• Belle journée  à toutes et tous sarcastic ,

    C'est ton tour Alexandre !! Te voilà transformé en super héros !!  et voici ta super histoire

    A demain pour une nouvelle histoire !!

    Désolée pour l'illustration....je n'ai pas fait tellement de progrès en dessin !!!

     

    Alexandre super héros

    Super Roméo contre super brigand

    Noël approche à grands pas. La magie est partout : dans les villages joliment décorés de guirlandes multicolores qui traversent les rues et habillent les arbres ; dans les boutiques qui regorgent de jouets et de cadeaux de toutes sortes ; sur la grande place, dans les petits chalets de Noël qui sentent si bon le miel et la cannelle, et surtout dans les yeux des enfants qui pétillent de bonheur.

        Tous les habitants s’agitent pour les derniers préparatifs. Il faut accueillir le Père-Noël dans un lieu chaleureux, joyeux et lumineux. Pour cela, il faut acheter le plus beau des sapins pour le décorer à la maison. Toute la famille est réunie autour pour accrocher les longs fils d’or et d’argent, les boules de verre, les pommes de pin et les petits objets qui donneront la touche finale.

    Ça y est ! Nous sommes le 24 décembre et tout le monde est fin prêt pour l’arrivée de notre bon gros bonhomme rouge ! Les enfants sont couchés...et les parents aussi d’ailleurs.

      Tout semble parfait...sauf que...un petit malin a profité du sommeil des villageois pour s’introduire dans toutes les maisons et dérober tous les sapins. C’est « Super-brigand », un homme si triste, si aigri et si méchant qu’il veut que tous les gens soient aussi malheureux que lui. Il en a même profité pour subtiliser tous les petits souliers des enfants, au cas où le Père-Noël viendrait quand même :

    -        Bien fait !  comme ça,  sans les sapins et les chaussures, pas de cadeaux !!!

    Une fois tous les sapins volés et entassés sur une grande remorque, super-brigand se réfugie dans son repaire au fin fond de la forêt. Il camouffle tous les sapins dans un coin retiré derrière sa cabane...

    -        Personne ne les trouvera ici ! ricane-t-il.

    C’est sans compter sur Alexandre qui attend sagement le Père-Noël, perché tout en haut d’un immeuble. Il a vu toute la scène et il est bien décidé à attraper le voleur. La neige commence à tomber et vu de là-haut, le paysage ressemble à une carte postale… mais Alexandre a bien autre chose en tête que de s’émouvoir sur la beauté du site !! Il s’apprête à descendre les étages pour courir après le chapardeur de sapins, lorsque soudain, à travers les flocons qui virevoltent autour de lui, il aperçoit la fée des glaces qui s’avance doucement vers lui.

    -        Tu as besoin de moi Alexandre. Si tu veux rattraper super-brigand, il te faut des supers pouvoirs!

    Et sans attendre, la fée brandit sa baguette magique en direction d’Alexandre et le transforme en super-héros…Il est à présent vêtu d’un costume moulant rouge et doré, d’une cape et d’un masque argentés qui lui donne une de ces allures ! Il est magnifique ! Et surtout, il est devenu « Super Roméo » avec des pouvoirs extraordinaires !

    -        Mais attention, tu as très peu de temps, il est déjà minuit moins dix, lui précise la fée...et ces pouvoirs ne dureront que quelques heures. Demain matin, tu seras à nouveau comme tous les autres enfants.

    Et sans rien ajouter de plus, la fée des glaces disparait comme elle est venue....à travers les flocons de neige.

    « Super Roméo » descend de l’immeuble comme une fusée, il dévale les escaliers quatre à quatre et se retrouve dehors en moins de deux secondes, puis il se met à poursuivre « super brigand » qui ne remarque rien. Arrivé devant la chaumière, « Super Roméo » lance sa corde magique qui s’enroule autour de « Super-brigand ». Celui-ci  se change instantanément en saucisson tellement il est ficelé. Puis, il téléphone aux policiers qui viennent le chercher sans tarder pour le conduire en prison.

    Alexandre....je veux dire, « super Roméo » récupère tous les sapins qu’il installe dans la remorque du voleur, et remonte sur le toit de l’immeuble à la vitesse de l’éclair.

    Il était moins une...Juste à ce moment-là, le traineau du Père-Noël stoppe devant lui. Alexandre n’en revient pas ! Il est tellement heureux de le voir pour de vrai :

    -        Félicitations ! Tu es vraiment très fort !!! et tu n’as même pas eu peur de cet affreux personnage, lui dit-il simplement. Tu as été génial !! je t’ai vu de là-haut !

    Alexandre lui redonne alors tous les sapins afin qu’il les redistribue dans les maisons en même temps que les cadeaux.

    Ainsi, personne ne s’apercevra qu’ils avaient disparus pendant la nuit...

    Au petit matin, lorsqu’il se réveillera, Alexandre n’aura bien sûr pas oublié son aventure….et il découvrira au pied de son sapin, dans son petit chausson, un énorme paquet entouré d’un joli papier rouge et vert, contenant un masque, un costume moulant et une cape argentée de super héros.

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Belle journée à toutes et tous sarcastic,

    L'aventure de Félicité se poursuit....elle touche même à sa fin...

    Elle est toujours dans la forêt de Brocéliande, en compagnie cette fois de Viviane en personne....

    Demain, Alexandre en super héros!!!!

    Félicité - 13

    Viviane

        Elle se réveilla le lendemain, et, oh surprise ! Elle était exactement à la même place que la veille. Elle poursuivit donc son chemin… toujours sans but, mais sans se décourager. Elle pensa à juste titre qu’elle finirait bien par arriver dans un lieu indiqué sur la carte !

       Ce ne fut pourtant pas le cas pendant trois jours ! Enfin, au beau milieu d’un après-midi brumeux, elle arriva près d’un immense lac cristallin dont la luminosité l’éblouit malgré la nappe de brouillard qui commençait à s’élever à la surface.

     Timidement, elle s’approcha de l’étendue limpide pour se reposer un instant au pied d’un saule pleureur. Elle regarda son portable et se dit qu’il ne lui servirait dorénavant plus à rien puisque celui de Xavier était dans les mains de son professeur. Machinalement, elle le lança dans le lac et observa les ondes qui s’estompaient lentement à la surface de l’eau.

    C’est alors qu’elle aperçut nettement dans l’un des cercles, les traits de Xavier se dessiner devant elle. Il était seul dans la classe en train de copier un texte pendant que le professeur allait de long en large et de large en long  sur l’estrade. Il tourna la tête dans sa direction, lui fit un clin d’œil et disparut : « Ouf, il ne m’en veut pas trop ! » Soupira-t-elle.

        En s'élargissant face à elle, le deuxième cercle lui présenta l’image d’un homme hirsute de forte stature, affublé d’un vieux pull-over et d’un pantalon côtelé. Il regardait dans sa direction avec un air féroce en brandissant un vieux livre jauni. Elle reconnut sans l’avoir jamais vu le sinistre brigand Pati Bulère, et frissonna dans sa carapace.

    Elle se ressaisit très vite en distinguant clairement dans un troisième cercle, une forme qui se détachait d’une brume légère en s’élevant dans les airs. La silhouette se transforma petit à petit en progressant vers elle, et prit les traits d’une jeune femme superbe très mince, vêtue d’une longue robe de mousseline bleu azur sur laquelle ondulait une épaisse chevelure blonde. Doucement, elle s’approcha d’elle :

    -         Waouh ! Vous…vous êtes… ?

    -         Oui, c’est cela, je suis bien la fée Viviane, déclara spontanément l’apparition d’une voix mélodieuse et suave.

    -         Ah oui ? Vous êtes la copine de Merlin ! C’est bien ça ?

    -         Hum, hum ! Fit Viviane en se raclant légèrement la gorge. D’où tiens-tu cela ?

    -         De Sézig, un gardien de phare hyper sympa que j’ai rencontré lorsque je suis arrivée en Bretagne. Il m’a parlé de vous, mais pour lui, vous n’êtes qu’une légende…

    -         Toujours farceur, ce Sézig ! Eh bien, lorsque tu le reverras, complimente-le de ma part. Il fait un travail extraordinaire au phare, et j’ai appris qu’il a réussi dernièrement à éviter une catastrophe. Un navire allait droit sur un récif  une nuit de tempête. Je passe sur les détails, mais grâce à son sang-froid, tout l’équipage est rentré sain et sauf au port …Tu lui donneras ceci pour moi.

    Viviane agita sa baguette magique dans les airs et une nuée d’étincelles s’en échappa, aussitôt remplacée par une petite boite de métal argenté contenant un galet.

    -         Un galet ? s’étonna Félicité

    -         Oui, un galet dont le pouvoir magique ne peut opérer que pour lui. Dis-lui que lorsqu’il aura besoin d’aide, il lui suffira d’ouvrir la boite et de prendre le galet dans le creux de sa main en formulant sa demande. Il sera aussitôt exaucé…. Tu donneras également cela à son frère Loïg qui a fait de moi une sculpture des plus flatteuses !

    Elle fit apparaître un petit flacon renfermant une poudre extrêmement fine de couleur ocre :

    -         Tu lui dira d’ajouter quelques grains de ce mélange dans chacune de ses poteries pour leur donner ce petit plus qui fascinera les touristes…elles seront, disons, comme « vivantes »

    -         Tant que vous y êtes, vous ne pourriez pas me donner un coup de main à moi aussi ?

    Pour toute réponse, Viviane se mit à sourire, et l’éclat de son visage  éclaira toute la forêt. Félicité regarda autour d’elle et vit un chemin illuminé se tracer devant elle :

    -         Prends ce chemin, Félicité. Il te mènera tout droit à la cabane que tu cherches…. Oh ! Je vois, tu veux un éclaircissement sur tout cela ? Ma parole, tu deviens comme les humains. Il leur faut toujours une explication à tout.

    -         Non, ce n’est pas ça ! Se défendit-elle, c’est juste…pour Xavier !

    -         D’accord. Comme tu dois le savoir, tous les êtres magiques de cette forêt connaissent mon existence sur les bords du lac. Ils savent aussi que je ne peux me rendre sur d’autres lieux que par télépathie. Aussi, il y a quelques mois, Poupy est venu me chercher pour me demander de le secourir. Je lui ai donné ce talisman que tu portes autour du cou et qui, quel que soit le chemin que l’on prend dans cette forêt, mène jusqu’à moi. Je l’ai averti de ton arrivée….

    Félicité - 13

    -         Mais comment saviez-vous ?

    Viviane sourit à nouveau ;

    -         Télépathie ? Magie ? …Ne me dites pas …

    -         Si, Félicité ! J’ai vu Xavier te dessiner. Sur cette feuille, tu étais si jolie, si touchante et si espiègle, si expressive… que je n’ai pas hésité un instant à ajouter le tout petit plus qui te manquait.

    -         Alors, quand tout cela sera fini, je retournerai sur cette feuille de papier pour toujours ? Déplora Félicité, les larmes aux yeux.

    Félicité comprit que ce ne serait pas bien difficile pour elle…elle avait bien emprisonné Merlin pour l’éternité !

    Un nouveau sourire éclaira encore le visage de Viviane.

    -         Ne t’inquiète pas, ce pouvoir-là ne m’appartient plus ! Je l’ai abandonné à Xavier, et ton sort est entre ses mains.

    La fée Viviane s’éleva lentement dans les airs en riant, et virevolta autour de Félicité. Elle ajouta :

    -         Avant de disparaître, je dois te dire ceci : «  Près du refuge du brigand, tu rencontreras un bûcheron qui te sera d’un grand secours. Il est arrivé ce matin pour repérer les sapins qui feront le bonheur des enfants à Noël. Remet-lui ce parchemin et cette petite bourse de ma part »

    -         Mais comment…

    -         Ne pose plus de questions ! va vite !

    Félicité s’apprêtait quand même à poser une nouvelle question, mais Viviane s’était à nouveau mêlée à la brume du lac où elle s’évapora simplement.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Belle journée à tous sarcastic ,

    Le rêve de Lounis : distribuer les cadeaux avec le Père-Noël !

    C'est chose faite.

    Demain, la suite des aventures de Félicité

    Le dessin de Philippe est trop beau!....Il correspond bien à cette histoire aussi!!!

    Lounis

    De l’escalade pour Lounis

    Dans sa chambre, Lounis attend. Il sait que le Père Noël va venir le chercher parce qu’il lui a écrit dans une longue lettre en lui faisant promettre de ne rien révéler à ses copains…Il a donc gardé précieusement ce secret et maintenant il est impatient de voir son vœu le plus cher se réaliser : faire « le grand voyage » avec lui, enfin… une petite partie.

    Il est très tard et il commence à se poser plein de question. Et si le Père-Noël l’avait oublié ? S’il ne voulait plus l’emmener ? 

    -        - Toc, toc, toc !

    Ça vient de la fenêtre…Lounis se précipite, ouvre et se trouve nez à nez avec le Père-Noël en personne avec, comme il l’imaginait, son long manteau rouge bordé de fourrure blanche, sa longue barbe immaculée et son gros ventre tout rond. Son regard rieur et son sourire lumineux  le mettent tout de suite en confiance.

    -          -  Tu vois, je n’ai pas oublié ma promesse. Va chercher ton manteau, ton bonnet et ton écharpe, et rejoins-nous très vite.

    Sur le traineau tiré par une ribambelle de rennes majestueux, trois lutins très rigolos avec leurs vêtements bouffants rouge, jaune et bleu, se chamaillent…Poupi, Pilou et Poulou se disputent pour s’asseoir à côté de Lounis, et comme ils sont trois, forcément, il y en a un qui ne pourra pas !!!

     Le Père-Noël règle le problème en demandant à Lounis de s’asseoir à côté de lui. Les lutins, restés à l’arrière du traineau se mettent immédiatement à bouder en croisant les bras avec une épouvantable grimace… ce qui déclenche inévitablement un éclat de rire général. Plus sérieux, le Père-Noël explique à Lounis que cette année il a absolument besoin de lui. L’année dernière après la distribution des cadeaux, il est allé aux sports d’hiver et s’est fait une vilaine fracture en essayant de tenir en équilibre sur une paire de skis.

    -         -  Je t’ai choisi parce que j’ai vu qu’à Piriac, tu étais très à l’aise sur les rochers et que tu les escaladais à la vitesse grand V…un vrai chamois !  Je crois que tu n’auras aucun mal à descendre par les cheminées pour déposer  les cadeaux dans les petits souliers des enfants...Tu n’auras pas peur au moins ?

    -          -  Oh non !

    -          -  Alors, c’est parti ! En avant toute...Au galop !!

    A peine a-t-il terminé sa phrase que les rennes s’élancent vers le ciel à la vitesse de l’éclair...Lounis a un peu le tournis, mais que c’est beau la ville vue du ciel avec toutes les illuminations ! Il a un peu froid, mais il est tellement heureux et fier d’être tout près du Père-Noël...C’est lui qui va apporter les cadeaux aux enfants !!! Quelle chance !

    Bien sûr, il ne va pas tout faire, d’autres enfants ont également été choisis pour faire une partie de la distribution dans les autres quartiers, les autres villes et les autres pays, mais quand même...c’est génial !!!

    Première cheminée : le traineau stoppe sur le toit d’une jolie villa. Poupi, le lutin rouge cherche dans les cadeaux ceux que Lounis va devoir descendre par la cheminée, Pilou, le lutin jaune porte les paquets, et Poulou, le lutin bleu aide Lounis à approcher du conduit en lui tenant la main.

    -          -  Mais ? comment je fais pour descendre, c’est tout petit ! et en plus, c’est tout cracra !

    -          -  Tu vas connaître mon premier secret, répond aussitôt le Père-Noël en éclatant d’un rire sonore, et sans attendre, il plonge la main dans un petit sac de toile et lance en direction de la cheminée une poignée d’une poudre brillante et étincelante...de la poussière d’étoiles !! Aussitôt, un escalier surgit et un large passage descend jusqu’à la salle de séjour où scintille un grand sapin entièrement décoré de guirlandes lumineuses et de boules dorées...Dessous, les petits chaussons des enfants dans lesquels Lounis dépose de gros paquets entourés d’un gros ruban argenté.

    Il est si heureux qu’il revient très vite sur le traineau pour continuer la « tournée du Père Noël »...il distribue ainsi des dizaines de cadeaux et arrive sur le toit d’un immeuble !!

    -          -  Et là ? comment fait-on ? il n’y a pas de cheminée !

    -          -  Eh bien, voici mon deuxième secret. Dans les immeubles, on passe par les fenêtres !

    -          -  Oh, mais c’est haut ! j’ai la trouille ! Je ne vais tout de même pas descendre au bout d’une corde…L’escalade, c’est trop difficile pour moi !

    -          -  N’aie pas peur ! regarde ! Et aussitôt, avec un nouveau jet de poudre magique, un magnifique pont de singe en bois aux hautes bordures apparait pour laisser  passer Lounis...qui n’en mène quand même pas large…ça bouge beaucoup sous ses pas.

    Lounis réussit à vaincre son vertige et avance sur ce pont avec bravoure. Le Père-Noël est très content. Il félicite Lounis pour son courage et sa témérité.

    Une grande partie de la nuit, Lounis va ainsi disposer des centaines de cadeaux aux pieds des sapins. Jamais il n’avait été si heureux de rendre service. Mais le plus amusant, c’est encore d’essayer de deviner ce que contiennent tous ces beaux paquets enrubannés....surtout ceux de ses copains qu’il a déposés pendant leur sommeil...et les siens ! Mais ça le Père-Noël lui a interdit de les ouvrir avant demain...

    A présent, les lutins l’accompagnent jusqu’à sa chambre, où bien fatigué, il s’endort sans attendre. Demain, il déballera les cadeaux que lui-même a déposés devant la cheminée.

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Belle journée à tous sarcastic,

    Une nouvelle semaine commence...et comme chaque lundi, voici une histoire "Vraie"...j'insiste sur ce mot, parce que celle-ci semble difficile à croire!

    S'il est déjà arrivé à quelqu'un ce genre d'anecdote, ce serait gentil de nous en faire part....

    Demain...Lounis dans une drôle d'aventure! (imaginaire celle-là!!!)

    Saut dans le temps

    Un saut dans le temps

         Lorsque nous étions jeunes, nous n’avions aucun mal à trouver un emploi pendant nos vacances d’été, beaucoup moins que les jeunes d’aujourd’hui.

    Pour ma part, à 17 ans, j’ai commencé à me familiariser au monde du travail en m’occupant de cinq enfants âgés de 2 à 6 ans à Pornichet ! Qui, aujourd’hui confierait des enfants de cet âge à une « gamine » de 17 ans !!! Et pourtant, je ne m’en étais pas trop mal sortie…avec quelques kilos en moins à la fin du mois ! Ensuite, j’ai eu la chance, avec ma sœur, d’être embauchée dans une colonie de vacances SNCF en Haute-Savoie… Le rêve ! Des mois inoubliables ou le travail - pourtant très sérieux à la plonge, à la lingerie ou au service de table- ressemblait étrangement à des vacances avec ses temps libres en excursions avec les colons, au foyer le soir, et à Genève les après-midi.

    Mon frère, quant à lui, travaillait dans un magasin de pièces et accessoires automobiles grâce à un oncle qui connaissait très bien le patron (le piston marchait déjà bien !!!). Il s’occupait des colis et livraisons sur Nantes, un job qui lui plaisait bien, d’autant plus que le patron était un homme charmant, très professionnel et à l’écoute des jeunes.

    Tout ceci se passait dans les années 70… toute notre jeunesse !

    Après cette période « rose », nous avons tous poursuivi nos études avant de  nous installer réellement dans le monde du travail… sans difficulté... C’est vrai que nous étions très chanceux à cette période !

    La vie a donc tranquillement suivi son cours, avec mariages, enfants, joies, peines, et …train-train quotidien.

    Par contre, rester dans la même ville, dans le même bahut  n’était absolument pas la tasse de thé de mon frère qui a passé sa carrière d’enseignant à vadrouiller à l’étranger  en Côte d’Ivoire et au Maroc,  et enfin en France… mais à la Réunion.

    Bien sûr, de temps en temps, on avait le bonheur de le voir faire une apparition dans le coin.  On passait des heures à écouter ses péripéties, des anecdotes pleines de charme…et c’est précisément en revenant de Côte d’Ivoire qu’un autre voyage l’attendait ! Mais quel voyage ! Un voyage dans le temps.

     

    C’est à l’occasion d’une sortie au centre-ville qu’il passe par hasard devant l’ancienne boutique où il avait travaillé étant jeune. Il s’arrête,  et se dit que ce serait sympa d’y retourner un instant pour saluer le patron qui l’avait si bien accueilli. Il entre et s’imprègne  à nouveau de l’atmosphère du lieu qui n’a pas changé. Il trouve même particulièrement agréable de retrouver cette sensation de bien-être…ses souvenirs le rattrapent.  Par contre, certains éléments du décor ont néanmoins été modifiés. C’est plus aéré, l’agencement est plus  pratique et le comptoir n’est plus à la même place, laissant les étagères du fond de l’atelier plus visibles. Justement, au comptoir, le patron a le nez dans un énorme registre. Quand il relève la tête, il reconnait mon frère et les deux hommes se mettent à discuter comme s’ils s’étaient vus la veille. Dans la conversation, monsieur Mac Alistair prend de ses nouvelles et lui explique qu’il est grand temps pour lui de préparer sa retraite prochaine et c’est la raison pour laquelle il est en train de mettre ses comptes à jour…un boulot impressionnant.

    Le temps passe et mon frère, heureux de sa visite retourne à la maison.

    Quelques jours plus tard, il rencontre mon oncle et lui parle de sa visite. Il lui raconte les transformations réalisées dans la boutique, le prochain départ à la retraite de son ami et lui transmet même son bonjour. Mon oncle l’écoute sans rien dire,  s’informe de la date à laquelle a eu lieu cette entrevue, le fixe et s’étonne :

    -         Tout ça me semble tout à fait exact. Effectivement, les changements que tu me décris ont bien été réalisés, mais…  monsieur Mac Alistair  est décédé depuis déjà plusieurs années. Le magasin est fermé !

    Mon frère reste figé sur place et n’a plus qu’une envie, retourner dès le lendemain s’assurer de la véracité des faits.

    A l’endroit même où il avait discuté avec son ex-employeur les jours précédents, l’établissement est bien à la même place, mais les portes et fenêtres murées, sans trace de vie !

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Belle journée à tous  sarcastic,

    Quelle imagination ils ont ces enfants !! voyez par vous-mêmes ...C'est fou tout ce que l'on peut trouver dans des paquets cadeaux !!!!

    On ne les arrête plus!

    Demain, une histoire véridique et pourtant incroyable...

    Mardi, deuxième histoire de la série "un enfant-une histoire" avec Lounis

    Mercredi : suite des aventures de Félicité

    Bon dimanche

    Casse-noisette

    Alexandre - 6 ans
    Il était une fois un roi et une reine qui avaient un enfant. Il grandit et puis ses parents sont morts.
    Le jour de noël, il invita des amis, il a eu un cadeau : c'était un casse noisettes. Et puis il le mit dans sa chambre sur son lit et puis attendit des écureuils. Mais les copains qui étaient dans sa chambre se sont assis sur son lit et ont cassé  le casse noisettes... et puis l'enfant était très triste.

    Gabriel - 4 ans
    C'était le jour de noël, il y avait plein plein de sapins et plein plein de cadeaux et c'était un gros bateau. Il y avait des sorcières en cadeau et des stroumpfs à lunettes.
    Et puis il y avait des princesses, des chevaliers, des châteaux et des chevaux. Il y avait plein de sorcières. Et puis le bateau avait des pirates.
    Et puis c'est tout.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires