurs aux oreilles, une forte température et le visage encore bouffi ! Je m’inquiète et le « petit hamster » ne me fait plus rire du tout !

    Le médecin diagnostique …les oreillons !

    -          - Mais, il en sort tout juste !

    -          - Il est possible que ce soit l’autre oreille cette fois-ci…ça arrive parfois.

    Rebelote ! Il passe quelques jours chez sa mamy avec un nouveau traitement…et retourne à l’école…avant de revenir… dans le même état que les fois précédentes.

    Avant que le médecin ne l’examine, je lui précise que mon fils n’a que deux oreilles…comme tout le monde…Alors, les oreillons….

    -          - Zut ! lâche le toubib…Je ne vois plus qu’une chose, ce sont des parotidites à répétition. Les symptômes sont les mêmes…mais c’est plus ennuyeux à soigner.

    Commence alors toute une batterie d’examens (parfois très douloureux), rendez-vous chez des spécialistes et... antibiotiques...Quand un traitement se termine, il faut en commencer un autre. Notre fils passe son temps chez le toubib qui finit par me donner une ordonnance pour des antibiotiques en avance. Je la garde dans mon sac à main pour me précipiter à la pharmacie dès que je constate les premiers symptômes sur son visage. Il faut dire que les dernières inflammations de sa glande parotide sont spectaculaires...Un côté de son visage double de volume...il souffre de plus en plus et ne peut même plus parler...

    -          - Ça peut disparaître à l’adolescence, me dit un jour le médecin (Il n’a pas cinq ans !!!)...Sinon, il y a l’opération, mais c’est assez délicat...

    Devant cette éventualité inacceptable (le nerf facial pourrait être touché - d’où déformation du visage à vie !!!!), je ne vois plus qu’une solution : je fais appel à un magnétiseur qui a fait ses preuves il y a quelques années dans notre région. Il travaille avec un pendule (oui, oui !) et directement devant la personne ou sur une photo, il « découvre » de quoi l’on souffre. Je sais aussi qu’il est spécialiste des glandes. Il « traite le mal » avec des plantes qu’il va quérir dans le monde entier.

    -           - Mais il doit avoir plus de quatre-vingt ans ! me dit ma mère. Je ne sais pas s’il exerce encore...

    Rien ne m’arrêtera. Ça ne coûte rien d’essayer. J’écris une lettre à cet homme qui vit à Lyon, et joins une photo de mon fils ainsi que mes coordonnées. Je ne lui dis rien au sujet de la maladie (il préfère se faire sa propre opinion)

    Quelques jours plus tard, je reçois un coup de fil. Mon fils est près de moi dans la cuisine. C’est lui ! Le bol ! Non seulement il est toujours en activité, mais il a pris ma demande au sérieux. Il me demande de déshabiller mon fils et de rester en contact avec lui au téléphone.

    -          - Je ne ressens rien ! me dit-il, pouvez-vous aller dans une autre pièce !

    En me rendant dans le salon, je m’aperçois du ridicule de la situation et commence à douter sérieusement ! C’est fou ce que l’on est capable de faire par désespoir.

    -          - Non, décidément, ça ne fonctionne pas !

    Je panique à l’idée qu’il ne peut rien faire, mais pendant qu’il parle, une idée me traverse l’esprit. Je file avec mon fils dans sa chambre...et là, j’entends :

    -          - C’est bon. Vous pouvez raccrocher !

    Une semaine après, je reçois un paquet contenant des sachets de plantes à faire macérer dans l’eau. Il suffit de faire prendre un bain de siège à mon fils pendant environ huit jours...A la fin de ce « traitement », les parotidites ne sont plus qu’un horrible souvenir.

     Mon fils les a quand même endurées pendant  près d’un an.

    La dernière ordonnance prescrivant des antibiotiques est restée dans mon sac plusieurs mois...avant que je ne la détruise définitivement …avec un plaisir immense !

    Où que vous soyez à présent…. Merci monsieur Ménager !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Pour les tout-petits voici une histoire que racontait "Grand-mère" (ma mère!) à mes enfants, mes neveux et mes nièces.

    Devenus grands, ils doivent s'en souvenir...ou pas! Alors petite piqure de rappel...

    Et un peu de pluie pour nous rafraîchir un peu

    Et ce joli dessin de Nolwenn ? Toujours aussi "Artiste'?

    Bizatousssssssssssss

     

    Le petit nuage malicieux

    Le petit nuage malicieux

        Comme tous les petits nuages, il était gris avec de belles taches blanches, et, quand il passait sous le soleil, de jolis reflets roses.

        Il ne s’attardait pas trop sous monsieur le soleil, car, tout le monde sait çà, quand il chauffe trop, les petits nuages fondent.

       Alors, notre petit nuage qui avait envie de voyager, alla trouver son ami le vent et lui demanda de souffler très fort quand le soleil lui caresserait un peu trop le dos.

        C’est ainsi que notre paire d’amis firent plusieurs fois le tour de la terre. Ce qu’ils en virent de choses !!! des forêts pleines d’oiseaux, d’arbres extraordinaires, des rivières dans lesquelles on pouvait voir des poissons de toutes les couleurs, des villes où les gens s’agitaient, des montagnes couvertes de neige, des écoles où les enfants jouaient…enfin, plein de choses vraiment merveilleuses.

        Un jour, passant par hasard au-dessus d’un jardin, notre petit nuage vit une petite fleur qui fanait, car jamais la moindre goutte d’eau n’était venue pour lui donner à boire, alors, notre petit nuage malicieux se tourna vers son ami le vent : « Cesse de souffler » lui dit-il, « nous avons tellement fait de voyages que nous n’avons plus rien à voir, et regarde cette pauvre fleur, elle va mourir si elle n’a pas d’eau ».

        Le petit nuage fit un clin d’œil au soleil qui, sur le champ, le transforma en pluie, et la petite fleur devint très belle.

        On peut encore voir, au milieu de son cœur, une petite goutte de rosée. C’est le petit nuage malicieux qui n’a plus jamais voulu la quitter.

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Que calor !

    Hier soir, en sortant de chez ma fille ou il faisait agréablement frais, j'ai été surprise en recevant de plein fouet une bouffée d'air chaud malgré l'heure tardive- près de 22 heures-

    Loin d'être désagréable, cet air chaud m'a rappelé des sensations que la plupart d'entre vous ont dû connaître également. Cet "instant  magique" ou l'on met le pied sur le sol de la Réunion (ou d'une autre Ile ensoleillée) après un long voyage en avion :

    C'était la même bouffée d'air chaud qui venait de m'envelopper toute entière....Et évidemment cela m'a rappelé des souvenirs.

    A ce propos, voici une anecdote que m'a racontée ma nièce dans une période un peu "turbulente " à la Réunion justement:

    Chickunguny

    Le Chikungunya

     2005 ! Les moustiques envahissent la Réunion et l’épidémie de  Chikungunya bat son plein…Près de 40% de la population est touchée. Près de la moitié des habitants est alitée à cause de la fièvre, des nausées, des maux de tête, de l’immense fatigue provoqués par ce virus, mais surtout par des douleurs articulaires intenses... Ce n’est pas pour rien que l’on nomme cette maladie le chikungunya signifiant « qui marche courbé en avant », évoquant ainsi la posture adoptée par les malades affectés par ce virus.

    La Réunion, destination de rêve par les touristes est désormais laissée pour contre. On ne parle plus que de cet horrible moustique et on craint même qu’il arrive jusqu’à nous.

    De leur côté, les réunionnais ne ménagent pas leurs efforts pour enrayer cette épidémie, la minimiser à l’occasion :

    -         -  Je l’ai attrapé...me dira plus tard mon frère. D’accord, les douleurs et la fièvre nous scotchent au lit pendant quelques jours, mais ça ressemble à une  grosse grippe, rien de plus. Pas de quoi affoler tout le monde et créer une telle psychose !

    On voit alors fleurir des slogans « Même pas peur ! » un peu partout sur les tee-shirts, la vaisselle, les objets publicitaires ou les affiches...

    Si j’osais, je dirai que l’utilisation des pesticides chimiques pulvérisés sur l’ensemble de l’Ile n’était pas non plus sans danger (lors d’inhalations ou contacts cutanés par exemple...)

    A ce propos, j’aimerais relater ici une petite anecdote très étrange que ma nièce a vécue pendant cette période d’affolement général.

    Une nuit, elle dort profondément lorsqu’elle entend dans un demi-sommeil, les chiens qui aboient dans les jardins du quartier. Elle « imagine » alors, ou « rêve » que ces jappements  la réveillent, qu’elle se lève et qu’elle sort sur la terrasse (la varangue qui sert également de cuisine et de salon à la Réunion) :

    -          - En fait, je suis sortie de mon corps, raconte-t-elle. Je n’ai pas bougé de mon lit, mais je me promenais comme en plein jour dans la maison. J’ai alors vu des hommes équipés de  combinaisons et de masques qui pulvérisaient un produit un peu partout dans le jardin et sur la terrasse. J’ai aperçu la corbeille de fruits et le bassin et j’ai crié très fort : « Attention ! les fruits ! Attention, les poissons ! ». Je n’étais pas étonnée à l’idée de voir ces hommes en combinaison pulvériser des produits dans ma maison, mais je paniquais à l’idée qu’ils puissent endommager mes fruits ou tuer les poissons du bassin. Ensuite, je suis retournée dans mon lit que je n’avais en fait pas quitté…Quand je me suis réveillée le matin, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un mauvais rêve…mais assez violent quand même.

    Le lendemain, encore un peu secouée par ce rêve étrange, ma nièce retourne à ses occupations quotidiennes, puis va  relever le courrier qu’elle a oublié de prendre la veille…Elle tombe alors sur cet avis de la mairie déposé dans toutes les boites aux lettres…Littéralement assommée, elle lit : «  Démoustication menée par l’armée. Demain entre 12heures et 4 heures du matin, intervention des militaires dans tous les jardins pour épandage de produits anti-moustiques ».

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Coucou les ti-loulous,

    Il va faire chaud aujourd'hui ! ils l'ont dit à la télé ! très très chaud même...Alors voici pour vous rafraîchir une histoire que j'ai puisée dans les contes des Trollissons (vous vous souvenez de ces petits êtres qui avaient squatté la cabane des loulous? non? c'était il y a un an à peu près)

    Voici donc la fée du lac

    Bizatousssssssssssss

    la fée du lac d'argent

     La fée du lac d’argent 

    -         Salut ! moi je suis le Trollisson «Otaquet» et je trouve que 

     l’histoire de notre ami « Mêmepapeur » est bien triste...Ce soir, je vais vous en raconter une beaucoup plus optimiste... j’ai même entendu dire que certains d’entre vous connaissent déjà la fée du lac d’argent. Non ? Alors laissez-moi vous narrer son histoire.

     «  Lorsque les anges pleurent sur la terre et que le ciel est tout mouillé, il y a non loin d’ici, un lac qui se teinte de reflets argentés et d’ondes cristallines moirées. C’est pour cette raison qu’on le nomme le « lac d’argent ». On dit aussi que celui qui, par bonheur, s’aventure sur ses rives peut apercevoir une fée qui apparait dès que la lune se penche pour se regarder à la surface de l’eau.

         Qu’est-ce qu’elle est belle ! Pas la lune... la fée ! Elle porte une longue robe de soie recouverte de pétales de fleurs blanches - du seringat je pense - un long châle de fils d’or tressés et une collerette de feuilles de lierre...et bien sûr, elle tient dans sa main une « baguette magique » qu’elle a dû cueillir dans un noisetier sauvage.

          Un jour, une princesse très pauvre qui passait dans le coin, s’arrêta en découvrant le spectacle un peu magique qu’offrait le lac. La lune ronde occupait presque tout l’espace et des milliers de gouttes de pluie s’écrasaient en son centre dans un doux refrain : flic-floc…flic-floc... flic- floc…Elle sécha ses larmes d’un revers de manche ...et oublia un instant qu’elle se sentait très très seule, que personne ne s’intéressait à une princesse sans fortune. Elle s’était assise, rêveuse, sur la souche d’un arbre, lorsque la fée surgit à la surface du lac. Elle ne fit ni une ni deux, elle prit sa  baguette magique et transforma un saule pleureur en prince charmant. Il trouva la princesse si jolie et si sympathique qu’il décida de ne plus jamais la quitter...ils se marièrent et eurent un seul enfant...il ne faut pas exagérer non plus, de nos jours, c’est de plus en plus difficile de s’occuper de toute une ribambelle de chérubins !

    la fée du lac d'argent

    Je sais ce que vous allez dire. Avec ses pouvoirs magiques, la fée aurait pu tout simplement apporter la fortune à la petite princesse ! Ben oui ! Mais non ! Elle ne l’a pas fait !

          J’aime bien aller me promener sur les bords de ce lac les nuits de pleine lune, je suis très sensible à la magie qui s’en dégage, au pouvoir de la fée, à sa beauté et à ses tours de passe-passe...

    Justement, quelques années après cette histoire, le fils de la  princesse traînaillait à son tour près du lac tout en jetant des petits cailloux dans l’eau…ça faisait : ploc…ploc…ploc. Ça ne suffisait malgré tout pas à le consoler. Il était triste parce qu’il n’avait ni frère, ni sœur et comme il habitait un immense château lugubre et trop grand perdu au milieu de nulle part, il n’avait pas de copains non plus. La fée le vit et ne fit ni une ni deux, et d’un coup de baguette, elle fit apparaître un drôle de caméléon que le petit garçon emporta chez lui, enferma dans un terrarium et appela « Clamos ».

    la fée du lac d'argent

        Je sais ce que vous allez dire : avec ses pouvoirs magiques, la fée aurait pu lui donner un adorable petit chien blanc tout doux avec qui le petit garçon aurait pu jouer et se promener à travers champs...ben oui ! Mais non ! Elle ne l’a pas fait.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à toutes et à tous,

    Cette "histoire" a été écrite d'après les témoignages d'une amie que j’appellerai Luna...Elle se reconnaitra sûrement!

    Bon courage à toutes celles et ceux qui travaillent sous ce soleil de plomb!

    Je suis là !

    Je suis là !

     

        Perdre un être cher est toujours une épreuve extrêmement douloureuse, et je dirai, quel que soit son âge et les circonstances. Mais lorsque la personne est jeune et quitte brutalement cette vie, la douleur devient insupportable, incompréhensible et nous laisse complètement abattus.

    Anéantie est le terme exact employé par Luna lorsque sa sœur ainée a décidé de partir. Elle n’avait que quarante-sept ans. Elles passaient beaucoup de temps ensemble et s’entendaient si bien toutes les deux ! Essayer de comprendre ne sert strictement à rien, mais Luna se pose malgré tout un tas de questions.

    Elle va lui rendre visite  à la chambre funéraire où elle repose et où il est encore possible de lui dire au revoir. Elle lui parle doucement, comme si elle était toujours de ce monde, et lui  pose les questions qui trottent dans la tête à cet instant précis. Elle veut savoir si elle l’entend et si elle est plus heureuse là où elle se trouve ...elle lui demande aussi si une « partie » d’elle est toujours ici-bas. La réponse ne se fait pas attendre. Elle n’a pas fini de terminer sa phrase que son téléphone portable vibre dans sa poche. Elle n’y attache pas d’importance sur le moment, mais regarde le message affiché en sortant. Il s’agit d’une promotion envoyée par une grande jardinerie nantaise. Elle y voit immédiatement un signe : Sa sœur aimait tellement la nature, la terre et le jardinage...mais aussi, les plantes, les fleurs… c’est aussi ça la Vie !

    Ce signe ne sera pas le seul ! Pour réellement croire à «cette nouvelle vie » des personnes que l’on a aimées, on a besoin de beaucoup plus !! Et  je pense qu’ils nous entendent puisque, souvent, ils nous « envoient » d’autres signes.

    Animatrice chez Tupperware, Luna raconte que c’est sa sœur, grande amatrice de ces boites et ustensiles, qui a été sa toute première hôtesse. C’est chez elle qu’elle a fait ses premiers pas de présentatrice culinaire.  C’était en décembre 2015, trois mois avant qu’elle ne quitte ce monde...et c’est une semaine seulement après ce départ que Luna devient manager, un premier avril !...un clin d’œil de sa sœur ? Le second, car, souvenez-vous, le premier a eu lieu avec la promo de la jardinerie...Si j’osais, je dirai que les deux sont étroitement liés : le jardin, l’éclosion des fleurs (rapidité avec laquelle Luna est devenue Manager !...) J’ai souvent entendu dire que dans l’au-delà, on « joue souvent sur les mots »

    Luna ajoute à cette anecdote que chaque filleule  se voit attribuer un numéro de matricule : la première a eu le numéro 23-01 et la seconde le numéro 23-03 alors que ces numéros doivent se suivre habituellement. Où donc est passé le 23-02 ?  Pourquoi n’a –t-il été attribué à personne ? La réponse se trouve sans doute dans la date de naissance de la sœur de Luna (le 23 février …23-02!!)

    Luna est assez troublée par cette succession de « hasards »...Elle se dit que sa sœur doit simplement lui dire avec ses moyens : « Ne t’inquiètes pas ...je suis là ! » et cela la rassure un peu.

    Pourtant ce n’est pas terminé. Quelques jours plus tard, Luna reçoit un parent proche , chez elle. Ils sont dans la cuisine et discutent de choses et d’autres jusqu’à ce que la conversation dévie  naturellement sur cette sœur qui leur manque cruellement à tous les deux :

    -          - A l’instant même où je prononce le prénom de ma sœur, me confie Luna, je passe devant le micro-onde qui se met instantanément en route...sans aucune raison ! nouveau clin d’œil ? (si on joue encore sur les mots, le micro-onde rappelle la première présentation culinaire réalisée chez elle !)

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires