• Bon anniversaire Ewenn ...

    Waouh ! déjà 13 ans !

    Souviens-toi ...tu as été tout petit un jour...j'en ai la preuve...Voici rien que pour toi, une aventure extraordinaire que tu as vécu il y a bien bien longtemps...

    Allez, belle journée à toi et plein de gros bisous....

    Bon anniversaire Ewenn

     

    Toudouvert, Le  dragon  vert                   

         Il était une fois un petit garçon qui aimait beaucoup, beaucoup, beaucoup la lecture. Il aimait tellement ça que les étagères de sa bibliothèque croulaient sous le poids des livres d’images, albums contes et autres histoires que lui achetaient sa maman, sa mamy et tata Laou, sa marraine.

    Il restait des heures, assis dans son lit, par terre ou sur des coussins à regarder les belles images, feuilleter et dévorer ses livres. Parfois, il appelait sa maman ou son papa pour qu’ils lui racontent une histoire. Il choisissait alors un, deux ou une dizaine d’albums, et refusait de s’endormir avant que toutes les histoires ne soient racontées.

    Et bien sûr, quand il plongeait dans ses livres, il ne voyait rien d’autre et n’entendait personne, ni sa tata Zig qui voulait l’emmener au parc pour donner à manger aux canards, ni son tonton qui l’invitait à venir faire de l’escalade, ni son papy qui s’ennuyait tout seul dans son jardin, ni même sa maman qui lui demandait de  venir à table.

    Mais voilà qu’un jour, tandis que sa maman l’appelait pour aller à l’école - il était l’heure ! - il ne broncha pas et continua sa lecture sans même tourner la tête vers elle….Elle l’appela une deuxième fois, puis une troisième…

    Elle perdit patience forcément, et lui cria : « Je compte jusqu’à trois…Un….deux….trrrrrrr »

    Elle n’avait pas fini de dire trois que Tartozépinar, la vilaine sorcière apparut dans le livre d’images que regardait Ewenn - c’est le nom du petit garçon – Elle lui lança un regard très noir et comme par magie, sa grosse main aux doigts crochus émergea du livre. Elle l’attrapa par le bras….et le fit entrer de force dans la page de l’album.

    Il eut beau hurler, tambouriner, taper du pied, pleurer, appeler son papa, et essayer de ressortir du livre, il n’y arriva pas. Il resta coincé à l’intérieur.

    Il regarda autour de lui et constata qu’il se trouvait dans une forêt et que les arbres étaient couverts d’un épais manteau blanc. Toujours tiré par l’horrible sorcière, il dut la suivre longtemps dans la neige. Il avait mal aux pieds, et eut soudain très très froid.

    Une peur terrible s’empara de lui. Tartozépinar était vraiment très effrayante, monstrueuse avec ses grosses verrues, son nez tordu et ses vêtements sales… et en plus, elle sentait mauvais….

    Soudain, elle lui lâcha le bras pour refermer le livre et l’emprisonner. Il n’y avait pas une seconde à perdre et il en profita pour courir le plus vite qu’il put afin de sauter dans la page suivante.

    Là, il tomba nez à nez avec….

    Un dragon !

    Son cœur se mit à battre à toute vitesse et il s’apprêtait à s’enfuir à nouveau lorsque le dragon lui fit un clin d’œil et lui dit avec une étrange douceur :

    -         « N’aie pas peur petit, je suis Toudouvert, le gentil dragon à la queue en tire-bouchon. Je suis venu pour t’aider. Grimpe vite sur mon dos, accroche-toi à mes ailes et ferme les yeux »

    Comme le vert était sa couleur préférée et que le dragon n’avait pas l’air si méchant que ça, Le petit garçon n’hésita pas une seconde, il prit son armure de chevalier, sauta sur le dos du dragon, s’accrocha à ses ailes et ferma les yeux….Le dragon s’envola aussitôt et… traversa le livre.

    Lorsque Ewenn ouvrit à nouveau ses yeux, il aperçut, par terre, une image représentant Toudouvert et entendit la voix de sa maman qui criait : « Trois ».

    Il mit vite fait l’image dans la poche de son pantalon, sortit de sa chambre, dévala les escaliers à toute allure et rejoignit sa mère sur le champ.

    Il lui prit la main et sortit de la maison avec elle en direction de l’école.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonjour tout le monde,

    L'automne tarderait-il à arriver véritablement ?? Il fait si beau!

    Dans le petit bois de Douceline, les animaux sont pourtant  prêts à affronter les rigueurs de l'hiver...Voici trois personnages  (pardon quatre) personnages dernièrement rencontrés dans ce joli site.

    Désolée pour le dessin, je n'ai toujours pas progressé !! j'attends toujours des illustrateurs!!

    Bizzzzzzzzzzzzzzàtous

    Mademoiselle Limace

    Mademoiselle Limace

         Madame Limace glisse lentement sur les feuilles humides du sous-bois. Elle est à la recherche d’une nouvelle résidence pour passer l’hiver. Rien ne presse, et elle sait qu’il va lui falloir un certain temps vu que sa vitesse de croisière ne dépasse pas les deux mètres à l’heure. Il mouillasse et elle frissonne de bonheur en voyant les gouttes de pluie s’égoutter des arbres.  Elle avance ainsi depuis deux bonnes heures lorsqu’elle rencontre enfin un magnifique champignon dont elle ferait bien son déjeuner et son abri. Elle en salive déjà...

    -          - Hum ! miam ! fait la limace en se dirigeant vers le gros bolet ventru.

    Non loin de là, pépère hérisson vadrouille. Il adore piétiner les feuilles sèches et le bois mort qui recouvrent le sol en cette jolie saison ...ça fait scratch, scratch, scratch sous ses pas, ce qui amuse la sensibilité de ses minuscules oreilles. Pépère hérisson s’arrête, perplexe. Le scratch, scratch, scratch l’interpelle et lui fait penser à un bruit du grignotage ! Aussitôt, une sensation légèrement désagréable chatouille son petit ventre rond et lui rappelle qu’il a très très faim. Il se met alors bien vite en quête de nourriture...et cling ! Miracle ! Il distingue mademoiselle limace dans son champ de vision !

    -          - Hum ! miam ! fait le hérisson en se rapprochant dangereusement de mademoiselle limace.

    De son côté, compère renard avance d’un pas feutré, si léger et avec une telle grâce que l’on entend à peine le crissement des feuilles. Il retourne dans son terrier pour retrouver sa petite famille. Un peu penaud, il se traine parce qu’il n’a rien trouvé à se mettre sous la dent. Ses renardeaux devront se contenter de petites baies en attendant une meilleure journée de chasse. Soudain, il repère pépère hérisson en admiration devant une grosse limace rouge...

    -           - Hum ! miam ! fait compère renard...C’est le moment de profiter de son inattention, pense-t-il, et il fonce droit sur le hérisson qui a juste le temps de se mettre en boule.

    -          _ Ouuuuf ! fait le hérisson

    -          - Flûte, fait le renard, qui plonge littéralement sur les piquants de notre petite «  pelote d’épingles ». Son long museau pointu est si douloureux qu’il s’enfuit en hurlant.

    Notre pépère hérisson a eu si peur et tremble tant qu’il en oublie de sortir de sa « bulle ». Mademoiselle limace en profite pour commencer son festin en enfonçant ses dents dans la chair tendre du champignon.

    -          - Qui vient croquer ainsi ma maison ? s’indigne une petite voix aigüe à l’intérieur du champignon. ça ne va pas la tête ?  Et aussitôt,  un étrange personnage sort du gros cèpe  par une minuscule porte. Coiffé d’un drôle de chapeau à clochette, il se plante devant mademoiselle limace, médusée,

    -          - Oh ! ma maison est déjà habitée ! T’es qui toi ?

    -          - Je suis luth, le lutin du petit bois...En automne, j’ai beaucoup de travail dans les forêts pour aider la fée Douceline à cause des  terribles sorcières qui y sévissent...mais entre donc, je vais te raconter quelques péripéties qui se sont déjà déroulées dans ce lieu magique.

    Pendant une nuit complète, tandis que mademoiselle limace continuait tranquillement son festin, Luth, le lutin, raconta des histoires extraordinaires...jusqu’à ce que le sommeil le gagne enfin.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bonjour tout le monde...

    L'automne est bien installé ! Dans son nouveau décor, la forêt se pare de nouvelles couleurs et les animaux se préparent déjà pour leur longue nuit de sommeil...mais avant, ils profitent de cet atmosphère un peu magique ! ça bouge ! que de péripéties dans le petit bois de Douceline...Voici une première histoire : les chasseurs!

    L'automne dans le petit bois - 1

     

    L’Automne dans le petit bois

    1-Les chasseurs

         Sur les plus hautes branches d’un chêne centenaire et dans tous les recoins du petit bois de Douceline, mésanges, geais, bergeronnettes, pigeons et tourterelles semblent s’accorder pour faire un honneur magistral à l’automne qui vient de pointer le bout de son nez...

    Et bien non ! S’ils s’égosillent ainsi, c’est pour inviter tous les animaux de la forêt à se rassembler autour d’eux. Ils ont une terrible nouvelle à leur annoncer !  Dès qu’ils perçoivent leurs chants, sangliers, biches, renards, lapins, chouettes, hérissons, écureuils et blaireaux ne les font pas attendre et affluent de toutes parts. Ils s’installent dans une petite clairière au cœur même de la forêt pour écouter leur message.

    -          - Nous avons vu des chasseurs tout près de notre bois...Ils viennent de ressortir leurs équipements, leurs fusils et leurs gibecières et se dirigent vers notre refuge ...leurs chiens sont tout excités à l’idée de courir dans les allées de notre belle forêt et...

    -          - Des chasseurs !! Mais ce n’est pas possible ! s’exclame une maman biche en se rapprochant de son jeune faon de peur de le voir s’éloigner. Jamais ils ne s’aventurent dans ce petit bois magique ! Vous savez bien que nous sommes protégés par la fée Douceline !

    -          - Oh ! vous n’êtes pas au courant ? hulule une chouette en sortant la tête d’un tronc d’arbre, son ennemie, la sorcière du bois maudit rôde dans les parages depuis quelques jours...Elle s’est même installée dans une vieille masure non loin d’ici. C’est elle qui a invité les chasseurs pour se débarrasser de nous. Hier au soir, elle a enfermé notre gentille fée dans le donjon du château....

    -          - Comment tu sais ça toi ? lance monsieur lapin qui commence à trembler tellement il a la trouille.

    -          - je l’ai vue tiens ! j’étais sur son épaule ! elle m’a prise pour Lili, sa « chouette personnelle »...et je sais même où elle a caché la clé du donjon, poursuit-elle en trainant sur chaque mot.

    -          - Où est cette fichue clé ! s’impatiente le lapin, il faut très vite aller délivrer Douceline.

    -          - Elle la glissé dans la poche du tablier qu’elle ne quitte jamais. Mais ne nous énervons pas et ne perdons pas notre temps à tergiverser…. Vous entendez les chiens au loin ?

     Madame chouette, dont l’ouïe est particulièrement bien développée, n’attend pas une seconde de plus pour foncer vers la masure de la sorcière, suivie par une ribambelle de chauve-souris et par le plus agile des écureuils...sans se concerter, les animaux ont élaboré un plan infaillible.

    En un clin d’œil, notre chouette traverse la forêt dans un vol majestueux, passe par la fenêtre ouverte de la cabane de la sorcière et plonge dans sa poche pour en ressortir la clé.  Pendant ce temps, les chauves-souris s’entortillent dans ses cheveux pour faire diversion. Aussitôt, l’écureuil prend le relai avec la clé et saute de branche en branche à la vitesse de l’éclair pour rejoindre la tour du château. Il passe par une fente du mur pour atteindre le donjon et libérer Douceline.

    La jeune fée voit au loin les chasseurs se rapprocher de la clairière – ils ne sont plus qu’à quelques mètres, précédés par leurs chiens qui déjà, ont vu leurs proies à portée de crocs ! – Elle ne fait ni une ni deux et d’un coup de baguette magique transforme la forêt en un immense labyrinthe encerclant la clairière d’une barrière d’arbres infranchissable.

    Pendant des heures, et même des jours, les chasseurs et leurs chiens tourneront dans ce labyrinthe sans jamais apercevoir ne serait-ce que la queue d’un lièvre...évidemment, ils finissent par se lasser, et abandonner le petit bois....bredouilles !

    Les animaux enfin débarrassés des chasseurs et de leurs compagnons, reprennent enfin leur train de vie, protégés par leur gentille fée....

    Mais, n’oublions pas que la sorcière du bois maudit a élu domicile dans cette forêt ! Et l’automne réserve encore bien des surprises à tout ce petit monde ! 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Buenos dias à todos...

    ça y est, l'automne est arrivée....au grand galop ! elle avait peur de passer inaperçue, alors elle s'est accompagnée de vent, de pluie et tout le tralala !!

    Nous y sommes donc! Alors, voyons ce qu'il se passe du côté de nos amis les bêtes. Pour commencer voici l'histoire des deux petits écureuils que j'avais rencontré l'an dernier en train de faire leurs provisions....Vous vous souvenez?

    Et très vite d'autres histoires d'automne!

    En fait, j'aime bien cette saison...et vous ?????

     

    Jimmy et Sammy

     

    Jimmy et Sammy

     

              Chut !!! Pas un bruit ! Regardez ! Là ! Au pied du grand chêne ! Vous voyez les deux jeunes écureuils roux qui s’amusent avec les feuilles déjà brunes, les brindilles et les glands ?

     

    Jimmy et Sammy

     

    A quoi jouent-ils ?  A cache-cache derrière le tronc d’arbre ou à saute-mouton par-dessus les branchages ?

     

    Je m’approche. Plus près…encore plus près. Le plus petit s’éloigne, mais son frère me regarde sans bouger.

     

    Jimmy et Sammy

     

    Je m’approche encore et tend la main dans sa direction. Pas farouche le moins du monde, il pose son petit nez tout doux sur le bout de mes doigts, me chatouillant au passage avec ses fines moustaches. Du coup, c’est  moi qui n’ose plus faire un geste. Je reste immobile face à lui à l’observer. Il me fixe lui aussi avec ses grands yeux noirs, les oreilles dressées, et j’entends une petite voix cristalline me dire :

     

    Jimmy et Sammy

     

    -         Je m’appelle Jimmy et mon frère Sammy…Comme c’est l’automne aujourd’hui, nos parents sont partis à la recherche de provisions pour l’hiver…Ils nous ont demandé de creuser un trou au pied de cet arbre pour y enfouir nos réserves…. Tu veux bien nous aider ?

     

    Il semble si fragile et si jeune… et tellement adorable que je n’hésite pas une seconde…

     

    Jimmy et Sammy

     

    J’ai également laissé pour lui une grande assiette remplie de noisettes dans le jardin, au pied du noisetier (j’avais tout ramassé quelques jours avant !). Il a tout emporté dans le grand trou que nous avons fait ensemble.

     

    Jimmy et Sammy

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tout le monde,

    Avez-vous déjà rencontré des martiens ??? Moi non plus, c'est dommage ! ça a failli !

    ça doit être génial ! non?

    Drôle de balai nocturne

     

    Drôle de balai nocturne

    Piriac !!! Que de joies, événements, péripéties et faits étranges demeurent à jamais liés à cette station balnéaire !

     J’ai souvent évoqué ce lieu, c’est vrai, je ne m’en lasse pas, et je vais encore raconter une anecdote qui s’est déroulée dans ce décor, ce havre de paix que j’affectionne particulièrement pour y avoir séjourné pendant de longs mois d’été. Parfois, j’ai l’impression d’y avoir passé la moitié de ma vie.

    Dès que les beaux jours reviennent, je ressens irrésistiblement le besoin d’y passer ne serait-ce qu’une journée pour me ressourcer, respirer l’air marin chargé de goémons et écouter le roulis des vagues qui se fracassent contre les rochers. C’est vital. Un peu comme le printemps apporte le renouveau, l’endroit où j’ai passé pratiquement toutes mes vacances en famille m’apporte une sorte de « renaissance » après une longue hibernation hivernale.

    Toute la « tribu » se rassemblait régulièrement sur ce terrain dès le début juillet jusqu’à la fin août (elle n’est pas belle la vie d’enseignants ?). Le soir, après un « tarot », une partie de belote ou un poker où j’étais capable de perdre une boite complète d’allumettes, il nous arrivait, ma sœur et moi, de nous allonger à même le sol pour observer les étoiles. Mon père en profitait pour nous apprendre à reconnaitre les constellations et la disposition des étoiles dans le ciel. Il nous était ainsi très facile d’identifier Venus, l’étoile du Berger, la toute première à faire son apparition. Cassiopée, la grande ourse ou l’étoile polaire située « au bout de la queue de la petite ourse n’avaient elles non plus, aucun secret pour nous…et c’était devenu une habitude, presqu’un jeu de découvrir et nommer les étoiles et constellations qui  illuminaient le ciel les unes après les autres.

      Un soir cependant, ma sœur qui était capable de scruter le ciel dans ses moindres détails durant des heures entières, nous interpella. Elle semblait fort intriguée par deux petits points lumineux, juste au-dessus du terrain. Elle nous en fit part, et, tandis que nous levions tous la tête en direction de ces deux « nouvelles étoiles », chacun s’amusa à donner sa propre version de ce que nous contemplions, non sans la  taquiner un tant soit peu :

    -          - « Ce ne sont que deux étoiles un peu plus grosses que les autres ! elles devaient être cachées derrière un nuage tout à l’heure»

    -          - « Sûrement pas, je viens de les voir arriver très lentement l’une vers l’autre » précise-t-elle

    -          - « Alors, ce sont des avions !...  ou des satellites… » riposte mon père

    -          - « Depuis quand les avions et les satellites s’arrêtent en cours de route ? »

    Tiens, c’est vrai ça, les deux points brillants semblent statiques. Son imagination lui joue encore un tour. Ces deux étoiles viennent de faire leur apparition et à force de rester le nez en l’air, ma sœur a cru les voir  « bouger ».

    Chacun s’apprête à retourner à ses occupations (pour ma part, je suis sur le point d’aller raconter une histoire aux enfants qui commencent à s’agitent dans leurs tentes…), mais nous sommes stoppés net par un cri légèrement étouffé :

    -           - « Regardez !!! »

    De nouveau, nous levons tous les yeux vers la voie lactée bien visible ce soir …Plus un nuage ne semble la déranger

    -          - Vous avez vu ? les deux étoiles, comme vous dites, eh bien, on dirait qu’elles communiquent

    -          - N’importe quoi !

    On se moque un peu de la frangine, mais quand même, on ne résiste pas à la tentation de fixer ces deux points lumineux pendant un instant, et ce que l’on observe nous interpelle malgré tout. Il y a effectivement quelque chose d’inhabituel qui se déroule au-dessus de nos têtes. A tour de rôle, les deux ….les deux quoi au juste ?  Disons les deux « objets non identifiés, émettent des signaux lumineux très brillants, en direction de leur homologue…un peu comme du morse. On dirait que ces deux « je ne sais pas quoi » se répondent

    Le manège dure de longues minutes pendant lesquelles nous tentons de trouver une explication plausible.

    -          - « C’est peut-être un code morse ? »

    -          - « Tout ce que je connais, c’est SOS : trois flashs longs, trois courts, trois longs », mais là, on dirait  des signaux de même intensité avec des espaces plus ou moins longs

    -          - Bip bip…bip bip bip…bip…bip

    -          - « Bizarre ! »

    -          - «  J’aimerais bien savoir ce qu’ils se racontent !  Dommage qu’on ne puisse déchiffrer ce code »

    Mon père, toujours prêt à donner une justification à n’importe quel phénomène déclare encore qu’il doit s’agir de deux astres devant lesquels passent de légers stratus ou des cumulus…Mais, c’est qu’il a de bons yeux le paternel ! Le ciel n’a jamais été si clair.

    L’un d’entre nous parle d’OVNI !  On n’y croit pas trop, mais il s’agit pourtant bien de deux objets volants (quoi que là, à l’arrêt !) non identifiés …on n’a pas dit des martiens non plus !  Quoi que !

    On reste ainsi, fascinés par ce spectacle lorsque brusquement, sans crier gare, les deux « objets », dans un même élan, traversent précipitamment la voute céleste tels deux flèches,  plus rapidement que deux étoiles filantes…. Il n’a fallu quelques dixièmes de seconde pour qu’ils disparaissent totalement

    -          - « j’avoue, c’est quand même étrange ! » conclut simplement mon père

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires